Cisjordanie: « Aucune paix » au Proche-Orient sans la fin de « l’occupation israélienne » (M. Abbas)


« Il n’y aura aucune paix, sécurité ou stabilité pour quiconque dans la région sans la fin de l’occupation »

Il n’y aura « aucune paix » au Proche-Orient sans la « fin de l’occupation israélienne » de la Cisjordanie, a réagi mardi soir le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, après la signature d’accords de normalisation des relations entre Israël, les Emirats et Bahreïn.
« Il n’y aura aucune paix, sécurité ou stabilité pour quiconque dans la région, sans la fin de l’occupation et le respect des pleins droits du peuple palestinien », a assuré M. Abbas dans un communiqué.
Les Palestiniens ont accusé ces dernières semaines les Emirats et Bahreïn d’avoir « trahi le consensus arabe » qui faisait du règlement du conflit israélo-palestinien la condition préalable à la normalisation des relations avec l’Etat hébreu.
« Les tentatives pour contourner le peuple palestinien (…) auront de graves répercussions, dont les Etats-Unis et l’occupation israélienne devront porter la responsabilité », a-t-il ajouté, sans toutefois épiloguer sur ces « répercussions ».
Lors de la cérémonie de signature à la Maison Blanche, le ministre émirati des Affaires étrangères, Abdallah ben Zayed Al Nahyane, a affirmé que cet accord avec Israël « permettrait à Abou Dhabi de défendre le peuple palestinien et réaliser leur espoir pour un Etat indépendant ».
Source: i24 News

Donald Trump dit s’attendre à ce que l’Arabie saoudite reconnaisse Israël « le moment venu »


« J’ai parlé avec le roi d’Arabie saoudite », ils suivront « le moment venu »

Donald Trump a dit s’attendre à ce que l’Arabie saoudite reconnaisse à son tour Israël, « le moment venu », en suivant l’exemple des accords signés mardi à Washington entre l’Etat hébreu, les Emirats arabes unis et Bahreïn.
Après avoir affirmé que « cinq ou six pays » arabes supplémentaires suivraient « très bientôt » l’exemple des deux Etats du Golfe, il a ensuite évoqué un objectif encore plus ambitieux de « sept ou huit », « y compris les gros », dont l’Arabie saoudite.
« J’ai parlé avec le roi d’Arabie saoudite », ils suivront « le moment venu », a-t-il dit à des journalistes.
Plus tôt dans la journée, le locataire de la Maison Blanche avait affirmé que « de nombreuses autres nations étaient prêtes » à faire la paix avec Israël, sans préciser lesquelles.
« Vous allez voir beaucoup de bonnes nouvelles. Il va y avoir la paix au Moyen-Orient », avait assuré le président américain peu avant la cérémonie de signature des accords de paix.
Début septembre, Riyad avait affirmé qu' »une normalisation des relations diplomatiques n’aurait pas lieu tant qu’Israël ne se serait pas mis d’accord sur la création d’un Etat palestinien indépendant« .
Source: i24 News

L’accord entre Israël et les Emirats arabes unis signé le 15 septembre à la Maison Blanche


L’accord de normalisation des relations entre Jérusalem et Ryad, dévoilé à la mi-août, sera officiellement signé en présence du président des Etats-Unis.

L’accord entre Israël et les Emirats arabes unis avait été dévoilé à la mi-août. Suivi quelques jours plus tard, le 31 août, par un vol direct utilisant l’espace aérien saoudien, symbolisant de manière spectaculaire la normalisation des relations entre les deux Etats. Un pas de plus dans la formalisation de cet accord va être franchi le 15 septembre prochain puisqu’il sera signé, comme l’a annoncé un responsable américain, à la Maison Blanche lors d’une cérémonie.

Selon les hauts fonctionnaires, la cérémonie de signature se déroulera sous les auspices du président américain Donald Trump et réunira une délégation israélienne conduite par le premier ministre Benjamin Netanyahu et une délégation émiratie conduite par le ministre des affaires étrangères Abdullah bin Zayed.

