Pressés de tous côtés


Pendant des siècles, le témoignage le plus puissant du peuple de Dieu au monde a été de manifester la lumière de Christ même au travers des épreuves. Le caractère de Christ ainsi manifesté a touché ceux qui les entouraient et a œuvré parmi les athées, les musulmans et les incroyants de tous genres.

L’apôtre Paul a dit : “Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps” (2 Corinthiens 4:8-10).

Paul savait très bien ce qu’était le désespoir. Après tout, il n’était pas surhumain. Il a affronté des temps difficiles et il pensait même ne pas survivre. Il a témoigné : “Nous ne voulons pas, en effet, vous laisser ignorer, frères, au sujet de la tribulation qui nous est survenue en Asie, que nous avons été excessivement accablés, au delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie. Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts. C’est lui qui nous a délivrés et qui nous délivrera d’une telle mort, lui de qui nous espérons qu’il nous délivrera encore” (2 Corinthiens 1:8-10).

Comprends-tu ce que Paul dit ? Il nous dit : “Nous étions pressés au-delà des forces humaines et nous avions abandonné l’idée de comprendre pourquoi. Nous en sommes parvenus à penser que tout était fini.”

A ce moment précis, au moment où Paul était le plus éprouvé, il s’est rappelé son ministère et son appel. En regardant la mort en face, il s’est souvenu : “Le monde entier me regarde. J’ai prêché de nombreux sermons sur la puissance de Dieu qui peut garder Ses serviteurs et, maintenant, tout le monde regarde pour voir si je le crois.”

Après coup, Paul a dit à l’église de Corinthe : “Ce sont vos prières qui nous ont aidés. Vous nous avez rendu capables de traverser tout cela avec un chant de victoire.” Il écrit : “vous-mêmes aussi nous assistant de vos prières, afin que la grâce obtenue pour nous par plusieurs soit pour plusieurs une occasion de rendre grâces à notre sujet” (2 Corinthiens 1:11).

Ne prends jamais à la légère le fait de prier pour tes frères et sœurs qui sont dans le besoin. Paul dit que les prières de Corinthiens étaient un cadeau pour lui et, de la même façon, nos prières peuvent bénir les autres.

David Wilkerson

Mis à part pour le plan de Dieu


Quand les âmes perdues de ce monde affrontent des épreuves dans leur vie, ils n’ont aucune source d’espérance. L’Eglise de Christ doit montrer la différence qu’ils recherchent alors.

Notre vie doit se distinguer par l’espérance, la joie, la paix, l’amour et la générosité. Mais de nombreux croyants, aujourd’hui, ont effacé ce qui les distinguait en s’approchant d’une ligne de compromis, voire même en la franchissant parfois. En conséquence, les perdus, ceux qui souffrent, ne voient pas que la vie des chrétiens est différente de la leur.

Jésus en parle quand Il a dit à Ses disciples : “Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui… Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix” (Jean 14:23-27). Jésus disait, en substance : “Vous avez vu que la paix que J’offre n’est pas reçue par le monde. Je vous ai montré comment vivre selon les valeurs de Mon royaume – comment vivre, croire, marcher et servir le Père. Ces valeurs sont un contraste frappant avec celles du monde et vous devez vivre selon ces valeurs de Mon royaume.”

Quand Dieu parle de se séparer du monde, Il ne veut pas dire nous ôter de celui-ci. La séparation dont Il parle a lieu dans le cœur. Elle se produit à travers une révélation de Dieu – et Sa gloire reste avec nous même dans nos moments difficiles.

Quand le prophète Esaïe est entré dans le temple, il a vu la gloire de Dieu : “Je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple” (Esaïe 6:1). Cette vision sainte a fait tomber Esaïe face contre terre, dans un humble émerveillement et il a dit : “Malheur à moi ! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées” (6:5).

A ce moment-là, Esaïe a compris que Dieu était à part et le Seigneur lui a dit : “Je t’ai mis à part, toi aussi, pour mon divin plan. Je t’envoie prêcher Ma parole à un peuple corrompu qui te résistera, mais tu seras capable de le supporter parce que tu as vu Ma gloire. Tu as vu la nature du Dieu qui t’a appelé.”

