Le principe du reste – Cinquième partie (fin)


Il pourrait être utile pour nous de passer en revue les principes que nous avons appris jusque là. Premièrement, le Seigneur a un Dessein, à savoir que Christ ait la prééminence en toutes choses. Dans la vision de Daniel, une Pierre qui s’est détachée sans l’aide d’aucune main, consumera et brisera en pièces tous les autres royaumes, remplissant la terre, et s’établissant à jamais. Alors un Royaume, qui n’a pas de fin, s’établira (Cf. Daniel 2). Sur cette PIERRE, Qui est Christ, JESUS bâtit Son Eglise. Cela nous ramène directement au présent. Ce Dessein est aussi valide aujourd’hui qu’il l’était 600 années avant J.C. S’il vous plait, ne reléguez pas cet enseignement au passé, parce que si vous le faites, vous passerez à coté et raterez la bénédiction. Le Livre de Daniel nous apprendra à vivre d’une manière conforme au Dessein de Dieu MAINTENANT.

Deuxièmement, quand l’Ensemble ne peut pas ou ne veut pas accomplir le Dessein de Dieu, le Seigneur prélève un Reste du milieu de cet Ensemble afin de préserver Sa Volonté en dépit de l’Ensemble. Parmi toutes les nations du monde, Il a choisi Israël pour être le Reste. Du milieu d’Israël, Il a choisi une poignée de fidèles pour porter le Témoignage. De tous les gens qui ont été déportés en Babylone, Daniel et ses trois amis furent les seuls qui ne se souillèrent pas eux-mêmes. L’Eglise est un Reste par rapport au monde, et les Vainqueurs sont un Reste par rapport à l’Eglise. « Il a donné certains … jusqu’à ce que TOUS » (Ephésiens 4:11-13ss). Le Seigneur utilise CERTAINS jusqu’à ce qu’Il gagne TOUS. C’est le Principe du Reste.

Troisièmement, quand nous touchons quelque chose du Dessein de Dieu, quand nous saisissons en vision quelque chose appartenant au Ciel, quand nous voyons quelque chose concernant le Royaume de Dieu et Sa Volonté, nous rentrons en conflit. Aussitôt que nous saisissons quelque chose de la signification de la Volonté Ultime de Dieu, et que nous commençons à manifester un Témoignage Céleste sur la terre, nous devenons le sujet d’une intense résistance de la part d’éléments de cet univers qui sont opposés à ce Témoignage. C’est cette résistance que le Bible appelle « antichrist ». Elle essayera toujours de polluer ou de compromettre le Témoignage. Si cela ne marche pas, elle essayera alors de le détruire. Rappelez-vous que le Témoignage ne se limite pas à proclamer « Jésus est Seigneur ». Le Témoignage est la DEMONSTRATION de la Seigneurie de Jésus sur notre façon de vivre – en ayant la victoire sur le péché, le Moi, et Satan. Si nous ne vivons pas de cette manière, en démontrant la prééminence de Christ sur ces trois ennemis, alors les mots sont de peu d’utilité. Mon Témoignage n’est pas quelque chose que JE DONNE, mais quelque chose que JE VIS. Quatrièmement (et nous DEVONS saisir cela), quand quelqu’un s’ajuste au Dessein de Dieu et commence à prier en faveur du Royaume de Dieu et de la Volonté de Dieu, le Ciel entier se met en mouvement pour soutenir, fortifier, encourager, protéger, pourvoir, et combattre en faveur de ces disciples soumis. « Les Cieux dominent » (Daniel 4:26b). Le Seigneur, immédiatement et d’une façon décisive, va s’employer à protéger ce Reste. Daniel est un livre de victoire. C’est un livre de triomphe. Pourquoi? Parce que vaincre est la vie chrétienne normale de tout saint faisant passer le Royaume et la Volonté de Dieu au-dessus de son propre royaume et de sa volonté. Prenez donc ces quatre principes, mettez les ensemble, et vous obtiendrez une guerre dans les cieux, un conflit incessant, et une tension presque insupportable dans le monde spirituel.

Cette tension existe jusqu’à ce que le Royaume de Dieu et la Volonté de Dieu soient pleinement établis. Ce qui EST résiste toujours à ce qui SERA. Ainsi, le Seigneur Jésus ne nous dit pas d’attendre simplement Son retour d’une façon passive, mais nous ordonne de prier: « Que Ton Royaume vienne, que Ta Volonté soit faite: sur Terre comme au Ciel » (Matthieu 6:10). Evidemment, le Royaume de Dieu n’est pas encore pleinement établi et la Volonté de Dieu n’est pas encore parfaitement accomplie parce que la vie que nous connaissons ici sur Terre n’est pas encore « comme au Ciel ». Elle en est bien loin! Christ est prééminent, mais Il n’a pas une prééminence manifeste; c’est à dire que Jésus est Seigneur, mais « nous ne VOYONS pas encore que toutes choses Lui soient soumises » (Hébreux 2:8b). Ainsi le Ciel et la Terre sont en désaccord jusqu’à ce que la Terre s’aligne sur le Ciel.

TROIS CARACTERISTIQUES DU RESTE VAINQUEUR

Quand nous VERRONS que toutes choses sont soumises à Christ, alors le Royaume de Dieu aura été établi et la Volonté de Dieu, Son Dessein Eternel, auront été accomplis. Nous pourrons alors arrêter de prier pour que le Royaume vienne et que la Volonté soit faite, parce que nous n’avons pas besoin de prier pour que quelque chose se produise une fois qu’elle est déjà accomplie. Mais jusqu’à ce que cela arrive, nous sommes appelés à nous tenir sur la brèche et à prier pour son accomplissement. Plus nous allons profondément dans le conflit spirituel, plus nous commençons à voir que cette prière, la vraie prière, est un travail; en vérité, cela peut finalement devenir notre seul travail, notre travail suprême, car rien ne se passe tant que quelqu’un ne prie pas.

Si Dieu fait tout ce qu’Il souhaite, que nous prions ou non, alors nous n’avons pas du tout besoin de prier, et les instructions du Seigneur de prier pour Son Royaume et Sa Volonté sont superflues. Mais la vérité est que Dieu, avant de faire quoi que ce soit, attend qu’un Reste se lève et prie en conformité avec Son Dessein – Il ne fera rien indépendamment de l’Eglise. Indépendamment de LUI, nous ne POUVONS rien faire; indépendamment de NOUS, Il ne FERA rien. Voilà ce que je veux dire: le Seigneur scrute la Terre entière, et quand Il a trouvé une personne qui voit ce Dessein, et ajuste quotidiennement sa vie à ce Dessein, et (la clé est là!) avec persévérance se lève pour prier en faveur de l’accomplissement de ce Dessein, alors Dieu met en mouvement les Cieux et la Terre en faveur de cette personne; parce qu’Il a enfin trouvé un terrain sur lequel bâtir. Cette personne fait partie du Reste parce que, je vous l’assure, ce genre d’ hommes et de femmes sont peu nombreux et c’est peu de le dire.

Daniel est ce type de personne. Reprenons les trois caractéristiques que je viens juste de décrire et voyons comment Daniel y correspond. Premièrement Daniel a vu le Dessein de Dieu. Nous ne prendrons pas le temps de parcourir chaque chapitre prophétique pour l’étudier en détail. Mais quand vous parcourez les visions et rêves rapportés dans le Livre de Daniel, une chose vous apparaît, et c’est le Dessein Eternel de Dieu. Tout ce que Daniel voit et entend est interprété à la lumière de ce Dessein. Il y a un fil qui relie toutes ces choses, les connectant toutes ensemble. Si nous les additionnons toutes, que voyons-nous? Nous voyons l’émergence et la chute des royaumes terrestres, la venue du Messie, et l’établissement d’un Royaume céleste qui ne finira jamais. Certes, c’est décrit de nombreuses et différentes façons, mais c’est le message qui est sous-jacent dans chaque rêve et vision rapportée dans ce livre. Christ grandira, et toute autre chose diminuera (cf. Jean 3:30).

Deuxièmement, Daniel met sa vie en ordre conformément à ce Dessein. Il est dans le monde, accomplissant sa tache avec un tel degré de perfection qu’on ne peut lui reprocher aucune faute. Il n’est pas un mystique contemplatif qui néglige ses responsabilités terrestres. Il est DANS le monde, en plein milieu de Babylone; mais il n’est clairement pas DU monde. Il a vu que le Ciel règne, et que le Très Haut est son gouverneur. Il a vu la direction du monde, et il sait que sa tendance est d’aller vers le bas. Il sera donc dans le monde, mais il n’en fera pas partie. Il ne mangera pas la viande du roi et ne boira pas le vin du roi. Il ne se prosternera pas devant l’idole. Quand personne ne pourra donner l’interprétation alors il la donnera, et il ne fera pas de compromis dans son message. Le Roi peut lui faire confiance pour s’occuper de ses affaires, et le Seigneur peut lui faire confiance pour s’occuper des Siennes.

Je voudrais m’arrêter un instant sur cette question « d’ordonner sa vie » conformément au Dessein. En tant que Chrétiens, on a entendu tant de messages que l’on fait souvent l’erreur de penser que parce que nous connaissons (objectivement) quelque chose de vrai, alors automatiquement notre vie se trouve ajustée à cette vérité. Mais connaître(de manière objective) quelque chose ne signifie pas que nous vivons cette chose . Nous devons nous méfier de la tentation d’assimiler facilement des messages et des « mots » avec notre cerveau. Recevoir la Parole dans notre cerveau ne nous servira à rien; la Parole doit être reçue dans le coeur. Je ne veux pas entendre des félicitations et des applaudissements pour un message « agréable » ou un article « qui fait réfléchir ». Je désire nous voir mettre en ordre notre vie conformément à ce que nous proclamons approuver. Selon ce que l’on voit actuellement, notre niveau d’éducation est bien supérieur à notre niveau d’obéissance. Nous ne vivons pas le dixième de ce que nous disons croire. Avant même d’avoir mis un message en pratique, nous sommes déjà en train d’attendre anxieusement le suivant. Que Dieu nous délivre de cette obéissance partielle, qui n’est que de la désobéissance déguisée.

Voir quelque chose et le vivre sont deux choses différentes. Il y a une différence entre connaître le Chemin et marcher sur le Chemin. Daniel fait les deux, mais il va plus loin. Il y a une troisième caractéristique qu’il nous faut voir en lui, et c’est la suivante: Daniel se lève pour prier pour l’accomplissement du Dessein de Dieu. La prière véritable nous offre la plus grande opportunité de renoncement à nous-mêmes. A quand remonte la dernière fois où vous avez prié, non pour votre agenda ou votre plan, mais pour la venue du Royaume de Dieu et pour que Sa Volonté soit faite? A quand remonte la dernière fois où nous sommes venus devant le Seigneur, non pour voir nos besoins satisfaits, mais pour satisfaire Son besoin? A quand remonte la dernière fois où nous avons soumis nos désirs personnels et nos souhaits, et où nous nous sommes consacrés pleinement pour prier afin que le Dessein de Dieu soit accompli? A quand remonte la dernière fois où nous avons mis de coté notre famille, nos amis et nos affaires pour chercher le Seigneur; non pour recevoir une bénédiction de Sa part, mais pour être une bénédiction pour Lui.

Nous apprenons que Daniel était non seulement un homme chargé d’une lourde responsabilité administrative et d’une autorité gouvernementale, mais il était avant tout un homme de prière: un homme qui s’extrayait de ses responsabilités terrestres afin de chercher la face du Seigneur – pas une fois par jour, pas deux fois par jour – mais trois fois par jour, présentant des prières, des requêtes, et des actions de grâce devant le Seigneur. De plus, Daniel servait fréquemment le Seigneur dans le jeûne.

Aujourd’hui, tout le monde veut la puissance de Dieu, mais bien peu acceptent de se renier eux-mêmes. Ils préfèrent plutôt que quelqu’un prie pour eux ou leur impose les mains, tout en continuant de vivre comme bon leur semble. Vous savez, il n’y a pas de loi qui dise qu’un chrétien doit prier trois fois par jour et servir le Seigneur dans le jeûne, comme le faisait Daniel. Nous ne sommes pas conduits par des lois et des règles, mais par l’Esprit. Vous pouvez prier une fois par jour, une fois par semaine, ou pas du tout. Vous pouvez manger trois ou quatre repas par jour si vous le désirez. Mais j’espère qu’un jour, nous deviendrons plus affamés du Seigneur et plus assoiffés pour Son Dessein que nous le sommes pour notre nourriture et notre boisson terrestres. J’espère qu’un jour nous deviendrons si consumés par les choses célestes que les choses de la terre commenceront à perdre leur emprise sur nous. Je prie pour que nous ayons au moins juste ce qu’il faut de sagesse pour comprendre que si nous voulons réellement connaître Dieu, il nous faudra payer un prix pour le connaître. Cela nous coûtera quelque chose d’obtenir la vérité expérimentale, et cela nous coûtera quelque chose de s’y accrocher une fois que nous l’aurons obtenue.

Il y a quelque chose qui devrait nous inciter à prier. Il devrait y avoir une sorte d’onction, une sorte de force intérieure, qui nous pousse à chercher Dieu, à Le chercher de bon matin, et à Le chercher souvent. Si ce n’est pas notre expérience quotidienne, alors c’est que quelque chose ne va pas. Nous sommes peut être devenus complaisants ou nous sommes tombés dans la facilité ou la tiédeur. Quelle qu’en soit la raison, le remède à cela est la vision. Si nous avons réellement vu le Dessein de Dieu, nous ne pouvons plus continuer comme avant. Cela nous consumera. Une personne avec une petite vision priera de petites prières. Daniel était un homme doté d’une vision immense, et il pouvait donc faire de grandes prières.

J’ai dit bien des fois que tout le monde veut la révélation apostolique, mais personne ne veut la persécution apostolique. Nous aimerions avoir un don comme Daniel, afin de pouvoir interpréter les rêves, entendre la voix de Dieu, et recevoir un aperçu prophétique des évènements de ce monde. Oh oui, nous voulons le don, mais nous ne voulons pas payer le prix. Est-il étonnant que ce que l’on qualifie de « prophétique » aujourd’hui soit simplement « pathétique »? Il n’y a pas de racines profondes dans ces gens, pas d’histoire secrète avec Dieu, juste un empressement insensé pour apporter encore une autre « parole » qui rassasiera une population avide de quelque chose de nouveau et d’excitant (2 Timothée 4:3,4; Timothée 1:5,7). Nouveau et excitant, peut être: mais quelque chose que le prophète n’a pas réellement expérimenté, et quelque chose que les gens n’ont pas l’intention de mettre en pratique. Ils sont tout le temps en train d’apprendre, mais ils ne marchent jamais conformément à la vérité qu’ils ont apprise (2 Timothée 3:7).

Daniel a vu le Dessein; Daniel a ajusté sa vie conformément à ce Dessein; et Daniel a pris l’habitude de prier quotidiennement pour que ce Dessein soit accompli. Quelque chose de supérieur à lui alimente ses prières. Il paye quotidiennement le prix, vivant conformément à la Vérité qu’il affirme approuver, démontrant la prééminence de Christ, montrant que « les Cieux dominent ». Ainsi, nous voyons en lui le Principe du Reste. Toute personne qui voit, vit, et prie en accord avec ce Dessein est marquée et mise à part – marquée par l’Ennemi, et mise à part en tant que possession particulière du Seigneur.

LA GUERRE SPIRITUELLE COMMENCE EN PRIANT POUR LE DESSEIN DE DIEU

Tournons-nous maintenant vers les Ecritures et voyons ce principe en action. Dans Daniel chapitre 6, nous voyons que dans la première année de Darius le Mède, Daniel s’est vu attribuer le poste le plus élevé de l’ancien royaume de Babylone, qui est alors une province du royaume des Mèdes et des Perses. Les autres fonctionnaires sont jaloux de Daniel et commencent à chercher quelque chose qui leur permettrait de l’accuser. Mais Daniel est fidèle, et fait un sans faute. Ils ne trouvent donc aucun sujet d’accusation concernant son travail.

Ainsi, ils réalisent que la seule façon de porter atteinte à Daniel est de trouver un sujet d’accusation en rapport avec sa dévotion pour le Seigneur. Ils préparent un complot et demandent au Roi Darius de signer une loi interdisant à quiconque de prier ou d’adresser des demandes à quelqu’un d’autre que le Roi pendant 30 jours. Si la loi est excessive, la punition l’est encore plus: toute personne violant cet ordre sera jetée dans une fosse aux lions.

Evidement ces fonctionnaires avaient une idée derrière la tête en essayant de faire passer un tel décret, et le Roi aurait dû se douter de quelque chose. Le texte suggère qu’ils s’assemblèrent en hâte, et dans la précipitation. Le Roi aurait dû demander davantage d’explications (il regrettera plus tard sa décision), mais il accepta leur requête. Et ainsi, dans la première année de Darius, pendant un mois, toute prière ou requête adressée à des dieux ou à des hommes fut interdite sous peine de mort. Dès ce moment, les ennemis de Daniel attendirent l’opportunité de le surprendre en train de prier, pour l’accuser, et le faire mourir.

Parce que le Livre de Daniel n’est pas écrit dans un ordre chronologique strict, il se peut que nous ne réalisions pas au premier abord la signification du moment où cet édit apparaît. Mais quelque chose d’autre s’est passé pendant la première année de Darius, et quand nous découvrons ce qui s’est passé, la raison de cette attaque devient évidente.

Nous lisons dans Daniel 9:

« La première année de Darius,… moi, Daniel, je vis par les livres qu’il devait s’écouler soixante-dix ans pour les ruines de Jérusalem, d’après le nombre des années dont l’Eternel avait parlé à Jérémie, le prophète. Je tournai ma face vers le Seigneur Dieu, afin de recourir à la prière et aux supplications, en jeûnant et en prenant le sac et la cendre. Je priai l’Eternel, mon Dieu, et je Lui fis cette confession… » (Daniel 9:1-4ff).

La « première année de Darius » marque la fin de Babylone et le début d’un effort assidu de Daniel pour prier et jeûner en faveur du retour des Juifs vers Jérusalem, de la reconstruction du Temple, et de la venue du Messie, le Christ. Daniel était animé d’un tel sentiment d’urgence à cet égard qu’il se retirait trois fois par jour pour prier. Toutes les fois où vous décidez de détourner votre regard de la terre, et où vous le tournez vers les cieux, vers la face du Seigneur, vous rencontrez le conflit spirituel. C’est une bataille pour obtenir la prière et c’est une bataille pour rester dans la prière.

C’est pourquoi ce n’est pas une coïncidence si un édit rendant illégale la prière a été soudainement proclamé dans la première année de Darius. Dès que Daniel se lève pour prier en faveur de l’accomplissement du Dessein de Dieu, l’Ennemi répond en menaçant sa vie. L’esprit de l’antichrist, une fois de plus, lance un défi au Reste, menaçant de le détruire, dans le but d’entraver le Dessein de Dieu. Daniel a une décision à prendre…

« Lorsque Daniel sut que le décret était écrit, il se retira dans sa maison, où les fenêtres de la chambre supérieure étaient ouvertes dans la direction de Jérusalem; et trois fois le jour il se mettait à genoux, il priait, et il louait son Dieu, comme il le faisait auparavant. » (Daniel 6:10) Nous pourrions nous demander pourquoi Daniel était si pressé de prier, de jeûner, d’implorer Dieu, et de confesser les péchés de son peuple. Si Dieu a dit qu’Il avait prévu soixante années jusqu’à ce que le temps soit accompli, pourquoi fallait-il encore prier?