Les sources ont également précisé que toutes les mesures de précaution seront prises afin d’assurer la sécurité de tous les membres de la délégation à la lumière de la pandémie de coronavirus.

Après la nouvelle, M. Netanyahou a déclaré qu’il était « fier de partir la semaine prochaine pour Washington, à l’invitation du président Trump, et de participer à la cérémonie historique à la Maison Blanche pour établir la paix entre Israël et les Emirats Arabes Unis ».

L’accord avec les Émirats est le premier accord de ce type conclu par Israël avec une nation du Golfe et seulement le troisième avec un État arabe, après l’Égypte et la Jordanie.

L’établissement de relations diplomatiques entre l’État juif et les alliés des États-Unis au Moyen-Orient, y compris les monarchies du Golfe, est un élément clé de la stratégie de Trump dans la région pour contenir l’Iran.

Source: Les Echos & i24 News

Traduit par: SENTINELLE SAPS

 

 

La fièvre de l’accord d’Abraham commence à balayer le Moyen-Orient alors que le Bahreïn devient la dernière nation musulmane à normaliser ses relations avec Israël


Washington cherche à servir de médiateur dans les pourparlers de paix entre Israël et Bahreïn et espère organiser la cérémonie officielle de normalisation avant la fête juive Rosh Hashanah, selon les responsables.

Le rapport fait suite à l’accord de paix historique entre les Émirats arabes unis et Israël, négocié par les États-Unis en août dernier. Comme l’accord EAU-Israël, la normalisation des relations entre Bahreïn et l’État juif impliquerait probablement une série de liens économiques et sécuritaires. Le mois dernier encore, le premier ministre de Bahrani, Khalifa bin Salman Al Khalifa, aurait parlé avec le chef du Mossad, Yossi Cohen.

Bahreïn devrait être le prochain pays du Golfe à normaliser ses relations avec Israël, a déclaré un haut responsable israélien au journal israélien Kan 11 News mercredi.

L’accord d’Abraham commence à prendre racine au Moyen-Orient, la nation musulmane de Bahreïn ayant accepté de signer le pacte de paix. L’architecte principal de l’accord, Jared Kushner, dit qu’il faut s’attendre à ce que jusqu’à 20 nations musulmanes fassent partie de l’accord d’Abraham au cours des deux prochains mois. Le président Trump a déclaré qu’il pensait que l’Arabie Saoudite allait également adhérer à l’accord dans un avenir proche. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Vous dites : Nous avons fait une alliance avec la mort, Nous avons fait un pacte avec le séjour des morts; Quand le fléau débordé passera, il ne nous atteindra pas, Car nous avons la fausseté pour refuge et le mensonge pour abri. Esaie 28:15

Voici un petit fait amusant : pour que les Émirats arabes unis acceptent d’adhérer à l’accord d’Abraham, Israël a dû d’abord faire une toute petite concession de rien du tout. Israël a dû accepter de ne plus chercher à appliquer l’annexion à la Judée et à la Samarie. Ouchies ! Oh, encore une chose, les EAU ont le droit d’acheter des avions de chasse F-35, ce qui effacerait effectivement l’avantage militaire en matière de supériorité aérienne dont bénéficie Israël à l’heure actuelle. Mais à part ça, c’est une bonne affaire. Oh Daniel, le chapitre 9 est nécessaire au comptoir du service clientèle.

Source: NTEB 

Traduit par: SENTINELLE SAPS

 

L’Iran condamne l’accord conclu au Moyen-Orient


Israël et les Émirats arabes unis (EAU) ont conclu un accord de paix historique le jeudi 13 août. Le président américain Trump a annoncé l’accord qui normaliserait les relations entre l’État juif et le troisième pays arabe. Ce dernier a officiellement choisi d’établir des relations pacifiques avec Israël. L’Égypte et la Jordanie avaient signé respectivement des traités de paix avec Israël en 1979 et 1994.

L’accord prévoit une coopération dans les domaines du tourisme, du commerce et de l’établissement de bureaux diplomatiques. En outre, l’accord sert à répondre aux intérêts géopolitiques des deux pays, qui partagent une préoccupation commune en matière de sécurité en ce qui concerne l’Iran.

