Soyons de véritables sentinelles


La parole de l’Éternel me fut adressée, en ces mots : 2 Fils de l’homme, parle aux enfants de ton peuple, et dis-leur: Lorsque je fais venir l’épée sur un pays, et que le peuple du pays prend dans son sein un homme et l’établit comme sentinelle,- 3 si cet homme voit venir l’épée sur le pays, sonne de la trompette, et avertit le peuple; 4 et si celui qui entend le son de la trompette ne se laisse pas avertir, et que l’épée vienne le surprendre, son sang sera sur sa tête. 5 Il a entendu le son de la trompette, et il ne s’est pas laissé avertir, son sang sera sur lui; s’il se laisse avertir, il sauvera son âme. 6 Si la sentinelle voit venir l’épée, et ne sonne pas de la trompette; si le peuple n’est pas averti, et que l’épée vienne enlever à quelqu’un la vie, celui-ci périra à cause de son iniquité, mais je redemanderai son sang à la sentinelle. Ezéchiel 33:1-6

Avant de commencer ce message, je vais vous donner le sens original de certains mots afin de mieux comprendre ce que dit l’Eternel dans ce passage.

  • Le mot « peuple » vient de « ‘Am » que l’on peut aussi traduire par « nation ». Donc il peut s’agir de toutes les nations pas seulement Israël.
  • Le mot « épée » vient de « Chereb ». On pourrait aussi traduire ce mot par « glaive, instrument, machine ». La racine du mot hébreux vient de « Charab » que l’on pourrait traduire par « Attaquer, frapper, tuer, combattre ». Bien entendu il faut comprendre ici que le Seigneur accomplit un Jugement.
  • Le terme de « sonne (de la Trompette) » on pourrait aussi le traduire par « battre des mains » ou « donner un coup ».
  • Le mot « trompette » , nous le savons, vient de « Shofar ».
  • Le mot « avertis » vient de « Zahar » que l’on pourrait aussi traduire par « réprimander » ; « enseigner » mais aussi « envoyer de la lumière ».
  • Le mot « écoute, ou entendre » vient de « Sh’ma » qui veut dire beaucoup de choses. Par exemple : « entendre » ; «comprendre un langage » ; « obéir » ; « proclamer » ; « convoquer » etc.

Voilà pour les quelques explications concernant la racine des mots importants ici. Vous aurez peut-être remarqué que je n’ai pas parlé jusqu’ici du mot « sentinelle » parce qu’avant de le faire j’aimerais commencer par une question : selon vous, l’Église est-elle appelée à être une sentinelle pour ce monde ? Si je pose cette question c’est parce que certains ne croient pas que l’Église doive jouer ce rôle et pourtant…

Le mot « sentinelle » vient de l’hébreux « Tsaphah ».

Une sentinelle au sens biblique donc, observe, veille avant d’avertir quoique ce soit. Elle porte le regard sur le monde qui l’entoure afin de voir si un danger arrive pour avertir ceux qui sont avec elle. Elle est aussi, selon la Parole, un prophète aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau. Le terme « avertir » présent dans le NT vient du grec « chrematizo », cela vaut dire (entre autres) « être le porte-parole pour des révélations divines, promulguer les commandements de Dieu »

Une sentinelle, pour observer les alentours avec attention, va de préférence se mettre en hauteur. Une montagne par exemple.

Une sentinelle dans le sens strictement biblique donc, est appelée à se rendre sur la Montagne, pour veiller mais aussi prier afin d’être instruite par le Seigneur. On pourrait comparer le rôle de sentinelle à Moïse.

Pourquoi je fais mention de Moïse ici, tout simplement parce que la première fois où le son du Shofar a retenti, c’est dans le livre de l’Exode.

Le troisième jour au matin, il y eut des tonnerres, des éclairs, et une épaisse nuée sur la montagne; le son de la trompette (Showphar) retentit fortement; et tout le peuple qui était dans le camp fut saisi d’épouvante. Exode 19 : 16

Le son de la trompette (Showphar) retentissait de plus en plus fortement. Moïse parlait, et Dieu lui répondait à haute voix .Exode 19 : 19

Tout le peuple entendait les tonnerres et le son de la trompette (Showphar); il voyait les flammes de la montagne fumante. A ce spectacle, le peuple tremblait, et se tenait dans l’éloignement. Exode 20 : 18

Moïse est celui qui a reçu la mission de délivrer le Peuple de Dieu alors en esclavage en Egypte.

Afin de recevoir tout ce que le Seigneur lui donnerait, dont les tables de la Loi, les ordonnances, il devait se rendre sur la montagne selon que l’Eternel lui avait dit « viens » parce que c’était là-haut qu’il pouvait entrer dans la Présence du Seigneur.

Moïse avait lui aussi ce rôle de sentinelle en plus d’être le guide du peuple.

Et pour nous dans tout ça, qu’en est-il ?

Je vais prendre ici un verset bien connu pour illustrer mon propos.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Matthieu 5:14

Ce verset, on le connaît par cœur, mais comprenons-nous vraiment ce que Jésus entend par « lumière du monde ».

La lumière éclaire un endroit sombre, mais pas seulement. Le mot grec « phos » veut également dire deux choses : La vérité et sa connaissance, avec la pureté spirituelle qui lui est associée et capacité de compréhension, la vérité morale et spirituelle.

En d’autres termes Jésus nous dit ici que si nous avons reçu la faculté de comprendre, de connaître la vérité c’est pour en témoigner au monde afin que cette Lumière les éclaire sur les dangers qui viennent et les dirige sur le bon chemin pour y échapper ; et pas seulement en parlant, mais juste en étant présent parce que cette Lumière est puissante, vivante et manifeste dans nos vies .

Une sentinelle pourrait-elle avertir quoique ce soit sans la connaissance, sans la Vérité ou plus simplement sans la lumière ?

Et tout comme le méchant qui n’écoute pas la sentinelle alors qu’elle l’avertit du danger et continue dans ses voies, je cite :

« Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Jean 3:19 »

Si je donne ce message ce soir, c’est parce que je vois beaucoup, beaucoup de chrétiens qui ne remplissent pas leur mission.

Le danger à venir pour ce monde si nous ne l’avertissons pas c’est de ne pas connaitre la grâce qui pourrait leur éviter les fléaux qui ne vont pas manquer d’arriver sur le monde entier. Et pour l’église, le danger serait de rater l’Enlèvement parce que certains ne se seront pas laissés avertir et ne seront donc pas conformes au plan de Dieu pour être enlevés car les critères de Christ pour Son Epouse sont ceux que nous pouvons lire dans Eph 5-27 « afin de faire paraître devant LUI cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. »

Revenons un court instant au récit de Moïse et lisons ce verset :

Le peuple, voyant que Moïse tardait à descendre de la montagne, s’assembla autour d’Aaron, et lui dit : Allons ! fais-nous un dieu qui marche devant nous, car ce Moïse, cet homme qui nous a fait sortir du pays d’Egypte, nous ne savons ce qu’il est devenu. Exode 22:1

Pourquoi ce verset ? Parce que beaucoup de chrétiens sont en train de s’ériger des veaux d’or. Et lorsqu’il ne l’érige pas lui-même le chrétien baisse la garde et participe à l’adoration du veau d’or. Cela n’est pas une blague.

Il y a un danger qui nous guette tous parce que c’est le temps pour cela :

Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. 1 Timothé 4:1

Et plusieurs sont en train de se faire avoir.

Un danger suit un autre danger mais il n’est jamais le même. Il change selon les saisons, les circonstances. Et comme je le dis ici un des plus grands dangers pour notre temps actuel c’est de rater l’Enlèvement.

Le problème est : qui annonce véritablement le Retour de Jésus ? En d’autres termes : qui avertit du Retour de Jésus ?

Ce problème est plus présent que nous pouvons le penser, parce que trop de chrétiens déclarent, et ce de manière publique, que « Jésus ne revient pas maintenant ».

Comme je l’ai dit à une sœur en Christ : même si Jésus revient dans 2 ans : nous devons avertir du retour de Jésus maintenant tout comme les disciples avertissaient et l’attendaient déjà pour leur époque. C’est d’ailleurs assez surprenant qu’en leur temps on annonçait plus Son Retour que maintenant alors que nous y sommes.

Si la sentinelle voit ce danger venir, c’est parce qu’elle a reçu la connaissance des signes, qu’elle a analysé, observé avec attention les prophéties. Cela se fait donc par la lecture de la Parole mais aussi par la prière, par une communion personnelle et vivante avec le Saint des saints.

Nous sommes dans un temps où comme le dis la Parole :

Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d’avance par les apôtres de notre Seigneur-Jésus Christ. 18 Ils vous disaient qu’au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies; 19 ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n’ayant pas l’esprit. Jude 17 à 19

Soyons des sentinelles parmi le peuple de Dieu et parmi les nations. Bien sûr qu’on se moquera de nous, même parmi les chrétiens, mais êtes-vous étonnés de cela ? Bien sûr qu’il y aura de plus en plus de veaux d’or moderne autour de nous, même parmi nous, mais souvenons-nous de ce que Dieu nous dit : « Sortez du milieu d’elle ». Ne participons pas à cela, ni de près, ni de loin. Parce que la séduction est subtile et le danger immense.

Comme le dis le Seigneur à Ezéchiel :

Si la sentinelle voit venir l’épée, et ne sonne pas de la trompette; si le peuple n’est pas averti, et que l’épée vienne enlever à quelqu’un la vie, celui-ci périra à cause de son iniquité, mais je redemanderai son sang à la sentinelle.

La sentinelle ne parlera pas s’il n’y a pas de danger. Annoncer l’arrivée de l’épée n’est pas facile surtout dans un temps où nous préférons entendre des paroles qui flattent notre égo. Ne méprisons pas cela, ne nous rendons pas coupable de par notre silence.

Et oui, la Sentinelle dans ce monde c’est l’Église. Et l’Église a une responsabilité immense, alors au nom de Jésus : ne nous déresponsabilisons en aucune manière : JAMAIS !