La réponse se trouve dans la prière elle-même:

« Selon qu’il est écrit dans la loi de Moïse, tout ce mal est venu sur nous; et nous n’avons pas imploré l’Éternel, notre Dieu, afin de revenir de nos iniquités et de comprendre ta vérité… l’Éternel, notre Dieu, est juste dans toutes les oeuvres qu’Il a faites; et nous n’avons pas écouté Sa voix. » (Daniel 9:13,14ff)

C’est la venue du Messie qui est en jeu. Daniel s’est pertinemment rendu compte que les soixante dix années n’ont pas servi de leçon pour les Juifs, et que même si le temps alloué était accompli, cela pouvait encore durer indéfiniment du fait de l’échec de l’Ensemble. Aussi Daniel, en tant que Reste, se lève pour prier en faveur de l’accomplissement du Dessein de Dieu, se tenant sur la brèche, et intercédant pour la nation.

Daniel a prié en direction de Jérusalem. C’est un acte symbolique lourd de signification, et dans lequel on peut aussi trouver une application pour nous aujourd’hui. Nous allons y venir. Mais premièrement, pourquoi Daniel priait en étant tourné vers Jérusalem? Sans aucun doute, il avait en pensée la prière de Salomon:

« Quand ils pécheront contre Toi, car il n’y a point d’homme qui ne pèche, quand Tu seras irrité contre eux et que Tu les livreras à l’ennemi, qui les emmènera captifs dans un pays ennemi, lointain ou rapproché; s’ils rentrent en eux-mêmes dans le pays où ils seront captifs, s’ils reviennent à Toi et T’adressent des supplications dans le pays de ceux qui les ont emmenés, et qu’ils disent: Nous avons péché, nous avons commis des iniquités, nous avons fait le mal! s’ils reviennent à Toi de tout leur coeur et de toute leur âme, dans le pays de leurs ennemis qui les ont emmenés captifs, s’ils T’adressent des prières, les regards tournés vers leur pays que Tu as donné à leurs pères, vers la ville que Tu as choisie et vers la maison que j’ai bâtie à Ton nom, – exauce des cieux, du lieu de Ta demeure, leurs prières et leurs supplications, et fais-leur droit » (1 Rois 8:46-49).

C’est précisément ce que Daniel a fait pour le compte de la nation entière. Le chapitre 6 de Daniel se passe en même temps que le chapitre 9 de Daniel. Le chapitre 6 nous dit que Daniel a prié trois fois par jour, tourné en direction de Jérusalem, alors que le chapitre 9 nous parle de ce qu’il disait dans sa prière. Pendant que l’Ennemi complote de le faire mourir et essaye de mettre fin à ses prières, Daniel dit: « je priais et confessais mon péché et le péché de mon peuple Israël, et je présentais ma supplication devant l’Éternel, mon Dieu, pour la sainte montagne de mon Dieu » (Daniel 9:20). La question devant nous maintenant est la suivante: Qui va l’emporter? Qui va arriver en premier: la réponse, ou la fosse aux lions?

Nous n’avons pas le moyen de connaître avec exactitude l’ordre dans lequel les évènements décrits dans les chapitres 6 et 9 de Daniel se sont déroulés. Nous trouvons néanmoins quelques indices dans le texte. Les ennemis de Daniel ont rapidement découvert qu’il ne respectait pas l’édit, et qu’il continuait ses prières et supplications; ils sont donc immédiatement allés voir le roi en lui demandant qu’il applique la peine de mort. Nous savons que le roi fut très affligé et qu’il essaya « jusqu’au coucher du soleil » de délivrer Daniel avant qu’il ne soit arrêté et jeté dans la fosse aux lions (cf. Daniel 6:14). Nous savons aussi que l’ange Gabriel est venu personnellement pour apporter la réponse à la prière de Daniel « au moment de l’offrande du soir » qui se passait au coucher du soleil (cf. Daniel 9:21, Exode 29:39).

Il est tout à fait possible que les évènements de Daniel 6 et Daniel 9 se soient tous produits en l’espace de quelques heures. J’ai constaté dans mon expérience personnelle que la fosse aux lions arrive habituellement en même temps que la révélation. Le fardeau de prière vient en même temps que l’édit interdisant la prière; Daniel travaillait pour le Dessein de Dieu pendant que ses ennemis travaillaient à sa perte; la réponse à sa prière est arrivée en même temps que la sentence de mort. Ce n’est pas inhabituel, c’est même plutôt courant.

Où est-ce que je veux en venir? La révélation apostolique et la persécution apostolique marchent main dans la main. On ne peut avoir l’une sans avoir l’autre. La révélation ne vient pas vers nous indépendamment de nos circonstances, de notre environnement, de notre bataille et de notre lutte. Beaucoup veulent la révélation mais ils ne veulent pas la fosse aux lions. Ils veulent les anges, mais ils ne veulent pas les ennemis. Or la profondeur de la révélation est mesurée par la profondeur de la souffrance, et si nos souffrances sont légères, c’est que notre révélation est superficielle. Les choses révélées à Daniel ne sont rien de moins que miraculeuses – il n’a pas seulement appris que Christ viendra mais aussi le moment précis de sa venue.

« Soixante-dix semaines ont été fixées… Et sache, et comprends: Depuis la sortie de la parole pour rétablir et rebâtir Jérusalem, jusqu’au Messie, le prince, il y a sept semaines et soixante-deux semaines; » (Daniel 9:24,25ff). Il est couramment admis que les « semaines » mentionnées ici sont des semaines d’années. Il y a quelques controverses sur leur moment exact, mais la plupart des érudits calculent les soixante neuf semaines (483 années) jusqu’à, soit la naissance de Christ, soit le début de Son ministère public. L’important est que Daniel a reçu une réponse précise à sa prière d’intercession et une confirmation prophétique de l’accomplissement du grand Dessein qu’il a réclamé par la prière. Maintenant il peut faire face à la fosse aux lions avec calme et l’assurance que Dieu tiendra Sa promesse.

LE RESTE S’ALIGNE SUR L’AGENDA CELESTE

Il est important pour nous de réaliser que Daniel ne prie pas sous l’influence de ses sentiments pour son propre peuple. Sa démarche, et la motivation de ses prières, n’est pas dans l’intérêt de sa nation, mais pour la cause de Christ, dans l’intérêt du Royaume. Nous ne suggérons pas ici que Daniel ne priait pas pour les Juifs et qu’il ne les aimait pas, mais nous disons que sa motivation principale était de voir le Dessein de Dieu s’accomplir, Dessein dans lequel les Juifs avaient (et ont) une part. Daniel n’était pas un Juif qui priait pour ses compagnons Juifs, mais un citoyen des Cieux qui priait pour que le Dessein de Dieu s’accomplisse « sur la terre comme aux Ciel ».

Nous devons prier en tant que citoyens célestes d’un Royaume céleste, et non en tant que citoyens terrestres d’une nation terrestre. La plupart du temps, les intérêts du Ciel sont contraires à ce que veulent les nations. Si tel est le cas, nous devons prendre le parti du Ciel, et non celui de notre propre pays. Si nous prions selon ce que disent les nouvelles du soir, ou selon notre inclination de citoyens d’Afrique du Sud, d’Israël, d’Australie, d’Allemagne, ou des Etats-Unis, alors nous avons échoué dans notre mandat céleste, et le Royaume de Dieu en souffre des pertes. Nous risquons de prier pour la bénédiction et la protection quand le Seigneur appelle la diminution et le jugement (et vice versa). Si nous ne pouvons pas prendre nos distances à l’égard du patriotisme et du nationalisme, alors nous ne pouvons pas bénéficier de la puissance de Dieu dans la prière pour Son Royaume. Daniel était zélé pour la gloire de Dieu, pas pour la gloire d’Israël.

Voici ce que j’aimerai que nous comprenions. Si nous venons vers le Seigneur sur la base de notre identité de juif, ou de païen; de protestant, ou de catholique; de fondamentaliste ou de charismatique; d’Américain, de Nigérien, d’Israélien, d’Arabe, de Philippin, de Chinois, ou d’Argentin; de personne riche ou pauvre; de membre du clergé professionnel ou de laïc; d’homme ou de femme; de personne rouge, jaune, noire, ou blanche; donc nous nous approchons du Seigneur uniquement sur une base humaine. Nous devons quitter notre terrain terrestre et venir sur le terrain de Christ, et c’est une chose céleste. Cela va plus loin que là où nous sommes.

Notre histoire, notre héritage, notre lignée, les choses terrestres auxquelles nous nous identifions, les choses qui font de nous ce que nous pensons être – toutes ces choses s’arrêtent à la Croix de Christ. Il est l’Alpha: toutes choses commencent en Lui. Il est l’Omega: toutes choses se terminent en Lui. C’est pourquoi mon identité ne réside pas dans le fait que je sois un homme, blanc, charismatique ou Américain. Que ce soit « la prédominance de la race blanche », « la fierté d’être noir » ou« l’individualisme américain » tout cela est charnel: c’est terrestre, cela relève de la terre. C’est la mort. Nous devrions éviter cela comme un cancer. Qu’est-ce qu’un Juif messianique? Qu’est-ce qu’un chrétien charismatique? Qu’est-ce qu’un fondamentaliste? Qu’est-ce qu’un calviniste? Qu’est-ce qu’un baptiste? Qu’est-ce qu’un méthodiste? Qu’est-ce qu’un catholique? Qu’est-ce qu’un conservateur religieux? Je vous le dis, il n’y a rien de cela en Christ – ce sont toutes des inventions humaines. Il n’y a que deux sortes de personnes dans l’univers. Soit vous êtes en Lui, soit vous n’êtes pas en Lui. Tout le reste n’est que du désordre.

Je ne dis pas que vous devez vous soustraire à vos responsabilités. Rappelez-vous, Daniel était fidèle dans toutes ses fonctions, et aucune faute n’avait pu être trouvée en lui. Cependant il était capable de séparer ce qu’il FAISAIT de ce qu’il ETAIT. Son identité n’était pas basée sur sa position ou son appel, mais sur sa position dans les Cieux. C’est tout ce qui compte. Je vous le demande: Voulez-vous cesser d’être un Américain? Voulez-vous cesser d’être une femme noire? Voulez-vous cesser d’être un charismatique? Voulez-vous cesser d’être un méthodiste? Ce que j’entends par là, c’est: voulez-vous être réduits à Christ et « juste » être un compagnon anonyme de Jésus, un sarment quelconque au milieu de bien d’autres sarments qui demeurent dans le Cep, et qui laissent derrière eux leur identité propre?

Si vous ne voulez pas quitter votre terrain pour venir sur celui de Christ, là ou tous sont égaux, alors vous ne verrez jamais les choses depuis la perspective du Ciel. Tout passera au filtre de cette identité terrestre. Mais si vous perdez votre vie, alors vous trouverez votre Vie véritable, et cette Vie vient d’en Haut, pas d’en Bas. C’est le secret pour avoir la puissance de Dieu. Les défis terrestres (comme la fosse aux lions, par exemple) ne peuvent être surmontés avec une façon de penser Terrestre, des attitudes Terrestres, des préjugés Terrestres. Il faut quelqu’un venu d’en Haut pour soumettre quelque chose émanant d’en Bas. Il faut quelque chose de Céleste pour affronter quelque chose de Terrestre, et remporter la victoire.

« Daniel fut tiré de la fosse, et aucun mal ne fut trouvé sur lui, parce qu’il s’était confié en son Dieu. » (Daniel 6:23b).

Daniel a été vainqueur sur la Terre parce qu’il appartenait au Ciel. Daniel a vaincu les Ténèbres parce qu’il appartenait à la Lumière. Daniel a surmonté la Mort parce qu’il avait la Vie. Daniel a été délivré de la fosse aux lions, et a vécu pour mener à bien son ministère de prière. Après une telle épreuve, on aurait pu s’attendre à ce qu’il arrête et prenne sa retraite, qu’il s’installe paisiblement, et se relaxe un peu. Il avait assurément gagné le droit de prendre des vacances. Mais peu après, nous le voyons en train de batailler en esprit pendant 21 jours parce qu’il attendait encore qu’une réponse lui soit donnée du Ciel. Peut-il y avoir un seul doute quant au résultat? Daniel ne s’arrête pas. C’est cela ce que signifie vaincre. Vous ne pouvez jamais partir en roue libre, vous ne pouvez jamais baisser votre garde, vous ne pouvez jamais laisser aller les choses un jour ou deux. Vaincre n’est pas l’affaire d’un moment, c’est une chose qui nous occupe à plein temps. Inscrivez cela profondément en vous le plus rapidement possible.

Cela mérite d’être répété: le Seigneur scrute la Terre entière, et quand Il a trouvé une personne qui voit Son Dessein, et qui ajuste quotidiennement sa vie à ce Dessein, et qui constamment se tient en prière pour l’accomplissement de ce Dessein, alors Dieu mettra en mouvement les Cieux et la Terre en faveur de cette personne. Si vous lisez cela, je prie que le Seigneur s’adresse à vous, vous appelle par votre nom, et dise « Tu es celui que je veux! ». Je vous mets au défi de mettre de coté votre agenda personnel, et de vous consacrer à l’agenda Céleste aujourd’hui, dans les jours qui viennent, et le reste de votre vie. Le Principe du Reste énonce que si vous cherchez en priorité le Royaume de Dieu – ce qui signifie, si vous placez Son Besoin, Sa Volonté, Son Dessein, au dessus de vos propres besoins, volontés, désirs, et plans – alors non seulement Il accomplira Sa Volonté et établira Son Royaume, mais Il vous protégera, vous défendra et combattra pour vous. C’est le seul chemin pour vaincre.

LE SEIGNEUR CHERCHE DES VAINQUEURS POUR CONSTITUER SON RESTE

Chaque Chrétien, chaque croyant, chaque disciple, peut être cette personne. Nous sommes tous appelés à être des Vainqueurs. Cet appel est pour « tous ceux ». Le Seigneur vous cherche tout autant que vous Le cherchez. Le Seigneur appelle des Vainqueurs, ceux qui ont la Révélation de Christ, et qui portent le Témoignage de Jésus; ceux qui démontrent la prééminence de Christ sur toutes choses. C’est votre but en tant que Chrétien – en fait, c’est pour ce dessein que Dieu vous a sauvés et laissés sur la terre, que vous en ayez eu conscience ou non. Vous n’êtes PAS sur terre pour être constamment déçus, découragés, et défaits. Vous êtes sur terre pour démontrer la prééminence de Christ; pour montrer au monde que « les Cieux dominent ». Daniel a vécu la vie chrétienne normale. Un Chrétien défait est une contradiction; ce n’est pas votre destinée. Levez vous et vivez en accord avec cette vérité; la Victoire est un Homme, et Il vit en nous, et Celui qui vit en nous est plus grand que tout ce qui peut s’opposer à nous.

Le Seigneur marche au milieu de la Babylone spirituelle, appelant des Vainqueurs, cherchant ceux qui, animés d’un esprit semblable à celui de Daniel, prient quotidiennement pour que Son Dessein soit accompli. Comme Daniel, nous prions tous les jours pour que Son Royaume vienne et que Sa Volonté soit faite. Mais notre vision est plus haute et plus large que la vision de Daniel: « la Jérusalem d’en haut est libre, c’est notre mère » (Galates 4:26). Pour Daniel, Jérusalem représentait un Temple terrestre et une sainte montagne. Notre Jérusalem est d’en haut, et nous sommes le Temple du Saint-Esprit (1 Corinthiens 6:19). Nous ne prions pas en direction d’une Jérusalem terrestre, mais vers une Jérusalem céleste, la Nouvelle Jérusalem, qui descend d’auprès de Dieu comme une fiancée préparée pour son époux (Apocalypse 21:2).

Nous n’avons pas du zèle pour l’établissement d’une nation terrestre quelconque, mais pour une nation céleste de « rois et de sacrificateurs » (cf. Apocalypse 5:10). Nous ne prions pas pour l’édification d’un temple physique, mais un temple spirituel, une maison de pierres vivantes, dont Jésus-Christ est la Pierre angulaire (1 Pierre 2:4-9). Nous n’attendons pas l’apparition d’un Messie terrestre, mais d’un Messie Céleste, qui bâtit Son Eglise sur la fondation de Lui-même, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle (Cf. Matthieu 16:18).

Bien que liés à la terre, nous ne sommes pas de cette terre. Ce n’est pas notre maison, car nous venons d’en haut. Bien que dans le monde, nous ne sommes pas du monde. Nous ne mangerons pas sa viande et ne boirons pas son vin, et nous ne nous prosternerons pas devant ses idoles. Bien que nous vivions dans l’ombre de Babylone, nous ne sommes pas effrayés par sa fournaise ardente et sa fosse aux lions, car Dieu est capable de nous en délivrer.

Les Cieux dominent. Nous l’affirmons hardiment et avec confiance, même si les apparences semblent prouver le contraire. Le Royaume, la Puissance et la Gloire appartiennent à Dieu – pas à l’homme, ni au diable, ni aux nations de ce monde. Le Très-Haut règne sur les Royaumes des hommes, et Christ grandit et remplit toutes choses. Avez-vous vu cela dans le Livre de Daniel? Si c’est le cas, alors saisissez le à bras le corps, soumettez-vous y, coopérez, soyez en harmonie avec cela, ordonnez votre vie autour de cela, démontrez le au monde qui vous entoure, et priez pour son accomplissement. Restez en ligne, ajustés avec quelque chose et Quelqu’un de plus haut et de plus grand que vous. Car quand vous voyez Son Dessein, que vous ajustez votre vie conformément à ce Dessein, et que vous priez avec persévérance pour l’accomplissement de ce Dessein, alors Son Dessein ne peut être arrêté; Sa Volonté ne peut être frustrée; Son Royaume ne peut être défait. Le Ciel vous met à part et l’Enfer tremble de peur. Vous devenez tout simplement invincibles! Vous avez rejoint le Reste.

FIN

Chip Brogden

Source: Connaître Christ

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org
Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

Le principe du reste – Quatrième partie


« Les Cieux dominent. » (Daniel 4:26b)

Dans les trois premiers chapitres de Daniel, nous voyons l’esprit de l’antichrist passant à l’offensive contre le Reste. Dans le chapitre un, l’objet du conflit porte sur leur refus de se souiller avec la viande et le vin du roi. Dans le chapitre deux, ils sont menacés de mort, avec tous les sages de Babylone. Au chapitre trois, ils sont jetés dans une fournaise ardente à cause de leur refus de se prosterner et d’adorer l’idole. Dans chacune de ces circonstances, l’Ennemi s’attaque au Reste, et dans chaque cas, le Seigneur délivre le Reste et préserve le Témoignage.

En fait, l’attaque de l’Ennemi est le fondement sur lequel le Témoignage est établi. De même qu’il n’y a pas de victoire sans bataille, pas de Couronne sans Croix, hé bien, il n’y a pas de Témoignage sans diable. Notre Témoignage n’est pas seulement « Alléluia, je suis sauvé ». Ce n’est pas une chose qui est dite, mais une VIE qui est vécue. Nous avons la victoire sur le Dragon par la parole de ce Témoignage. Ce Témoignage démontre la prééminence de Christ sur le péché, le Moi, et Satan. Et c’est une chose violente, une chose dynamique, ce n’est pas une chose passive. Le Témoignage du Seigneur est réellement renforcé quand l’Ennemi vient l’affronter, parce que finalement, nous voyons que Christ est, en vérité, prééminent. Si nous démontrons cela dans la réalité, alors nous deviendrons de plus en plus forts spirituellement. Cela ne veut pas dire que nous nous sentirons bien en permanence, que nous aurons toujours le sourire alors que nous serons face à l’Ennemi. Mais quelle que soit notre situation extérieure, notre condition intérieure ira en se fortifiant à mesure que nous porterons le Témoignage de Jésus.

