Le génocide ‘rampant’ de la Chine


Par la stérilisation forcée, les avortements et d’autres méthodes de contrôle des naissances, la Chine anéantit lentement sa population musulmane.

Dans la région du Xinjiang à prédominance musulmane de l’extrême ouest de la Chine, des données sont apparues montrant que depuis que le gouvernement a mis en place un État policier étroitement contrôlé dans la région il y a quatre ans, il a également mis en œuvre un programme systématique de ce que certains experts ont appelé un « génocide lent, douloureux, et rampant ».

Les données sont apparues dans un rapport de juin compilé par Adrian Zenz à la fondation Jamestown et est basé sur des statistiques gouvernementales, des documents d’État et des entretiens avec 30 anciens détenus du camp de concentration, des membres de la famille et un ancien « instructeur » du camp. Ce qu’il dévoile est un génocide systématique généralisé et non signalé auparavant. À travers ce programme, le président chinois Xi Jinping a incarné l’esprit des maniaques génocidaires de l’histoire tels qu’Adolf Hitler, Joseph Staline et Mao Zedong.

Depuis son arrivée au pouvoir, Xi a révoqué la politique de l’enfant unique de la Chine et a activement travaillé pour encourager les Chinois Han à avoir plus d’enfants. Cela a conduit à une baisse spectaculaire de l’utilisation des méthodes de contrôle des naissances à travers le pays. Au Xinjiang, cependant, leur utilisation a considérablement augmenté.

Alors que le gouvernement s’efforce de réduire sa population musulmane, les ouïghours et d’autres minorités ont été contraints par l’État de subir des contrôles de grossesse, des dispositifs inter-utérins (diu), des avortements et des stérilisations. Bien qu’avoir jusqu’à trois enfants soit techniquement légal, certaines familles de trois enfants ou plus ont été lourdement mis à l’amende. Ceux qui ne peuvent pas payer sont traînés dans des camps de détention, qui contiendraient entre 1 et 3 millions de détenus. Alors que l’État les appelle des « camps de rééducation » pour la « formation professionnelle », ce sont des camps d’endoctrinement où la violence s’apparente à des camps de concentration.

Pour certains, même se conformer aux exigences du gouvernement ne suffit pas. La kazakhe d’origine chinoise Gulnar Omirzakh s’est conformée à une ordonnance de mise en place d’un DIU après avoir eu son troisième enfant en 2016. Pourtant, en 2018, des responsables lui ont infligé une amende de $2 685 pour avoir plus de deux enfants. Si elle ne payait pas dans les trois jours, elle, comme son mari, serait jetée dans un camp d’internement.

Certains camps de la région sont principalement composés de femmes emprisonnées pour avoir trop d’enfants. À l’intérieur du camp, les mesures de contrôle de la population se poursuivent. Tursunay Ziyawudun a raconté son séjour là-bas, où on lui a injecté ce qui semble être des injections de prévention de la grossesse jusqu’à ce qu’elle n’ait plus son cycle. Pendant les interrogatoires, elle a reçu à plusieurs reprises des coups de pied dans le bas-ventre. Elle ne peut plus avoir d’enfants et souffre souvent de douleurs atroces avec des saignements provenant de son utérus.

D’autres femmes du camp sont obligées de porter un DIU, sont stérilisées ou menacées d’avortement si elles sont trouvées enceintes.

Ces choses se produisent non seulement à l’intérieur des camps, mais elles sont également imposées aux musulmans dans tout le Xinjiang. Depuis 2016, le gouvernement du Xinjiang a injecté plusieurs millions de dollars dans les procédures de contrôle des naissances. Alors que l’utilisation des DIU diminuait en Chine, au Xinjiang, les DIU ont augmenté de 60 pour cent, passant de 200 000 insérés en 2014 à 330 000 en 2018. La région ne comprend que 1,8% de la population, mais en 2018, elle représentait 80% de tous les DIU utilisés en Chine. Les chirurgies de stérilisation ont également chuté à l’échelle nationale, mais au Xinjiang, le gouvernement a lancé une campagne de stérilisation de masse, les chirurgies ayant été multipliées par sept entre 2016 et 2018.

Mais l’attaque vient aussi sous d’autres angles, y compris le génocide par remplacement du père. Alors que les hommes musulmans sont emmenés dans des camps de détention, certaines de leurs femmes sont données à des hommes chinois Han afin de diluer leur race.