Que lorsque nous annonçons l’Evangile, nous l’annonçons en totalité et non partiellement comme cela se fait depuis si longtemps : annonçons le Royaume de Jésus sur la terre ! Annonçons Sa Promesse qui n’est pas seulement de nous sauver si nous nous repentons mais de régner sur la terre.

Il n’est pas dit « allez prêcher et dites vous serez sauvés avec Jésus mais il est dit « allez prêcher, et dites : Le royaume des cieux est proche. Matthieu 10:7 »

Savez-vous ce que veut dire prêchez ? Proclamer avec la suggestion de formalité, gravité et une autorité qui doit être écoutée et respectée l’Evangile de Christ.

A t-on vraiment pris la mesure de la gravité de la situation ? Sommes-nous dans le rôle que le Seigneur nous a confié ? Sommes-nous des sentinelles ? Sommes-nous véritablement la lumière du monde ?

Pour conclure je vais vous lire la deuxième lettre de Pierre qui est si actuelle:

Voici déjà, bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris. Dans l’une et dans l’autre je cherche à éveiller par des avertissements votre saine intelligence, 2 afin que vous vous souveniez des choses annoncées d’avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur, enseigné par vos apôtres, 3 sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, 4 et disant : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. 5 Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, 6 et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau, 7 tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies. 8 Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. 9 Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. 10 Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée. 11 Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété, 12 tandis que vous attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront ! 13 Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera. 14 C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix. 15 Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. 16 C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine. 17 Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. 18 Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité ! Amen

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse

Que l’Eglise soit remplie de David et de Jonathan


Cette semaine il y a un personnage en particulier que j’avais en tête, c’est David, le roi d’Israël. Le prénom de David, veut dire “bien aimé” en hébreu. Le Seigneur l’a oint très jeune, en effet il était le plus jeune de ses frères. Je tiens à le préciser, car de nos jours on se méfie de la jeunesse. O combien de fois des personnes plus âgées ne veulent rien entendre venant de la jeunesse.

Pourtant, l’exemple de David devrait nous montrer que non, la jeunesse d’aujourd’hui est aussi “utilisée” par Dieu pour Son Œuvre. O Dieu ! tu m’as instruit dès ma jeunesse, Et jusqu’à présent j’annonce tes merveilles. Psaumes 71:17 Car tu es mon espérance, Seigneur Eternel ! En toi je me confie dès ma jeunesse. Psaumes 71:5

Le Seigneur aurait pu choisir un autre frère, plus âgé, pour accomplir Son Dessein pour la nation d’Israël. Mais non, Il a choisi David. David est surtout connu pour 4 choses: son combat contre Goliath et le fait qu’il soit le père de Salomon, l’un des personnages des plus sages cités dans la Parole et bien entendu le fait qu’il soit l’ancètre (plus spirituel que naturel) de Jésus lui-même. Pour conclure il est l’auteur principal du livre des Psaumes.

Voici 3 versets qui en atteste que Jésus est issu de la descendance de David:

Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux. Apocalypse 5:5

Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Eglises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin. Apocalypse 22:16

Sans oublier : Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d’Abraham. Matthieu 1:1

Ce qui est intéressant concernant la généalogie de Jésus, c’est le verset 16 du même livre : Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ. Ce qui est à relever ici c’est que biologiquement parlant, on comprend que Joseph n’a rien à voir dans la conception de Jésus. Et pourtant le Seigneur l’inclut dans Son Arbre généalogique. On voit ici que le Seigneur n’exclut en rien Joseph. Mais aussi, et je parle pour les catholiques, l’ascendance qui relie David ou Abraham n’est pas liée à Marie directement mais bien à son époux, Joseph et pourtant on voue un culte à Marie.

Concernant David, savez-vous qu’il a été pris comme modèle de la monarchie française, comme idéal de justice, comme figure de pureté et de désintéressement (avec le lys), dans le rituel du sacre, avec l’onction. Représentation du roi David assimilé au roi de pique dans le jeu de cartes français. Il est aussi, à partir du début du XIIe siècle et pendant tout le Moyen Âge, une figure héroïque que l’on retrouve dans les Neuf Preux, d’où il passera sous Charles VIII dans les figures du jeu de cartes.

Concernant l’histoire de David, il y a plusieurs étapes de sa vie à se remémorer : La première concernant la jalousie du roi Saül envers David. En effet, étant porté par le Seigneur, il réussissait tout ce qu’il entreprenait. Et comme le peuple chantait des louanges à David plutôt qu’au souverain de l’époque qui était Saül, voici ce qu’il est écrit :

David allait et réussissait partout où l’envoyait Saül; il fut mis par Saül à la tête des gens de guerre, et il plaisait à tout le peuple, même aux serviteurs de Saül. Comme ils revenaient, lors du retour de David après qu’il eut tué le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël au-devant du roi Saül, en chantant et en dansant, au son des tambourins et des triangles, et en poussant des cris de joie. Les femmes qui chantaient se répondaient les unes aux autres, Et disaient : Saül a frappé ses mille, Et David ses dix mille. Saül fut très irrité, et cela lui déplut. Il dit : On en donne dix mille à David, et c’est à moi que l’on donne les mille ! Il ne lui manque plus que la royauté. Et Saül regarda David d’un mauvais œil, à partir de ce jour et dans la suite. 1 Samuel 18:5-9

Ce passage est révélateur de la véritable nature de Saül mais du naturel humain tout simplement. Mais revenons 2 chapitres précédents et voyons ce qui est écrit:

Saül envoya des messagers à Isaï, pour lui dire : Envoie-moi David, ton fils, qui est avec les brebis. Isaï prit un âne, qu’il chargea de pain, d’une outre de vin et d’un chevreau, et il envoya ces choses à Saül par David, son fils. David arriva auprès de Saül, et se présenta devant lui; il plut beaucoup à Saül, et il fut désigné pour porter ses armes. Saül fit dire à Isaï : Je te prie de laisser David à mon service, car il a trouvé grâce à mes yeux. Et lorsque l’esprit de Dieu était sur Saül, David prenait la harpe et jouait de sa main; Saül respirait alors plus à l’aise et se trouvait soulagé, et le mauvais esprit se retirait de lui. 1 Samuel 16:19-23

Et maintenant revenons au chapitre 18 et lisons la fin:

Saül vit et comprit que l’Eternel était avec David; et Mical, sa fille, aimait David. Saül craignit de plus en plus David, Et il fut toute sa vie son ennemi. Les princes des Philistins faisaient des excursions; et chaque fois qu’ils sortaient, David avait plus de succès que tous les serviteurs de Saül, et son nom devint très célèbre. 1 Samuel 18:28-30

On pourrait continuer comme ça pendant longtemps mais ce que j’essaie de vous démontrer ici c’est :

– Le Seigneur n’a que faire de l’âge de ses serviteurs. Il n’hésite pas à oindre David le plus jeune de sa famille pour être à la tête de l’armée du roi Saül pendant la guerre avec les philistins. On pourrait en quelque sorte faire le parallèle avec ce verset bien connu « Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes. 1 Corinthiens 1:27 »

-Malgré son appel David ne s’est jamais vanté de quoi que ce soit. Je crois aussi que l’amitié profonde qui liait David avec Jonathan, fils de Saül y a été pour quelque chose.

– Malgré les intentions de Saül de tuer David, le Seigneur l’a toujours gardé. Je crois ici qu’il y a deux raisons à cela : l’appel de David bien sûr, mais aussi le fait que David ait placé sa confiance en l’Eternel.

– On parle beaucoup de la vie d’adulte de David, mais honnêtement, je ne suis pas sûr que nous tous, nous pourrions supporter très longtemps ce que David a du subir durant son jeune âge.

– La persécution qu’il a du subir pendant pas mal de temps venant de la tête du pays, le fait qu’il ait dû vivre reclus dans des cavernes, attendant que le Seigneur lui parle et Il l’a fait. Le Seigneur ne l’a pas laissé seul, Il lui a envoyé beaucoup de prophètes pour le soutenir et le guider. Prenons l’exemple du prophète Gad: Le prophète Gad dit à David : Ne reste pas dans la forteresse, va-t’en, et entre dans le pays de Juda. Et David s’en alla, et parvint à la forêt de Héreth. 1 Samuel 22:5

– Et que dire au sujet de Jonathan, l’ami fidèle de David. Lui aussi a du subir la colère de son père à cause de l’amitié avec David. Regardons : 3 fois il est écrit: il l’aima comme son âme. (1 Samuel 18:1 et 3 ; 1 Samuel 20:17). Saül était prêt à tuer son fils à cause de cela.

Quand je lis ces passages je me rends compte de ce qu’est l’amitié aux yeux de Dieu. Aimer quelqu’un comme son âme. En d’autres termes:

« Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre coeur. 1 Pierre 1:22 »

mais aussi « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là. Marc 12:30-31.

Il s’agit ici de l’amour Agapé, c’est à dire l’amour pour et venant de Dieu. Il ne s’agit pas de l’amour humaniste. Et si Jonathan aimait vraiment David c’est aussi parce que lui aussi avait mis sa confiance en l’Eternel comme nous le lisons par exemple ici: Jonathan dit à David : Je prends à témoin l’Eternel, le Dieu d’Israël ! Je sonderai mon père demain ou après-demain; et, dans le cas où il serait bien disposé Pour David, si je n’envoie vers toi personne pour t’en informer, que l’Eternel traite Jonathan dans toute sa rigueur ! Dans le cas où mon père trouverait bon de te faire du mal, je t’informerai aussi et je te laisserai partir, afin que tu t’en ailles en paix; et que l’Eternel soit avec toi, comme il a été avec mon père ! Si je dois vivre encore, veuille user envers moi de la bonté de l’Eternel; et si je meurs, ne retire jamais ta bonté envers ma maison, pas même lorsque l’Eternel retranchera chacun des ennemis de David de dessus la face de la terre. Car Jonathan a fait alliance avec la maison de David. Que l’Eternel tire vengeance des ennemis de David ! 1 Samuel 20:12-16

Je ne sais si l’âge de Jonathan est précisé dans la Parole, mais étant l’ainé de Saül il semblerait qu’il soit plus âgé que David. Et cela démontre encore une fois que Jonathan se moquait de l’âge de son ami. Alors qu’il aurait pu à de multiples occasions donner des leçons à David mais il savait très bien que David était appelé par l’Eternel.

Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l’amitié profonde qui liait ces deux hommes. A la mort de Jonathan, voici ce que dira David non sans larmes: Je suis dans la douleur à cause de toi, Jonathan, mon frère ! Tu faisais tout mon plaisir; Ton amour pour moi était admirable, Au-dessus de l’amour des femmes. 2 Samuel 1:26

J’oserais faire cette déclaration: si Saül a pu se réconcilier avec David, je crois aussi que c’est en partie à cause de cette amitié. Et cela concorde avec le fait que oui, l’amour agapé est celui qui peut tout. C’est cet amour qui fait la différence entre les disciples de Christ (de YHWH au temps de David) et les rois, religieux, les disciples de noms seulement. C’est aussi cet amour qui permit à David de pardonner Saül malgré le fait qu’il ait voulu à de nombreuses occasions le tuer par jalousie.

Quand je fais le parallèle avec tout ça et nos églises, je m’inquiète. Comme je l’ai dit la semaine dernière, il va venir un temps, très prochainement où « Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. » Matthieu 24:10-12

Nous voyons déjà beaucoup de faux prophètes s’élever de nos jours alors si nous voulons tenir bon, aimons-nous les uns les autres d’un amour en Vérité c’est à dire sans hypocrisie. Et encore une fois, je ne parle pas de l’amour humaniste, mais bien de l’amour Agapé et c’est bien de cet amour dont parle Jésus aussi dans ce verset.

J’ai une fois entendu ici que Jésus était humaniste, mais c’est faux ! Il prenait soin des pauvres, il guérissait les malades et il chassait les démons non pas par humanisme mais simplement parce qu’il aimait (d’un amour divin) cette humanité qu’il a créée. Si l’on dit que Jésus était humaniste, c’est diminuer sa personne: n’oublions pas que même tout étant homme, il est DIEU ! Ce n’est pas son humanisme qui lui aurait permis de mourir à la croix, d’ailleurs lui-même dira: Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Jean 15:13 et ne soyez pas surpris si je vous dis qu’encore une fois, il s’agit de l’amour agapé.

Je crois que l’Eglise a besoin d’être comme des David et Jonathan. L’amour agapé qui liait ces deux hommes a permis à David de tenir bon malgré la persécution du roi. Et pourtant, David a été appelé très tôt par le Seigneur, et oui David a chuté, mais parce qu’il était homme. Et bien que l’amour agapé remplissait son coeur, n’oublions pas ses magnifiques psaumes dans lequel il « ralait » avec le Seigneur. Il en appelait à la Justice de Dieu, il n’était pas dans l’amour bonbon, mais dans l’équilibre amour / justice.

Lisons par exemple le Psaumes 3

O Eternel, que mes ennemis sont nombreux ! Quelle multitude se lève contre moi! Combien qui disent à mon sujet : Plus de salut pour lui auprès de Dieu ! Mais toi, ô Eternel ! tu es mon bouclier, Tu es ma gloire, et tu relèves ma tête. De ma voix je crie à l’Eternel, Et il me répond de sa montagne sainte. Je me couche, et je m’endors; Je me réveille, car l’Eternel est mon soutien. Je ne crains pas les myriades de peuples Qui m’assiègent de toutes parts. Lève-toi, Eternel ! sauve-moi, mon Dieu ! Car tu frappes à la joue tous mes ennemis, Tu brises les dents des méchants. Le salut est auprès de l’Eternel : Que ta bénédiction soit sur ton peuple !

David savait très bien que la colère de Dieu n’est pas à prendre à la légère et que Sa Vengeance n’avait rien à voir avec une colère humaine (humaniste) et comme vous pouvez le voir ici, ce psaume n’est pas humaniste, il est inspiré par l’amour agapé et ce, malgré que ce soit un psaume de supplication. Pourquoi ? Déjà par le fait qu’il place l’Eternel comme étant au dessus de toute chose. Il place l’Eternel à Sa Juste place. Ce psaume est remplit de foi envers Dieu, malgré le fait que cela pourrait choquer certaines personnes, à la fin il parle de briser les dents des méchants…. Bouh quel méchant….

Je vous laisserais lire aussi le psaumes 5…

Pour conclure, l’amour agapé rendra jaloux certains, tout comme Saül était jaloux de David et de son fils Jonathan au point de pratiquement le renier pendant un temps, de le rabaisser plus bas que terre. Mais n’oublions pas que c’est cet amour-là dont il est question dans 1 Corinthiens 13: « L’amour est patient, il est plein de bonté, l’amour. Il n’est pas envieux, il ne cherche pas à se faire valoir, il ne s’enfle pas d’orgueil. Il ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt, il ne s’aigrit pas contre les autres, il ne trame pas le mal. L’injustice l’attriste, la vérité le réjouit. En toute occasion, il pardonne, il fait confiance, il espère, il persévère. L’amour n’aura pas de fin. Les prophéties cesseront, les langues inconnues prendront fin, et la connaissance particulière cessera. Notre connaissance est partielle, et partielles sont nos prophéties. Mais le jour où la perfection apparaîtra, ce qui est partiel cessera. »

Je terminerai ici en disant que ce n’est pas parce que David a eu des « coups de blues », ce qui est certain, que Jonathan l’abandonnera, bien au contraire, sa présence lui apportera beaucoup. Bien entendu, le Seigneur ne l’abandonnera pas non plus. Et pourtant, contrairement à ce qui a pu être dit la semaine dernière, David était porté par l’Esprit-Saint : L’Esprit de l’Eternel tomba sur David et demeura sur lui à partir de ce jour-là et dans la suite. 1 Samuel 16:13

Cet Esprit-Saint qui ne l’abandonnera pas, jusqu’à le rendre (fou) comme on peut le lire dans le passage de 1 Samuel 21-13. C’est ce même Esprit-Saint qui était présent dans Jésus, et pourtant, Jésus lui-même a vécu une nuit de terreur à Getsémané. Comme je l’ai dit à de multiples occasions ici, ce n’est pas de chuter, d’avoir peur, qui pose un problème au Seigneur, mais c’est le fait de se complaire dans la chute, de laisser la peur agir. Car David comme Jésus avait la même pensée en eux: non pas ma volonté, mais la tienne Seigneur.

Quand le Saint-Esprit habite en nous, Il nous enseigne, nous console, Il ne nous abandonne pas comme une vieille chaussette dès qu’on a un « coup de blues »… Si tel avait été le cas, que ce serait-il passé à Getsémané ?

Non, voici la vérité: quand nous avons un petit (ou gros) « coup de blues », quand nous avons peur, quand nous n’avons plus la force d’avancer, le Seigneur ne nous abandonne pas si nous mettons notre confiance en Lui, mais Il nous enverra des anges pour nous soutenir, Il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre. Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, Tu fouleras le lionceau et le dragon. Psaumes 91

Et si c’est ce qui se passe, c’est juste aussi par le fait que Dieu nous aime non pas d’un amour humaniste, mais d’un amour parfait. Soyons conscient de ces choses-là, parce que le risque dans tout ça, c’est le jugement et qui d’autre que l’Eternel des Armées est à même de juger ? Nous, pauvres humains qui sans Lui serions pareils à des sauterelles ? C’est pour cela que j’ai dit plus haut que l’Eglise devrait être remplie de David et de Jonathan, que nous puissions nous élever, nous supporter les uns les autres, pour que comme la Parole le dit: lorsque l’un tombe l’autre puisse le relever. Nous sommes un Corps, celui de Christ, ne l’oublions jamais.

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse

Comprendre le pardon


Drôle de question posée aux chrétiens n’est-ce pas ? Et pourtant…

Avant de répondre à cela, j’aimerai préciser plusieurs choses parce qu’il existe beaucoup de confusions au sujet du pardon.

1. Savoir ce qu’est vraiment le pardon

2. Pardonner n’est pas oublier

3. Pardonner est un don divin.

Avant de parler du pardon au sens biblique du terme, il faut déjà comprendre ce que veut dire le mot « pardon » dans notre belle langue française.

Selon Wikipédia, voilà la définition du pardon, et écoutez bien parce que cela révèle quelque chose de très important que nous verrons plus tard.

Le pardon est le résultat de l’acte de pardonner, la rémission d’une faute. C’est tenir une offense, une faute, pour nulle (ou l’excuser) et renoncer soit – au plan personnel – à en tirer vengeance, soit – au plan institutionnel – à poursuivre et à punir les responsables. Le pardon ne doit pas cependant être confondu avec l’amnistie qui est une simple dispense de peine.

Le pardon peut s’entendre de manière différente selon le contexte : religieux, philosophique, psychologique, social ou politique.

Plus loin dans l’article, dans le chapitre philosophique, voici ce qui est rajouté :

Vladimir Jankélévitch, un philosophe français du 20ème siècle insiste sur les faux-semblants qui ne sont pas des pardons :

  • l’usure temporelle (si l’on oublie les faits, c’est tout sauf du pardon) ;
  • l’excuse (réduire la gravité des faits réduit l’importance du pardon, et ne s’y substitue pas).

Pour en revenir au pardon au sens biblique, nous allons prendre plusieurs versets de la Parole :

Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. Colossiens 3:13

Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. Matthieu 6:14-15

Quel Dieu est semblable à toi, Qui pardonnes l’iniquité, qui oublies les péchés Du reste de ton héritage ? Il ne garde pas sa colère à toujours, Car il prend plaisir à la miséricorde. Il aura encore compassion de nous, Il mettra sous ses pieds nos iniquités; Tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés. Tu témoigneras de la fidélité à Jacob, De la bonté à Abraham, Comme tu l’as juré à nos pères aux jours d’autrefois. Michée 7:18-20

Lorsque nous lisons ces versets, nous pouvons remarquer une chose. Dieu oublie, l’homme porteur de la semence du péché en lui se souvient.