M. Trump a reconnu ces intérêts communs lors de son discours à la Maison Blanche. « En unissant deux des partenaires les plus proches et les plus compétents des États-Unis dans la région, ce qui a été dit comme impossible, cet accord est un pas important vers la construction d’un Moyen-Orient pacifique, sûr et prospère. »

La réaction palestinienne à l’accord a été rapide, caractérisant l’accord comme « une agression contre le peuple palestinien » et appelant à une réunion urgente de la Ligue arabe. En outre, l’Autorité palestinienne a retiré son ambassadeur aux Émirats arabes unis en signe de protestation.

La réaction verbale de l’Iran à l’accord EAU-Israël a été encore plus caustique. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammed Javad Zarif, a décrit l’accord comme une « stratégie stupide d’Abou Dhabi et de Tel Aviv qui renforcera sans aucun doute l’axe de résistance » contre l’Iran. Le gouvernement iranien a mis en garde contre toute ingérence israélienne dans le Golfe Persique et a déclaré que « le gouvernement des Émirats et les autres États à leurs côtés seront responsables des conséquences » de cet accord.

La mention des « autres États » est une allusion évidente à l’autre grand rival de l’Iran dans la région, l’Arabie Saoudite. En outre, on spécule sur le fait que d’autres États du Golfe pourraient suivre l’exemple des Émirats arabes unis dans les mois à venir.

La crainte d’une influence iranienne croissante et de son comportement de plus en plus agressif dans la région conduit à la formation d’alliances inattendues. Gerald Flurry, rédacteur en chef de la Trompette, a écrit sur la formation d’une alliance historiquement inhabituelle qui impliquera les nations du Moyen-Orient à s’aligner avec l’Allemagne, plutôt que les États-Unis. La « poussée » de l’Iran contre cette puissance culminera par la destruction de nombreuses nations.

Source: La Trompette

Normalisation entre Israël et les EAU : Netanyahu salue « une nouvelle ère »


« J’ai apporté la paix, je réaliserai l’annexion », a déclaré le Premier ministre israélien ; Abbas convoque une « réunion d’urgence » de la direction palestinienne « Aujourd’hui, une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe », a déclaré jeudi soir le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, en se félicitant de la normalisation des relations entre l’Etat hébreu et les Emirats arabes unis. « J’ai eu une discussion trilatérale avec le président américain Trump et le cheikh Ben Zayed (Emirats, ndlr) et nous avons convenu d’un accord de paix complet avec des échanges d’ambassadeurs et des échanges commerciaux y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv », a déclaré M. Netanyahu, triomphant, lors d’une allocution télévisée. « Les Emirats vont investir des sommes importantes en Israël (…) Il s’agit d’une ouverture pour la paix dans la région », a ajouté le Premier ministre israélien, se félicitant d’un troisième accord de paix avec un pays arabe après l’Egypte et la Jordanie. « En 1979, (Menahem) Begin a signé la paix avec l’Egypte, en 1994 (Yitzhak) Rabin a signé avec la Jordanie et j’ai le mérite de signer en 2020 le troisième accord de paix avec un pays arabe. C’est un véritable accord de paix, pas un slogan », a ajouté M. Netanyahu. La normalisation des relations entre l’Etat hébreu et les Emirats faisait partie du plan Trump pour le Proche-Orient qui prévoyait aussi l’annexion par Israël de la vallée du Jourdain et d’implantations en Cisjordanie occupée, un projet décrié par les Palestiniens, nombre de pays européens et de la région. Le gouvernement d’union de M. Netanyahu et de son ex-rival politique Benny Gantz devait annoncer à partir du 1er juillet dernier sa stratégie sur le projet d’annexion. Cette normalisation aura pour effet de « reporter » les projets israéliens d’annexion, a dit M. Netanyahu qui affirme n’avoir pas « renoncé » à cette option. « J’ai apporté la paix, je réaliserai l’annexion », a-t-il soutenu alors que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas convoquait en soirée une « réunion d’urgence » de la direction palestinienne afin d’adopter la ligne à suivre face à la normalisation des relations entre Israël et les Emirats. La normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis « ne sert pas la cause palestinienne » et constitue un « chèque en blanc » pour la poursuite de « l’occupation » par l’Etat hébreu, a dénoncé de son côté le mouvement terroriste islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza. « Le Hamas estime qu’il faut soutenir et aider le peuple (palestinien) et non établir des relations avec l’occupation », terme employé par nombre de Palestiniens pour désigner Israël, a ajouté ce responsable. Source: Times of Israël