Les Chinois Han sont également attirés dans la région par des emplois lucratifs, des offres foncières et des subventions économiques pour modifier l’équilibre démographique dans la région.

Ajoutez à cela les camps d’internement, appelés orphelinats ou internats, pour les enfants des minorités, dont beaucoup de parents ont été détenus. On sait très peu de choses sur ce qui s’y passe ou sur le nombre d’enfants détenus. À l’intérieur, les enfants apprennent le chinois et sont obligés de chanter et de danser sur des chansons de propagande. Alors que le gouvernement prétend que les internats sont nécessaires pour protéger les enfants des « pensées extrêmes », les barbelés, les clôtures et les caméras de surveillance indiquent qu’il ne s’agit pas de protection. C’est un camp de détention avec un endoctrinement dans la « pensée extrême » mandatée par le gouvernement chinois pour garantir que les enfants perdent la connaissance de leur culture, de leur langue et de leur religion et peuvent être contrôlés par l’État.

Quel est le résultat de tout cela ? Le Xinjiang est passé de l’une des régions chinoises à la croissance la plus rapide à l’une des plus lentes. Dans les deux plus grandes préfectures du Xinjiang, le taux de natalité a chuté de 84% entre 2015 et 2018. Ces zones sont majoritairement ouïghoures.

Une région ouïghoure a fixé un taux de croissance cible proche de zéro pour 2020 à atteindre grâce au « travail de planification familiale ». Le Xinjiang a également prévu que d’ici 2019 au moins 80% des femmes en âge de procréer dans quatre préfectures du sud de l’Ouïghour recevraient un DIU ou une stérilisation, « avec des parts réelles étant beaucoup plus élevées », a écrit Zenz.

Le rapport de Zenz souligne que depuis le début des camps d’internement, le nombre de veuves ou ménopausées âgées de 18 à 49 ans a plus que doublé dans une région ouïghoure, un indicatif de ce qui est probablement la tendance dans de nombreuses régions à dominance ouïghoure. Cela est probablement le résultat à la fois de la mort anormale de maris, en particulier dans les camps d’internement, ainsi que des injections préventives qui arrêtent le cycle d’une femme.

Zenz a écrit que son rapport fournit « les preuves les plus solides à ce jour » que la Chine viole la Convention des Nations Unies sur le génocide. Le projet de loi stipule que le génocide comprend « l’imposition de mesures visant à empêcher les naissances au sein du groupe ».

Et génocide est exactement le mot que certains experts utilisent pour décrire cela. L’expert ouïghoure Joanne Smith Finley de l’Université de Newcastle l’a appelé « génocide, point final ». Elle a poursuivi : « Ce n’est pas un génocide de type immédiat, choquant, massacrant sur le terrain, mais c’est un génocide lent, douloureux, et rampant. »

Darren Byler de l’Université du Colorado a déclaré que l’objectif n’était peut-être pas l’élimination complète de la population ouïghoure, « mais cela diminuera fortement leur vitalité, ce qui les rendra plus faciles à assimiler ». Dans son rapport, Zenz a écrit que la politique visait « à réduire la population ouïghoure au Xinjiang par rapport au nombre de Chinois d’origine Han » pour « promouvoir une assimilation plus rapide des Ouïghours à la ‘race nationale chinoise’ ». Il a également souligné que cela faisait « partie d’une campagne de contrôle plus large visant à soumettre les Ouïghours ».

« Les populations qui ne croissent pas aussi rapidement sont plus faciles à contrôler dans le cadre de la stratégie coercitive de réingénierie sociale de Beijing (Pékin) dans la région », a souligné Zenz.

La Chine a déclaré que ces mesures étaient nécessaires pour mettre un terme aux naissances excessives provoquant la pauvreté et l’extrémisme. Elle a également déclaré que ces mesures faisaient partie de sa « campagne acharnée contre le terrorisme violent ».

Le Xinjiang est crucial pour la Chine car il constitue un élément pivot de son lien avec l’Initiative Belt and Road [une ceinture, une route] en Asie. En raison de son emplacement et de sa composition démographique, il a été une poudrière de tensions tout au long de l’histoire. La région a longtemps été contestée par les Mongols, les Chinois et plusieurs groupes turcs. Il est sous le contrôle de la Chine depuis les années 1700 ; cependant, il a connu des attaques terroristes tout au long de cette période alors que les Ouïghours et d’autres minorités musulmanes ont cherché une plus grande indépendance. Cela a seulement amené la Chine à resserrer son emprise sur la région à un niveau au cours des quatre dernières années que la région n’a jamais vu auparavant.