Alors que j’étais chez des amis à Marseille que j’avais rencontrés via un jeu en ligne, j’ai raconté mon témoignage et la personne qui nous avait accueillis a réagit quand j’ai déclaré que j’avais pardonné à ma famille. Elle ne pouvait pas comprendre que je puisse le faire. En effet, alors que je tentais de lui expliquer comment, elle m’a raconté les horreurs qu’elle avait subies enfant de la part de son père, des viols notamment, et elle m’a dit cette phrase incroyable : je ne peux pas lui pardonner. Savez-vous ce que je lui ai répondu ? De manière surprenante je lui ai simplement dit : c’est normal. Juste ces mots : c’est normal.

Pour nous chrétiens, il paraît insensé d’entendre une personne dire qu’elle ne pourra jamais pardonner la personne qui lui a fait tant de mal, et pourtant il y a une chose qu’il nous faut prendre en compte, c’est que c’est normal. Et ce pour 2 raisons :

1 – La personne n’ayant pas rencontré Christ personnellement, son côté humain ne peut pardonner car, seul Christ en nous, peut pardonner si nous-mêmes avons reçu le pardon de Dieu que nous accorde l’œuvre de Christ à la croix.

2 – Nous avons peut-être oublié le fait que le pardon est un acte divin, c’est le don de Dieu pour quiconque se repent sincèrement.

Alors que la discussion se poursuivait, elle se rendait compte que je n’avais rien oublié du mal que j’avais subi, et elle me dit alors : mais tu n’as pas pardonné, tu te souviens de tout. Et là encore j’aimerais clarifier une chose : pardonner ne veut pas dire oublier. En tout cas tant que nous serons ici sur terre, nous n’oublierons pas tout le mal subi. Comment oublier des violences, des viols, des maltraitances ? C’est impossible, sauf si le remettons à Christ parce que nous avons compris que cela fait partie de tout ce qu’il a porté à la croix.

Si vous vous demandez quand nous oublierons les mauvais souvenirs ? Et bien la Parole le dit :

Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. 4Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. 5Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Apocalypse 21:3-5

Il anéantit la mort pour toujours; Le Seigneur, l’Eternel, essuie les larmes de tous les visages, Il fait disparaître de toute la terre l’opprobre de son peuple; Car l’Eternel a parlé. Ésaïe 25:8

Les rachetés de l’Eternel retourneront, Ils iront à Sion avec chants de triomphe, Et une joie éternelle couronnera leur tête; L’allégresse et la joie s’approcheront, La douleur et les gémissements s’enfuiront. Ésaïe 35:10

Même si nous sommes enfants de Dieu, nous ne pouvons pas oublier le mal subi, en revanche la douleur, la rancœur, l’esprit de vengeance ne peuvent plus nous habiter car IL a tout porté et c’est alors que nous pouvons pardonner.

Car il y a une chose qu’il faut savoir, le manque de pardon peut détruire une personne, qu’elle soit chrétienne ou pas. A partir du moment où nous ressentons de la colère (la mauvaise colère), la haine contre quelqu’un, on se place sous l’esprit du diable. Ce n’est vraiment pas pour rien que le Seigneur nous dit de pardonner car lorsque nous pardonnons on se libère déjà soi-même et par ricochet on libère l’autre. Et il y a une chose sur laquelle je voudrais attirer votre attention car elle est grave et terriblement vraie, c’est que les chrétiens qui n’ont pas pardonné, ne seront pas enlevés ! ça il faut le savoir et le dire. Car oui il existe dans l’Église un manque de pardon.

Le pardon est un don divin comme je l’ai dit et c’est le signe qui accompagne ceux qui ont vraiment accepté le pardon de Dieu en Christ, mais je dirais aussi que le pardon est un don de soi. Je m’explique.

Comme nous le savons certainement, si nous avons été pardonnés par le Père c’est à cause et grâce, à Son Fils Christ. Mais cela a coûté quelque chose. Le pardon acquis a coûté très cher.

Lorsque nous voyons ou vivons peut-être un manque de pardon on se rend compte que cela a un prix. Parfois il ne s’agit pas de la volonté de ne pas pardonner, mais de l’incapacité à le faire.

Mais si l’on prend conscience que nous pouvons demander au Seigneur de nous aider à pardonner, alors Il nous aidera, mais encore faut-il y s’humilier à le demander. Mais, par expérience, je peux vous dire que si on a réellement pris conscience que Dieu a pardonné tous nos péchés, qui sommes-nous pour ne pas pardonner ? Ne croyez-vous pas que c’est se montrer injuste et sans reconnaissance envers CELUI qui nous a tout pardonné même un meurtre comme pour certains dont j’ai entendu le témoignage ! Dieu nous pardonne tout alors que nous n’en avons aucun mérite, il efface tout, en simple échange de notre reconnaissance et de notre foi en Son fils Jésus qui a tout accompli à la croix.

Un avocat français que j’apprécie beaucoup, Marc Geiger que vous connaissez peut-être si vous avez déjà regardé l’émission Toute une histoire sur France 2, a dit à plusieurs reprises une chose tellement vraie : « on parle de pardon mais on ne comprend ce que cela veut dire ». « Le pardon est quelque chose de divin presque ».

Et il a raison. Parce que nous même nous ne comprenons pas toujours comment pardonner, qu’est-ce que véritablement le pardon.

Si on ne demande pas pardon, comment être pardonner ? C’est une drôle de question alors que nous croyons que nous pouvons pardonner sans demande, un pardon offert gratuitement. Pourtant la logique même de la Parole nous prouve que c’est faux : Je m’explique.

Le Seigneur a accompli une œuvre incroyablement belle bien que terrible, Sa Mort à la croix dans le but de nous accorder le salut de Dieu et d’être réconciliés avec lui et de pouvoir l’appeler PERE et non plus Dieu. En somme, à cause de Sa Mort et grâce à Sa Résurrection, le Seigneur nous a couverts de Son Sang, le Prix payé, afin que nous puissions être avec le Père, entièrement lavés et purifiés de tous, TOUS nos péchés. Il nous a pardonné. Il a accompli cette œuvre POUR TOUTE l’humanité, sans distinction de race, de sexe ou de classe sociale, ou de péchés commis. Il nous a tous rachetés, son œuvre est parfaite et accomplie. Il n’y a plus rien à faire d’autre qu’à l’accepter. Et comme la Bible dit que nous avons tous péché, cette Grâce nous concerne tous sans distinction.

Nous savons très bien cela, c’est une Grâce imméritée, incomparable et donnée par amour. Pourtant j’ai une question à vous poser : les personnes qui n’auront pas voulu de cette grâce, seront-ils en possession de ce cadeau ? Pour être plus claire, si jamais un homme rejette Jésus et meurt, sera t-il pardonné ? La réponse est non ! Si vous avez pensé que « oui » alors je le dis, vous croyez au Christ amour bonbon. Voilà ce que dit Jésus :

Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Jean 3:36

Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour. Jean 12:48

Quiconque donc me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est aux cieux. Mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est aux cieux. Matthieu 10:32-33

Jean dira:

Celui qui croit en lui n’est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Jean 3:18-19

Mais il n’en est pas du don gratuit comme du péché. Car, si par le péché d’un seul plusieurs sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu, et le don de la grâce qui vient d’un seul homme, savoir Jésus-Christ, s’est répandu abondamment sur plusieurs! Romains 5:15


Et quoi? sommes-nous donc plus excellents? Nullement; car nous avons déjà fait voir que tous, Juifs et Grecs, sont assujettis au péché, 10 Selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, non pas même un seul. Il n’y a personne qui ait de l’intelligence; il n’y en a point qui cherche Dieu. Tous se sont égarés, et se sont tous ensemble corrompus; il n’y en a point qui fasse le bien, non pas même un seul. Leur gosier est un sépulcre ouvert; ils se sont servis de leurs langues pour tromper; il y a un venin d’aspic sous leurs lèvres. Leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume. Ils ont les pieds légers pour répandre le sang. La désolation et la ruine sont dans leurs voies. Ils n’ont point connu le chemin de la paix. La crainte de Dieu n’est point devant leurs yeux. Romains 3:9-18

Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. Romains 6:23

Pourquoi je vous dis cela, parce que le pardon s’obtient par la repentance. S’il n’y a pas de repentance sincère cela veut dire qu’il n’y a pas la conviction d’être un pécheur et on ne ressent donc pas le besoin d’être pardonné, c’est pourquoi Christ ne peut pas nous pardonner.

Encore une fois, je vais prendre la définition de Wikipédia du mot repentance :

Le terme repentance désigne la manifestation publique du sentiment personnel qu’est le repentir pour une faute que l’on affirme avoir commise et dont on demande le pardon.

Dans la Parole, dans le NT plus précisément, le mot repentance vient du grec « Metanoia » et signifie deux choses :

  1. Tristesse qu’on éprouve de ses péchés, et la douleur d’avoir offensé Dieu
  2. Changement de mentalité, d’intention

Je vais prendre un exemple très personnel pour conclure :

Alors que ma famille m’a fait énormément de mal, jamais elle ne m’a demandé pardon, aucun membre de ma famille. Pourtant je leur ai pardonné, et je préciserais ce terme en disant que mon cœur est disposé à leur pardonner. C’est à dire que je n’ai pas oublié, mais je n’éprouve aucune rancune, aucune haine, aucune colère, aucun désir de vengeance juste de l’amour, de la compassion et de la douceur à leur encontre. Je n’ai qu’une seule envie à leur sujet c’est qu’ils rencontrent tous le Seigneur Jésus et qu’une relation sincère d’amour fraternel entoure ma famille. En réalité je me sens dans le même état d’esprit que le Seigneur Lui-même : mon pardon est donné, j’attends qu’il soit définitif, pleinement acquis.