La beauté de notre Dieu est paradoxale : sainte et pure et pourtant intime et soucieuse de nous. Il est au-dessus de nous et avec nous – et Il nous donne une paix que nous ne pourrions jamais trouver par nous-mêmes. Il est notre Dieu, digne de notre confiance en toutes choses et à travers toutes choses.

Gary Wilkerson

Dieu ne t’abandonnera jamais


“Car l’Éternel aime la justice, et il n’abandonne pas ses fidèles ; Ils sont toujours sous sa garde, mais la postérité des méchants est retranchée” (Psaumes 37:28).

Une fois que Dieu a touché et pris possession quelqu’un, c’est pour la vie. Le Seigneur ne laissera jamais à Satan ce qui lui appartient. Tu peux trébucher, échouer ou tomber dans un péché dévastateur, mais une fois que tu as appartenu à Dieu, Il ne va jamais, jamais t’abandonner. Quand tu Lui appartiens, Il te prépare pour que tu sois de plus en plus utile.

Repense à l’époque où Dieu est venu à toi et a touché ton âme de façon surnaturelle. Il t’a appelé à Lui, t’a rempli de Son Esprit tout en faisant une alliance avec toi : “Je te réclame, tu es à Moi.” Soudain, Dieu a pris le contrôle de ta vie et rien ne pouvait changer ça. Tu es devenu une possession qu’Il a achetée : “l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang” (Actes 20:28).

Le Créateur de l’univers t’a acheté au prix de Son propre sang et rien n’est plus fort que ce sang. Satan lui-même peut t’enfermer dans un piège de l’enfer, mais même s’il pense t’avoir, Dieu dit : “Non, Satan, tu ne peux pas l’avoir. Il est à moi. Je l’ai racheté et tu dois me rendre ma propriété.” Dieu te préserve et te prépare pour ce qu’Il a de mieux pour toi.

David était un homme de Dieu. Même s’il était un tueur de géant, un compositeur de psaumes oint et un grand roi, il a dû affronter une féroce tentation dans son cœur. Au sommet des bénédictions et de la faveur de Dieu, il a été attaqué par la convoitise. Il est tombé dans le péché avec la femme d’un autre homme et a même ordonné que cet homme soit assassiné au cours d’une bataille. David a souffert des conséquences de son péché, mais Dieu l’a préservé à travers l’épreuve. En fait, David a été préparé pour un ministère encore plus grand, après sa chute. Sa voix a résonné dans tout le pays, comme jamais auparavant et, aujourd’hui, nous pouvons lire ses paroles pleines d’onction dans les Psaumes. Dieu a révélé une vérité à David à travers son épreuve, qui est encore prêchée aujourd’hui.

Souviens-toi : le Seigneur ne t’abandonnera jamais, peu importe la lutte que tu affrontes. Tu appartiens au Seigneur, alors reçois Son amour, Sa puissance, Son pardon et Sa liberté ! 

David Wilkerson

Les dangers d’un péché caché


Dans Josué 7, nous trouvons la nation d’Israël toute entière en train de pleurer et de prier. La ville d’Aï venait juste de les vaincre et de les poursuivre. Josué a donc appelé à une réunion de prière durant toute la journée et le peuple s’est rassemblé devant le trône de miséricorde de Dieu pour Le chercher.

La défaite contre Aï a totalement surpris Josué. Les Israélites venaient de sortir d’une grande victoire à Jéricho et la petite ville insignifiante d’Aï aurait dû être une victoire facile. Pourtant, ils avaient perdu et il ne comprenait pas. Josué a prié : “Seigneur, pourquoi ? Ta réputation en tant que libérateur va en pâtir.”

Cette prière peut sembler spirituelle mais le Seigneur n’a pas été content d’être ainsi blâmé et Il a mis un terme immédiat à la rencontre : “Lève-toi ! Pourquoi restes-tu ainsi couché sur ton visage ? Israël a péché ; ils ont transgressé mon alliance que je leur ai prescrite” (Josué 7:10-11).

L’implication sous-entendue ici est celle-ci : “Tu peux prier toute la nuit et toute la journée mais, tant que tu ne te seras pas occupé de ton péché, tu tomberas devant tes ennemis.” Le péché auquel Dieu faisait référence était la désobéissance d’Acan qui avait volé du butin dévoué par interdit (voir 7:1). Et maintenant, le Seigneur disait à Israël : “Lève-toi. Je n’écouterai pas tes prières tant que tu n’auras pas retiré ces choses maudites du milieu de toi.”