D. Trump annonce un « accord de paix historique » entre Israël et les Emirats arabes unis


Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a qualifié ce jour d »historique »

Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi « un accord de paix » historique entre les Emirats arabes unis et Israël, en vue de normaliser leurs relations.

L’accord devrait être signé à la Maison Blanche d’ici quelques semaines, selon D. Trump.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a qualifié ce jour d »historique, sur Twitter.

ll s’agit d’une « percée spectaculaire », a commenté M. Trump, qualifiant cette normalisation d' »accord de paix historique entre nos deux grands amis ».

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a également évoqué un « jour historique » et un « pas décisif vers la paix au Moyen-Orient ».

« C’est un succès remarquable pour deux Etats parmi les plus avancés du point de vue de la technologie dans le monde », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Ces dernières années, Israël a développé une coopération officieuse avec des économies régionales comme Bahreïn, les Emirats et l’Arabie saoudite, avec lesquels il cherche à normaliser ses relations.

Par le passé, cette normalisation était intimement liée au processus de paix avec les Palestiniens, qui devait servir de pont aux relations avec le monde arabe. Mais pour M. Netanyahou, c’est plutôt la normalisation avec les pays arabes qui poussera les Palestiniens à un accord de paix avec Israël.

« La gauche israélienne et mondiale a toujours dit qu’on ne peut pas faire d’accord de paix avec les pays arabes sans la paix avec les Palestiniens (…) Pour la première fois dans l’histoire, Benyamin Netanyahou a brisé ce paradigme », a réagi son parti, le Likoud.

Source: i24 News

L’Iran est confronté au pire fléau acridien depuis 50 ans, les récentes attaques sont sans précédent


L’Iran connaît sa pire invasion de criquets pèlerins des 50 dernières années et ce, pour la deuxième année consécutive. Par rapport à l’année dernière, les essaims de criquets pèlerins sont beaucoup plus importants, et on peut affirmer sans risque de se tromper que les récentes attaques sont sans précédent, ont déclaré les responsables.

Selon la mise à jour de la situation de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) du 27 mai 2020, les criquets adultes forment des groupes et de petits essaims dans les zones de reproduction printanière le long de certaines parties du Sistan-Baloutchistan et de la côte sud, alors que la végétation se dessèche.

La FAO a noté que les infestations vont continuer à se déplacer vers l’est, vers les zones de reproduction estivale de l’Indo-Pakistan. Avec l’aggravation de la situation, l’Iran pourrait déployer son armée pour aider à contenir l’invasion dans la région sud du pays.

L’épidémie s’ajoute aux problèmes auxquels le pays est confronté dans sa lutte contre la pandémie de coronavirus, ainsi qu’à la tourmente économique qui suit la fin des sanctions américaines.

Un responsable du ministère iranien de l’agriculture a déclaré que l’armée avait offert son aide pour combattre les criquets pour la deuxième année consécutive.

« Par rapport à l’année dernière, les essaims de criquets pèlerins sont beaucoup plus importants, et on peut affirmer que les récentes attaques sont sans précédent », a déclaré le secrétaire du syndicat agricole de Chabahar.

« L’armée a promis de contribuer à la lutte contre les criquets pèlerins, notamment en fournissant des véhicules tout-terrain pour les zones difficiles d’accès », a déclaré Mohammad Reza Mir, porte-parole de l’Organisation pour la protection des plantes du ministère.

« L’année dernière, l’armée a fourni du personnel et des véhicules, et cela a été d’une grande aide ».