Pourquoi je partage ceci ce soir ? Je ne le sais même pas. J’ai eu à cœur d’écrire ce message ce matin très tôt. Mais je sais que, comme je l’ai dis plus tôt, il existe un manque de pardon significatif chez beaucoup de chrétiens et c’est une plaie pour l’Église. Etant donné que nous sommes dans un temps où l’Enlèvement est plus qu’imminent, il est vraiment temps que nous mettions absolument tout en règle devant le Seigneur.

Il est important de comprendre le pardon, de comprendre la mécanique du pardon, parce que le risque de l’ignorance sur ce sujet c’est d’être emporté à tout vent de doctrine. La seule doctrine qui compte c’est celle venant du Maître, Jésus-Christ. Suivons son exemple, reconnaissons Sa Voix et imitons-le. Il serait tellement dommage d’avoir accompli tant d’œuvres pour le Seigneur, et de rater l’Enlèvement à cause d’un manque de pardon.

Lorsque nous prenons conscience de ce qu’a coûté le pardon et de sa nature divine, un don immense que chacun d’entre nous peut recevoir à condition de le vouloir, nous prenons encore plus conscience de ce que Christ a fait pour nous, individuellement.

Si quelqu’un ici à du mal à pardonner une personne qui lui a fait du mal, ne culpabilisez pas, n’écoutez pas les personnes qui risquent de vous juger, allez simplement devant le Père, dans le secret de votre chambre et demandez-lui comme un petit enfant : Père, tu connais ma situation, tu connais cette personne qui m’a fait du mal, et tu connais mon cœur. Aide moi à lui pardonner comme Toi-même tu m’as pardonné. Je te le demande Père au nom de Ton Fils Jésus. Amen. Et je peux vous l’assurez, pour l’avoir vécu, si vous êtes sincère dans votre démarche, le Seigneur vous soutiendra et vous aidera car LUI SEUL peut pardonner en nous.

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse

La Banque du Japon se joint à la Fed et à la BCE pour préparer le déploiement de la monnaie numérique


D’abord la Fed, puis la BCE, et maintenant la Banque du Japon : les banques centrales du monde se préparent tranquillement à lâcher les monnaies numériques dans le dos d’une population qui ne se doute de rien, dans une ultime tentative de déclencher l’inflation et de mettre fin à l’orthodoxie monétaire actuelle qui n’a pas réussi à améliorer les conditions de vie des masses (mais surtout, qui n’a pas réussi à faire disparaître une montagne croissante de dette mondiale insurmontable).

Vendredi dernier, la Banque du Japon a rejoint la Fed et la BCE en déclarant qu’elle commencerait à expérimenter le fonctionnement de sa propre monnaie numérique, plutôt que de se limiter à la recherche conceptuelle comme elle l’a fait jusqu’à présent.

La digitalisation a progressé dans divers domaines, tant au Japon qu’à l’étranger, grâce au développement rapide des technologies de l’information et de la communication. Il est possible que la demande du public pour une banque centrale des monnaies numériques (CBDC) augmente à l’avenir, compte tenu du développement rapide de l’innovation technologique. Bien que la Banque du Japon n’ait actuellement aucun projet d’émission de la CBDC, du point de vue de la stabilité et de l’efficacité de l’ensemble des systèmes de paiement et de règlement, la Banque considère qu’il est important de se préparer soigneusement pour répondre de manière appropriée à l’évolution des circonstances.

La banque a expliqué qu’elle pourrait créer une CBDC à vocation générale si la circulation des espèces diminue “sensiblement” et que la monnaie numérique privée ne suffit pas à remplacer les fonctions des espèces, tout en promettant de fournir des espèces physiques tant qu’il y aura une demande publique

Cette initiative, comme le rapporte Reuters, est venue s’ajouter à l’annonce faite par un groupe de sept grandes banques centrales, dont la BOJ, sur ce qu’elles considèrent comme les caractéristiques essentielles d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC), telles que la résilience et un cadre juridique clair. Elle s’inscrit également dans le droit fil de l’accent mis par le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga sur la promotion de la digitalisation et de la réforme administrative afin de stimuler la compétitivité du pays.

Dans un rapport exposant son approche sur la CBDC, la Banque du Japon a déclaré qu’elle mènerait une première phase d’expériences sur les fonctions de base essentielles des CBDC, telles que l’émission et la distribution, au début de l’exercice financier commençant en avril 2021. Ces expériences feront partie des efforts de la BOJ pour examiner de plus près comment elle peut émettre des CBDC d’usage général, destinées à être largement utilisées par le grand public, y compris les entreprises et les ménages.

Naturellement, pour éviter de déclencher une panique face à la sortie du papier-monnaie – et donc d’inciter la population à le thésauriser – la Banque du Japon a déclaré que les CBDC “compléteront, et non remplaceront, les espèces et se concentreront sur la facilitation des systèmes de paiement et de règlement”. Cependant, la question de savoir comment il est “plus pratique” pour la banque centrale de pouvoir éteindre à distance et sans préavis n’importe quelle somme d’argent dans son portefeuille numérique reste un mystère.

Contrairement à la Fed, la Banque du Japon prévoit que les institutions financières et autres entités privées servent d’intermédiaires entre la banque centrale et les utilisateurs finaux, plutôt que de laisser les entreprises et les ménages détenir des dépôts directement auprès de la Banque du Japon.

“Bien que la Banque du Japon n’ait actuellement aucun projet d’émettre une CBDC … il est important de se préparer minutieusement pour répondre aux changements de circonstances”, indique le rapport.

Dans la deuxième phase d’expérimentation, la Banque de justice examinera la conception potentielle des CBDC, par exemple si elle devrait fixer une limite au montant émis et payer une rémunération sur les dépôts.

Dans la dernière étape avant l’émission, la Banque du Japon lancera un programme pilote impliquant des entreprises privées et des ménages.

La Banque du Japon a ajouté qu’il serait souhaitable que la CBDC soit utilisée non seulement pour les paiements nationaux mais aussi transfrontaliers, bref ne vous inquiétez pas, ce n’est qu’une expérience… mais une fois opérationnelle, elle prendra en charge l’ensemble du système monétaire existant.

Il est certain qu’avoir le contrôle total de l’ensemble du mécanisme de transmission monétaire, jusqu’à chaque quantité de monnaie en circulation, a été un rêve de banquier central. L’une des principales raisons des taux négatifs était que les banques obligent les consommateurs à retirer leur argent de la banque et à le dépenser, ce qui permettait d’augmenter la vitesse de circulation de l’argent. Hélas, les taux d’intérêt les plus bas de l’histoire ont simplement incité à épargner encore plus et à dépenser moins, ce qui a eu des conséquences catastrophiques pour les secteurs financiers partout où des taux négatifs ont été adoptés, comme au Japon et en Europe.

Jusqu’à présent, le Japon s’était montré prudent quant à une évolution trop rapide des monnaies numériques, compte tenu des perturbations sociales que cela pourrait provoquer dans un pays qui a la population la plus friande de liquidités au monde. Mais les progrès constants de la Chine vers l’émission de monnaie numérique ont incité le gouvernement à reconsidérer sa position, surtout si la Chine prend l’initiative de déclencher une nouvelle vague de relance une fois qu’elle aura converti toute sa population en monnaie numérique, et s’est engagée dans la plate-forme politique de cette année à examiner l’idée de plus près.

Bien entendu, la véritable raison qui motive la banque centrale à mettre en place d’urgence des monnaies numériques est simple et n’a rien à voir avec le fait de servir la population, d’accroître la facilité des transferts ou de renforcer la stabilité et l’efficacité des systèmes de paiement et de règlement. Elle a tout à voir avec un contrôle discret de l’inflation et avec la possibilité de créer une “monnaie hélicoptère” mondiale. C’est ainsi que Bill Campbell, le responsable du portefeuille de titres à revenu fixe de DoubleLine, l’a décrit dans sa dernière note à lire absolument “La boîte de Pandore des monnaies numériques de la Banque centrale”.

Avec l’Assouplissement Quantitatif (QE), les banques centrales ont imprimé des réserves excédentaires qui n’ont profité qu’aux très riches et grandes institutions. L’innovation d’un système de monnaie numérique tel que décrit par Mastercard pourrait stimuler directement les consommateurs. Un tel mécanisme pourrait ouvrir de véritables vannes de liquidité dans l’économie de consommation et accélérer le taux d’inflation. Alors que les banques centrales ont essayé sans succès d’augmenter l’inflation au cours de la dernière décennie, la tentation de mettre en place des CBDC pourrait être très forte parmi les décideurs politiques. Cependant, les CBDC ne se contenteraient pas d’injecter des liquidités dans l’économie, mais pourraient également accélérer la vitesse de circulation de la monnaie. Ce coup de poing pourrait entraîner une inflation bien plus importante que ce que les banquiers centraux négocient.

Lors de la mise en œuvre initiale de l’Assouplissement Quantitatif, les banques centrales ont promis que cette mesure serait temporaire et qu’elle serait dénouée après la fin de la crise, une promesse dont je doute depuis un certain temps. Les banques centrales, comme nous le savons, ont perpétué l’assouplissement quantitatif dans le cadre de la mise à jour de leurs politiques monétaires. La première utilisation des monnaies numériques dans la politique monétaire pourrait commencer à petite échelle car les décideurs politiques, par prudence, cherchent à calibrer cette expérience dans le cadre d’une relance quasi budgétaire. Cependant, cette première retenue pourrait faire place à une complaisance croissante et à une utilisation accrue de l’outil – comme nous l’avons vu avec l’Assouplissement Quantitatif. Les tentations des CBDC ne se limitent pas aux excès de la politique monétaire. Les CBDC semblent également être un mécanisme efficace pour contourner les prérogatives du gouvernement en matière de fiscalité, d’émission de dette et de dépenses afin de mettre en œuvre une politique quasi-budgétaire. Imaginez, par exemple, la facilité avec laquelle la théorie monétaire moderne peut être mise en œuvre par l’intermédiaire des CBDC. Avec les CBDC, les banques centrales disposeraient de la plomberie nécessaire pour délivrer directement une monnaie numérique sur les comptes bancaires des particuliers, prête à être dépensée par le biais de cartes de débit.