Quand l’Écriture dit : “sachez que votre péché vous atteindra” (Nombres 32:23), elle ne parle pas seulement d’une exposition publique. Cela implique tous les domaines de ta vie, y compris la prière et la communion avec Lui. Jésus dit que le Père exige autant la justice sous la Nouvelle Alliance que sous l’Ancienne : “Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses” (Matthieu 6:14-15).

Tu peux penser que tu es recouvert de la justice de Christ. Tu peux prier pendant des heures, étudier la Bible quotidiennement et aider les pauvres. Mais si tu entretiens un péché contre quelqu’un, tu gaspilles ton énergie. Y a-t-il quelqu’un dans ta vie que tu as besoin de pardonner ? Es-tu en colère contre quelqu’un ? Le Seigneur est prêt à répondre à toutes tes prières aujourd’hui et Il veut te bénir comme jamais auparavant. Mais tu dois croire pleinement Sa Parole et accepter ce qu’Il dit à propos du péché. Alors, tu verras que Dieu écoute tes prières et qu’Il s’approchera rapidement de toi !

David Wilkerson

La gloire des derniers temps


Le prophète Ézéchiel a attesté : “il me fit traverser l’eau” (Ézéchiel 47:3). Dans une vision, Dieu a emmené le prophète dans un incroyable voyage à travers l’eau. En portant un cordeau, le Seigneur a compté 1000 coudées, soit environ un demi kilomètre. Le Seigneur et Ézéchiel sont ensuite entrés dans l’eau, qui leur montait à la cheville.

Le Seigneur n’a cessé de presser le prophète d’aller plus loin, plus profondément dans la rivière. Après 1000 autres coudées, l’eau lui arrivait aux genoux – et continuait à monter. Vois-tu ce qui arrivait ? Ézéchiel avançait vers l’avenir, jusqu’à notre époque.

Les chrétiens d’aujourd’hui vivent dans les 1000 dernières coudées, dans la rivière de la vision. Nous sommes dans la dernière mesure d’eau et Ézéchiel dit que, une fois arrivé là, l’eau était trop profonde pour lui, elle le submergeait. “c’était un torrent que je ne pouvais traverser, car l’eau était si profonde qu’il fallait y nager” (47:5). En d’autres termes, l’eau lui passait par-dessus la tête.

Tous les prophètes de l’Ancien Testament ont eu une vision limitée de Christ. Jésus Lui-même nous dit : “Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu” (Matthieu 13:17). Le Seigneur révèle, dans cette vision prophétique, que, dans les derniers temps, l’Église de Jésus Christ sera plus glorieuse, plus victorieuse que dans tout le reste de l’Histoire. Le vrai corps de Christ ne va pas s’affaiblir et devenir souffreteux. Il ne va pas diminuer en nombre, ni en puissance, ni en autorité spirituelle. Non, Son Église va se manifester dans une explosion de puissance et de gloire. Et elle va profiter d’une pleine révélation de Jésus, telle que personne n’en a jamais connu.

Ézéchiel écrit : “il y aura des poissons de diverses espèces, comme les poissons de la grande mer, et ils seront très nombreux” (47:10). Ézéchiel dit qu’un corps de croyants va nager dans les eaux profondes de la présence du Seigneur, et la présence de Dieu au milieu de Son peuple va augmenter jusqu’à la fin.

Au milieu de toute la mort et de la destruction que nous voyons se produire, la prophétie du Seigneur résonne comme le tonnerre : “Ma rivière va monter et la vie abondera partout où ma rivière s’écoulera.” Tu vois, la rivière de vie, qui va être au plus haut juste avant le retour du Seigneur, apporte la vie partout où elle va.

David Wilkerson

Attisé pour donner une flamme


En ce qui concerne notre marche avec Christ, la Bible nous montre qu’il existe une différence cruciale entre une étincelle et un feu. Nous pouvons le voir en examinant les vies de Saül et de David.

Saül a fait des expériences incroyables avec Dieu, des moments qui ont allumé un grand zèle en lui et l’ont poussé à l’action : “Dès que Saül eut entendu ces choses, il fut saisi par l’esprit de Dieu, et sa colère s’enflamma fortement. Il prit une paire de bœufs, et les coupa en morceaux, qu’il envoya par les messagers dans tout le territoire d’Israël, en disant : Quiconque ne marchera pas à la suite de Saül et de Samuel, aura ses bœufs traités de la même manière” (1 Samuel 11:6-7).