Donc, que Xi travaille ou non à un génocide complet, les mesures qu’il prend dans la région montrent sa détermination à consolider son autorité incontestée en tant qu’homme fort du pays. La Chine suit la même tendance à Hong Kong, Taïwan, dans d’autres pays avec son Initiative Belt and Road [une ceinture, une route] et dans toute la mer de Chine méridionale. Xi amasse une grande puissance. Plus il pourra mettre de personnes et de nations sous le contrôle de son parti, plus la Chine sera forte.

Dans Luc 21 : 24, Jésus-Christ a prophétisé la venue d’un « temps des Gentils ». C’est le moment où les Israélites, autrefois dominants, déclineront et les Gentils se lèveront pour combler ce vide de pouvoir. Qui sont ces « Gentils » ?

Dans What Are the Times of the Gentiles? [Qu’est-ce que le temps des Gentils ?], le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, a écrit : « Une fois que vous comprenez qui est Israël, vous pouvez comprendre comment les Gentils—les peuples non israélites—ont commencé à prendre le contrôle du monde en ce moment. » Pour prouver l’identité moderne d’Israël, lisez le livre gratuit de Herbert W. Armstrong, Les Anglo-Saxons selon la prophétie.

M. Flurry a poursuivi : « Les actions de la Chine prouvent que les Gentils s’élèvent au pouvoir sous nos yeux ! Et ce n’est là qu’une des nombreuses nations païennes qui deviennent plus agressives sur la scène mondiale.»

La description que le Christ a faite de ces temps se poursuit dans Luc 21 : « Les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire » (versets 26-27). Le temps des Gentils sera une période de grande peur, mais ces versets montrent qu’il mène jusqu’au retour de Jésus-Christ ! Telle est la vision passionnante qui doit être présente en nous, en ces temps terrifiants.

Source: La Trompette

Un responsable du Hamas menace de mort Netanyahou et Trump


« Le Coran dit ‘Tuez les là où vous les trouverez, chassez les de l’endroit depuis lequel ils vous ont chassé' »

Le président du Conseil législatif palestinien, Ahmed Bahar, a déclaré dans un discours télévisé le 29 janvier que « quiconque essaye de nous enlever les armes de notre résistance, alors la résistance prendra sa vie, même si s’agit de celle de Trump ou de Netanyahou », a rapporté jeudi l’Institut de Recherche du Moyen-Orient (MEMRI).

« La résistance palestinienne a une main longue qui peut atteindre quiconque est tenté de jouer avec les droits et les lieux saints des Palestiniens », a-t-il mis en garde.

« Avec la volonté d’Allah, la chute du ‘deal du siècle’ est proche. Les complots contre notre peuple et notre cause vont arriver à leurs fins. La chute de Trump, ainsi que celle de Netanyahou, sont proches », a affirmé le président du Conseil législatif palestinien.

« Le Coran dit ‘Tuez les là où vous les trouverez, chassez les de l’endroit depuis lequel ils vous ont chassé’. Allah aidera ceux qui le soutiennent », a-t-il conclu.

Les tensions et violences se sont intensifiées avec la multiplication d’heurts et d’actes terroristes commis en Israël, depuis la présentation du plan de paix pour le Proche-Orient par le gouvernent Trump la semaine dernière.

Source: i24 News

L’EI dit vouloir lancer une « nouvelle phase » en ciblant Israël 


Le groupe terroriste Etat islamique (EI) a affirmé lundi, dans un message audio, vouloir lancer une « nouvelle phase » de son « jihad », en ciblant spécifiquement Israël.

Le nouveau chef de l’EI, Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi, est « déterminé » à entamer une « nouvelle phase qui n’est autre que de combattre les Juifs et de rendre ce qu’ils ont volé aux musulmans », a affirmé Abou Hamza El Qourachi dans ce message d’une durée de 37 minutes diffusé sur l’application Telegram.

« Les yeux des soldats du califat, où qu’ils se trouvent, sont toujours (rivés) sur Jérusalem », a ajouté le porte-parole de l’EI.

« Dans les prochains jours, si Dieu le veut, vous verrez (…) ce qui vous fera oublier les horreurs » du passé, a encore déclaré Abou Hamza El Qourachi, en allusion à une éventuelle attaque.