Permettez-moi de citer à nouveau l’avertissement de Charles I. Plosser en 2012 : “Une fois qu’une banque centrale se lance dans la politique budgétaire, il est probable qu’elle se trouve sous la pression croissante du secteur privé, des marchés financiers ou du gouvernement pour utiliser son bilan afin de se substituer à d’autres décisions budgétaires”. D’une simple pression sur le bouton numérique, les CBDC peuvent permettre aux décideurs politiques de répondre à ces demandes, ou de s’y plier, au risque de déclencher une conflagration inflationniste, d’abandonner le peu qui reste de la discipline budgétaire souveraine et qui sait quoi d’autre. J’espère que les dirigeants des banques centrales du monde entier aborderont cette nouvelle technologie financière avec une extrême prudence, en se gardant d’en abuser ou de l’utiliser à outrance. Il est difficile d’être optimiste. Bientôt, nos pandores monétaires disposeront de leur propre boîte remplie de nouveaux pouvoirs, peut-être trop attrayants pour y résister.

Voici une autre raison pour laquelle il est difficile d’être optimiste : sans pratiquement aucun discours ou débat public, les banques centrales sont maintenant si loin dans le processus qu’elles ne sont qu’à quelques pas de lancer une entreprise du secteur privé avec l’un des plus grands processeurs de paiements numériques au monde. Vous trouverez ci-dessous un communiqué de presse que pratiquement personne n’a remarqué début septembre, émanant de nul autre que le géant du paiement électronique MasterCard, dans lequel il a révélé qu’il avait lancé une “plate-forme d’essai des Banques Centrales des Monnaies Numériques (CBDC), permettant aux banques centrales d’évaluer et d’explorer les monnaies numériques nationales”.

Alors que l’économie mondiale se bat pour adopter les paiements numériques, les banques centrales se tournent également vers l’avenir et étudient comment soutenir l’innovation tout en maintenant la politique monétaire et la stabilité financière lorsqu’elles émettent et distribuent des devises. En fait, 80 % des banques centrales interrogées se livrent à une forme quelconque de travail sur les Banques Centrales des Monnaies Numériques (CBDC), et environ 40 % des banques centrales sont passées de la recherche conceptuelle à l’expérimentation de concepts et de conceptions, selon une enquête récente de la Banque des règlements internationaux.

Aujourd’hui, Mastercard a annoncé la création d’un environnement de test virtuel propriétaire permettant aux banques centrales d’évaluer les cas d’utilisation des CBDC. La plateforme permet de simuler l’émission, la distribution et l’échange de CBDC entre les banques, les prestataires de services financiers et les consommateurs. Les banques centrales, les banques commerciales et les sociétés de technologie et de conseil sont invitées à s’associer à Mastercard pour évaluer les conceptions technologiques des CBDC, valider les cas d’utilisation et évaluer l’interopérabilité avec les moyens de paiement existants disponibles aujourd’hui pour les consommateurs et les entreprises.

Mastercard est un leader dans l’exploitation de plusieurs voies de paiement et réunit des partenaires pour garantir des conditions de concurrence équitables pour tous, des banques aux entreprises en passant par les opérateurs de réseaux mobiles, afin de faire entrer le plus grand nombre de personnes possible dans l’économie numérique. Mastercard veut mettre son expertise au service du développement pratique, sûr et sécurisé des monnaies numériques.

“Les banques centrales ont accéléré leur exploration des monnaies numériques avec des objectifs variés, allant de la promotion de l’inclusion financière à la modernisation de l’écosystème des paiements”, a déclaré Raj Dhamodharan, vice-président exécutif de Mastercard, chargé des produits et partenariats relatifs aux actifs numériques et aux blockchains. “Mastercard est le moteur de l’innovation avec le secteur public, les banques, les fintechs et les sociétés de conseil dans l’exploration des CBDC, en travaillant avec des partenaires qui sont alignés sur nos valeurs et principes fondamentaux. Cette nouvelle plateforme soutient les banques centrales dans leurs décisions actuelles et futures sur la voie à suivre pour les économies locales et régionales”, a ajouté M. Dhamodharan.

Sheila Warren, responsable de la Blockchain, des actifs numériques et de la politique des données au Forum économique mondial, a déclaré : “Les collaborations entre les secteurs public et privé dans l’exploration des monnaies numériques des banques centrales peuvent aider ces dernières à mieux comprendre l’éventail des possibilités et des capacités technologiques disponibles en ce qui concerne les CBDC. Les banques centrales peuvent bénéficier d’un soutien dans l’exploration de l’ensemble des options qui s’offrent à elles en ce qui concerne les CBDC, ainsi que d’un aperçu des opportunités qui pourraient se présenter”.

Enfin, pourquoi les banques centrales utilisent-elles la blockchain comme épine dorsale pour tous les efforts en matière de monnaie numérique ? Cela n’a rien à voir avec leur fascination pour les bitcoins, ou leur crainte que les cryptomonnaies puissent devenir dominantes (bien qu’il y ait certainement un élément de cela). La véritable raison est que la blockchain permet de suivre chaque unité monétaire, qu’il s’agisse du dollar numérique, de l’euro numérique, du yen numérique ou du yuan numérique, depuis sa création numérique, à travers chaque transaction, et jusqu’à quel porte-monnaie elle se trouve à un moment donné. En bref, les monnaies numériques basées sur des blockchains permettront aux banques centrales d’avoir une carte en temps réel d’absolument toutes les unités monétaires en circulation, et de chaque transaction économique, ce qu’elles ne peuvent pas faire avec des billions de billets anonymes qui traînent encore (le processus inverse a été lancé par la BCE lorsqu’elle a supprimé le fameux billet de 500 euros qui permettait aux Européens de contourner facilement les taux d’intérêt négatifs de l’Europe). Et, bien sûr, lorsque le moment sera venu, les banques centrales pourront également “avertir” le public que la monnaie numérique dans leurs portefeuilles numériques pourrait bientôt expirer, provoquant un flot inflationniste de dépenses en un tour de main.

Source: Aube Digitale

Le Forum interconfessionnel du G20 se réunit cette semaine pour faire progresser la religion mondiale


Le forum interconfessionnel du G20 du 13 au 17 octobre a été organisé en ligne en raison de la pandémie COVID0-19. La programmation de la septième édition du forum comprenait le cardinal Miguel Ángel Ayuso Guixot, président du Conseil du Vatican pour le dialogue interreligieux; Le patriarche Bartholomée de Constantinople; des représentants des Nations Unies, du Centre de dialogue international (KAICIID), de l’Organisation de la coopération islamique, de la Ligue musulmane mondiale et de la Commission européenne.

Alors que les dirigeants de dix traditions religieuses différentes se «réunissaient» via Zoom lors d’un forum interconfessionnel du G20 organisé en Arabie saoudite, le document Chrislam du pape François sur la fraternité humaine occupait une place centrale dans les discussions.

Tandis que l’ église tiède de Laodicée sommeille, l’assemblage de la Religion Universelle Prophétisée de Chrislam avance à toute vitesse. Pendant que vous lisez ceci, en ce moment à Riyad en Arabie Saoudite, quelque chose qui s’appelle le Forum interconfessionnel du G20 se réunit pour discuter de la manière dont l’islam, le judaïsme et le catholicisme romain peuvent «s’unir» pour créer la paix mondiale. S’il n’y avait pas autant de poussière sur votre Bible King James, vous sauriez exactement de quoi je parle.

«Et la femme était vêtue de couleur pourpre et écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles, ayant dans sa main une coupe d’or pleine d’abominations et de saleté de sa fornication: Et sur son front  était un nom écrit: MYSTÈRE, BABYLON LA GRANDE, LA MÈRE DES HARLOTS ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE. Révélation 17: 4,5 (KJB)

Nous l’appelons Chrislam, le monde perdu y fait allusion sous divers autres noms comme l’ Initiative des religions abrahamiques , la Déclaration de la fraternité humaine , les accords d’Abraham , mais peu importe comment vous l’appelez, vous vous retrouvez au même endroit. 2019 a été l’année de la ratification de Chrislam, codifiée, encouragée et financée, et 2020 est l’année de son adoption par les dirigeants perdus de ce monde. C’est la religion mondiale unique de Chrislam dont on a mis en garde dans l’Apocalypse, cela a commencé, c’est ici. Chose drôle, quand nous avons commencé à faire des histoires sur Chrislam il y a dix ans, les gens m’ont traité de théoricien du complot, d’alarmiste et de fournisseur d’appâts cliquables. En 2020, tout ce que je vous avais dit arriver est maintenant là et dépasse mes attentes initiales. Ce n’est pas que je suis si intelligent, c’est juste que j’ai une Bible King James et je crois ce qu’elle dit. Vous devriez l’essayer un jour.

«C’est pourquoi aussi Dieu l’a hautement élevé, et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom: afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, des  choses  dans le ciel, et des  choses  sur la terre, et des  choses sous la terre; Et  que  toute langue confesse que Jésus-Christ  est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. Philippiens 2: 9-11 (KJB)

Oh, au cas où vous vous poseriez la question, Jésus-Christ n’a pas été invité au Forum interconfessionnel du G20, il est une figure bien trop source de division pour être inclus dans un si auguste conseil de chefs religieux, vous n’entendrez pas son nom une seule fois. Mais vous entendrez parler de la «fraternité de l’homme», de «l’inclusion du genre» et du besoin de «justice climatique». L’ordre du jour de l’Antéchrist.

Le Forum interconfessionnel du G20 demande instamment de remettre «  la dignité humaine au centre  » du débat mondial

«Nous devons remettre la dignité humaine au centre et sur ce pilier construire les structures sociales alternatives dont nous avons besoin», a déclaré Miguel Ángel Moratinos, Haut Représentant de l’Alliance des civilisations des Nations Unies, citant directement Fratelli Tutti , le pape encyclique publiée le 4 octobre.