LES CIEUX GOUVERNENT LA TERRE AU MOYEN DU RESTE

Le quatrième chapitre de Daniel marque un tournant dans notre étude. A partir d’ici nous voyons que le Témoignage de Jésus n’implique pas toujours une attitude défensive. Nous avons déjà vu que Christ, la Pierre, est destiné à remplir la terre, brisant et consumant tous les royaumes qui s‘opposent à Lui (cf. Daniel 2:44). Manifestement cela appelle à la destruction. «Il doit grandir, mais je dois diminuer » (Jean 3:30). C’est une chose très douloureuse – de soumettre toutes choses à Christ, de les jeter à terre, de les briser, de les consumer, de les faire diminuer. Regardez simplement combien le Seigneur doit travailler longuement et durement pour obtenir la prééminence en VOUS, et en MOI; et donc imaginer le même processus à l’échelle de l’univers est presque hors de notre portée. Cependant nous avons l’assurance qu’ « Il a le pouvoir de s’assujettir toutes choses » (Philippiens 3:21b). Quel Dieu puissant nous servons!

De quelle façon précisément, le Seigneur amène-t-Il toutes choses à Lui être soumises… comment pourrions-nous décrire cela? C’est un art. C’est une science. Il y a un processus qui est à l’oeuvre dans cet univers. Le voyez-vous? A travers ce processus le Seigneur affine, purge, modèle, purifie, discipline, juge, et conforme continuellement toutes choses. Ce processus agit à différents niveaux, depuis les galaxies, jusqu’aux nations, jusqu’aux recoins les plus profonds de l’âme humaine, jusqu’au fond du dernier disciple ou pêcheur. Jetez-vous vous-même sous la Pierre et soyez brisés; ou attendez qu’elle vous tombe dessus et que vous soyez réduits en poussière (cf. Luc 20:18, Daniel 2:34,35). De toute façon, tôt ou tard, la Pierre gagnera, parce qu’ « Il DOIT grandir, mais je DOIS diminuer » (Jean 3:30).

Dieu a clairement délégué une partie de ce travail au diable. Il n’a pas seulement permis, mais pratiquement invité le diable à éprouver Job. A la fin, le sort de Job a été meilleur qu’au début, mais entre les deux, par quels moments affreux il a dû passer! C’est l’Esprit de Dieu qui a conduit Jésus dans le désert – non pour l’amener dans une retraite personnelle, ou dans l’expérience d’un réveil glorieux, mais pour être tenté par le diable (cf. Matthieu 4:1). Jésus a prié pour Pierre, mais il est intéressant de voir qu’Il n’a pas empêché le diable de le cribler comme le froment (Luc 22:31,32). Et quand Paul a prié trois fois pour que le Seigneur éloigne de lui le messager de Satan chargé de le souffleter, le Seigneur n’a pas exaucé sa prière, mais lui a donné la Grâce (2 Corinthiens 12:8,9).

Quelle est Sa Finalité? Quel est Son Dessein? « DE REUNIR TOUTES CHOSES EN CHRIST » (Ephésiens 1:10ff). Quelle bataille! Quel tumulte! Imaginez le brisement qui doit se mettre en place, le déchirement, la répétition des coups, le processus continuel d’émondage, de réduction, de diminution, et de crucifixion. A mesure que vous avancez vers l’Issue du Chemin Etroit, il ne reste plus rien de vous-même. Mais n’est-ce pas là en résumé l’objectif de Dieu? « Pas moi, mais Christ » (Galates 2:20ss). Il nous reste encore un long chemin à faire. Mais Il DOIT grandir; en conséquence, nous DEVONS diminuer. Et nous pouvons regarder dans Daniel 4 et voir de quelle manière le Seigneur accomplit Son Dessein.

Ce que Nebucadnetsar dut apprendre, nous aussi nous devons l’apprendre: les Cieux dominent. Les Cieux gouvernent la Terre. Pour nous qui sommes encore liés à la Terre, il peut sembler que nous avons beaucoup d’autorité, notre mot à dire, beaucoup à faire avec ce qui se passe ici. Mais le contrôle est une illusion. Nous ne contrôlons rien. En réalité, nous ne l’avons jamais eu. Il y a Quelqu’un Qui domine sur les Cieux et la Terre. Il est Souverain.

LE DECRET DES VEILLEURS APPORTE SUR TERRE LA VOLONTE DES CIEUX

Bien évidemment, pour Nebucadnetsar, les Cieux sont fermés. Il ne connaît pas le Dieu des Cieux; il ne sait même pas qu’il y a des Cieux. Il est un Habitant de la Terre et un Souverain Terrestre. Il est un modèle de l’homme naturel, de l’homme adamique. « il tuait qui il voulait, et il conservait en vie qui il voulait; il exaltait qui il voulait, et il abaissait qui il voulait » (Daniel 5:19b). L’homme naturel, l’homme charnel, fait simplement tout ce qui lui plait, ce qui est juste à ses propres yeux, tout ce qui LUI profite. Il se permet même de jeter des gens dans la fournaise ardente, s’ils osent lui déplaire.

Puis-je me permettre de dire, qu’il y a quelque chose de Nebucadnetsar qui vit en nous tous, ce mal qui réside en nous et qui ne vit que pour lui-même, le Moi. Au début, le Moi fleurit comme un arbre puissant: fort et grand, avec un beau feuillage et un fruit abondant, un endroit accueillant pour les oiseaux du ciel et les bêtes des champs. Tel était le rêve de Nebucadnetsar, une image de lui-même. Quel joli rêve. Quelle belle parole prophétique. Il a dû être assez satisfait par l’interprétation qui est venue ensuite. Mais comme aurait dit Jean-Baptiste « Déjà la cognée est mise à la racine des arbres: tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu » (Matthieu 3:10). La trajectoire du Moi rentre en collision avec celle de l’Axe, et plus le Moi est grand, plus il tombera de haut….

« Abattez l’arbre et détruisez-le. » (Daniel 4:23ss)

Il a été décidé que cet arbre devrait être abattu et « ses » (notez l’usage subtil du pronom personnel alors qu’il s’agit d’un arbre et non d’une personne, en anglais « his » au lieu de « its ») branches coupées, et « ses » feuilles dépouillées. Il reste encore le tronc, attaché à la terre par des chaînes de fer et d’airain, vivant dans les champs, mangeant de l’herbe comme un animal. Et ce sera « son » sort jusqu’à ce que « sept temps » passent sur « lui ». Sept représente évidemment le chiffre de la « complétude ». Ce sera une oeuvre très profonde destinée à amener Nebucadnetsar à la fin de lui-même – et nous ne pouvons pas dire de façon certaine si cela a pris 7 jours, 7 mois, ou 7 ans.

Il s‘agit bien d’un jugement. Cela laisse peu de place à l’imagination. Mais qui a pris cette décision? Qui a publié ce décret? « Cette sentence est un décret de ceux qui veillent, cette résolution est un ordre des saints » (Daniel 4:17a). Est-ce le décret des veilleurs du verset 17 qui devient le décret du Très Haut dans le verset 24? Est-il possible que les saints et les veilleurs aient pris le décret parce que le Seigneur Lui-même l’avait déjà décrété? Nous le croyons. Nous croyons que la prière d’autorité n’est pas l’expression de ce que nous voulons, mais de ce que le Seigneur veut. Et s’il en est ainsi, alors les saints et les veilleurs ne font qu’annoncer ce que les Cieux ont déjà décidé, et ils réclament que ces choses se réalisent. Dans son essence même, cela représente le ministère de prière de l’Eglise. Cette sorte de prière appelle la destruction. Il ne s’agit pas pour moi d’obtenir ce que je veux, mais pour le Seigneur d’obtenir ce qu’Il désire. Le Moi, le terrestre, « l’égotique », le charnel, et la chair ne peuvent pas prier ainsi. Mais les veilleurs savent comment prier.

Les Vainqueurs ont le pouvoir, l’autorité sur les nations (cf. Apocalypse 2:26). Daniel lui-même est un de ces saints, un des veilleurs. En tant qu’ambassadeur des Cieux sur Terre, il est celui qui descend des cieux (spirituellement parlant) pour délivrer ce message à Nebucadnetsar. Pour la première fois de sa vie, Nebucadnetsar va être personnellement confronté à un Pouvoir qui est plus grand que lui, et à un Royaume qui est plus grand que le sien – un Royaume Céleste, qui a l’intention de s’imposer par la force et de rejeter son royaume Terrestre. Il est la « Pierre qui remplit toutes choses » (Daniel 2:34,35ss). Nous voyons en cela à la fois la bonté et la sévérité de Dieu. L’Amour est ardent. L’Amour ne sera pas renié. L’Amour n’échouera jamais. Et le Seigneur aime tant ce roi païen qu’Il va en venir à de grandes extrémités pour le briser. Et pas seulement dans son intérêt, mais pour démontrer Sa prééminence dans le monde. « Le Seigneur châtie celui qu’Il aime » (Hébreux 12:6). Quel est le but de cela? Le but est le même, que vous soyez un pécheur ou un saint. Le Seigneur a l’intention de vous réduire à Christ; plus de Lui, et moins de vous.

LA SOUMISSION DE LA TERRE AUX CIEUX N’EST PAS UNE OPTION

« Jusqu’à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes. » (Daniel 4:25ss)

Quel est le but de cela? Que les vivants – Nebucadnetsar et tous les habitants de la terre – sachent que le Très-Haut domine. Il est Seigneur, Il est Souverain, Il est Prééminent, bien que le Roi Céleste ne domine pas toujours ouvertement. « Nous ne voyons pas encore que toutes choses Lui soient soumises » (Hébreux 2:8b). Cependant, toutes les choses SONT sous Ses pieds (Ephésiens 1:22a). Ce n’est pas toujours une démonstration extérieure de puissance, mais c’est à coup sûr un dessein intérieur, invisible, éternel qui est à l’oeuvre sous la surface, rassemblant « TOUTES CHOSES EN CHRIST », à la fois celles qui sont dans les cieux, et celles qui sont sur la terre; en Lui » (Ephésiens 1:10b). Et tout cela va être démontré dans la plus improbable des personnes: Le roi païen Nebucadnetsar.

Cela va frapper Daniel avec une telle force qu’il ne fut plus capable de parler, mais il se tint là simplement, dans la stupéfaction pendant « une heure, et ses pensées le troublèrent » (Daniel 4:19a). Pour finir, il s’employa à donner l’interprétation au Roi, lui conseillant d’arrêter de pécher et de commencer à démontrer de la miséricorde, dans l’espoir que se jugeant lui-même, il ne serait pas jugé par le Seigneur.

Mais bien qu’ayant reçu cette Parole claire du Seigneur et ce sage conseil, pensez-vous que Nebucadnetsar a écouté? Pensez-vous qu’il a réellement pris cela à coeur? Nebucadnetsar ressemble à certaines personnes que je connais. Elles aiment être entourées de prophètes et d’hommes sages. Elles disent qu’elles veulent connaître ce que Dieu est en train de faire et entendre ce que Dieu a à dire. Elles aiment la parole prophétique, et elles aiment le prophète – à distance, évidemment. Elles sont résolument favorables à la confrontation, la réprimande, et la correction aussi longtemps que ce n’est pas elles qui les reçoivent. Mais dès que cela s’approche trop de leur maison, elles ne sont plus du tout intéressées par le prophète ou la prophétie. Cela présenterait trop d’inconvénients pour elles que de changer de vie pour vivre conformément à la vérité qui leur a été montrée, elles ignorent donc la vérité, et continuent comme auparavant. Nebucadnetsar a eu le même problème. Nous ne sommes donc pas surpris de lire que « toutes ces choses se sont accomplies sur le Roi Nebucadnetsar. Au bout de douze mois… » (Daniel 4:28,29a). Il avait probablement oublié tout ce que Daniel lui avait dit juste une année plus tôt. Mais il n’oublierait jamais ce qui allait se passer ensuite.

« Le roi prit la parole et dit: N’est-ce pas ici Babylone la grande, que j’ai bâtie, comme résidence royale, par la puissance de ma force et pour la gloire de ma magnificence? La parole était encore dans la bouche du roi, qu’une voix descendit du ciel: Apprends, roi Nebucadnetsar, qu’on va t’enlever le royaume. » (Daniel 4:30,31)

Le Seigneur permettra au Moi de suivre son propre chemin, comme l’arbre dont les branches remplissaient la terre et dont la cime touchait les cieux. Mais le jour du jugement viendra. Alors, ceux qui aiment le Moi haïront le jugement; mais ceux qui haïssent le Moi aimeront le jugement. Si notre coeur est « pas moi, mais Christ », alors nous nous réjouirons chaque fois que nous sommes diminués et que Christ grandit. Nous nous soumettrons à l’action du Seigneur en nous. Nous ne nous focaliserons pas sur ce que le Moi perd, mais sur ce que Christ gagne, parce que notre perte est Son gain. Avec moins de moi, il y aura plus de Lui dans ma vie, alors pourquoi résister à cela? Il devrait y avoir moins de moi aujourd’hui qu’il n’y en avait hier, et il devrait y avoir plus de Lui maintenant que dans le passé. Si je me soumets à Lui aujourd’hui, alors demain il y aura encore un peu plus de Lui et un peu moins de moi. Loué soit Dieu! La croissance spirituelle ne réside pas dans une onction plus forte, une puissance plus grande, ou une connaissance supérieure. La croissance spirituelle c’est « Il doit grandir et je dois diminuer » (Jean 3:30).

Quand nous voyons que le Moi est le plus grand obstacle pour connaître Christ, alors nous sommes heureux d’abandonner le Moi. Nous n’attendons pas le jugement, mais nous demandons à Dieu de nous juger tout de suite. Mais nous devons d’abord voir que la chair est notre ennemie. Quand c’est le cas, non seulement nous haïrons la chair en nous-mêmes, mais nous la haïrons aussi chez les autres. Les manifestations de notre Moi nous seront en horreur, et nous serons rendus malades par les manifestations du Moi chez les autres. Paul dit « Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair » (Romains 7:18). Paul savait cela. Comment l’a-t-il su? En essayant et en échouant suffisamment de fois pour apprendre la leçon. Au bout d’un certain temps, il a été finalement capable de « se réjouir en JESUS-CHRIST et de ne pas mettre sa confiance dans la chair » (Philippiens 3:3b). Maintenant, qu’en est-t-il de nous? Allons-nous nous réjouir en Christ, ou mettre notre confiance dans la chair? Notre problème est que nous avons encore confiance en notre chair. C’est pourquoi nous marchons par la chair. Nous rendons notre chair religieuse. Nous la rendons spirituelle. Mais aussi bonne, religieuse, ou spirituelle qu’elle soit, « la chair ne sert de rien » (Jean 6:63ss). La question n’est pas de savoir si notre chair est bonne, religieuse, spirituelle ou meilleure que celle des autres. La question est: est-ce la chair? Si c’est la chair, alors cela ne sert à rien.

Chacun de nous – pêcheur ou saint – rentre, tête la première, en collision avec la Pierre. Encore aujourd’hui, la hache est mise à la racine de l’arbre. Je voudrais que nous voyions que la Voix venant des Cieux couvre toute parole qui voudrait sortir de notre bouche. Nous ne sommes peut être pas aussi fiers que Nebucadnetsar, leader des païens. Notre orgueil est peut être un peu plus subtil que le sien. Cependant la Voix venue des Cieux nous révèle qui nous sommes. Le Dessein de Dieu concernant le jugement est de soumettre toutes choses à Christ, d’amener toutes choses à la fin du Moi, afin que CHRIST remplisse toutes choses (Ephésiens 4:10).

LES CIEUX ONT L’INTENTION DE SOUMETTRE LA TERRE, LA CHAIR, ET LE MOI

« Au même instant la parole s’accomplit sur Nebucadnetsar: il fut chassé du milieu des hommes, et il mangea de l’herbe comme les boeufs, et son corps fut baigné de la rosée des cieux, jusqu’à ce que ses cheveux fussent devenus longs comme les plumes de l’aigle, et ses ongles, comme ceux des oiseaux. » (Daniel 4:33)

Il apparaît que c’est à ce moment là que Nebucadnetsar perdit la raison. Ce moment de démence n’était pas le résultat d’un déséquilibre chimique, ou d’une prédisposition à la dépression. Rappelons-nous que ce jugement a eu lieu par « un décret de ceux qui veillent, une résolution par un ordre des saints » (Daniel 4:17a). Le Reste domine! Pendant combien de temps cette sentence va-t-elle s’appliquer à lui? « Jusqu’à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu’Il le donne à qui Il Lui plaît » (Daniel 4:25b).

C’est la souveraineté de Dieu et la prééminence du Seigneur Jésus-Christ que nous avons à l’esprit ici. Chaque fois qu’un événement fâcheux se produit dans le monde, gardons à l’esprit que « Dieu garde le contrôle ». Nous avons toujours besoin de nous rappeler que la Pierre a le contrôle (combien de rappels nous faudra-t-il encore?). Nebucadnetsar était une sorte de croisement entre Hitler et Saddam Hussein. Je trouve qu’humilier quelqu’un comme Nebucadnetsar est une grande chose, mais pas trop grande pour Dieu. Sur cette Pierre, bien des choses se briseront, et sous cette Pierre, d’autres seront écrasées; mais que vous soyez réduits en pièces ou broyés en poussière, la Pierre finira toujours par gagner. Faites bon usage de cela! Embrassez-le! Soumettez-vous-y! Cédez-lui! On ne peut pas toucher Dieu et rester intact, parce que « notre Dieu est un feu dévorant » (hébreux 12:29). Et Celui Qui est un Feu Dévorant vous appelle par votre nom, vous cherche, et tente de vous amener plus près de Lui! Si vous voulez aller plus profondément en Dieu, cela deviendra aussi plus chaud.

Les pentecôtistes aiment à parler du « feu » du Saint-Esprit en terme de puissance, de don et d’onction. Puis-je dire que le feu du Saint-Esprit n’a qu’un seul but, c’est notre affinage. Ce processus visant à nous affiner, nous purger, nous épurer, et nous conformer à l’image de Christ est la raison expresse pour laquelle le Seigneur Jésus nous baptise « du Saint-Esprit et de feu » (Matthieu 3:11b). Le « baptême du Saint-Esprit » dans l’Ecriture est évoqué dans le contexte du jugement, de l’affinage et de la purification – et non de puissance, de don et d’onction. Etes-vous bien sûrs de vouloir être remplis par l’Esprit? Combien de gens se qualifiant eux-mêmes de « baptisés du Saint-Esprit » sont tout aussi têtus, orgueilleux, et inflexibles que Nebucadnetsar? Ils ne sont pas encore passés par le feu, quelle que soit l’expérience dont ils se réclament. Le résultat final d’un vrai baptême du Saint-Esprit est moins de moi et plus de Christ.

« Et à la fin de ces jours, moi, Nebucadnetsar, j’élevai mes yeux vers les cieux, et mon intelligence me revint, et je bénis le Très haut, et je louai et magnifiai Celui qui vit éternellement…» Daniel 4:34a)

Une fois que le feu a consumé chaque parcelle du Moi; une fois que la Pierre a brisé en pièces et réduit en poussière tout ce qui lui résiste; une fois que les choses ont été secouées et resecouées puis enlevées; alors le résultat de tout cela sera comme le fils prodigue qui finalement « rentra en lui-même » un jour, et voyant la Vérité, battit en retraite précipitamment vers la maison de Son Père (Luc 15:17,18). Le Seigneur, Qui dit, « J’attirerai tous les hommes à Moi » (Jean 12:32ss); Le Seigneur, Qui « ne veut qu’aucun périsse mais que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3:9ss); Le Seigneur, Qui « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité » (1 Timothée 2:4). Le Seigneur, par Qui, Dieu « réconcilie tout avec Lui-même » (Colossiens 1:20ss). Le Seigneur, devant Qui « tout genou fléchira… et toute langue confessera… Jésus Christ…Seigneur» (Philippiens 2:10,11ss). Il est Celui Qui tient Nebucadnetsar maintenant! Nebucadnetsar, souverain païen du grand empire de Babylone, a été soumis. Voilà la prééminence! ET CELA S’EST PRODUIT PAR LE DECRET DES VEILLEURS – Le Reste!