Avant sa défaite territorial en mars 2019, l’organisation jihadiste avait administré un vaste « califat » autoproclamé à cheval sur la Syrie et l’Irak, qui a compté jusqu’à sept millions d’habitants. 

Elle y imprimait une monnaie, prélevait des taxes et gérait des programmes scolaires. 

Sous l’effet d’opérations militaires combinées des forces syriennes et irakiennes soutenues par leurs alliés respectifs, ce vaste territoire s’est réduit comme peau de chagrin avant d’être rayé de la carte. 

Mais l’EI a préservé en Syrie et en Irak une présence non négligeable autour du fleuve de l’Euphrate et dans le désert attenant.

Le groupe possède également plusieurs branches en Afrique et en Asie, qui mènent toujours des attaques meurtrières. 

Visite historique de responsables musulmans dans le camp d’Auschwitz


La délégation a effectué une prière dans le camp pour rendre hommage aux victimes de la Shoah

Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, le Saoudien le Saoudien Mohammad bin Abdulkarim Al-Issa, a visité jeudi le camp d’extermination d’Auschwitz en Pologne, accompagné d’une délégation de chefs musulmans, pour marquer le 75e anniversaire de sa libération.

Al-Issa a souligné que la visite sur le site du camp d’extermination nazi d’une soixantaine de responsables religieux ou associatifs venus du monde entier était « un devoir sacré et un grand honneur ».

Le secrétaire général s’est prosterné au moment où il a dirigé la prière près du Mémorial d’Auschwitz, dédié à plus d’un million de personnes, la plupart des Juifs, qui furent exterminées dans ce camp.

« Je crois qu’en rendant hommage aux victimes d’Auschwitz, j’encouragerai les musulmans et les non-musulmans à adopter le respect mutuel, la compréhension et la diversité », a déclaré Al-Issa, qui doit rencontrer vendredi des rescapés des camps de la mort.

David Harris, un responsable de l’organisation American Jewish Committee (AJC, Comité juif américain) basée à New York qui a organisé la visite, a souligné qu’il s’agissait de la première délégation musulmane « ayant des dirigeants aussi haut placés ayant jamais visité Auschwitz ou un autre camp de la mort nazi ».

La visite a eu lieu en amont des cérémonies lundi au camp d’Auschwitz à l’occasion du 75e anniversaire de sa libération.

Source: i24 News

Abou Dhabi : la Maison d’Abraham réunira église, mosquée et synagogue


Note de SENTINELLE SAPS: Cet article date de novembre dernier. Je pensais l’avoir publié, mais visiblement non… A lire en tout cas !

La Maison de la famille d’Abraham sera située sur l’île de Sadiyaat et doit être construite d’ici 2022.

Annoncée en février dernier, la Maison de la famille d’Abraham, qui doit être construite à Abou Dhabi d’ici 2022, réunira église, mosquée et synagogue. Cet édifice dans la capitale des Emirats arabes unis visera à promouvoir le dialogue inter-religieux et la co-existence.

Il s’agit du premier projet du Haut Comité, né en septembre dernier, issu du Document sur la fraternité humaine, signé par le pape et le grand imam de l’université Al-Azhar, principale autorité de l’islam sunnite dans le monde, en février.

À l’occasion de cette signature, lors de sa visite des Emirats en début d’année, le pape François avait rencontré les protagonistes du projet, dont le grand imam d’Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb. Les deux hommes se sont à nouveau rencontrés ce vendredi au Vatican.

Le responsable musulman était notamment accompagné du vice-Premier ministre des Emirats Arabes Unis, Saif bin Zayed Al Nahyan, et de l’ambassadeur égyptien au Vatican, Mahmoud Samy.

La Maison de la famille d’Abraham sera située sur l’île de Sadiyaat. L’architecte britannique Sir David Adjaye a été nommé pour mener à bien le projet.

Parmi les membres du Haut Comité, on retrouve : Irina Georgieva Bokova, ancienne directrice générale de l’UNESCO ; le cardinal Miguel Ángel Ayuso Guixot, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux du Saint-Siège : le juge Mohamed Mahmoud Abdel Salam, ancien conseiller du grand imam d’Al Azhar ; Son Éminence le cheikh Ahmad At-Tayyeb ; le rabbin M. Bruce Lustig, grand rabbin de la congrégation hébraïque de Washington ; Mgr Yoannis Lahzi Gaid, secrétaire personnel du Saint-Père ; le professeur Mohamed Hussein Mahrasawi, président de l’université Al-Azhar ; Mohamed Khalifa Al Mubarak, directeur du département de la culture d’Abou Dhabi ; le Dr Sultan Faisal Al Remeithi, secrétaire général du Conseil des aînés musulmans ; et Yasser Hareb, présentateur de télévision et écrivain émirati.