Ses propos sont intervenus lors d’un sommet de haut niveau appelé Forum interconfessionnel du G20 avant la réunion des dirigeants du G20 à Riyad le mois prochain, où les dirigeants gouvernementaux de 19 pays et de l’Union européenne se réuniront pour discuter de la coopération économique internationale.

Le forum interconfessionnel du 13 au 17 octobre a été organisé en ligne en raison de la pandémie COVID0-19. La programmation de la septième édition du forum comprenait le cardinal Miguel Ángel Ayuso Guixot, président du Conseil du Vatican pour le dialogue interreligieux; Le patriarche Bartholomée de Constantinople; des représentants des Nations Unies, du Centre de dialogue international (KAICIID), de l’Organisation de la coopération islamique, de la Ligue musulmane mondiale et de la Commission européenne.

KAICIID a été fondée par l’Arabie saoudite, l’Espagne et l’Autriche avec le Saint-Siège en tant que membre observateur fondateur. C’est un effort au nom du monde islamique pour atteindre d’autres confessions dans la poursuite d’un dialogue transnational, interculturel et interreligieux.

«L’HISTOIRE DE CE FORUM INTERCONFESSIONNEL DU G20 NE COMMENCE PAS CE SOIR ET SE TERMINE DANS CINQ JOURS», A DÉCLARÉ LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE KAICIID, FAISAL BIN MUAAMMAR. «L’HISTOIRE A COMMENCÉ EN JUILLET, AVEC LA PREMIÈRE CONSULTATION ENTRE LES CHEFS RELIGIEUX, LES EXPERTS CONFESSIONNELS ET LES DÉCIDEURS POLITIQUES DE LA RÉGION ARABE.»

Après cette première étape, des consultations ont réuni 500 participants, représentant 10 traditions religieuses dans 70 pays sur les cinq continents.

Le président du forum religieux du G20 a expliqué que la «Route vers Riyad» s’est frayée un chemin à travers l’Asie, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, l’Europe et le Moyen-Orient dans une série de consultations sans précédent sur certains des défis les plus pressants dans le domaine de développement humain.

Ce processus s’est déroulé malgré les défis de la pandémie COVID-19, y compris une connexion Internet bancale au début de la réunion de mardi. Quoi qu’il en soit, «ces consultations n’ont pas manqué de passion, d’urgence ou de direction», a déclaré ben Muaammar.

«NOUS AVONS ENTENDU DES TÉMOIGNAGES PUISSANTS SUR LES THÈMES EXAMINÉS PAR CE FORUM – SUR LES EFFETS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE, L’INÉGALITÉ ENTRE LES SEXES, LE DÉSÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE ET LA MAUVAISE GOUVERNANCE», A-T-IL DÉCLARÉ.

Le royaume d’ Arabie saoudite a une «responsabilité historique» avant le sommet du G20, et le forum interconfessionnel doit préparer la scène de manière adéquate, a-t-il soutenu, en formulant une série de recommandations.

«Bien sûr», a déclaré Moratinos, les questions de l’inégalité entre les sexes et du changement climatique seront abordées par les dirigeants des pays du G20, notamment les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud, le Mexique, la France, l’Italie, l’Allemagne et le Japon. et Australie. Mais la recommandation «essentielle» que les chefs religieux peuvent donner, a-t-il poursuivi, porte sur l’éthique et la spiritualité, toutes deux nécessaires aujourd’hui, alors que le monde est en crise.

Bien avant la naissance de l’ONU, a reconnu Moratinos, différentes confessions ont adopté la notion d’égalité des droits pour tous les êtres humains: «En ce sens, il n’est pas surprenant que depuis la pandémie, nous ayons été témoins de la façon dont les organisations confessionnelles et leurs dirigeants ont incarnait le principe de ne laisser personne de côté et de lutter pour la justice sociale, contribuant à mobiliser les ressources et à soutenir les plus difficiles à atteindre.

«LES ACTEURS DE LA FOI ONT UNE RÉPUTATION D’ÊTRE EN PREMIÈRE LIGNE LORSQUE LES CRISES FRAPPENT CHEZ EUX», A-T-IL DÉCLARÉ. «DANS UNE CRISE QUI CHANGE LA VIE, LORSQUE LES GENS SONT DÉSESPÉRÉS ET DÉRACINÉS DE LEUR VIE, LA FOI A SOUVENT ÉTÉ LEUR POINT D’ANCRAGE ET LE LIEU VERS LEQUEL ILS SE TOURNENT POUR SE CONSOLER ET ESPÉRER.»

Citant à nouveau le pontife , Moratinos a déclaré que le temps des «monologues parallèles» était révolu et que le temps était venu d’un «dialogue constructif et durable».

La situation critique du monde – due au nouveau coronavirus, l’impact du verrouillage sur la santé mentale et les économies, la montée de la pauvreté, du chômage et des inégalités, font partie des choses énumérées par plusieurs panélistes – implore les chefs religieux de se rassembler, et ce était le message central de la séance d’ouverture.

Pour reprendre les mots du cheikh Abdallah Bin Bayyah, président du Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes: «La religion est une grande puissance qui peut être un pont. J’adorerais voir les chefs religieux agir comme des pompiers pour éteindre les incendies et sauver la vie des gens où qu’ils soient; ils ne demandent pas «comment ce feu s’est-il éclaté? mais ‘comment pouvons-nous l’éteindre et l’empêcher?’ »

Au cours de ses remarques , Ayuso a soutenu que les croyants de différentes traditions religieuses peuvent offrir de précieuses contributions à la fraternité universelle où qu’ils se trouvent. Citant le pape, il a déclaré que les voix des puissants et des «experts» ne devraient pas être les seules entendues dans le débat public.

«IL FAUT FAIRE DE LA PLACE POUR DES RÉFLEXIONS NÉES DE TRADITIONS RELIGIEUSES QUI SONT LE DÉPOSITAIRE DE SIÈCLES D’EXPÉRIENCE ET DE SAGESSE», A DÉCLARÉ LE CARDINAL.

Pour aborder le «moment très sombre» que traverse l’humanité, a déclaré Ayuso, des solutions adéquates sont nécessaires pour résoudre les problèmes de «notre vie existentielle», la famille humaine se réunissant dans un esprit d’amitié, proposant des réponses à des problèmes communs. Les chefs religieux en particulier, a-t-il dit, doivent être une «contagion d’espoir».

«Rendons ensuite témoignage à nos communautés religieuses ainsi qu’à nos sociétés dans lesquelles nous vivons: Unité, solidarité et fraternité, pour améliorer notre« maison commune », comme le Pape François nous le rappelle sans cesse», a déclaré Ayuso. «C’est notre responsabilité publique, qu’elle soit politique, socio-économique ou religieuse.»

Afin de trouver une «thérapie» adéquate pour mettre fin à la crise mondiale et en prévenir une nouvelle à l’avenir, il est nécessaire de répondre à l’appel du pape François de «réaffirmer que nous sommes membres d’une seule famille humaine».

Source: NTEB & CRUX NOW

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Les 31 faits silencieux sur l’Enlèvement