Auparavant, Nebucadnetsar pouvait honorer de ses lèvres le Très Haut tout en conservant des choses appartenant à son Moi. Mais plus maintenant. Un vent dévastateur a soufflé sur son orgueil en l’amenant à vivre comme un animal, mais à la fin, il a « levé les yeux vers le ciel ». Des qu’il eut levé les yeux vers le ciel, il a retrouvé la raison. Il « est revenu à lui », et il a immédiatement loué Dieu. C’était le début de la fin du jugement, parce qu’il avait accompli son but initial. Maintenant il savait que « les Cieux dominent », et il s’y soumettait, et Dieu était satisfait. Glorieuse reddition! Sachant ce que nous savons maintenant, qui oserait dire que le coût était trop élevé? Dieu est-Il allé trop loin? A-t-Il été trop sévère?

Demandez à Nebucadnetsar! Il dit « J’ai béni le Très-Haut, j’ai loué et glorifié Celui qui vit éternellement, Celui dont la domination est une domination éternelle, et dont le règne subsiste de génération en génération. Tous les habitants de la terre ne sont à ses yeux que néant: Il agit comme Il lui plaît avec l’armée des cieux et avec les habitants de la terre, et Il n’y a personne qui résiste à Sa main et qui Lui dise: « Que fais-Tu? » (Daniel 4:34b,35). C’est une authentique révélation de la souveraineté de Dieu, du type de celles que l’on ne peut recevoir que si « sept temps » sont passés sur nous. Il n’y aura plus, de la part de Nebucadnetsar, d’adoration forcée d’idole, ou d’exécutions en masse, ou « regardez ce que j’ai construit », Les Cieux dominent (ils ont toujours dominé), mais maintenant il le sait. Et ce Royaume des Cieux grandit et s’étend – individuellement dans chaque disciple, corporativement dans l’Eglise, et collectivement dans la création tout entière – jusqu’à ce que Christ manifeste Sa prééminence sur toutes choses (Colossiens 1:18b). Quel Dieu puissant nous servons!

« Maintenant, moi, Nebucadnetsar, je loue et j’exalte et je magnifie le Roi des cieux, dont toutes les oeuvres sont vérité, et les voies, jugement, et Qui est puissant pour abaisser ceux qui marchent avec orgueil. » (Daniel 4:37)

On me demande parfois comment Dieu accomplira Son Dessein de réunir « Toutes Choses en Christ » (Ephésiens 1:10ss). Les amis, je ne peux pas dire comment cela va se passer. Humainement parlant, c’est tout à fait impossible. Théologiquement parlant, cela peut entraîner dans une situation délicate. Cela dépasse notre compréhension, notre capacité d’expression. Mais la question n’est pas de savoir si nous sommes suffisamment intelligents pour expliquer comment cela va se passer, mais si Christ est suffisamment grand pour y arriver. Et je suis convaincu que même si je ne peux pas dire de quelle manière cela se passera, je sais que Christ est plus haut, plus profond, et plus grand que ce dont nous le créditons. Avec Lui, toutes les choses sont possibles. Et « Il opère toutes choses d’après le conseil de Sa propre Volonté » (Ephésiens 1:11b).

Ainsi les Ecritures affirment qu’Il a le pouvoir de s’assujettir toutes choses (Philippiens 3:21). La question n’est pas de savoir s’Il « peut », ou s’Il « veut ». Nous n’avons pas à nous demander « si » cela va se passer. Et QUAND « toutes choses Lui auront été soumises, alors le Fils Lui-même sera soumis à Celui qui Lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit Tout en Tous » (1 Corinthiens 15:28). « Quand toutes choses Lui auront été soumises…. », ce n’est donc qu’une question de temps. Nous avons vu cela se produire chez la personne la plus improbable, le roi Nebucadnetsar. Nebucadnetsar, peut être n’importe qui. Et que dit-il maintenant? « Il est capable d’abaisser ceux qui marchent avec orgueil ». C’est là que réside le secret. Dieu est capable! Et c’est le même Dieu qui travaille en nous, et Son Dessein est le même.

LA RESISTANCE DE LA TERRE A L’ACTION DES CIEUX EST VAINE

Le chapitre quatre de Daniel marque un tournant dans l’histoire du Reste. Les Cieux sont passés à l’offensive maintenant, et le rythme s’intensifie. Quelque chose a jailli au milieu de Babylone, et le Reste est au centre de tout ce qui se passe. Alors que nous progressons dans le chapitre cinq, le conflit s’accélère. Nous rencontrons le Roi Belschatsar, et nous voyons une fois encore que « les cieux dominent »; mais cette fois-ci, le dénouement est un peu différent.

« Et toi, son fils Belschatsar, tu n’as pas humilié ton coeur… et tu n’as pas glorifié le Dieu qui a dans Sa main ton souffle et toutes tes voies… » (Daniel 5:22,23ss)

Quelques années plus tard, Daniel est une fois de plus devant un roi pour donner une interprétation. L’occasion, cette fois, est la « fameuse main écrivant sur un mur » un message crypté qui dit « MENE MENE TEKEL UPHARSIN. » Nous pouvons noter l’audace de Daniel devant Belschatsar, qui contraste avec son humilité devant Nebucadnetsar. En apportant la parole à Nebucadnetsar, il était resté « stupéfait » pendant une heure, et s’était écrié, « que le songe soit pour tes ennemis, et son explication pour tes adversaires! ». Mais devant Belschatsar, il ne mâche pas ses mots. Belschatsar va mourir cette nuit même. Il n’y a rien à sauver. Et selon l’humeur de Belschatsar, Daniel aurait très bien pu être exécuté pour avoir tenu un tel langage.

Daniel refuse d’abord la récompense du roi pour lui avoir fourni l’interprétation. « Garde tes dons, et accorde tes présents à un autre » (Daniel 5:17ss). Quelle impertinence! Ensuite il répète l’histoire de Nebucadnetsar, et rappelle de quelle façon le Dieu des Cieux a humilié le roi. Puis il pointe son doigt vers Belschatsar, et dit « Et tu n’as pas humilié ton coeur, bien que tu aies su tout cela. » Il l’accuse d’adorer des idoles qui ne voient, n’entendent, et ne comprennent point, et de ne pas glorifier le Dieu qui a dans Sa main son souffle et toutes ses voies. C’est une parole puissante!

Apres avoir réussi à accuser Belschatsar, il est prêt à lui fournir l’explication des mots. Le sens littéral est « COMPTE, COMPTE, PESE, DIVISE ». Mais, même en ayant le sens des mots, on ne peut pas comprendre le message. Traduire est une chose, mais interpréter en est une autre. Nous avons dans la Bible quantité de mots issus de l’Hébreu, du Grec, ou de langues araméennes. On peut choisir entre plusieurs traductions. Supposons que l’on puisse prendre un passage des Ecritures avec la bonne traduction. Parfait, mais une traduction correcte ne suffit pas. L’interprétation vient de Dieu. La capacité à voir derrière les mots, et à réellement lire le message, vient du Saint Esprit. Connaître la Bible (comme une chose) ne signifie pas nécessairement que l’on connaît le Verbe (comme une Personne). Daniel connaissait la Parole du Seigneur parce qu’il connaissant le Seigneur de la Parole.

« Dieu a compté ton règne, et y a mis fin… Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger… Ton royaume sera divisé, et donné aux Mèdes et aux Perses. » (Daniel 5:25-28ss)

Voilà ce que je veux souligner: Avons-nous une « parole de Dieu » ou avons-nous Dieu Lui-même? Sommes-nous si absorbés par la chose « prophétique » que nous avons oublié le Seigneur? Tout le monde voit l’écriture faite par la main sur le mur. Quantité de gens peuvent la traduire – mais cela ne fait pas d’eux des prophètes. Seul un Reste peut en donner la signification. Le Reste, parce qu’il discerne clairement le Dessein de Dieu, peut interpréter correctement toutes choses à travers le filtre de ce Dessein. « C’est la vérité concernant Jésus qui inspire toute prophétie » (Apocalypse 19:10, Knox)

Comprendre la Volonté de Dieu signifie voir que toutes les choses que Dieu a faites, celles qu’Il fait en ce moment, et celles qu’Il fera dans le futur; toutes les choses que Dieu a dit, celles qu’Il dit actuellement, et celles qu’Il dira; tout est en relation avec ce Dessein Eternel qui existe en Jésus-Christ. « Compté, compté, pesé, divisé ». Que signifie cela? Cela reste un mystère tant que l’on n’a pas vu cette Pierre dont nous parle Daniel, qui remplit la terre. Et cette Pierre, c’est Christ. Ici c’était un message adressé au Roi Belschatsar. Mais on pourrait aller vers un certain nombre de personnes pour leur adresser les mêmes paroles. Pourquoi? Parce que Christ grandit, et elles diminuent. Ce qui est jugement pour un pécheur est salut pour un saint. Si je suis en Christ, alors la fin du « moi-même », la destruction du royaume du Moi, est un sujet de réjouissance! Parce qu’alors, Christ aura la prééminence et je pourrai dire « Plus moi, mais Christ » (Galates 2:20ss).

Puis-je dire que la sentence écrite sur le mur est partout où nous regardons. Que dit-elle? « Il doit grandir, mais je dois diminuer » (Jean 3:30). C’est juste une autre façon de dire « Compté, compté, pesé, divisé ». Je vois cette sentence sur les murs de nos gouvernements, de nos systèmes éducatifs, de nos institutions financières, des nations de ce monde. Elles sont toutes en train de diminuer. Mais comment suis-je capable de le voir si clairement? Parce que le même processus est à l’oeuvre à l’intérieur de moi! La même chose est en train de se produire en vous! Alors qu’Il grandit, toute autre chose diminue. Le comprenez-vous? Si vous comprenez cela réellement, alors vous êtes une minorité. Vous faites partie du Reste.

« Cette même nuit, Belschatsar, roi des Chaldéens, fut tué. Et Darius, le Mède, s’empara du royaume, étant âgé de soixante-deux ans. » (Daniel 5:30,31).

TENSION CROISSANTE ENTRE LES CIEUX ET LA TERRE

Ainsi les Cieux DOMINENT. C’est le point central du Livre de Daniel. Mais comment les Cieux exercent-ils cette domination sur la terre? Comment la Volonté de Dieu s’accomplit-elle? Comment le Royaume de Dieu est-il établi? Cela ne se fait pas directement, mais au moyen d’un Reste. Non par des anges, mais par des hommes et des femmes qui sont « dans le monde » mais pas « du monde ». Rappelez-vous de notre définition du Reste. Un Reste est une personne ou des personnes qui accomplissent le Dessein de Dieu en lieu et place de l’Ensemble quand l’Ensemble n’a pas pu ou n’a pas voulu l’accomplir. Ils sont les Vainqueurs.

Jusque là nous avons suivi le Reste depuis Israël jusqu’à Babylone. Presque soixante dix années ont passé depuis qu’Israël a été conduit en exil et que les enfants des Hébreux ont refusé le vin et la viande du roi. Daniel a maintenant dans les 80 ans, il a passé la plus grande partie de sa vie sur un sol étranger, soutenant un Témoignage qui semble ridicule: que les Cieux dominent. Si les Cieux dominent, demandaient la plupart des Juifs, pourquoi Dieu permet-Il que nous soyons défaits? Pourquoi le Temple et notre nation ont-ils été détruits? Pourquoi nous faut-il élever nos enfants dans cette société païenne, bien loin de la Terre Promise? Et qu’en est-il du Messie? Quand va-t-Il venir? Ou peut-être ne viendra-t-Il pas?

Ils ont bien vite oublié que la raison de leur exil était leur idolâtrie et leur adultère spirituel. Cependant, Dieu s’est réservé pour Lui-même un Reste qui ne sera pas souillé. Et par ce Reste, Il démontre Sa souveraineté. Nous avons vu le Reste être délivré d’une exécution et d’une fournaise ardente. Et nous avons vu le Reste exercer un pouvoir surnaturel sur ceux-là même qui les avaient asservis, décrétant l’humiliation de Nebucadnetsar et l’élimination de Belschatsar. Les tensions augmentent. L’esprit de l’antichrist est sur le point de se mettre à nouveau en mouvement. Dans le même temps, les Cieux aussi sont à l’oeuvre. Que se passe-t-il quand un objectif inébranlable rencontre une force irrésistible?

Nous arrivons maintenant à la crise et au conflit spirituel les plus importants qui nous sont relatés dans le Livre de Daniel. Toutes les choses nous conduisent jusqu’à ce moment; l’éternité dépend du résultat. Les Cieux et la Terre s’étreignent dans une bataille qui nous coupera le souffle si on en comprend les implications. Et tout est centré sur un Daniel âgé, seul survivant du Reste.

Chip Brogden

Source: Connaître Christ

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org
Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

Le principe du reste – Troisième partie


« Le feu n’avait eu aucun pouvoir sur le corps de ces hommes. » (Daniel 3:27)

Le Livre de Daniel contient des encouragements et des paroles de sagesse pour nous qui sommes préparés pour constituer un Reste de Vainqueurs dans ces Jours qui sont les Derniers. Il recense une succession d’attaques contre le Reste du Seigneur et montre de quelle manière ils ont triomphé de ces attaques et ainsi démontré la prééminence de Christ. Nous avons déjà identifié certains principes ici. Revoyons-les brièvement.

Premièrement, nous constatons que lorsque l’Ensemble échoue à maintenir le Témoignage, le Seigneur suscitera pour Lui-même un Reste – un reliquat de gens comparativement peu nombreux – qui accompliront pleinement la pensée initiale du Seigneur pour le compte de l’Ensemble. Ils ne font rien d’autre que d’accomplir l’intention originelle de Dieu. Pour nous, cela semble grandiose et spécial; même le mot « vainqueur » semble impliquer que nous serions meilleurs que les autres qui sont dans la défaite, alors que dans les faits, la vie chrétienne normale consiste à vaincre. L’Eglise entière est, en effet, un reste de gens appelés en dehors des nations en vue de porter le Témoignage de Jésus. C’est NOTRE appel corporatif, et se contenter de quelque chose de moins que cela est anormal. Mais dans le Livre de l’Apocalypse, nous voyons qu’il y a encore un reste issu du Reste, un groupe de vainqueurs appelés à démontrer la prééminence de Christ au milieu de l’Eglise qui a échoué dans sa responsabilité corporative. C’est dans cette situation que nous nous trouvons nous-mêmes de nos jours.

Deuxièmement, nous voyons que chaque fois que le Seigneur cherche à recouvrer Son Témoignage sur la terre en suscitant un Reste, l’Ennemi s’approche pour éprouver la validité de ce témoignage et tente soit de le corrompre par le compromis, soit de le détruire complètement.

Troisièmement, nous observons que la réponse du Seigneur à un état de déclin consiste à se révéler Lui-même ainsi que Son Dessein éternel. Une fois que le Seigneur a établi pour Lui-même un peuple qui représente Ses intérêts, Il se mettra alors immédiatement en mouvement pour sécuriser, protéger, enraciner, et fortifier le Reste. Voilà ce que je désire que nous voyons. Quand nous nous ajustons à la Pensée de Dieu, au Royaume de Dieu, et à la Volonté de Dieu en Christ, nous sommes invincibles. C’est le secret de la victoire. Il ne s’agit pas de demander à Dieu de descendre là où nous nous trouvons, et de bénir notre petit ministère ou travail. Pas du tout. Au lieu de cela, nous quittons complètement le terrain sur lequel nous sommes, pour aller sur le terrain du Seigneur. Nous quittons notre position terrestre pour nous mettre en ligne avec les Cieux. Nos yeux s’ouvrent sur ce qu’est le Dessein éternel du Seigneur, et nous nous positionnons pour coopérer avec LUI. Et quand nous sommes ainsi en conformité avec CE Dessein, les Cieux entiers sont mobilisés derrière nous. Quand notre ministère (ou oeuvre) est en harmonie avec ce grand mouvement de Dieu, alors nous ne pouvons pas faire autre chose que vaincre.

LE PLAN FINAL DE DIEU

Nous n’avons tout simplement pas assez de respect pour les merveilleuses énergies de Dieu qui se mettent en mouvement en relation avec la révélation de Son Fils. Nous ne pouvons pas les canaliser pour nos propres fins. Ce serait comme tenter de capturer de la lumière pour la mettre dans un sac en papier. Et c’est ce que nous faisons quand nous poursuivons des choses selon nos propres pensées et conceptions, et demandons à Dieu de s’impliquer personnellement dans nos projets. Il y a une quantité innombrable de ministères, d’oeuvres, et de programmes qui ont été initiés et accomplis dans le Nom de Jésus. Mais parmi tous ces ministères, oeuvres, et programmes, rares sont ceux qui sont réellement conformes à la Volonté universelle de Dieu; Ils n’ont pas en vue l’Objectif de Dieu. Leur travail répond à un besoin, mais ils n’ont pas conscience du Besoin de Dieu; leur oeuvre a un objectif, mais ils n’ont pas en vue le But éternel de Dieu. Il semble qu’il y en ait peu qui soient en harmonie avec le Plan éternel de Dieu.

Le « culte de l’église » n’est pas en fait un culte pour le Seigneur, mais il est plutôt fait pour nous-mêmes. Ce n’est pas tant le culte qui me pose problème, mais le fait qu’il soit déconnecté du Plan ultime de Dieu. En adoptant la perspective des Cieux, je regarde d’en-haut tous ces services dans les églises, ces rassemblements et ces réunions et que vois-je? Je vois de petits « ouragans pleins d’activités », tournant en rond, déconnectés les uns des autres, et pire, n’ayant aucun rapport avec la Pensée de Dieu. C’est juste une succession ininterrompue de cultes, de rassemblements et de réunions qui n’accomplissent aucun autre projet que le leur. Cela fait beaucoup de vent et de bruit, mais tout cela ne mène nulle part.

Où se situe le problème ici? Le problème est que nous avons perdu le sens de la Finalité. La plupart des chrétiens ne comprennent pas la signification de la « prééminence », et même ceux qui la comprennent trouvent difficile de faire le lien avec le Dessein de Dieu pour Christ, ou même de comprendre les ramifications d’une telle prééminence sur nous, l’Eglise, le monde et la création toute entière. Il ne s’agit pas d’une critique, c’est juste une constatation. Leur vision ne va pas plus loin, ne pénètre pas plus profond, que leur propre petit monde. L’objet total de leur foi est de rendre les choses plus supportables pour eux ici sur terre. Dieu n’est là que pour les sauver, les guérir, et pourvoir à leurs besoins. Le Ciel n’est qu’un sujet de cantique, un endroit que l’on attend avec impatience, mais ce n’est pas une réalité présente et l’objet de notre affection ici et maintenant, ou quelque chose à démontrer et à mettre en évidence au-dessus de la « réalité » terrestre. Pour eux, l’Eglise n’existe que pour les mener d’une semaine dépourvue de sens à une autre. Les ministères n’existent que pour les regonfler et les maintenir debout.