Source: Times of Israël

EI: Amman s’inquiète d’une « résurgence » et exhorte la coalition internationale à l’unité


La Jordanie s’est inquiétée lundi d’une résurgence du groupe jihadiste Etat islamique (EI), et a exhorté la coalition internationale à l’unité, alors que les récents développements régionaux ont relégué ce combat au second plan.

« Ce qui m’inquiète le plus, c’est la résurgence (…) de l’EI au cours de l’année, pas seulement dans le sud-est syrien mais aussi dans l’ouest de l’Irak », a déclaré à France 24 le roi Abdallah II, attendu ces prochains jours à Bruxelles, Strasbourg et Paris.

« Cela va devenir un problème pour Bagdad, et nous devons être là pour aider les Irakiens à gérer cette menace pour nous tous, pas seulement pour la région mais aussi pour l’Europe et le monde », a-t-il ajouté.

Cette menace a également été à l’ordre du jour des entretiens à Amman lundi entre le chef de la diplomatie jordanienne, Ayman Safadi, et son homologue allemand, Heiko Maas.

« Nous devons préserver la cohésion de la coalition internationale contre le terrorisme », car « toute division en son sein serait une opportunité pour les terroristes de s’infiltrer dans le vide créé », a déclaré M. Safadi lors d’une conférence de presse.

Il a dit espérer que les membres de cette coalition parviendraient à « dépasser ce qui s’est passé en Irak et en Iran », appelant à « préserver la présence des forces de la coalition, américaines, européennes et autres dans la région ».

Les tensions entre l’Iran et les Etats-Unis se sont exacerbées depuis l’assassinat par Washington il y a dix jours du puissant général iranien Qassem Soleimani à Bagdad, suivi de frappes de représailles de Téhéran sur des bases irakiennes abritant des Américains.

Après l’opération américaine du 3 janvier, le Parlement irakien a appelé au départ des troupes étrangères du pays, au premier rang desquels américaines.

– « Baisser la température » –

Ces vives tensions doivent être au menu des discussion d’Abdallah II avec les Européens.

« Jusqu’à présent, il semble que nous assistions à une désescalade. Nous espérons que cette tendance se poursuivra », a souligné le souverain jordanien.

« Ce qui se passera à Téhéran aura des conséquences pour Bagdad, Amman, Beyrouth, et pour le processus de paix israélo-palestinien », a-t-il fait valoir. « Dans les prochains mois, nous pourrons trouver le ton juste pour la région, afin de faire baisser la température », a-t-il espéré.

Concernant la Libye, où un cessez-le-feu à l’initiative de la Turquie et de la Russie est entré en vigueur dimanche après plus de neuf mois de combats meurtriers aux portes de la capitale Tripoli, le roi Abdallah II a dénoncé « le renfort de combattants étrangers venus de Syrie ».

« Plusieurs milliers de combattants étrangers ont quitté Idleb par la frontière nord (de la Syrie, ndlr) et sont arrivés en Libye ». Ce sujet « fera l’objet d’une discussion importante au cours des prochains jours » avec les Européens.

Selon un récent rapport d’experts de l’ONU sur la Libye, la Jordanie a envoyé des équipements militaires au maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est libyen qui tente depuis avril 2019 sans succès de s’emparer de Tripoli, siège du gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU. 

Ce rapport place le royaume, avec les Émirats arabes unis et la Turquie, sur la liste des pays qui ont violé l’embargo sur les armes imposé depuis 2011 à la Libye.

Ankara a fourni du matériel aux troupes loyales au GNA, allant des véhicules blindés aux drones, selon des sources diplomatiques.

Source: Actu Orange

Le site musulman Al Kanz demande à l’ONU le déploiement de casques bleus en France pour « protéger les musulmans »


Le site communautariste musulman Al Kanz interpelle l’ONU et demande le déploiement d’une force militaire en France pour « protéger les musulmans ».