Après chacun des nombreux moments d’onction sur sa vie, Saül s’est éloigné de sa passion pour le Seigneur. Une désobéissance bien connue est quand Dieu avait ordonné à Saül de tuer Agag, le roi ennemi qu’il avait capturé, et de détruire le butin de la bataille. Mais Saül a épargné Agag et a gardé une part du butin. Ce faisant, il a éteint l’action du Saint-Esprit dans sa vie (voir Samuel 15:8-10).

D’un autre côté, nous voyons David, que Dieu avait élevé pour devenir le prochain roi d’Israël. Alors que sa réputation d’obéissance audacieuse grandissait, le fruit de la désobéissance de Saül grandissait également, ce qui rendait Saül jaloux. A un moment, David était en position de tuer Saül alors qu’il dormait dans une grotte. Mais par amour et par crainte de Dieu, il n’a pas touché à celui qui avait été oint avant lui. Pour dire les choses simplement, Saül était sur une pente qui l’entraînait toujours plus loin du Seigneur, mais la miséricorde du Seigneur lui a été manifestée de façon répétée.

David a fait les mêmes expériences spirituelles que Saül, mais cette étincelle qu’il avait reçu, David l’a attisée pour qu’elle devienne une flamme. “Samuel prit la corne d’huile, et l’oignit au milieu de ses frères. L’esprit de l’Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite” (16:13). L’expression “à partir de ce jour” montre la différence entre la vie de David et celle de Saül. Quand David a reçu l’étincelle venue de Dieu, il l’a gardée, l’a alimentée et l’a entretenue. Il avait décidé : “Je veux que cette étincelle devienne une flamme ardente pour mon Seigneur.”

Prie avec moi aujourd’hui : “Seigneur, merci de m’avoir touché de Ton Saint-Esprit. Oins-moi avec la puissance d’atteindre ceux qui sont autour de moi et la grâce de manifester l’amour de Jésus qui attire les perdus.”

Gary Wilkerson

Trouver la joie dans les heures les plus sombres


“Les rachetés de l’Éternel retourneront, ils iront à Sion avec chants de triomphe, et une joie éternelle couronnera leur tête ; L’allégresse et la joie s’approcheront, la douleur et les gémissements s’enfuiront” (Ésaïe 35:10).

Dans ce passage, Ésaïe nous dit que, même au milieu de l’heure la plus sombre, certains élus de Dieu vont s’éveiller et s’emparer de l’Esprit de Christ. Quand ils le feront, le Saint-Esprit viendra et un esprit de joie et de bonheur résidera en eux, si profondément qu’aucune condition, circonstance ou personne ne sera capable de leur voler leur joie.

Il n’y a peut-être aucune joie dans notre société mauvaise, parmi ceux qui sont sans Dieu, ni même dans les églises mortes et religieuses. Mais Ésaïe apporte une parole d’espoir aux justes : “Écoutez-moi, vous qui connaissez la justice, Peuple, qui a ma loi dans ton cœur !” (51:7). Dieu parle ici à tous ceux qui Le connaissent et Lui obéissent.

Nous qui connaissons la justice de Christ ne sommes pas destinés à vivre comme ceux qui n’ont pas d’espérance. Nous avons été bénis avec à la fois l’amour et la crainte de Dieu, et Sa volonté pour nous dans les heures les plus sombres, c’est que nous recevions Sa joie. Alors même que nous voyons le jugement s’abattre tout autour de nous, nous devons chanter, crier et nous réjouir – pas parce que le jugement est venu, mais malgré lui.

Dieu rappelle à Son peuple : “ N’est-ce pas toi qui… frayas dans les profondeurs de la mer un chemin pour le passage des rachetés ?” Il disait : “Je suis encore le Seigneur, celui qui a accompli des miracles et mon bras est encore assez fort pour te délivrer.” Donc, qu’est-ce que Dieu essaye de faire comprendre à Son peuple à la lumière de cette vérité ? Il le résume en un verset : Ésaïe 51:11.