Nous sommes touchés de façon chronique par une perception réductrice des choses. Notre Dieu est trop petit, notre Jésus est trop petit, notre perception du Ciel est trop petite, notre idée de l’Eglise est trop petite, notre conception de la marche à la suite de Jésus est trop petite. Sans une vision, nous sommes un peuple faible, petit, insignifiant. Que Dieu nous donne la révélation de Christ! Oh Dieu, donne-nous cette vision de Lui! Si nous sommes éclairés pour le voir Lui, alors nous ne pourrons plus rester petits. Il est la réponse de Dieu à la petitesse. Ce Témoignage est une chose qui détruit les frontières, une chose qui éclipse le reste, une chose qui grandit et se répand: « A l’accroissement de son empire, et à la paix, il n’y aura pas de fin » – (Esaie 9:7a). Non seulement il n’y aura pas de fin à Son Royaume, mais il n’y aura pas de fin à SON ACCROISSEMENT! Oh Dieu, nous ne pouvons pas sonder cela! Nous ne pouvons pas le comprendre! Cela ne peut être contenu! On ne peut pas le prendre et l’intégrer dans notre programme. Nous avons à trouver la façon de s’intégrer en elle, et ne pas essayer de faire le contraire.

LE PLAN DE L’ENNEMI

Dans le troisième chapitre de Daniel, nous voyons le troisième assaut contre le Reste, et nous sommes immédiatement confrontés avec l’esprit de l’Antichrist. Juste à cet endroit, dans la plaine de Dura, au milieu de Babylone, se trouve une statue en or haute de soixante coudées et large de six coudées. Bien, voici ce nombre six qui représente l’homme, et voilà une image élevée par l’homme, et un décret pris par un homme selon lequel tous les hommes doivent l’adorer, ou mourir.

Oh oui, nous pensions que Nebucadnetsar aurait appris quelque chose de son rêve et de son interprétation, n’est-ce pas? Mais non, il est aussi mauvais qu’avant, toujours aussi égocentrique. La vérité pour lui n’était qu’une chose lui permettant de satisfaire son appétit de connaissance sur ce qu’il ignorait. Il ne la connaît toujours pas. Il ne sera pas changé par elle. Le coût est trop élevé. Il n’est qu’un pauvre pion stupide entre les mains des Ténèbres, aveuglé par son propre orgueil et son ambition égoïste.

Où se trouve Daniel pendant cette crise? Nous ne le savons pas. Il n’est pas mentionné dans ce récit, il était peut être occupé ailleurs par les affaires du roi. Quel moment opportun pour les Ténèbres de venir et de tenter de prendre le dessus sur Hanania, Mischael, et Azaria. L’Ennemi est désespéré car il n’a pas pu les éliminer lors des premières tentatives, alors maintenant il les attaque au grand jour et les défie à travers une épreuve qui semble insurmontable. S’ils se prosternent et adorent la statue, alors l’Ennemi aura gagné; et s’ils refusent de se prosterner et d’adorer, alors ils seront jetés dans la fournaise ardente, et l’Ennemi aura encore gagné. Dans tous les cas, l’Ennemi aura obtenu ce qu’il veut. Il semble qu’il n’y ait aucun moyen d’y échapper.

Maintenant comment réagirions-nous face à cette situation? Si Babylone représente l’antichrist spirituel oeuvrant dans le système mondain d’aujourd’hui, alors puis-je dire que la statue en or de 60 par 6 réclame encore que nous nous prosternions devant elle. On y est confrontés tous les jours et elle réclame que nous lui rendions hommage. Il en est ainsi, c’est clair comme le jour, et la chose la plus facile dans le monde est de se prosterner devant elle – de lui donner un peu, de se compromettre un peu, de se laisser aller dans ce domaine, de ne pas être si strict sur ceci ou cela, et ainsi de suite. On entend tout le temps cette petite musique, et elle semble si vraie, si fondée. De plus, tout le monde fait ainsi! Même les autres « chrétiens » agissent ainsi, alors pourquoi pas nous?

LA TENTATION

Qu’est-ce que La tentation? Si nous prenons les mille et une petites tentations et que nous les assemblons ensemble, vers quel but tentent-elles de nous amener? Y a-t-Il un objectif prépondérant dans toutes ces tentations variées qui nous assaillent? Je crois qu’il y en a un, et je crois qu’il peut être résumé dans ce seul passage de l’Ecriture: <

« Petits enfants, gardez-vous des idoles (1 Jean 5:21). »

Ce verset semble totalement hors sujet dans la première épître de Jean, et il conclut une si belle lettre dans un climat bien différent, mais c’est réellement une fin très appropriée. Jean est l’apôtre du Témoignage, et il a recensé pour nous tout ce qui constitue précisément un Vainqueur. Mais soulignons cela de façon plus évidente en utilisant la Bible Amplifiée:

« Petits enfants, gardez-vous des idoles (faux dieux) – [de chaque chose et toute chose qui occuperait dans votre coeur la place dévolue à Dieu, de tout type de substitut de Christ qui prendrait la première place dans votre vie]. »

Alors, que dit-il? D’un coté, vous avez le Dessein Ultime de Dieu qui dit que Christ aura la prééminence sur toutes choses, en commençant par chaque disciple individuellement, puis par l’Eglise corporativement, et finalement collectivement par la Création toute entière. De l’autre coté, vous avez ces faux dieux représentés par chaque chose et toute chose qui tenterait d’occuper dans votre coeur la place qui revient à Dieu, et tout type de substitut de Christ qui prendrait la première place, la place prééminente, dans votre vie. C’est un défi direct à la prééminence de Christ, la quintessence de l’antichrist, essayant d’obtenir pour lui-même la prééminence en dérobant à Christ Sa position.

C’est cela, pour Jean, qui porte atteinte directement au Témoignage de Jésus. Regardez simplement ses mots dans sa troisième épître: « J’ai écrit quelque chose à l’assemblée; mais Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit pas; c’est pourquoi, si je viens, je me souviendrai des oeuvres qu’il fait en débitant de méchantes paroles contre nous; et, non content de cela, il ne reçoit pas les frères et il empêche ceux qui veulent les recevoir, et les chasse de l’assemblée. » (3 Jean 9-10)

Qu’est-ce qui est au coeur de la controverse ici? Jean est-il simplement jaloux parce Diotrèphe ne reconnaît pas son apostolat? Non, ce n’est pas du tout le problème. Jean est jaloux, mais il est jaloux de la PREEMINENCE DE CHRIST, parce que c’est l’essence même du Témoignage, toute la raison de l’existence de l’Eglise. Et voici cet homme, Diotrèphe, s’appropriant pour lui-même la prééminence! C’est insupportable pour Jean. Il appelle cela le mal, et affirme que toute personne s’appropriant la prééminence de cette façon n’a pas vu Dieu (verset 11). Sommes-nous prêts à une telle confrontation? Pouvons-nous utiliser un tel langage? Pasteur, comment serez-vous évalué sous ce type de projecteur? Prophète, passerez-vous avec succès le test? Qu’en est-il de vous Apôtre? Et vous, Diacre? Et vous, Ancien? Et vous, Révérend? Et vous, Pape? Et vous, Grand Prêtre? Et vous, Télévangéliste? Et vous, Conducteur de Louange?

Je doute que nous soyons prêts pour un homme véritablement apostolique. Nous accordons beaucoup de poids et d’attention à ce qui est « prophétique », et c’est important, mais nous avons besoin de regarder un sujet aussi important: qu’est-ce qui rend quelque chose « apostolique »? Un apôtre est quelqu’un qui est envoyé pour mettre les choses en ordre, pour établir les choses sur une fondation. Cela implique qu’il n’y ait soit pas d’ordre ou du désordre, soit pas de fondation ou une mauvaise fondation. Et l’ « ordre », c’est CHRIST EN PREMIER et le reste en dessous de Lui. La fondation c’est CHRIST TOUT ET EN TOUS. Vous avez besoin de saisir cela. Ce ne sont pas des évêques, des anciens, des surveillants, courant en tout sens et mettant leur nez dans les affaires de chacun, demandant qu’on leur soit soumis – des esprits libres essayant de se constituer une suite de disciples qui leur donneront leurs dîmes. Ces gens là ne sont que la réincarnation de Diotrèphe, aimant la première place, se faisant un nom pour eux-mêmes. Rien de ce qui les concerne n’a changé en deux mille ans. Jean dit que c’est l’ANTICHRIT, c’est le MAL, et ces gens N’ONT PAS VU DIEU.

Qu’est-ce qui donne à Jean son caractère apostolique? Premièrement, il a vu et entendu quelque chose. Il a la Révélation de Christ. Il a vu l’objectif final de Dieu. Deuxièmement, il est apostolique parce qu’il est consumé de jalousie contre tout ce qui tente de prendre la prééminence au-dessus de Christ. Pour Jean, toute chose s’appropriant la prééminence pour elle-même, dans l’Eglise que Jésus bâtit, est antichrist, et tout ce qui donne la prééminence à cette chose est de l’idolâtrie. Il a mis le doigt sur Diotrèphe et dit: « Tout le problème avec cet homme, c’est qu’il aime la prééminence, la première place. Il s’est approprié ce que l’on doit à Christ, et à Christ seul. Pour cette raison, SI je viens, je me souviendrai de ses actions. » Alors même qu’il est apôtre, il ne s’impose pas lui-même dans la situation et n’exerce pas une forme quelconque de pouvoir humain. Cela aurait été, en soit, un simple échange d’une forme de prééminence contre une autre. Jean attendra qu’on l’appelle; mais SI il vient, dit-il, il redressera cela, il remettra les choses en ordre; il protègera le Témoignage de Jésus dans cette assemblée.

C’est cette sorte d’attitude radicale et sans compromis que nous devons avoir à l’égard de nos propres coeurs, parce qu’ainsi vont les disciples, ainsi va l’Eglise. Regardez simplement la gravité de ses mots! « Gardez-vous de CHAQUE CHOSE ET DE TOUTE CHOSE qui occuperait dans votre coeur la place dévolue à Dieu, de TOUT TYPE de substitut de Christ qui prendrait la première place dans votre vie. » C’est du fanatisme, c’est une chose impossible! Voulez-vous réellement dire que RIEN ne doit prendre la première place dans ma vie à part Christ? Cela implique-t-il cela? Absolument, c’est précisément ce qui est en jeu, c’est exactement à cet endroit que la bataille fait rage, et c’est la raison précise pour laquelle nous sommes quotidiennement tentés. Dans ces choses il y a quantité de bonnes choses – épouse, enfants, amis. Il y a aussi quantité de choses religieuses – église, ministère, oeuvre, appel, titre, position. Dans ces choses il y a quantité de choses raisonnables, morales, innocentes. Mais le point crucial de la question est: quelle est la place de Christ dans tout cela? Tout ce que nous avons à faire pour être défaits, c’est de donner à Christ une place autre que la première. Soit Il est le Seigneur DE TOUT, soit Il n’est pas le Seigneur DU TOUT.

LE TEMOIGNAGE

Si le Témoignage de Jésus déclare qu’Il aura la prééminence en toutes choses, alors comment pouvons-nous soutenir ce Témoignage s’Il n’a pas la prééminence dans notre propre coeur? S’Il n’est pas à la première place ICI, comment pouvons-nous proclamer Sa prééminence ailleurs? Il n’est pas nécessaire de se prosterner devant une idole de façon littérale, tout ce que nous avons à faire est de garder une portion de notre coeur non offerte, une affection partagée, un petit amour pour cette chose qui nous attire quand Christ nous appelle à l’abandonner, et ça y est, nous sommes déjà prosternés devant l’antichrist. Nous portons déjà sur nous la marque. Oh, c’est une chose si sérieuse, une chose profonde, et combien il nous faut venir devant le Seigneur et abandonner toute chose! Sinon, le Témoignage est entravé. Voyez-vous cela?

Il n’y a eu ni débat, ni question parmi le Reste pour savoir si oui ou non ils allaient se prosterner. « Nous n’avons pas besoin de te répondre la dessus ». En d’autres termes, « Nous n’avons pas besoin d’y réfléchir. Il n’y a parmi nous ni inquiétude, ni la moindre hésitation. Nous servons un Dieu Vivant, et notre Dieu est capable de nous délivrer de la pire chose que tu puisses nous infliger, et Il nous délivrera de ta main. Nous sommes en accord avec Lui afin que Son Dessein soit vu sur cette terre, et tu ne pourras pas l’empêcher. Mais même s’Il ne nous délivre pas, nous ne servirons jamais tes dieux, et nous ne nous servirons jamais tes dieux, et nous ne nous prosternerons jamais devant ton idole. »

Comment furent-ils capables de maintenir le Témoignage? Il n’y eu aucune hésitation dans leur réponse parce qu’ils avaient déjà répondu à la question un million de fois dans d’innombrables tentations et épreuves qui avaient toutes pour objet de les amener à s’écarter légèrement à droite ou à gauche du Chemin Etroit, mais ils n’avaient pas bronché. Ils étaient vainqueurs quotidiennement, et ce qui arrivait là n’était pour eux qu’une de ces choses quotidiennes. Un jour normal dans la vie d’un Vainqueur. Nous voici, tenant simplement ferme en faveur du Royaume et de la Volonté de Dieu. C’est tout. Peu importe que l’idole mesure soixante coudées de haut et six de large, ou que l’on ne puisse la mesurer en termes de hauteur et de largeur. Qu’il s’agisse de viande, de vin, de femmes, de pouvoir, de position, de se prosterner devant une chose ou une autre, extérieurement ou intérieurement, nous sommes soumis à un Royaume qui remplit toutes choses, un Christ qui a la prééminence sur toutes choses, un Nom qui est au-dessus de tout nom.

Et vous connaissez la suite de l’histoire, comment ce Témoignage les amena à être jetés dans la fournaise ardente. Ils tombèrent liés au milieu de la fournaise ardente. J’ai vu des programmes télévisés tenter d’expliquer que les trois hommes se sont retrouvés dans un coin moins chaud de la fournaise et qu’ils ont pu ainsi survivre. Pourtant l’Ecriture dit clairement qu’ils sont tombés au milieu de la fournaise. Ils ont été jetés directement dans la partie la plus chaude de la fournaise, et on a pu croire un moment que les Ténèbres les avaient engloutis. « Ils ne s’étaient pas prosternés, on s’y attendait, mais en fin de compte nous avons pu nous en débarrasser. Mais… »

« [Nebucadnetsar] répondit et dit: Voici, je vois quatre hommes déliés, se promenant au milieu du feu, et ils n’ont aucun mal; et l’aspect du quatrième est semblable à un fils de Dieu. » (Daniel 3:25)

Revenez à ce que j’ai dit précédemment: Quand nous nous ajustons à la Pensée de Dieu, au Royaume de Dieu, et à la Volonté de Dieu en Christ, nous sommes invincibles. Je ne dis pas, évidemment, que nous ne pouvons pas mourir ou que nous ne sommes pas tentés ou éprouvés. Beaucoup ont donné leur vie pour préserver le Témoignage, et beaucoup d’autres la donneront. Par « invincible », je veux parler de quelque chose de plus profond que simplement prolonger la vie terrestre, mais de vaincre comme Il a vaincu. Vaincre ce n’est pas éviter le mal, mais persévérer en dépit du mal. Le Seigneur ne s’est pas soustrait à la mort pour vaincre, mais il est allé droit à la mort, à l’enfer, et dans la tombe, et Il est ressorti de l’autre côté, celui de la Résurrection. La mort n’a aucun pouvoir sur celui qui est mort et revenu à la vie; ainsi, nous aussi nous devons prendre notre Croix, renoncer à notre vie, et mourir afin de pouvoir vivre.

Les vainqueurs ne peuvent pas toujours éviter la fournaise ardente, mais si on les y jette, ils marchent au milieu du feu. Je parle évidemment d’une façon figurée. La Bible parle de nos ardentes épreuves et elles sont notre part. La fournaise ardente est le moyen par lequel Dieu nous « réduit à Christ », et consume tout ce qui a une origine charnelle ou naturelle. Comme ces trois hommes, nous pouvons être jetés liés dans la fournaise, mais nous en ressortons sans entrave, déliés. Les scories sont consumées et l’argent est affiné.

Le feu n’a aucun pouvoir sur le corps des Vainqueurs (Daniel 3:27a). Jetez les dans la fournaise ardente, et ils ne sont pas consumés, mais seulement affinés et purifiés. Cela ne fait que les rendre beaucoup plus conformes à l’image du Quatrième Homme, le Fils de Dieu, le Seigneur Jésus Christ. Le feu n’a aucun pouvoir sur eux parce que le feu n’a aucun pouvoir sur Lui, et là, Il se tient au milieu. Ils ne cherchent pas la fournaise ardente, mais ils ne l’évitent jamais quand elle survient. Ils ne demandent pas des tentations ou des épreuves, mais elles ne les effraient pas. Ils ne cherchent pas le diable derrière chaque rocher, mais quand ils le trouvent, ils démontrent la prééminence de Christ sur toutes choses, et appellent à se soumettre à Lui. C’est le Témoignage de Jésus et le ministère des Vainqueurs.

Le Seigneur se révèle Lui-même à nous, quand nous sommes au bout de nous-mêmes, quand le feu brûle le plus intensément. Quand Il a atteint la fin de nous-mêmes, alors Il intervient. Il se consacre à nous ici au milieu du feu, parce que nous nous sommes consacrés à Lui en dehors du feu. De même que nous avons tenu bon pour Sa Volonté et Son Royaume dans une situation de compromis universel, de ténèbres et de déception, de même Il se tiendra avec nous dans nos tentations, épreuves et soucis. Quelle en est la finalité? Que la prééminence que nous avons proclamée soit démontrée. Il profitera de l’occasion et démontrera qu’Il est fidèle.

« Il n’y a aucun autre dieu qui puisse délivrer comme Lui » (Daniel 3:29b).

Chip Brogden

Source: Connaître Christ

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org
Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

Le principe du reste – Deuxième partie


« C’est Lui (le Seigneur) qui révèle les choses profondes et secrètes; Il sait ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure auprès de Lui. » (Daniel 2:22)

Nous parcourons le Livre de Daniel pour y découvrir le Principe du Reste. Dans le premier chapitre de Daniel, nous voyons que le Seigneur s’est réservé pour Lui-même un reste composé de quatre jeunes gens juifs – Daniel, Hanania, Mischael et Azaria – pour représenter le Royaume de Dieu au milieu de Babylone. Au sein du compromis et de la faillite universelle, ces quatre garçons représentent les Vainqueurs, ceux qui gardent le Témoignage en lieu et place de l’Ensemble quand l’Ensemble ne veut pas ou ne peut pas maintenir ce Témoignage.

L’esprit de l’Antichrist essayera toujours de souiller ce qu’il ne peut détruire, et de détruire ce qu’il ne peut souiller. Nous voyons cette évidence maintes et maintes fois répétée dans les Ecritures. A l’époque de Daniel, l’Ennemi a remporté la victoire en amenant Israël à se souiller lui-même. Tout était compromis et le Témoignage s’était effondré. Vu depuis la perspective des puissances des ténèbres, tout semblait jouer en leur faveur, à l’exception de Daniel et de ses trois amis, qui étaient déterminés à maintenir le Témoignage.

Selon l’usage conventionnel, le mot « témoignage » signifie faire une confession publique, par exemple, donner son témoignage à l’église. Cependant, dans le contexte scripturaire, le Témoignage de Jésus représente beaucoup plus que la simple confession de la Vérité, c’est la démonstration de la Vérité. Je suppose que nous nous contenterions de simplement confesser la Vérité, mais si nous n’étions pas éprouvés, elle ne serait jamais démontrée. C’est le cas pour beaucoup pour qui la vérité est un système de pensée, une doctrine ou une philosophie, mais elle n’est pas une expérience, ni une chose qui peut être démontrée aujourd’hui.