S’adressant à l’ONU, le site musulmans demande « pourriez-vous envoyer des Casques bleus en France pour protéger les musulmans de la répression étatique qui va crescendo. Le gouvernement français agit – pour le moment encore doucement – comme la Chine avec les Uyghurs ? C’est très urgent. »

Le site musulman Al Kanz réagissait aux déclarations de Laurent Nunez faisant part des actions contre le communautarisme « Près de 130 débits de boisson, 12 lieux de culte, 4 écoles hors contrat et 9 établissements associatifs ont été fermés depuis février 2018 ».

Source: Europe Israël

670 millions de morts : l’islam est la religion du génocide


Plus de 670 millions de non-musulmans ont été massacrés depuis la naissance de l’Islam, c’est ce qui s’appelle une religion de paix et d’amour.

Les chiffres continuent d’augmenter tout le temps– le dernier en titre étant la Syrie, avec un nombre estimé entre 400 000 et 480 000 morts, tandis que d’autres massacres oubliés de l’histoire ne cessent d’être ajoutés.

  • Au total, plus de 80 millions de chrétiens ont été tués par des musulmans en 500 ans dans les Balkans, en Hongrie, en Ukraine et en Russie.
  • Des chiffres manquent encore sur le génocide islamique du peuple juif, l’objectif constant de l’Islam depuis 1400 ans.
  • Puis il y a l’Inde. L’estimation officielle des massacres musulmans du peuple hindou est de 80 millions. Cependant, l’historien musulman Firistha (né en 1570) a écrit (dans Tarikh-i Firishta ou le Gulshan-i Ibrahim) que les musulmans ont abattu plus de 400 millions d’hindous jusqu’au sommet de la domination islamique de l’Inde, ramenant la population hindoue à 200 millions à l’époque.

Avec ces nouveaux ajouts, le nombre de personnes tuées par les musulmans depuis la naissance de Mahomet serait de plus de 669 millions de meurtres.

Islam : La religion du génocide

L’inquisition espagnole

Pensez que l’inquisition espagnole a été mauvaise ? Réponse : plus de gens sont tués par les islamistes chaque année que pendant la totalité des 350 ans de l’Inquisition espagnole.

L’Inquisition espagnole était une réponse à la nature multi-religieuse de la société espagnole suite à la reconquête de la péninsule ibérique par les Maures musulmans.

L’inquisition (Tribunal del Santo Oficio de la Inquisition) de 1478 à 1834 a été établie en raison d’invasions musulmanes. C’était une guerre destinée à mettre fin à l’infiltration islamique et à la conquête arabe. Il est assez intéressant de constater à quel point leur méthodologie était similaire à celle des musulmans. Était-ce l’habitude prise suite à une longue association sous domination musulmane, ou une stratégie…

Après l’invasion en 711, de vastes zones de la péninsule ibérique ont été gouvernées par les musulmans jusqu’en 1250. Les musulmans voulaient prendre le contrôle dans tout le pays et de s’étendre en France pour installer un État islamique– comme aujourd’hui l’Etat islamique qui se conforme aux mêmes lois du coran. Cependant, la Reconquista n’a pas entraîné l’expulsion totale des musulmans d’Espagne, puisqu’ils ont été tolérés par l’élite chrétienne au pouvoir.

Pour expulser le parasite islamiste, le Tribunal a tué tous ceux et celles qui étaient soupçonnés d’être contaminés par l’Islam, même ceux qui étaient asservis par les musulmans.

L’Inquisition non seulement pourchassait les protestants et les Marranes, faux convertis du judaïsme, mais recherchait aussi des faux convertis ou récidivistes parmi les Morisques, musulmans convertis de force au catholicisme. Beaucoup de Morisques étaient soupçonnés de pratiquer l’Islam en secret. L’inquisition a tué toute personne soupçonnée d’être des traîtres ou des taupes. Personne n’a été épargné.

L’initiative fut si réussie, qu’en 1609, en l’espace de quelques mois, l’Espagne se vida de ses Moriscos. Les expulsés étaient les morisques d’Aragon, de Murcie, de Catalogne, de Castille, de Mancha et d’Estrémadure.

En d’autres termes, l’inquisition espagnole a sauvé toute la région de la domination islamique. Ce fut un acte héroïque brutal mais essentiel dans l’histoire qui a vu le sacrifice de millions de personnes.

Afrique

Thomas Sowell [Thomas Sowell, Race et Culture*, BasicBooks, 1994, p. 188] estime que 11 millions d’esclaves ont été expédiés outre-Atlantique et 14 millions ont été envoyés dans les pays islamiques d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Pour chaque esclave capturé, beaucoup d’autres sont morts.