  • “Ainsi les rachetés de l’Éternel retourneront, ils iront à Sion avec chants de triomphe.” En d’autres termes : “Je vais avoir un peuple qui retournera à Moi avec confiance, avec foi et avec assurance.”
  • “Et une joie éternelle couronnera leur tête.” La joie du peuple de Dieu ne durera pas seulement le dimanche matin, ou une semaine ou un mois. Elle durera jusque dans l’éternité.
  • “La douleur et les gémissements s’enfuiront.” Cela signifie que toutes nos souffrances auront un terme, mais cela signifie aussi que notre confiance dans le Seigneur nous placeras au-dessus de toute peine et de toute épreuve.

Dieu a regardé à travers les âges et dit : “Je vais avoir un peuple qui sera dans la joie.” Tu peux t’emparer de cette joie, alors elle sera tienne – pour toujours !

David Wilkerson

Le remède de Dieu pour un monde en crise


Notre Seigneur a toujours un remède pour ce monde dans le chaos, un remède qu’il a utilisé pendant des générations pour réveiller Son Eglise, et c’est simplement ceci : Dieu lève des hommes et des femmes qu’Il a choisi !

Dans de tels moments, notre Seigneur utilise des individus pour répondre à notre monde en crise. Il touche Ses serviteurs d’une façon surnaturelle, pour les transformer et les appeler à une vie de soumission totale à Sa volonté. “Heureux celui que tu choisis et que tu admets en ta présence, pour qu’il habite dans tes parvis !” (Psaumes 65:4). Pour résumer, l’Esprit de Dieu pousse Ses serviteurs à une communion intime avec Lui. Là, le serviteur reçoit la pensée de Dieu et un appel divin. Son âme est remplie d’une certaine urgence et il commence à marcher avec autorité spirituelle.

Quand Dieu choisit quelqu’un pour être mis à part pour une œuvre spéciale et rédemptrice, il donne à ce serviteur un appel – et la façon dont ce serviteur répond détermine la puissance et l’intensité de l’attouchement de Dieu dans Sa vie. C’est l’appel à “se lever” et il nous appelle à quitter les activités de la vie pour, une fois émancipé, rechercher la présence de Dieu. Regarde Moïse. Quand il est devenu le chef d’Israël, il est soudain devenu un homme très occupé. Le peuple de Dieu était constitué de plusieurs millions de personnes et la vie de Moïse est devenue trépidante quand il a dû juger et servir ce peuple du matin au soir.

En voyant cela, le beau-père de Moïse, Jéthro, est intervenu et a mis en garde Moïse : il risquait de s’épuiser à la tâche s’il ne faisait pas quelques changements. “Tu es le berger, Moïse, et tu as besoin de passer du temps avec Dieu. Désigne d’autres personnes pour arbitrer et conseiller. Ensuite, va dans la présence de Dieu, recherche-Le, obtiens Sa pensée et reçois Sa parole. Voilà ce qui devrait être ta priorité (voir Exode 18:19-22).

Moïse a suivi ce sage conseil : il a désigné d’autres personnes pour être juges et conseillers et il a décidé d’accepter l’appel de Dieu à “se lever.” L’Écriture dit : “Moïse monta vers Dieu” (19:3). “Ainsi l’Éternel descendit sur la montagne de Sinaï, sur le sommet de la montagne ; l’Éternel appela Moïse sur le sommet de la montagne. Et Moïse monta” (19:20).

Moïse accordait du prix à la présence de Dieu dans sa vie, tout comme de nombreux chrétiens qui ont expérimenté Son appel, cette exhortation divine à être dans la communion avec le Seigneur. Le Seigneur te demande de te lever pour le rencontrer sur la montagne et Le laisser te renouveler avec Sa présence.

David Wilkerson

Répondre au jugement de Dieu


“Le lion rugit : qui ne serait effrayé ? Le Seigneur, l’Éternel, parle: qui ne prophétiserait ?” (Amos 3:8).

De tous les prophètes de l’Ancien Testament, Amos est celui qui parle le plus clairement de notre temps. Les prophéties qu’il a données sur notre génération semblent sortir tout droit de nos gros titres. En effet, les prophéties d’Amos étaient non seulement pour le peuple de Dieu de son époque, mais aussi pour l’Eglise de maintenant, de notre temps.

Amos décrit Dieu comme un lion rugissant, prêt à frapper et à juger Israël. Le Seigneur utilisait Amos pour réveiller Israël avec ce message : Dieu était sur le point d’envoyer le jugement sur Son peuple à cause de leur méchanceté et de leur corruption.