On trouve dans le Livre de Daniel le secret pour être un vainqueur. Observez simplement que dans le conflit qui oppose le Reste à l’Ennemi, chaque attaque se termine par une défaite de l’Ennemi et le Reste en sort fortifié. J’aimerai que l’Eglise en général et chaque chrétien en particulier prête attention à cela. Nous abandonnons si souvent le combat, alors que si nous avions tenu bon, nous en serions sortis fortifiés. Bien des fois, nous sommes au bord d’une victoire importante, d’une percée, ou d’une révélation mais nous abandonnons dans l’épreuve. Le Livre de Daniel va nous enseigner à tenir bon, à rester ferme jusqu’au bout.

LE PLAN DE DIEU

Rappelons-nous maintenant, qu’à l’époque de Daniel, les puissances des ténèbres rodaient au-dessus des Juifs en exil. Seuls Daniel et ses trois amis tenaient bon contre Babylone. Ils constituaient le Reste, le dernier lien entre d’une part la Volonté de Dieu et Son Royaume dans les cieux, et d’autre part Sa volonté et Son Royaume sur la terre.

Dans un temps de profondes ténèbres spirituelles, le Seigneur répondra à la situation en nous donnant une révélation de Lui-même. Dans ce cas précis, le Seigneur choisit de Se révéler Lui-même d’une façon puissante, et la façon dont Il le fit est intéressante. Il ne se révéla pas directement à Daniel comme on aurait pu s’y attendre, mais Il utilisa un roi païen Nebucadnetsar pour transmettre à Daniel la révélation initiale de Lui-même et de Son Royaume. Le Seigneur est-Il limité en quoi que ce soit? Nous limitons tant le Seigneur à cause de nos doutes et de notre incrédulité, affirmant que Dieu ne fera pas ou ne pourra pas faire ceci ou cela. Le Seigneur dit: « Il est temps pour Moi de Me faire connaître et de révéler Ma Gloire à ce Reste, de lui faire savoir, à lui et au reste du monde, qu’en dépit des apparences, c’est le Ciel qui fixe les règles. Et je le ferai de telle façon que Mes intérêts seront protégés et que Mon Reste sera préservé en toutes choses ». Quel Dieu incroyable!

Ainsi, le plan de Dieu eut deux facettes. D’un coté Il donna le rêve, de l’autre Il en donna l’interprétation. La « difficulté » ici était qu’il y avait à Babylone quantité de diseurs de bonne aventure, d’interpréteurs de rêves et autres « hommes sages ». Il y avait littéralement des centaines d’interpréteurs potentiels de rêves au sein de tous ces astrologues et magiciens. Mais Dieu contourna cette « difficulté » en accordant le rêve à Nebucadnetsar, puis en le lui faisant oublier! Cela représenta une grande frustration pour Nebucadnetsar, qui savait qu’il avait fait un rêve, mais était incapable de s’en souvenir. Il avait vu quelque chose, mais ne pouvait se souvenir de cette vision. Nebucadnetsar n’était pas fou. Astucieusement, il demanda à ses sages de lui donner à la fois le rêve ET l’interprétation, se doutant bien que s’ils n’étaient même pas capables de lui rappeler son rêve, ils ne risquaient pas de lui en donner l’explication. N’importe qui peut donner une interprétation, mais il faut un miracle pour pouvoir dire à quelqu’un à la fois ce qu’il a rêvé et ce que cela signifie.

Les Chaldéens furent interloqués. Ils répondirent que personne ne pourrait donner au roi ce qu’il demandait, et qu’aucun roi, dans son bon sens, n’avait jamais exigé une telle chose. Alors Nebucadnetsar, envahi par un sentiment de colère et de frustration, ordonna que tous les sages de Babylone soient mis à mort immédiatement. Cette sentence de mort s’appliquait donc aussi à Daniel et à ses trois amis. Nous avons parcouru tout cela pour souligner le point suivant: observez de quelle manière l’Ennemi utilise la grande révélation que Dieu a donnée comme un moyen de détruire le Reste. L’adversaire utilise les grandes bénédictions que Dieu nous accorde pour tenter de nous nuire. Rappelons-nous que c’est Dieu qui avait donné le rêve, et que c’est Lui qui l’avait ensuite retiré de l’esprit du roi. Ainsi, non seulement l’Ennemi saisit l’opportunité de voiler la révélation mais il tente de détruire le peuple qu’il n’a pas pu souiller autrement. N’ayant pu les amener à se souiller, il incite Nebucadnetsar à s’attaquer à eux.

Nous devrions examiner combien de fois l’Ennemi a tiré avantage des très bonnes choses que Dieu avait accordées à Son peuple. Un homme reçoit une grande révélation, mais il en tire orgueil et se détruit lui-même ainsi que la révélation. Ou encore, une femme est bénie par un grand don musical, mais sombre dans l’amour du monde, et utilise le don pour elle-même plutôt que pour le Royaume de Dieu. Dans le cas de Daniel, la révélation initiale de Dieu devint aussi l’occasion pour Satan de tenter de le détruire. Répétons-le, si nous voulons la révélation apostolique, alors il nous faut être prêt à subir la persécution apostolique.

L’Ennemi se met en mouvement UNIQUEMENT en réponse à la Révélation. Chaque fois qu’une graine pure est semée, l’Ennemi vient IMMEDIATEMENT, soit directement, soit à travers des circonstances difficiles, de la déception ou des distractions, afin de rendre inutilisable la précieuse Semence (Matthieu 13:19-22). Nous imaginons peut-être que toutes sortes « d’attaques » sont lancées contre nous, mais en réalité, nous ne représentons aucune menace pour le diable, aussi longtemps que nous sommes affairés à nos petites activités religieuses, tenant nos réunions, et discutant à propos de la Bible. Il ne s’intéresse pas le moins du monde à cela, et il est content de nous laisser faire tourner nos activités indéfiniment. Même si nous abordons le domaine du « combat spirituel », l’Ennemi ne bouge pas. A ce stade, nous ne représentons pas une menace pour lui. Mais qu’une petite Lumière commence à poindre, et là l’Ennemi va commencer à s’y intéresser, car la Lumière est la seule chose qui représente une menace pour les Ténèbres. Les Ténèbres ne craignent pas la religion, la spiritualité, la doctrine, la musique bruyante, la prédication, les foules de chrétiens, le combat spirituel, les conventions prophétiques, ou les réveils. Les Ténèbres ne sont effrayés que par la Lumière, et plus nous possédons la Lumière, plus les Ténèbres perdent leur pouvoir sur nous. Quand nous demeurons dans la Lumière parfaite, alors les Ténèbres n’ont plus aucun pouvoir. ET LA LUMIERE N’EST NI PLUS NI MOINS QUE LA REVELATION DE CHRIST DANS SA GLOIRE. Cette vérité est sous-jacente dans la prière que Daniel adresse à Dieu: « C’est Lui (le Seigneur) qui révèle les choses profondes et secrètes; Il sait ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure auprès de Lui. (Daniel 2:22).» Les Ténèbres et la Lumière ne peuvent pas coexister. Les chinois ont un proverbe: « Ne maudis pas les ténèbres, allume juste une bougie. »

Ainsi Daniel réclama plus de temps pour examiner la demande du roi, et avec l’aide de ses trois amis, il intercéda auprès du Seigneur pour qu’Il lui accorde la connaissance du rêve et son interprétation. Le Seigneur lui répondit en lui permettant de faire, cette nuit là, exactement le même rêve, et en lui accordant la sagesse nécessaire à son interprétation. Nous devons voir ici que c’est dans la nature de Dieu de se révéler Lui-même à tous ceux qui Le cherchent. Le but de toute parole prophétique et révélation est de Lui permettre de se faire connaître (Apocalypse 19:10) Les événements futurs ne sont pas révélés juste pour que nous les connaissions, mais pour mettre au premier plan la prééminence et la souveraineté de Christ. Examinons maintenant le rêve de Nebucadnetsar, non d’un point de vue historique, mais pour y discerner Christ.

LA PIERRE QUI REMPLIT TOUTES CHOSES

Dans le rêve, il y avait une grande et terrible statue, sa tête était d’or pur, sa poitrine et ses bras d’argent, son ventre et ses cuisses d’airain, ses jambes de fer, ses pieds en partie de fer et en partie d’argile. Soudain une pierre se détacha, frappa les pieds de la statue, et mis la statue en pièces. Et la pierre devint une grande montagne qui remplit toute la terre.

L’interprétation est la suivante: la statue représente une succession de royaumes terrestres. La tête est Babylone, la poitrine et les bras représentent les Mèdes et les Perses, le ventre et les cuisses représentent la Grèce, et les jambes et les pieds représentent Rome. Nous n’allons pas développer cela en détail, parce que là n’est pas le but de ce rêve. L’objectif réel de ce rêve n’est pas de nous faire connaître l’identité de ces puissances terrestres; La chose importante c’est la Pierre! Oh, cette Pierre glorieuse sur laquelle l’Eglise est bâtie, une Pierre que des mains n’ont point faite, qui détruit les royaumes humains et établit un Royaume qui ne finira jamais! Peu importe si les royaumes terrestres paraissent terribles, féroces, ou forts, ils seront réduits en poussière devant ce Royaume de Dieu, et NOUS sommes rois et prêtres de ce Royaume!

« Il doit grandir, mais je dois diminuer » (Jean 3:30). Nous voyons ici la formidable énergie et puissance de Dieu qui est à l’oeuvre pour FAIRE GRANDIR le Royaume de Son Cher Fils et l’établir « sur terre, comme il l’est au ciel ». Alors que le Fils grandit, toutes les choses qui s’opposent à Lui diminuent, les nations et les royaumes de ce monde, ainsi que les choses liées à l’Antichrist.

Puis-je dire ici que la réalité de cette Pierre est tout aussi sûre et certaine que la réalité de cette horrible statue. Pourquoi les enseignants de la Bible et les étudiants sont-ils si passionnés par cette statue, en retraçant l’histoire de ces royaumes, mais en oubliant le poids et la signification de cette Pierre qui réduit en poussière tout ce qui s’oppose à elle? La Pierre, le Christ qui remplit toutes choses, est le point central de ce rêve. Aussi sûrement que Babylone est la tête, les Perses et les Mèdes la poitrine et les bras, la Grèce le ventre et les cuisses, et Rome les jambes et les pieds, toute aussi certaine est cette Pierre (Christ) qui réduit tout en poussière, et GRANDIT jusqu’à remplir toute la terre! Alléluia! Quand nous prions que Son Royaume vienne et que Sa Volonté soit faite sur la terre comme au ciel, nous ne prions pas en prononçant des mots vains, vides, inutiles. Nous appelons Christ à remplir toutes choses! Et nous voyons ici la fin depuis le commencement. Le Seigneur règne! Son Royaume grandit, et Son Christ aura la prééminence sur toutes choses!

Regardez attentivement la révélation initiale du Royaume qu’à reçue Daniel. C’est une simple déclaration, mais c’est le coeur du rêve et de son interprétation:

« Dans les jours de ces rois, le Dieu des cieux établira un Royaume qui ne sera jamais détruit; et ce Royaume ne passera point à un autre peuple; il broiera et détruira tous ces royaumes, mais lui, il subsistera à toujours. » (Daniel 2:44)

Nous remarquons que:

  • Ce Royaume est établi par le Dieu des Cieux.
  • Ce Royaume ne peut être vaincu, détruit, ou défait.

  • Ce Royaume détruira chaque chose qui s’oppose à Christ.

  • Ce Royaume subsistera à toujours.

Alléluia! J’espère que vous n’attendez pas un accomplissement futur de ces choses – en d’autres termes, j’espère que vous ne CHERCHEZ pas une victoire à venir, mais que vous vous appuyez sur une victoire DEJA acquise. Quand Jésus a commencé Son ministère terrestre il y a deux mille ans, Il commença à prêcher en disant: « Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est proche » (Matthieu 4:17). « Proche » signifie à coté, à la porte, il arrive. Nous attendons certainement avec impatience la consommation future de toutes choses, son achèvement futur, mais la fondation est déjà posée, et DANS LE REGARD DE DIEU, C’EST DEJA ACCOMPLI. Il est l’Alpha autant que l’Omega. Il n’est pas l’Alpha au commencement, et l’Omega seulement après que toutes choses seront accomplies. Il est déjà les deux. C’est le fondement du Témoignage de Jésus. Christ a déjà établi Son Royaume, Il bâtit l’Eglise « sur cette Pierre » (Matthieu 16:16-19) et par cette Pierre, Il remplit progressivement toutes choses.

Maintenant qu’est-ce qui est le plus grand à vos yeux? Quand vous regardez le monde aujourd’hui, voyez-vous cette horrible statue ou la Pierre qui remplit toutes choses? « Nous ne voyons pas encore que toutes choses Lui soient assujetties; mais nous voyons Jésus (Hébreux 2:8,9) ». Pour vaincre, nous devons voir que la Pierre est plus grande que toute autre chose dans le monde. Nous devons voir un Christ et un Royaume qui est plus grand que le monde, qui grandit, remplit toutes choses, consumant tout ce qui appartient à l’Antichrist, et subsistant à toujours. Cette vision, ce regard, n’ont pas de prix. Et c’est cela que démontrent quotidiennement les Vainqueurs. Si nous l’avons vue, si nous sommes convaincus de cette Vérité, alors nous ne pourrons faire autrement que de vivre en accord avec elle. Nous marcherons d’une manière digne de Son appel. Nous ne laisserons pas le monde et les choses du monde nous tourner la tête. Comment pourrions faire cela, sachant que cette Pierre consume toutes choses?

Jésus bâtit Son Eglise sur cette Pierre, et cette Pierre est la révélation de Christ donnée par le Père. L’Eglise est simplement la synthèse de ceux à qui le Père a révélé le Fils. La Révélation de Christ nous conduit au Témoignage de Jésus. Quand la Révélation devient plus réelle pour nous que toutes les choses que nous pouvons voir, entendre ou sentir, alors nous sommes prêts pour démontrer la Vérité que nous proclamons, et le Témoignage de Jésus nous appartient. PAR CE TEMOIGNAGE, nous avons la victoire sur le dragon.

DES VAINQUEURS POUR DEMONTRER LA VERITE

On ne peut s’appeler Vainqueurs que s’il y a quelque chose à vaincre. En d’autres termes, s’il n’y a rien qui se dresse contre notre Témoignage pour le défier, alors nous ne sommes rien de plus qu’un tourbillon d’air chaud. En fait, plus notre témoignage sera sûr, plus nous serons sévèrement éprouvés. N’imaginons surtout pas que plus on avancera avec le Seigneur, moins les épreuves que nous rencontrerons seront difficiles. Il n’en est rien! Alors que le Seigneur se révèle à nous et que nous grandissons dans la connaissance de Christ, notre Témoignage grandit et s’élargit, et avec cette élargissement viennent aussi des conflits terribles, des pressions spirituelles et des épreuves. Comment pourrait-il en être autrement? Si nous ne passons pas par des tests, des épreuves, alors tout ce que nous avons, c’est de l’enseignement, de la doctrine. Nous ne pouvons démontrer la Vérité tant qu’elle n’a pas été éprouvée.

Cette sorte de Témoignage est quelque chose qui ne peut être reçu et appréhendé d’une façon objective et théorique. Il faut que cela soit formé en nous, et devienne une partie de nous-mêmes, afin que la Vérité ne soit pas seulement quelque chose dont nous parlons ou que nous enseignons, mais quelque chose que nous vivons. C’est pourquoi je dis que le MESSAGER est le MESSAGE. Entendre le messager est plus important que d’écouter le message qu’il apporte. Les « pieds si beaux » du messager sont ce qui rend le message si merveilleux (Esaïe 52:7). Nous devrions être capables de dire immédiatement si le message fait partie du messager, ou si c’est juste quelque chose qui sort d’un livre ou une chose entendue et répétée. Possède-il juste le message, ou le message le possède-t-il? N’importe qui peut se lever pour apporter un message, mais il faut bien des années au Seigneur pour incruster le message dans le messager afin que le messager SOIT le message.

Avant de connaître le Seigneur, j’ai toujours dû prier, jeûner, étudier et travailler très dur pour préparer mes sermons. Cela me prenait de nombreuses heures pour mettre au point une prédication. La prédication se passait bien, mais il y manquait la Vie. Maintenant, quand je vais quelque part pour prêcher, je ne me prépare jamais à l’avance. Je n’ai pas besoin de trouver un endroit tranquille pour prier. Je ne demande pas à ce que l’on me laisse seul un moment. Je n’ai pas besoin d’un endroit pour réfléchir et coucher quelques notes sur le papier. Pourquoi? Parce que ma vie entière est une préparation. Je suis le message. Je ne l’apporte pas, je le vis. Je présente Christ, et je n’ai pas besoin de me préparer pour Le mettre en évidence. La meilleure chose que je puisse faire est de m’écarter de Son chemin pour Lui laisser la place! Si vous avez besoin « de ceindre vos reins » et de vous préparer pour dire quelque chose, alors c’est que vous ne le vivez pas. Si vous le vivez, alors vous n’avez pas à le préparer. Soit vous êtes prêts, soit vous ne l’êtes pas. Mais rien de ce que vous pourrez faire au dernier moment ne vous rendra prêts si vous ne demeurez pas en permanence dans la Vérité. Demeurer est essentiel.

Ainsi, vivre la Vérité, c’est plus que simplement la comprendre mentalement et pouvoir la réciter. Nous avons la victoire sur le dragon par le Sang de l’Agneau, la parole de notre Témoignage, et par le renoncement à notre vie (Apocalypse 2:11). Qu’est-ce que le Témoignage? Le Témoignage est simplement la Révélation de Christ comme Tout et en Tous démontrée dans la vie des Vainqueurs. Cela DOIT être une démonstration, cela doit faire partie de notre existence, être vivant, incorporé dans l’essence même de ce que nous sommes: et pour cette raison, il y a un test. Chaque fois que nous appréhendons quelque chose du Seigneur, la mesure de discernement et de perception de Sa Personne doit faire et fera l’objet d’un test dans la même mesure. Ainsi la Révélation pourra être vue au dehors en tant que Témoignage, afin de faire connaître ce que nous avons vu et entendu.

Par exemple, supposons que le Seigneur vous éclaire pour Le voir Lui comme la Victoire. Par la grâce de Dieu, vos yeux s’ouvrent pour voir que le Seigneur Jésus ne vous donne pas la victoire, mais qu’Il s’est donné Lui-même pour vous en tant que Victoire. La différence est incalculable. Vous vous réjouissez de la Vérité qui vous a été révélée. « Dieu merci, le Seigneur Jésus est ma Victoire! Je crois la Parole de Dieu. Dorénavant je ne chercherai plus la victoire comme une chose, parce que Christ est la Victoire! » Assez étrangement, il ne faudra pas longtemps avant que quelque chose ne se produise pour tester la validité de votre révélation. C’est l’expérience commune à tous les saints. Restez simplement sur ce terrain, et l’Ennemi s’enfuira. C’est ainsi que la Vérité est démontrée.