Les estimations de ces dommages collatéraux varient. Le célèbre missionnaire David Livingstone a estimé que pour chaque esclave qui a atteint une plantation, cinq autres ont été tués lors du raid initial, ou sont morts de maladie et de privation durant les marches forcées. [Conseil presbytérien des femmes, David Livingstone*]

Ceux qui ont été laissés derrière, les très jeunes, les faibles, les malades et les vieux, moururent tôt puisque les principaux fournisseurs de ressources et protecteurs avaient été tués ou réduits en esclavage.

Donc, pour 25 millions d’esclaves livrés au marché, nous avons environ 120 millions de morts.

Et bien entendu, il n’est plus secret que l’Islam dirigeait (et dirige toujours d’ailleurs) le commerce des esclaves en Afrique. Les récentes publications sur les marchés aux esclaves d’Irak ne sont que la dernière manifestation d’un phénomène inscrit dans le coran.

Les chrétiens

Le nombre de chrétiens massacrés par l’Islam est estimé 9 millions [David B. Barrett, Todd M. Johnson, Tendances Chrétiennes du Monde AD 30 –AD 2200, William Carey Library, 2001, p. 230, tableau 4-10].

L’estimation approximative de Raphael Moore dans son livre Histoire de l’Asie Mineure est que 50 millions de chrétiens sont morts dans les guerres menées par le djihad (serfes.org)

Ainsi, en comptant le million de chrétiens africains tués au 20e siècle, nous avons :

  • 59 millions de chrétiens tués en Asie Mineure
  • 80 millions de chrétiens tués par des musulmans pendant 500 ans dans les Balkans, en Hongrie, en Ukraine et en Russie.

Hindous

Koenard Elst dans son ouvrage sur le négationnisme en Inde donne une estimation de 80 millions d’hindous tués par les djihadistes en Inde. (Koenard Elst, négationnisme en Inde, Voice of India, New Delhi, 2002, p. 34.)

L’Inde est aujourd’hui la moitié de la taille de l’Inde ancienne, en raison précisément du djihad. Les montagnes près de l’Inde, qui s’appellent Hindu Kouch, signifient le «bûcher funèbre des Hindous» (voir dreuz.infoHindi Kouch).

[Mise à jour : Selon des rapports de 1899, notamment une déclaration faite par le chef religieux indien Swami Vivekananda citant l’historien musulman Firistha, les musulmans ont massacré plus de 400 millions d’hindous pendant le règle musulman de 800 ans, ramenant la population de 600 à 200 millions. Firishta a écrit le Tarikh-i Firishta et le Gulshan-i Ibrahim. Si les musulmans ont effectivement abattu plus de 400 millions de personnes en Inde, le génocide musulman dans le monde dépasserait 890 millions de victimes.

«Lorsque les Mahométans vinrent pour la première fois, on nous a dit– je pense, selon l’autorité de Ferishta, l’historien musulman le plus âgé– que nous étions six cents millions d’hindous. Nous sommes maintenant environ deux cents millions. » (Interview de Swami Vivekananda, publiée dans Prabuddha Bharat. Avril 1899 et compilée sous la rubrique «Sur les limites de l’hindouisme».)

Bouddhistes

Les bouddhistes ne suivent pas l’histoire des guerres. Gardez à l’esprit que dans le jihad, seuls les chrétiens et les juifs étaient autorisés à survivre en tant que dhimmis (serviteurs de l’islam) ; tous les autres devaient se convertir ou mourir.

Le jihad a tué les bouddhistes en Turquie, en Afghanistan, le long de la Route de la Soie et en Inde.

Le total est d’environ 10 millions. [David B. Barrett, Todd M. Johnson, Tendances Chrétiennes du Monde 30 ap. J.-C. 2200, Bibliothèque William Carey, 2001, p. 230, tableau 4-1.]

Les Juifs

Assez curieusement, l’islam n’a pas tué assez de juifs dans son jihad pour affecter de manière significative les totaux du génocide. Le jihad des juifs, en Arabie, a été efficace à 100%, mais les victimes se comptaient en milliers, pas en millions.

Après cela, les juifs se soumirent et devinrent dhimmis (serviteurs et citoyens de seconde classe) de l’Islam et n’avaient plus de pouvoir politique.