Les provinces du Sistan-Baluchistan, de Bushehr, de Fars, d’Hormozgan, de Kerman et du Khuzestan ont été attaquées. Au 28 mai, les rapports indiquent qu’environ 260 000 ha ont été traités jusqu’à présent.

La FAO a livré 25 pulvérisateurs à ultra bas volume (ULV) montés sur des véhicules, pour une valeur d’environ 125 000 dollars. Un appel actualisé de l’organisation demande également 17,5 millions de dollars pour contrôler 800 000 ha de terres, jusqu’ici financés à hauteur d’un million de dollars.

Selon le calendrier agricole, il est possible d’intensifier les opérations d’ici à la fin juillet pour réduire les dommages causés aux récoltes. Cela est également essentiel pour réduire la migration des criquets vers le Pakistan et l’Inde.

Bien que l’appel de la FAO se prolonge jusqu’à la fin de l’année, un soutien rapide est nécessaire à la fois pour l’intensification immédiate jusqu’à la fin du mois de juillet et pour le prépositionnement des équipements en prévision de la prochaine invasion de criquets en novembre.

Source: The Watchers

Traduit par: SENTINELLE SAPS

L’Arabie saoudite condamne le projet d’annexion de pans de la Cisjordanie par Israël


« Cette décision pourrait empêcher la reprise des pourparlers de paix et saper la sécurité régionale »

L’Arabie saoudite a exprimé jeudi sa ferme opposition au projet du nouveau gouvernement israélien d’annexer des pans de la Cisjordanie.

Dans un communiqué cité par le diffuseur saoudien Al Arabiya, le ministère des Affaires étrangères du pays a déclaré qu’il rejetait les mesures unilatérales et toute violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, car elles pourraient empêcher la reprise des pourparlers de paix et saper la sécurité régionale.

La déclaration souligne la « position ferme du Royaume envers le peuple palestinien frère et son soutien à ses choix, et la création d’un État palestinien indépendant, avec Jérusalem-Est comme capitale ».

Le ministère a également exprimé « son soutien aux efforts visant à faire avancer les négociations conformément aux lois internationales, afin de parvenir à une solution juste et globale qui réponde aux aspirations du peuple frère palestinien ».

L’Arabie saoudite a longtemps défendu l’Initiative de paix arabe, une proposition de 2002 qui verrait les États arabes reconnaître Israël en échange d’un État palestinien dans toute la Cisjordanie et la bande de Gaza – avec des échanges de terres convenus – et une capitale située à Jérusalem-Est.

Source: i24 News

Le Liban porte plainte contre Israël à l’ONU pour « violations répétées de sa souveraineté »


Beyrouth affirme que « les navires militaires israéliens pénètrent régulièrement dans ses eaux territoriales ».

Le ministre libanais des Affaires étrangères Nassif Hitti a déposé une plainte contre l’Etat hébreu devant le Conseil de sécurité de l’ONU, a rapporté vendredi le média libanais L’Orient-Le-Jour.

Nassif Hitti dénonce notamment les « violations répétées de la souveraineté libanaise » qui auraient été commises par Israël le long de la frontière terrestre et maritime entre les deux pays.

Beyrouth affirme que « les navires militaires israéliens pénètrent régulièrement dans ses eaux territoriales ».

En Israël, un porte-parole de Tsahal avait annoncé le 19 janvier la construction d’un dispositif doté de capteurs souterrains le long de la frontière libanaise pour contrer les tunnels terroristes creusés par le Hezbollah, depuis le Liban.

« L’armée israélienne a commencé à déployer une infrastructure technologique pour détecter et identifier des activités de construction souterraine le long de la frontière libanaise », avait indiqué l’armée dans un communiqué. 

L’année dernière, l’armée israélienne a détruit six tunnels souterrains du Hezbollah détectés de son côté de la frontière avec le Liban.

Selon Israël, ces tunnels devaient servir au Hezbollah pour enlever ou assassiner des soldats ou des civils israéliens, et pour s’emparer d’une frange du territoire israélien en cas d’hostilités. 

Source: i24 News