Quand le Seigneur se révéla Lui-même à moi pour la première fois, j’ai pensé qu’à partir de ce jour la vie serait un long fleuve tranquille. Pas du tout! Il se trouva que toutes les choses se dressèrent contre moi comme pour jeter un défi à ce qui m’avait été révélé. Toutes les circonstances se liguèrent contre moi, me disant que j’étais un insensé, et que rien de ce que je croyais n’était vrai. Plusieurs « témoins » vinrent vers moi pour me donner des preuves très convaincantes que Christ n’était PAS ma Victoire, et que je devais AGIR en conséquence. Immédiatement j’ai dû décider si j’allais croire ce que l’opposition me disait ou croire ce que Dieu disait. C’était réellement une tentation! Watchman Nee disait que Satan n’a en réalité qu’une seule tentation, et elle consiste à mettre la pression sur les saints: pour semer le trouble en eux, afin de les amener à se lever et FAIRE quelque chose, au lieu de se reposer sur les promesses de Dieu et l’oeuvre accomplie du Seigneur. Oh, oui je fus douloureusement testé! Mais ce qui importe c’est de croire le Seigneur. Je choisis de croire le Seigneur et dès ce moment, je vis les circonstances se dissoudre complètement devant mes yeux. C’était un miracle! LA VERITE DE LA VICTOIRE DE CHRIST ETAIT DEMONTREE. Ainsi, le Seigneur s’assura pour Lui-même un Témoignage, et je n’ai pas de problème à confesser aujourd’hui que ma victoire est un Homme, car Christ est la Victoire!

LA VICTOIRE A TRAVERS CHRIST

Nous pouvons répéter un millier de fois que Christ est notre Victoire, mais si dans le feu de l’action, nous vivons comme s’Il n’était pas notre Victoire, alors la Vérité n’est pas démontrée et nous n’avons pas de Témoignage. Le problème est le suivant: Nous prions POUR la victoire au lieu de prier sur la base d’une victoire DEJA acquise. Nous CHERCHONS la victoire au lieu de nous appuyer sur une victoire ACCOMPLIE. Combien il est glorieux de se maintenir SUR le terrain de la victoire et de VOIR la Vérité démontrée!

Le Seigneur a élargi ma vision pour voir que « Christ a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix » (Colossiens 2:15). Si j’ai réellement vu cela, alors je ne peux plus être le même. Combien de chrétiens hocheront la tête et diront amen à cette merveilleuse vérité – mais s’en iront avec une mentalité guerrière, essayant de combattre le diable comme si nous devions finir le travail accompli par Christ? En quoi cela démontre-t-il la prééminence de Christ? En quoi cela établit-il le Témoignage de Christ? En rien. Nous devrions acquiescer à ce que dit ce verset et vivre ensuite conformément à ce que nous croyons. Pour nous, ce n’est plus seulement un verset de la Bible, mais l’affirmation de la Vérité, et nous la voyons démontrée constamment.

Ou qu’en est-il de 1 Corinthiens 15:57? L’Ecriture affirme clairement, « grâces soient rendues à Dieu, Qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! » Pour la plupart des gens, c’est juste un verset, simplement une des promesses de la Bible. Ils ne voient pas la Vérité. Ils ne voient pas que la Victoire est quelque chose qui leur appartient déjà EN Jésus. Ils ne voient pas que le mot « donne » signifie qu’ils n’ont rien à faire pour mériter ou obtenir cette victoire. Mais l’Ecriture est claire – Dieu nous DONNE la victoire PAR Jésus Christ. Cela rend inutile tout combat et toute lutte. La victoire nous est DONNEE! Et ce n’est ni par quelque chose que nous faisons, que nous avons fait, ou que nous pourrions faire, mais PAR Jésus!

Bien des chrétiens essayent de vaincre en recevant un peu de la puissance du Seigneur en vue de les aider à obtenir la victoire. Puissions-nous voir devant Dieu qu’Il ne nous donne pas de la puissance pour vaincre, mais Il nous donne la Victoire à travers le Seigneur Jésus-Christ.

Si je suis capable de faire quantité de choses spirituelles et de les appliquer aux circonstances en vue de vaincre, qui va obtenir la gloire? Qui va être crédité de la victoire? Si je fais le travail, j’en réclamerai le crédit – peut être inconsciemment, je croirai que ce sont mes jeûnes et prières, mes études bibliques, ma grande spiritualité ou autre chose qui « m’ » a donné la victoire. Mais si la Victoire est quelque chose que Dieu me DONNE PAR Christ, EN CHRIST, alors je n’ai plus rien à faire sinon ouvrir mes bras et LE recevoir! Dans ce chemin là, qui obtient le crédit? Qui fait tout le travail? Christ obtient la gloire, l’honneur, et la louange, et nous sommes au bénéfice de tant de grâce, et de tant de choses qui nous sont données gratuitement.

Jean écrit: « C’est pour ceci que le Fils de Dieu a été manifesté, afin qu’Il détruisît les oeuvres du diable » (1 Jean 3:8b). Parce que les Ténèbres puisent leur puissance uniquement dans le terreau de la déception, et non parce qu’ils la possèdent intrinsèquement, toute révélation ou manifestation de Christ est sévèrement contestée. Plus nous voyons Christ, plus l’Ennemi perd sa puissance sur nous. C’est aussi simple que cela. Quelle perte de temps de « vous confronter » aux choses et de les combattre de front. Une telle approche va vous occuper du matin au soir, et du soir au matin. Non! La seule façon de combattre les ténèbres est d’apporter la Lumière, et tout ce dont nous avons besoin c’est la révélation de Christ. Cette révélation du Fils de Dieu est suffisante pour que l’Ennemi soit défait. Quand Il se manifeste, alors le travail du diable est détruit; du coup, je n’ai rien du tout à « affronter ». La Pierre détruit simplement toute chose.

C’est la raison pour laquelle nous avons le Livre de l’Apocalypse. Dans un temps de grandes ténèbres, persécutions, apostasie, et décadence, Jean est exilé dans l’Ile de Patmos. En tant que dernier survivant des douze apôtres du Seigneur, il est certain que la crise présente pesait lourdement dans son esprit. Quelle est la réponse de Dieu? Une nouvelle technique de combat spirituel? Une nouvelle formule pour vaincre? Une nouvelle promesse à proclamer? Le nom de chaque esprit territorial? Non, non, non, et non! Dieu écarte simplement le voile de la chair, ravit Jean en Esprit, l’appelle dans les cieux, et lui accorde une plus grande révélation, un élargissement de la Personne de Jésus Christ en tant que PREEMINENT AU-DESSUS DE TOUTES CHOSES. Voilà la solution, pas une quelconque révélation concernant le combat spirituel, les esprits territoriaux, ou les doctrines de démons. Tout ce qui appartient au monde des ténèbres s’appuie sur un mensonge, et un des plus grands mensonges perpétrés est que vous devez combattre les ténèbres en comprenant les ténèbres. C’est un non-sens! Quelle futilité! Quelle frustration! C’est si déprimant! Ils disent que vous devez « connaître votre Ennemi ». Non, vous devez CONNAITRE VOTRE SEIGNEUR! CONTEMPLONS LE FILS DANS SA PLENITUDE, et nous verrons les ténèbres s’enfuir face à l’éclat de cette gloire!

J’ai choisi trois versets de la Bible pour démontrer la prééminence de Christ sur toutes choses. En y réfléchissant un peu, j’aurai pu en proposer beaucoup d’autres. Nous connaissons ces VERSETS, mais connaissez-vous cet HOMME? Voyons-nous seulement Colossiens 2:15, 1 Corinthiens 15:57, et 1 Jean 3:8, ou bien voyons-nous Christ? Avez-vous trois portions de l’Ecriture ou bien avez-vous Christ? La Bible est-elle pour nous une « chose » que nous pouvons utiliser comme une sorte « d’épée » objective, ou possédons-nous la Parole Vivante se démontrant elle-même à travers nous? La différence entre celui qui est un vainqueur et celui qui est défait réside dans le fait d’appréhender spirituellement ces vérités ou de se contenter d’y acquiescer mentalement. Si nous pouvons les citer, ou même les enseigner, d’une façon dépassionnée, déconnectée, simplement objective et extérieure, alors nous ne rentrerons jamais dans l’expérience de ces vérités.

Daniel a dit: « Le rêve est certain, et son interprétation est sûre ». Daniel reçut la même lumière que Nebucadnetsar, mais Daniel ajusta sa vie conformément à cette lumière, alors que Nebucadnetsar ne fit que satisfaire sa curiosité. Ces notions de victoire, de vaincre, de Christ remplissant toutes choses, représentent-elles pour nous un simple enseignement? Une doctrine? Une théorie? Une étude biblique intéressante? Une leçon d’histoire? Ou ce Royaume, et cette Pierre, et cette Victoire sont-ils pour nous une chose certaine et sûre? Pourvu qu’ils soient certains et sûrs pour nous! Amen! Viens Seigneur Jésus!

Chip Brogden

Source: Connaître Christ

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org
Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

Le principe du reste – Première partie


« Daniel résolut dans son coeur qu’il ne se souillerait point… » (Daniel 1:8 a)

A notre époque, le Seigneur oeuvre en utilisant un Reste et Il suscite des Vainqueurs pour représenter Ses intérêts sur la terre, un peuple qui soit dans le monde, mais pas du monde. Même si le plus grand nombre, l’Ensemble, a échoué, les Vainqueurs, en tant que représentants de l’Ensemble, accomplissent l’Intention initiale de Dieu, Son Dessein pour l’Eglise.

Cette idée d’un Reste repose sur de multiples exemples historiques. Mais définissons tout d’abord ce qu’est un Reste. Enoncé simplement, un Reste est: une personne ou des personnes qui accomplissent le Dessein de Dieu en lieu et place de l’Ensemble, quand l’Ensemble ne peut pas ou ne veut pas l’accomplir. Prenons Noé comme exemple. A une époque où la violence et le péché remplissaient la terre, voici un homme seul qui agit avec droiture et qui est agréable à Dieu. Le Seigneur jugea l’Humanité par le Déluge, mais ne la détruisit pas complètement. Il épargna Noé et sa famille et prit avec eux un nouveau départ.

Un autre bon exemple est Elie. Il se lamentait sur le fait d’être resté le seul prophète fidèle, et préférant mourir, il demanda à Dieu de lui ôter la vie. Dieu lui répondit: « Mais Je me suis réservé en Israël sept mille hommes, tous les genoux qui n’ont pas fléchi devant Baal, et toutes les bouches qui ne l’ont pas baisé » (1 Rois 19:18). Quel Dieu incroyable! La nation entière appartenait au Seigneur. En théorie, ils étaient Son Peuple Elu. Mais dans les faits, seuls 7000 personnes étaient restées fidèles à la Pensée et au Dessein de Dieu pour eux. Elles n’avaient pas adoré d’idoles. Par rapport à l’ensemble du peuple, cela représentait un petit nombre, c’était néanmoins davantage que ce qu’Elie pensait.

On ne trouve pas ce Principe du Reste qu’au milieu des justes. Rappelez-vous, lorsqu’Abraham a intercédé en faveur de Sodome, il a réussi à convaincre Dieu d’épargner la ville entière si on pouvait trouver dix personnes justes au milieu d’elle. Malheureusement pour Sodome, il n’y avait pas de Reste, pas même une poignée de gens en accord avec le Dessein de Dieu, en conséquence la ville fut détruite. Les Restes peuvent donc faire la différence entre la vie et la mort, entre le salut et la destruction.

La place qu’occupa Noé à l’égard de Dieu était offerte à tous. Dieu n’avait pas limité le quota de fidèles en Israël à 7000. Le Reste n’est pas un groupe fermé. J’ai entendu la chose suivante il y a bien des années: « Chacun peut le faire, tous ne le feront pas, mais certains le feront ». Vous voyez, c’est l’essence même. Il y a une doctrine complète sur la Théologie du Reste, mais ce n’est pas cela que nous avons à l’esprit ici. Soyons bien clairs: un Reste n’est pas un groupe exclusif, élitiste, d’enfants de Dieu super spirituels. Pas du tout. Les promesses s’adressent à « tous ». On peut tous être un ami de Dieu! On peut tous vaincre! Nous savons que tous n’en feront pas l’expérience. Pourquoi pas? J’aimerais le savoir, j’aimerais pouvoir l’expliquer, mais je ne le peux pas, je sais juste que dans les faits, tous ne marcheront pas ainsi avec Dieu. Nous apprenons cela de l’Histoire, nous le savons en regardant autour de nous aujourd’hui. Tous ne se consacrent pas à Dieu, tous ne cherchent pas Son Royaume, tous ne renoncent pas à leur propre vie pour suivre Jésus. Non qu’ils ne le PEUVENT pas, mais ils ne le VEULENT pas. Il n’y a rien de gravé dans le marbre qui dirait que vous êtes destinés à être un des vainqueurs, mais que les autres gens ne le sont pas. Non, nous sommes tous destinés à l’être mais combien le désirent réellement? Chacun peut l’être, tous ne le seront pas (dans les faits, une grande majorité), mais QUELQUES-UNS le seront. Ce groupe des «quelques-uns» qui le seront constitue le Reste.

Le Reste apparaît aussi dans le livre de l’Apocalypse. Il y est appelé « les Vainqueurs ». Le Seigneur s’adresse à sept églises, et lance une invitation particulière à « ceux qui vaincront ». Six des ces sept églises ont de sérieux problèmes spirituels qui nécessitent une correction immédiate; Philadelphie, la seule exception, traverse une persécution terrible. Mais si l’on parcourt ces messages, on discerne clairement que le Seigneur appelle un Reste à vaincre. Du coup l’identité individuelle de ces sept églises semble s’effacer pour tendre vers ce point particulier, vers tout ce qui est relatif à ces vainqueurs.

LE RESTE EN ISRAEL

Comment le Seigneur attire-t-Il l’attention de Son peuple? Premièrement, Il nous envoie Sa Parole. Si nous n’écoutons pas Sa Parole, Il nous envoie les prophètes. Si nous n’écoutons pas les prophètes, que se passe-t-il? C’est très simple, le Seigneur utilise les circonstances pour attirer notre attention. Et dans le cas d’Israël, quand toutes les solutions « diplomatiques » ont échoué et ont été rejetées, le Seigneur a dit « C’en est assez. Je vais devoir recommencer quelque chose de nouveau. Je vais juger Mon peuple et accomplir Mon Dessein au moyen d’un Reste, un petit reliquat de fidèles. Non, je ne vais pas tout arrêter là, mais je vais les faire passer à travers le feu de l’affliction. »

Par le passé, Le Seigneur a agi ainsi plusieurs fois à une petite échelle. Quand nous lisons le Livre des Juges, nous voyons ce principe démontré. Le peuple sombre dans l’adoration des idoles et le Seigneur permet à ses ennemis de les vaincre. Après avoir souffert pendant un certain temps, ils crient à l’Eternel qui leur envoie un libérateur, et ils sont libérés. Les choses vont bien pendant un certain temps et puis le cercle vicieux se répète. Observez la patience de Dieu! Toutes ces choses sont méticuleusement rapportées pour notre instruction.

Le Livre de Daniel retrace un des points les plus sombres de l’histoire des Juifs. La nation d’Israël a sans cesse décliné spirituellement pendant plusieurs générations. Le Seigneur a eu d’importantes controverses avec Son peuple. Vous savez qu’Israël était censé représenter le Seul Vrai Dieu, le Créateur de toutes choses. De ce fait, ils étaient censés être un peuple à part parmi les autres nations de la terre. Toutes les autres nations adoraient des idoles; Israël se devait d’être un exemple et le moyen par lequel le Seigneur pourrait atteindre toutes les nations idolâtres. Israël était la première nation monothéiste dans le monde – ce qui signifie qu’ils adoraient un Seul Dieu, alors que les autres nations en adoraient plusieurs. Ainsi la nation entière d’Israël aurait dû être un Reste corporatif, une nation créée pour accomplir le Dessein de Dieu en faveur de toutes les nations (l’Ensemble) alors que cet Ensemble ne pouvait pas ou ne voulait pas l’accomplir. C’est pour cela qu’Israël a été suscité.

Manifestement la nation d’Israël n’a pas pu maintenir le Témoignage du Seigneur car les Israélites se mettaient à adorer des idoles comme le faisaient toutes les autres nations de la terre. Ils ont alors perdu ce qui les distinguait des autres, ce qui faisait leur particularité. Les nations païennes étaient supposées regarder Israël, voir les grandes bénédictions, la santé, la paix, la prospérité dont ils bénéficiaient et la présence de Dieu dont ils jouissaient, et abandonner leurs idoles pour se tourner vers le Dieu Vivant. En résumé, Israël était censé être un témoin vivant. Nous savons bien sûr qu’Israël a échoué. Au lieu de maintenir le Témoignage, ils ont commis les mêmes péchés que les autres nations en adorant des idoles. Même en lisant superficiellement l’Ancien Testament, nous voyons que c’est ce point qui est au coeur, au centre des controverses de Dieu avec Israël. Comment un peuple, mis à part, pouvait-il représenter dignement le Dieu Unique si leurs vies contredisaient la grande vérité qu’ils étaient censés posséder?

De façon répétée, le Seigneur leur a envoyé des prophètes pour les avertir. Il y eût certes des périodes lumineuses de réforme spirituelle où les idoles ont été brisées, mais d’une façon générale, l’inclination de la nation a été vers le bas. Le temps passant, ils sont même devenus plus mauvais et plus condamnables que les nations païennes. Ce qui a représenté un certain « problème » pour Dieu, même si bien sûr, cette façon de dire n’est pas la meilleure, c’est pourtant une bonne façon de la décrire. Voici un peuple qui était censé être une lumière pour les nations, et qui, au contraire, portait atteinte au témoignage de Dieu sur terre. Ils avaient perdu leur caractère exclusif, séparé, mis à part: ils étaient de moins en moins différents des autres nations. Ils étaient aussi communs, ordinaires, pollués et compromis qu’elles.

Qu’a fait alors Dieu? Nous pourrions dire que le sort du Seigneur était lié à celui d’Israël parce que, pour parler franchement, si Israël échouait, le Seigneur ne disposait donc plus d’un clair Témoignage sur la terre. Le message envoyé aux nations aurait alors été: « Le Dieu d’Israël est faible: Il n’arrive même pas à contrôler Son propre peuple. Regardez-les! Ils ne sont pas différents de nous, donc leur Dieu n’est sûrement pas différent de nos dieux. On n’a aucune crainte à avoir du Dieu d’Israël. » Une situation telle serait manifestement intolérable. Malheureusement, tout dépendait de ce peuple rebelle, désobéissant et versatile. Le Seigneur ne pouvait pas se tourner vers une autre nation pour recommencer quelque chose avec elle, Il s’était trop investi avec ce peuple. Une relation s’était établie, des promesses avaient été faites – Abraham, Isaac, Jacob, Moise, Samuel, David, tous étaient impliqués en cela. Mais plus important encore, le monde entier tournait ses regards vers Israël pour voir comment le « soit- disant » Dieu Vivant (comme ils disent) allait s’en sortir avec Son peuple idolâtre. La gloire de Dieu au milieu des nations était en jeu. Comment les choses ont-elles pu en arriver là, à se détériorer à ce point? Il semblait, humainement parlant, que tout était perdu.

LE RESTE EN BABYLONE

Lorsque que tous les autres moyens ont été épuisés, le Seigneur a décidé de livrer Israël entre les mains d’une nation païenne, adoratrice d’idoles – Babylone. Le prophète Habakuk a argumenté avec Dieu en disant que Babylone étant plus mauvaise qu’Israël, comment cela pouvait-il représenter un témoignage quelconque en faveur du Seigneur? Comment Dieu peut-Il permettre que Son peuple soit conquis par des païens? Mais le Seigneur savait ce qu’Il faisait. C’était presque comme s’Il disait: « Parce que vous m’avez abandonné au profit des idoles, Je vais vous donner ce que vous voulez: un style de vie complètement éloigné de Moi, et entièrement dominé par toutes sortes d’idoles. Je vais vous envoyer dans un pays étranger dans lequel vous aurez ce que vous avez si bien cherché. Puisque vous voulez être comme les autres nations, que vous voulez vivre comme les païens, hé bien, je vous en donne l’opportunité. Mais je vais me réserver un Reste, et je le ramènerai dans le pays qui est le sien; dorénavant l’adoration des idoles ne sera plus jamais un problème en Israël. » Admirez la sagesse de Dieu!