Données manquantes

  • Perses. Les musulmans ont envahi et occupé la Perse qui était pacifique, qui était disciple de Zorohaustra. Le nombre de morts n’est pas encore connu.
  • Chrétiens du Moyen-Orient.
  • Chinois pendant les invasions mongul.
  • Les musulmans ont massacré 11 millions de musulmans depuis 1948, en plus des 669 millions de non-musulmans qu’ils ont assassinés au cours des siècles. Combien de musulmans ont-ils assassinés pendant plus de 1400 ans, nous l’ignorons encore.

Conclusion

670 millions de morts, c’est plus que Staline, Hitler, Mao, Pol Pot, Idi Amin, les croisades, l’inquisition, et la guerre de 100 ans réunis. C’est plus que les génocides socialistes du 20e siècle. Et le plus terrible, c’est que ça ne s’arrête pas ! Il ne se passe pas un jour de l’année sans que des personnes soient tuées au nom de l’islam.

En fait, aucune idéologie n’a été aussi génocidaire que l’islam.

Aucune idéologie n’a été si sanguinaire depuis si longtemps, depuis des siècles.

Et aucune idéologie n’a jamais été aussi hostile à la liberté, à la femme, et aux droits de l’homme.

Il serait temps que ça s’arrête. Pour de bon. Mais ça ne s’arrêtera pas. C’est le plus grand danger pour l’homme mais les écologistes préfèrent s’intéresser au danger climatique pour l’homme. C’est le système le plus meurtrier mais les médias préfèrent montrer du doigt les néo-nazis et suprémacistes blancs, qui représentent une microscopique minorité.

C’est la religion du génocide alors on dit d’elle que c’est la religion d’amour, de tolérance et de paix.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Prescilla Stofmacher pour Dreuz.info.

Syrie: le porte-parole de l’EI tué dans un nouveau raid


La mort d’Abou Hasan Al-Mouhajir intervient après l’annonce de l’élimination d’al-Baghdadi

Le porte-parole du groupe Etat islamique (EI) a été tué dimanche dans un nouveau raid mené dans le nord de la Syrie, a indiqué un responsable des forces kurdes après la mort dévoilée par Washington du chef de l’organisation ultraradicale.

Abou Hasan Al-Mouhajir a été « tué », a indiqué un haut responsable des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance dominée par les combattants kurdes. 

Il a été « pris pour cible » dans le village d’Aïn al-Bayda dans le nord de la province d’Alep, près de la ville de Jarablos à la frontière avec la Turquie, avait auparavant annoncé sur les réseaux sociaux le commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi.

« Le terroriste Abou Hassan al-Mouhajir, bras droit d’Abou Bakr al-Baghdadi et porte-parole de l’organisation Daesh, a été pris pour cible », a indiqué le commandant Mazloum Abdi sur les réseaux sociayux, utilisant l’acronyme en arabe de l’EI.

Cette opération a été menée « en coordination directe entre les renseignements des FDS et l’armée américaine », a-t-il ajouté.

L’observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a confirmé une opération « des forces américaines en coopération avec les Forces démocratiques syriennes ».

Source: i24 News

Le chef de Daech présumé mort après un raid américain en Syrie


Le chef de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, a été visé par une opération militaire en Syrie et aurait été tué, ont affirmé plusieurs médias américains à quelques heures d’une annonce «très importante» de Donald Trump le 27 octobre au matin.

Selon CNN et ABC, qui citent des hauts responsables, al-Baghdadi a trouvé la mort lors d’une opération de l’armée américaine dans le nord-est de la Syrie.

Selon CNN, des tests sont en cours afin de pouvoir confirmer formellement la mort du chef du groupe djihadiste responsable de multiples attentats sanglants à travers le monde. Selon un responsable cité par ABC, il aurait fait exploser sa veste chargée d’explosifs pour se suicider.

Interrogé par l’AFP, le Pentagone s’est refusé à tout commentaire.

«Le Président des États-Unis fera une annonce très importante demain matin à 9H00 (13H00 GMT) depuis la Maison-Blanche», a déclaré Hogan Gidley, porte-parole de l’exécutif américain, sans autres précisions.

Peu avant cette annonce, Donald Trump avait publié un message sur Twitter: «Quelque chose d’énorme vient de se passer!», avait-il écrit.

Si l’opération militaire américaine a effectivement été couronnée de succès, elle serait la plus importante visant un haut responsable djihadiste depuis la mort, le 2 mai 2011, d’Oussama Ben Laden, le chef d’Al-Qaïda tué par les forces spéciales américaines à Abbottabad au Pakistan.

Source: Sputnik News