  1. Ce sera le prochain plus grand événement qui choquera tous les continents du monde. Matt 24.40-42.
  1. Il va avoir lieu soudainement, brusquement, de manière inattendue, sans avertissement et sans préavis. 1 Th 5.2
  1. Il n’y aura pas de deuxième version de l’événement. 1 Th 5.4
  1. Un plus grand pourcentage de chrétiens sera pris au dépourvu. Matthieu 24.38-39
  1. Les chrétiens insouciants qui manqueront l’événement n’auront pas d’autre opportunité gracieuse similaire. Matthieu 13.49-50
  1. L’événement n’aura aucun égard ni respect pour les titres ecclésiastiques ou les postes de direction de l’église. Matthieu 5.20 / Matthieu 7.21-23
  1. Ce sera un jour où les moutons seront séparés des chèvres. Matt 25.32-33 .
  1. Ce jour fera la différence et la séparation entre les chrétiens de la voie large (mondains) et les chrétiens de la voie étroite (séparés du monde et soumis à la Parole de Dieu). Matthieu 7.13-14
  1. Ce jour séparera la sincérité de l’hypocrisie. Gal 5.16- 21
  1. Ce jour fera la différence entre ceux qui ont des péchés secrets et ceux qui haïssent les péchés secrets. Gal 5.20-21
  1. Ce jour séparera ceux dont la vie est cachée en Christ de ceux qui se cachent dans l’église. Luc 13.27
  1. Ce jour montrera une démarcation flagrante, claire et visible entre les chrétiens qui marchent sur le chemin de la sanctification et ceux qui marchent sur le chemin de la mondanité. Hé 12.14
  1. Ce sera un jour de double émotion: joie pour les uns et regrets inimaginables, indescriptibles, incontrôlables pour les autres. Luc 13.28
  1. Ce sera une jour de surprises – certains «grands noms» ne seront pas enlevés tandis que certains «moins connus» seront enlevés. 1 Cor 1.26-29
  1. Une autre surprise peut être qu’un homme ou une femme qui a fidèlement servi le Seigneur pendant de nombreuses années peut souiller son vêtement quelques minutes avant le son de cette trompette d’invocation et manquer l’enlèvement tandis qu’un pécheur notoire peut abandonner sa mauvaise vie, naître de nouveau en donnant sa vie à Jésus dans le même laps de temps et être enlevé au ciel. Ézéchiel 3.20 / Ezéchiel 18.1-21
  1. Cet événement peut avoir lieu maintenant, aujourd’hui, cette semaine, ce mois-ci, cette année ou l’année prochaine! Matthieu 24.36
  1. Les chrétiens sages, comme les cinq vierges qui ont pris de l’huile supplémentaire, sont censés se préparer, oui, à se préparer. Matthieu 25.1-13
  1. Après l’événement, tous ceux qui sont amers les uns contre les autres, méchants, impitoyables, jaloux, arrogants, haineux, hypocrites, ivrognes, fornicateurs, adultères, meurtriers avec des armes et meurtriers avec la langue, etc., auront assez de temps pour continuer dans leur voies.       Hé 12.14-15.
  1. Lorsque l’événement sera terminé, il y aura un réveil parmi ceux qui ont choisi de rester en arrière non pas parce qu’il y aura une seconde chance, non, mais parce que la réalité de l’événement les aurait frappés comme un coup de foudre. Mais ils devront payer de leur propre sang. Apocalypse 7.9-14
  1. Une fois l’événement terminé, ceux qui sont laissés pour compte ne pourront plus adorer en toute sécurité dans leurs gigantesques synagogues et cathédrales fantaisistes et de plusieurs milliards.  Au lieu de cela, ils chercheront la sécurité dans les grottes, les buissons et les structures abandonnées et délabrées mais cachées.  Apocalypse 6.15-17
  1. Lorsque ce grand événement sera terminé, chaque fois que ceux qui manqueront l’enlèvement parviendront à se rassembler pour le culte, ils ne feront attention qu’à un seul sermon – qu’ils se rassemblent en Afrique, en Asie, en Australie, en Europe, en Amérique du Nord le sermon se concentrera uniquement sur « Comment rencontrer la norme divine et rejoindre les autres saints »  Ap 14.6-7
  1. Il est également intéressant de noter que ceux qui seront laissés n’auront plus jamais affaire à des comédiens à leurs autels. Non ! Il n’y aura plus de rassemblements pour les divertissements.  Chaque fois qu’ils parviennent à se rassembler, ce sera toujours pour la sanctification.  Luc 21.34
  1. Le modèle de prière de ceux qui seront laissés pour compte subira également un changement radical.  Ils ne prieront plus pour les choses.  Ils ne prieront que pour avoir la force de résister aux tortures de l’Antéchrist et mourront courageusement pour rejoindre les autres saints.  Personne ne priera pour le travail, les mariages, etc. Ap 8. 3-4
  1. Il est également intéressant de noter que certains de ceux qui manqueront leur fuite ne pourront pas endurer la torture de l’Antéchrist. Ils recevront la marque de la bête et seront ainsi condamnés à jamais.  Ap 14.9-11
  1. Lorsque les saints prêts seront partis, tous les murs de séparation confessionnels et dénominationnels s’effondreront.  L’homme ou la femme qui adorait dans l’Évangile une dénomination spécifique par exemple, se cachera au même endroit que ceux qui adorent Dieu dans d’autres dénominations et personne ne se souviendra de revendiquer la supériorité car alors ils seront confrontés à un ennemi commun.  Éph 4.1-6
  1. Lorsque cet événement sera terminé, chaque fois que des croyants qui manqueront l’enlèvement parviendront à se rassembler n’importe où pour le culte, il y aura une atmosphère de sobriété. Ce tapage dont nous sommes témoins aujourd’hui ne sera plus.  1 Pierre 4.7 / 1 Pierre 5.8
  1. Il y aura également un changement radical dans l’attitude de ceux qui manqueront l’enlèvement  vers l’étude biblique.  Ce que nous avons maintenant, c’est une attitude caractérisée par un degré élevé de nonchalance et d’indifférence, mais lorsque les saints prêts seront partis, ceux qui seront laissés pour compte commenceront à prendre leur étude biblique au sérieux.  2 Tim 2.14-24
  1. Tous les adolescents et jeunes qui viennent à l’église pour plaire à leurs parents se repentiront après ce grand événement; oui, ils commenceront à chercher Dieu pour eux-mêmes.  Apocalypse 19.5/  Apocalypse 20.12.
  1. Lorsque l’événement sera terminé, tous ceux qui feront des affaires dans les écoles, les hôpitaux, les banques, etc. devront porter la marque de la bête (666) ou être traqués et tués comme des criminels de droit commun. Apocalypse 13.17
  1. L’un des avantages de ce rappel est qu’il peut y avoir quelqu’un qui lit cet article aujourd’hui qui prendra une décision ferme pour s’assurer qu’il / elle monte à bord de ce vol céleste voyageant vers la gloire.  Apocalypse 2.7, 2.11, 2.17, 2.29, 3.6, 3.13, 3.22.
  1. Cependant, l’une des plus grandes tragédies de ce rappel est qu’il y a peut-être aussi quelqu’un qui lit cet article aujourd’hui mais qui ne verra jamais le besoin de tenir compte de cet avertissement.  Une tragédie en effet !  Apocalypse 22.11-12

Source: Michelle d’Astier de la Vigerie

Supporter un temps où l’on attend Dieu


Juste avant de monter au Ciel, Jésus a dit à Ses disciples : “Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut” (Luc 24:49). Le message de Jésus était clair : “Attendez l’Esprit !”

La plupart d’entre nous avons besoin de travailler notre discipline en ce qui concerne l’attente. Plus nous nous précipitons pour accomplir des choses pour Dieu dans la chair, plus Sa puissance s’écoule hors de nous. C’est arrivé dans l’Ancien Testament encore et encore. Israël allait plus vite que Dieu, gênant Ses plans pour eux et Le privant de la gloire qu’Il mérite en tant que Libérateur fidèle. Nous avons la même tendance aujourd’hui. Notre chair est tout simplement encline à aller plus vite que le Seigneur

Élie savait ce que c’était que d’attendre le Seigneur. “Et la parole de l’Éternel fut adressée à Élie, en ces mots: … cache-toi” (1 Rois 17:2-3). Ce sont les mots les plus difficiles qu’un disciple de Jésus puisse entendre. C’est l’équivalent des paroles que Jésus a adressées à Ses disciples : “Attendez.” Pour les disciples, l’attente n’a duré que quelques semaines (voir Luc 24:49). Mais pour Élie, cela a duré trois ans. C’était le temps qu’a duré la famine après que Dieu lui ait parlé.

Imagine comme cette période a dû être difficile pour Élie. Il avait une parole brûlante de la part de Dieu dans son cœur, mais il lui a été ordonné de rester silencieux pendant trois longues années. Quand ces années ont été terminées, Dieu a dit à Élie : “Va, présente-toi… et je ferai tomber de la pluie sur la face du sol” (1 Rois 18:1).

Aujourd’hui, certains d’entre nous se “présentent” avant le temps prévu par Dieu. Nous finissons alors par nous fatiguer, nous lasser de faire l’œuvre de Dieu. Mais, mon ami, la seule puissance que nous aurons jamais pour accomplir l’œuvre de Dieu viendra toujours du temps passé dans la prière.

Attendre est une expérience pénible, souvent remplie d’ennui et de soupirs. Pour les disciples, cela dit, attendre n’avait rien d’ennuyeux parce qu’ils avaient la promesse de Jésus et cela faisait toute la différence ! Quand le moment est venu pour nous de “nous présenter”, Dieu nous accordera Sa puissance. Quel moment merveilleux ce sera !

Gary Wilkerson

Cisjordanie: « Aucune paix » au Proche-Orient sans la fin de « l’occupation israélienne » (M. Abbas)


« Il n’y aura aucune paix, sécurité ou stabilité pour quiconque dans la région sans la fin de l’occupation »

Il n’y aura « aucune paix » au Proche-Orient sans la « fin de l’occupation israélienne » de la Cisjordanie, a réagi mardi soir le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, après la signature d’accords de normalisation des relations entre Israël, les Emirats et Bahreïn.
« Il n’y aura aucune paix, sécurité ou stabilité pour quiconque dans la région, sans la fin de l’occupation et le respect des pleins droits du peuple palestinien », a assuré M. Abbas dans un communiqué.
Les Palestiniens ont accusé ces dernières semaines les Emirats et Bahreïn d’avoir « trahi le consensus arabe » qui faisait du règlement du conflit israélo-palestinien la condition préalable à la normalisation des relations avec l’Etat hébreu.
« Les tentatives pour contourner le peuple palestinien (…) auront de graves répercussions, dont les Etats-Unis et l’occupation israélienne devront porter la responsabilité », a-t-il ajouté, sans toutefois épiloguer sur ces « répercussions ».
Lors de la cérémonie de signature à la Maison Blanche, le ministre émirati des Affaires étrangères, Abdallah ben Zayed Al Nahyane, a affirmé que cet accord avec Israël « permettrait à Abou Dhabi de défendre le peuple palestinien et réaliser leur espoir pour un Etat indépendant ».
Source: i24 News

Donald Trump dit s’attendre à ce que l’Arabie saoudite reconnaisse Israël « le moment venu »


« J’ai parlé avec le roi d’Arabie saoudite », ils suivront « le moment venu »

Donald Trump a dit s’attendre à ce que l’Arabie saoudite reconnaisse à son tour Israël, « le moment venu », en suivant l’exemple des accords signés mardi à Washington entre l’Etat hébreu, les Emirats arabes unis et Bahreïn.
Après avoir affirmé que « cinq ou six pays » arabes supplémentaires suivraient « très bientôt » l’exemple des deux Etats du Golfe, il a ensuite évoqué un objectif encore plus ambitieux de « sept ou huit », « y compris les gros », dont l’Arabie saoudite.
« J’ai parlé avec le roi d’Arabie saoudite », ils suivront « le moment venu », a-t-il dit à des journalistes.
Plus tôt dans la journée, le locataire de la Maison Blanche avait affirmé que « de nombreuses autres nations étaient prêtes » à faire la paix avec Israël, sans préciser lesquelles.
« Vous allez voir beaucoup de bonnes nouvelles. Il va y avoir la paix au Moyen-Orient », avait assuré le président américain peu avant la cérémonie de signature des accords de paix.
Début septembre, Riyad avait affirmé qu' »une normalisation des relations diplomatiques n’aurait pas lieu tant qu’Israël ne se serait pas mis d’accord sur la création d’un Etat palestinien indépendant« .
Source: i24 News