Souvenez-vous, quand les hébreux se plaignaient d’être fatigués de la manne et demandaient de la viande? Qu’a dit le Seigneur? Il leur a dit qu’en effet Il allait leur donner de la viande, et qu’ils en mangeraient tellement qu’elle leur sortirait par les narines. Ils allaient en avoir autant qu’ils pouvaient en supporter et cela les rendrait malades. De la même façon, le Seigneur a choisi de leur donner toutes les idoles qu’ils désiraient pour les guérir définitivement de leurs convoitises idolâtres.

Ainsi le Seigneur a amené les armées de Babylone à Jérusalem. Le Temple a été pillé, détruit, la ville a été brûlée, une grande partie du peuple tuée. Les survivants ont été emmenés captifs vers Babylone. Tout semblait vraiment perdu. Le Témoignage était presque éteint, et semblait ne plus pouvoir être un jour restauré. Dieu a « abandonné » Son propre peuple et a permis à une nation païenne de le conquérir. Non seulement cela, mais le centre spirituel de la nation – le Temple – était détruit, et avec lui, les sacrifices, l’adoration, le sacerdoce, la Loi, les prophètes, tout, absolument tout.

Mais allons au-delà de la perspective historique et regardons les choses du point de vue spirituel. Nous devons rappeler que toutes choses nous dirigent vers Christ. Depuis le commencement, Dieu est occupé à poursuivre un but particulier, qui est la révélation de Christ et l’établissement de Son Royaume. Il a pris un homme du milieu des nations païennes adoratrices d’idoles – Abraham – et s’est révélé Lui-même progressivement à lui. Le monothéisme était né, et à partir de ce simple homme, Dieu a cherché à se réserver pour Lui-même une nation qui Lui appartienne en propre, séparée et bien distincte de toutes les autres nations. Nous suivons cette lignée à travers Isaac, Jacob, Joseph, Moise, David, et les rois. Elle a atteint son apogée avec le règne de David. C’est à ce moment là, qu’Israël a été le plus proche de l’intention de Dieu. Salomon a bien commencé, mais il a fini par adorer encore ces satanées idoles! Immédiatement la nation s’est divisée entre le royaume du Nord et celui du Sud, et les choses ont tourné de mal en pis. Finalement, le royaume du Nord (Israël) s’est effondré, suivi plus tard par le royaume du Sud (Juda).

Vu dans cette perspective spirituelle, il semblerait que Dieu ait échoué dans Sa tentative de se réserver un peuple pour Lui-même. Pouvons-nous réellement mesurer la gravité de la situation? Christ n’est pas encore apparu, et Israël a échoué. A ce moment là, Satan a pu dire « Enfin! Je savais que cela n’allait pas durer. La grande idée d’une nation sainte au milieu des autres nations de ce monde! Un peuple distinct et séparé! Ah, je crois que nous pouvons avec certitude dire que nous avons gagné. Christ ne pourra pas se manifester parce qu’Israël n’est plus. Nous avons gagné! » Pourquoi Satan haïssait-il Israël? Ce n’était pas parce qu’Israël était quelque chose en lui-même, mais parce qu’il était la porte à travers laquelle Christ viendrait dans ce monde. Détruire Israël avant que Christ n’apparaisse était aussi essentiel que de Le tuer dès le sein de sa mère (Apocalypse 12:4,5).

Evidemment, en regardant en arrière, nous savons que le Seigneur, en agissant ainsi, ne laissait pas le diable renverser Son Dessein. Ce qui est merveilleux, avec le Seigneur, c’est que l’homme ne peut pas non plus entraver Son Plan! Le Seigneur avait déjà dit par Esaïe que Christ viendrait. Mais Jérémie annonce que Dieu permettra qu’Israël soit emmené en captivité pendant 70 ans avant de pouvoir revenir dans son pays. Le problème dans tout cela ne se limite pas à une question de propriété terrestre. Nous devons voir que Dieu avait en vue la venue prochaine de Son fils dans le monde, et cette venue devait se faire à Bethlehem. C’est à Jérusalem qu’Il devait être sacrifié pour nos péchés. Tout cela était déjà prévu d’avance. Il fallait donc que le pays soit restauré avant que Christ puisse être manifesté.

C’est à ce moment de l’histoire des relations entre Dieu et Israël que le Livre de Daniel débute. Il commence par la déportation d’un Reste du peuple vers Babylone. Il est important de comprendre la stratégie de Babylone à l’égard des nations qu’il pouvait conquérir. Quand nous comprenons cela, nous comprenons mieux l’analogie que l’on peut faire entre l’antique Babylone et la Babylone spirituelle actuelle. Quand vous êtes conquis par Babylone, ils commencent par VOUS transformer en ce qu’ILS sont eux mêmes.

Les Mèdes et les Perses, qui ont succédé à Babylone, ont adopté une approche différente. Ils avaient remarqué qu’un peuple heureux et satisfait était moins tenté de se rebeller, et ils leur permettaient donc de conserver plus ou moins intactes leur religion et leurs coutumes. C’est pourquoi Cyrus permit aux Juifs de retourner dans leur pays pour y rebâtir le Temple. Mais il n’en était pas ainsi des Babyloniens. S’ils adoraient une certaine idole, il fallait que vous l’adoriez aussi. S’ils mangeaient certains mets, il vous fallait faire de même. Comme ils parlaient l’Araméen, vous deviez apprendre l’Araméen. En d’autres termes, il n’y avait pas de place à Babylone pour autre chose que Babylone. Vous ne pouviez conserver votre individualité, votre propre conception des choses. Soit vous assimiliez leur culture, soit vous mouriez.

Dès lors, nous pouvons tout de suite voir où vont se situer les causes du conflit. Un Juif ne peut pas « être » comme toutes les nations et être encore Juif. Certes, la plus grande partie d’Israël avait déjà perdu sa spécificité, sinon ils ne se seraient pas retrouvés dans la situation où ils étaient. Mais nous savons que si Dieu voulait arriver à l’accomplissement de Son Dessein, Il se devait donc de Se réserver un Reste pour Lui-même. Ce Reste serait évidemment très éprouvé parce ce que là où il allait, il ne lui serait pas facile de maintenir un quelconque Témoignage. L’espoir était que, quoiqu’il arrive, ils restent fidèles au Seigneur, au sein du compromis généralisé, et qu’ils traversent victorieusement les 70 années de captivité, pour retourner ensuite à Jérusalem, et permettre à Dieu d’accomplir Son Plan qui devait aboutir à la révélation de Christ.

Tous les espoirs et les rêves liés au Ciel dépendaient donc de cette poignée d’exilés! Une si grande responsabilité reposait sur ce groupe. Seraient-ils fidèles? Persévéreraient-ils? Ou s’écrouleraient-ils complètement sous la pression d’une nation étrangère, d’une société païenne? Assurément, Satan et ses esprits antagonistes à Christ observaient soigneusement la suite des événements. Israël en tant qu’Ensemble pouvait avoir été détruit, mais tant que ces juifs subsistaient, il restait une chance – même minime – que Dieu parvienne à mener à bien Son Plan. Nous devons comprendre que toutes les forces des ténèbres allaient se liguer contre ce Reste pour détruire le Témoignage une fois pour toutes. En vérité, c’était une période tout à fait critique et déterminante. L’enjeu dépassait largement Israël: l’accomplissement complet du Dessein de Dieu et de Son Plan de rédemption, le retour même du Messie pour établir Son Royaume, c’est tout cela qui était en jeu.

Qui pourrait croire que dans un contexte où l’enjeu est si immense, la première bataille à mener va porter sur un sujet aussi insignifiant que ce que l’on peut manger? Qui pourrait deviner que le sort ultime de l’humanité va reposer sur une chose aussi simple que la nourriture? Mais je peux vous dire que la plupart des gens ont échoués justement à ce premier test, ce tout petit test, et se sont disqualifiés eux-mêmes immédiatement. Je prie que le Seigneur ouvre nos yeux pour que nous puissions discerner le principe présent ici!

Nous ne pouvons pas savoir quel fut le nombre exact de ceux qui furent déportés à Babylone. Nous savons en revanche qu’un groupe de jeunes hommes furent choisis pour être endoctrinés afin qu’ils adoptent le style de vie et les coutumes des Babyloniens. Ils furent sélectionnés pour suivre un programme rigoureux leur permettant d’apprendre les arts, les sciences, et la religion de la nation païenne. Ils avaient à apprendre une nouvelle langue et de nouvelles coutumes. On changea même leur nom, en leur attribuant le nom d’une idole. Babylone était en train de les engloutir dans son système.

Ainsi, dès le début, Satan tenta de détruire ce Reste. Nous savons que, parmi tous ces jeunes gens, seuls quatre élevèrent toutes sortes d’objections aux changements qu’on voulait leur imposer. Seulement quatre! Voulons-nous dire que de tous ces jeunes gens, tout a reposé sur ces quatre? Oui, c’est bien ce que nous trouvons dans l’Ecriture. La majorité pensait probablement, j’ai vu mon peuple se faire tuer, ma maison détruite, et le Temple brûlé. Nous avons été déportés dans ce pays et nous ne reverrons jamais notre patrie. Dieu nous a abandonnés. Mieux vaut tirer profit de Babylone. Nous avons déjà de la chance d’être encore en vie après tout ce qui s’est passé. Peut-être que si nous collaborons, notre vie ici sera meilleure.

On apportait quotidiennement à ces garçons une part de la viande et du vin destinés au Roi pour contribuer à leur assimilation du style de vie babylonien. La plupart d’entre eux acceptèrent tranquillement cette nourriture comme faisant partie du programme. En fait, quelle bénédiction que de disposer ainsi d’une telle nourriture!! Après tout, pensaient-ils, pourquoi s’inquiéter à propos de ce que nous mangeons ou buvons, ou au sujet du Sabbat ou des lois juives relatives à cette question? Notre ancien style de vie est mort, il a disparu. Nous ne pouvons pas être Juifs ici. Le Temple n’est plus, les prêtres ont probablement tous été tués, cela ne fera donc aucune différence. Ils prirent donc de la viande et du vin venant de la table du Roi. On trouve symboliquement ici leur capitulation finale envers Babylone. C’est ce qui l’a scellée. A partir de ce moment là, ils s’étaient déjà presque entièrement perdus dans le système babylonien. S’ils étaient encore Juifs, ils n’en gardaient que le nom car ils s’étaient compromis eux-mêmes.

Or, il y avait un jeune homme qui ne pouvait pas accepter tranquillement toutes ces choses qu’on lui offrait. Il regardait les autres, assis à table autour de lui, humant les senteurs de la viande royale qu’on leur servait et écoutant le doux bruit du vin qu’on versait dans leurs verres. Il prit alors une décision: « Daniel résolut dans son coeur qu’il ne se souillerait point par les mets délicats du roi et par le vin qu’il buvait » (Daniel 1 8 a).

Daniel était-il seulement jaloux en faveur de la Loi de Moise, ou avait-il une motivation plus élevée? En réalité le point essentiel ici ne résidait pas dans la viande ou le vin, mais dans le coeur de Daniel où se trouvait la résolution de ne pas se souiller. Qu’il puisse y avoir une personne ayant un tel objectif au vu des circonstances qui l’entouraient est tout simplement incroyable. Il aurait été si simple de s’engager dans ces choses, de les accepter comme elles venaient, et de ne pas se poser de questions. Mais loué soit Dieu pour cette décision! Daniel était résolu dans son coeur- une flamme y brûlait, et plus il pensait à ces choses, plus le feu devenait brûlant en lui. Alors que les autres mangeaient et buvaient, il s’approcha de ses trois amis, et leur chuchota: « Mangez ma part si vous voulez, moi je ne pècherai pas contre le Seigneur dans ces choses! » Et les trois frères Hanania, Mischael, et Azaria, prirent chacun la décision de ne pas manger la viande ni de boire le vin. Alléluia! Voilà ce que le Seigneur recherche – une petite compagnie de deux ou trois, réunis pour faire un pacte selon lequel ils tiendront ferme pour le Témoignage du Seigneur, pour quelque chose de Céleste, quel qu’en soit le prix! Mais pourquoi veiller ainsi sur ton intégrité, Daniel? Te crois-tu meilleur que tous les autres? Qu’espères-tu y gagner? Où veux-tu en venir?

Daniel et ses amis représentent les Vainqueurs. Daniel décida dans son coeur qu’il serait définitivement hostile et opposé au système mondain qui prévalait à Babylone. Cela ne sera pas une résistance bruyante, démonstrative, qui attirera l’attention, mais un style de vie tranquille, réfléchi, obéissant à certaines règles, lui permettant d’aller jusqu’à un certain point, mais pas au-delà. Oui, on pouvait le soumettre physiquement au Royaume de Babylone, mais il refusait d’être soumis spirituellement! Son Dieu et sa religion n’étaient pas liés au Temple de Jérusalem, au sacerdoce ou à un type d’adoration, Daniel disait: « Il est vrai que le Temple a été détruit, que Jérusalem a été brûlé, et que Dieu a permis que nous soyons vaincus. Mais cela ne change rien au fait qu’Il est le Dieu Très Haut, le Créateur du Ciel et de la Terre. Mon témoignage ne va pas évoluer au gré des circonstances. Je vais maintenir le Témoignage du Seigneur, même si cela signifie pour moi la mort. Je préfère mourir que de me souiller et être ainsi disqualifié pour le Royaume de Dieu. Quelqu’un, quelque part sur cette terre, doit représenter le Royaume de Dieu, et bien que je sois DANS Babylone, je ne suis pas DE Babylone! » Voilà ce qu’était en substance son raisonnement.

LE RESTE AUJOURD’HUI

Quelle est la signification de ces choses et l’application qu’on peut y trouver pour nous aujourd’hui? Enoncé simplement, le temps dans lequel nous vivons n’est pas très différent de celui de l’Israël de l’Ancien Testament ou des églises dont nous parle le Livre de l’Apocalypse. Quand nous examinons le paysage de la Chrétienté, on y trouve une immense déception, une incroyable immaturité, une grande quantité d’aveuglement spirituel et de désappointement. Tant de mélange et de compromis avec ce monde rendent pratiquement impossible la distinction entre ce qui relève du naturel, de l’âme, de la chair, du charnel et ce qui relève du spirituel. Je ne vais pas m’étendre là-dessus, cela est évident pour toute personne dotée d’une perception spirituelle. En tant qu’Ensemble, l’Eglise a failli à maintenir le Témoignage de Jésus, de la même façon qu’Israël a échoué dans sa responsabilité de maintenir le Témoignage du Seigneur.

L’apôtre Jean écrit: « N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde: si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui; parce que tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, n’est pas du Père, mais est du monde; et le monde s’en va et sa convoitise, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement » (1 Jean 2:15-17). C’est clairement démontré par Daniel.

N’est-ce pas sur ce point précis que repose notre problème actuel? Nous voici, avec un appel céleste, une citoyenneté céleste, une Jérusalem céleste, un Temple céleste, un Royaume céleste, mais pour l’instant nous sommes « exilés » dans un système mondain qui utilise tout ce qui est à sa disposition pour nous amener à nous souiller par le compromis. A l’évidence, il fait du bon travail. Pareil à ces jeunes gens hébreux de l’époque, nous mangeons la viande, nous buvons le vin de ce monde. Nous nous comportons en général et dans de multiples occasions comme le fait le monde sans nous poser de questions. Et on s’étonne ensuite de ne pas pouvoir conserver une perspective céleste! On se demande pourquoi nous ne sommes pas victorieux! Si nous appliquions notre coeur à rechercher les choses d’en haut, et non celles qui sont sur la terre (Colossiens 3:2), alors le Seigneur pourrait faire quelque chose pour nous. Mais jusque là, tant que nous ne sommes pas différents du monde, pourquoi le Seigneur serait-Il tenu d’agir au milieu de nous? Quelle sorte de message serait alors envoyée? Oh oui, vous pouvez manger la viande et boire le vin du monde, vous comporter comme tous les autres et garder quand même votre religion et votre Dieu? Non, il ne doit pas en être ainsi!

Finalement, Daniel et ses trois amis furent estimés dix fois plus sages que le plus sage de Babylone. Quand on s’ajuste au Dessein Eternel de Dieu, alors Il nous prend et s’engage personnellement envers nous d’une façon puissante. Une fois qu’Il a mis à part pour Lui-même un Reste, Il s’assurera alors que tout le Ciel soit derrière eux parce qu’ils représentent tout ce que signifie: « Que Ton Nom soit sanctifié; que Ton Règne vienne; que Ta Volonté soit faite SUR LA TERRE comme au ciel. »

Bien entendu, un tel peuple mis à part par Dieu pour de saints objectifs sera aussi marqué par l’ennemi, ces esprits de l’Antichrist qui sont opposés à la Volonté de Dieu et au Dessein de Christ. Nous ne représentons aucune menace pour l’ennemi tant que nous sommes engagés dans nos propres activités dérisoires et nos petits projets. Il ne bougera pas d’un pouce pour nos oeuvres religieuses, nos réunions, nos prédications, parce que la plupart de ces choses sont faites sans aucun rapport avec le Dessein Eternel de Dieu en Christ. Nous pouvons faire beaucoup de bruit pendant des années sans jamais nous trouver nez à nez avec l’ennemi – nous ne le dérangeons pas, donc il ne nous dérange pas. Mais dès lors que nous saisissons quelque chose de la signification de la Volonté Ultime de Dieu et que nous commençons à nous engager pour le Témoignage Céleste sur la terre, nous représentons alors un danger très sérieux pour ces puissances et ces autorités.

La cause de ce conflit est la grande révélation de Christ sur laquelle l’Eglise est bâtie. La réalité est que « Les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre » cette Ecclésia de ceux qui ont vu Christ, le Fils du Dieu Vivant, par une révélation directe de la part du Père. Cette proclamation implique que les portes de l’Enfer essaieront sûrement de lutter contre cette Eglise que Jésus bâtit, qui est elle-même un Reste, un peuple appelé à sortir. A sortir de quoi? A sortir de Babylone; dans le monde, oui, mais pas du monde. En Babylone, mais tenant ferme pour le Royaume de Dieu, Sa puissance et Sa gloire, au milieu de choses complètement hostiles et contraire à ce Témoignage. Ce n’est pas une question de géographie, mais un Témoignage indépendant du lieu où l’on se trouve. Nous verrons la démonstration de cela plus d’une fois alors que nous progresserons dans le Livre de Daniel.

Chip Brogden

Source: Connaître Christ

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org
Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

Question de prédestination


Voici la deuxième étude de mon frère Bernard.

Cette étude porte sur un sujet qui divise pas mal de chrétien, la prédestination. A savoir si on est sauvé par élection seulement, où si nous avons un choix. Cette étude est très intéressante et je vous encourage à la lire. Soyez bénis.

Approche eschatologique dans les Évangiles


Voici une nouvelle rubrique. « Etudes prophétiques ». Cette nouvelle rubrique recensera principalement des études de mon frère en Christ, Bernard, qui sont tellement d’actualités qu’il est nécessaire pour chacun d’entre nous d’en prendre note. Ces études sont un peu plus longues, d’où leur présence en format PDF et sous une rubrique à part. Ces études sont principalement destinées à tous ceux qui sont en recherche, les chrétiens qui sont en plein réveil spirituel. Je remercie Bernard pour l’autorisation de la publication de ses études sur ce site. Voici donc la première de la série « Approche eschatologique dans les Évangiles« .

Soyez bénis.