Le Seigneur ne juge jamais un peuple sans d’abord susciter des prophètes pour les avertir. “Car le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien Sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes” (3:7). Quand Amos a vu les nuages du jugement se rassembler, il a été poussé à parler : “Sonne-t-on de la trompette dans une ville, sans que le peuple soit dans l’épouvante ?” (3:6). Le message d’Amos ici est terrifiant : “Dieu a fait sonner une trompette pour avertir Son peuple, mais personne n’est alarmé.”

Malheureusement, trop de chrétiens sont devenus ignorants par rapport à la Bible, ouverts à une grande tromperie et notre nation cherche avant tout le plaisir, jusqu’à en devenir folle. Mais Dieu a préservé un reste saint et séparé, ceux qui ne sont pas pris dans la poursuite des choses du monde. Ils ont le cœur brisé devant le Seigneur et ont une sainte crainte de Lui.

Réfléchis aux événements qui se déroulent dans notre pays en ce moment. Peu de gens veulent entendre un message qui parle de jugement, même si notre nation est remplie de frayeur. Les gens disent même : “Je ne peux en supporter davantage.” Mais le Seigneur parle quand Il veut et Son Esprit nous accorde la force d’entendre Sa Parole délivrée à Ses serviteurs oints. Notre Seigneur va fidèlement rendre Son peuple capable d’endurer ce qui vient.

Alors, que doivent faire les croyants ? Écouter l’avertissement d’Amos et suivre son message : rechercher le Seigneur de tout leur cœur, permettre à Sa Parole de nous juger, confesser et abandonner notre péché. Ensuite, Dieu nous bénira avec le discernement et nous pourrons marcher dans une pleine assurance de Sa présence et de Son secours.

David Wilkerson

Discerner la voix du Seigneur


L’apôtre Paul a dit : “Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié” (1 Corinthiens 2:2)

As-tu déjà cherché à entendre la voix de Jésus en restant assis dans Sa présence – en attendant simplement ? As-tu déjà cherché à apprendre de Lui des choses que tu ne peux trouver ni dans les livres, ni grâce à des enseignants ? La Bible dit que toutes vérités sont en Christ et que Lui seul peut te les transmettre, à travers Son Esprit Saint.

Tu as peut-être une question à l’esprit : “N’est-il pas dangereux d’ouvrir mon esprit à une petite voix ? L’ennemi peut venir, imiter la voix de Dieu et me tromper. Le Saint-Esprit n’est-Il pas censé être notre seul enseignant ?”

Tout comme le Père et le Fils, le Saint-Esprit est une personne vivante et distincte en elle-même. L’Écriture appelle le Saint-Esprit l’Esprit du Fils : “Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils” (Galates 4:6). Il est aussi connu sous le nom d’Esprit de Christ : “par l’Esprit de Christ qui était en eux” (1 Pierre 1:11). “Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas” (Romains 8:9). Le Saint-Esprit est l’essence à la fois du Père et du Fils et Il est envoyé par les deux.

Il y a un moyen d’être protégé contre la tromperie pendant la prière. Notre protection se trouve dans l’attente. La voix de la chair est toujours pressée. Elle veut une gratification immédiate, alors elle n’a aucune patience. Elle est toujours centrée sur soi plutôt que sur le Seigneur, cherchant à nous faire sortir de la présence de Dieu.

La voix de l’Ennemi est certes elle aussi patiente, mais seulement jusqu’à un certain point. Elle peut être douce, rassurante et logique. Mais si nous la mettons à l’épreuve en attendant simplement, c’est-à-dire, sans agir d’après ce que nous avons entendu immédiatement, attendant de voir si c’était bien la voix du Seigneur, elle se fait impatiente et se révèle d’elle-même. Elle va soudain se faire affreuse et exigeante, nous harcelant et nous condamnant.

C’est pour cette raison que la Bible nous dit encore et encore : “Attends-toi au Seigneur – attends Le – Attends.” C’est pendant l’attente que les autres voix sont exposées ou finissent par se lasser et partir. Nous devons attendre, attendre, attendre, afin que le Ciel et l’enfer sachent tous deux que nous n’abandonnerons pas tant que le Seigneur n’aura pas pris les choses en main.

David Wilkerson