Le Forum interconfessionnel du G20 se réunit cette semaine pour faire progresser la religion mondiale


Le forum interconfessionnel du G20 du 13 au 17 octobre a été organisé en ligne en raison de la pandémie COVID0-19. La programmation de la septième édition du forum comprenait le cardinal Miguel Ángel Ayuso Guixot, président du Conseil du Vatican pour le dialogue interreligieux; Le patriarche Bartholomée de Constantinople; des représentants des Nations Unies, du Centre de dialogue international (KAICIID), de l’Organisation de la coopération islamique, de la Ligue musulmane mondiale et de la Commission européenne.

Alors que les dirigeants de dix traditions religieuses différentes se «réunissaient» via Zoom lors d’un forum interconfessionnel du G20 organisé en Arabie saoudite, le document Chrislam du pape François sur la fraternité humaine occupait une place centrale dans les discussions.

Tandis que l’ église tiède de Laodicée sommeille, l’assemblage de la Religion Universelle Prophétisée de Chrislam avance à toute vitesse. Pendant que vous lisez ceci, en ce moment à Riyad en Arabie Saoudite, quelque chose qui s’appelle le Forum interconfessionnel du G20 se réunit pour discuter de la manière dont l’islam, le judaïsme et le catholicisme romain peuvent «s’unir» pour créer la paix mondiale. S’il n’y avait pas autant de poussière sur votre Bible King James, vous sauriez exactement de quoi je parle.

«Et la femme était vêtue de couleur pourpre et écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles, ayant dans sa main une coupe d’or pleine d’abominations et de saleté de sa fornication: Et sur son front  était un nom écrit: MYSTÈRE, BABYLON LA GRANDE, LA MÈRE DES HARLOTS ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE. Révélation 17: 4,5 (KJB)

Nous l’appelons Chrislam, le monde perdu y fait allusion sous divers autres noms comme l’ Initiative des religions abrahamiques , la Déclaration de la fraternité humaine , les accords d’Abraham , mais peu importe comment vous l’appelez, vous vous retrouvez au même endroit. 2019 a été l’année de la ratification de Chrislam, codifiée, encouragée et financée, et 2020 est l’année de son adoption par les dirigeants perdus de ce monde. C’est la religion mondiale unique de Chrislam dont on a mis en garde dans l’Apocalypse, cela a commencé, c’est ici. Chose drôle, quand nous avons commencé à faire des histoires sur Chrislam il y a dix ans, les gens m’ont traité de théoricien du complot, d’alarmiste et de fournisseur d’appâts cliquables. En 2020, tout ce que je vous avais dit arriver est maintenant là et dépasse mes attentes initiales. Ce n’est pas que je suis si intelligent, c’est juste que j’ai une Bible King James et je crois ce qu’elle dit. Vous devriez l’essayer un jour.

«C’est pourquoi aussi Dieu l’a hautement élevé, et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom: afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, des  choses  dans le ciel, et des  choses  sur la terre, et des  choses sous la terre; Et  que  toute langue confesse que Jésus-Christ  est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. Philippiens 2: 9-11 (KJB)

Oh, au cas où vous vous poseriez la question, Jésus-Christ n’a pas été invité au Forum interconfessionnel du G20, il est une figure bien trop source de division pour être inclus dans un si auguste conseil de chefs religieux, vous n’entendrez pas son nom une seule fois. Mais vous entendrez parler de la «fraternité de l’homme», de «l’inclusion du genre» et du besoin de «justice climatique». L’ordre du jour de l’Antéchrist.

Le Forum interconfessionnel du G20 demande instamment de remettre «  la dignité humaine au centre  » du débat mondial

«Nous devons remettre la dignité humaine au centre et sur ce pilier construire les structures sociales alternatives dont nous avons besoin», a déclaré Miguel Ángel Moratinos, Haut Représentant de l’Alliance des civilisations des Nations Unies, citant directement Fratelli Tutti , le pape encyclique publiée le 4 octobre.

Ses propos sont intervenus lors d’un sommet de haut niveau appelé Forum interconfessionnel du G20 avant la réunion des dirigeants du G20 à Riyad le mois prochain, où les dirigeants gouvernementaux de 19 pays et de l’Union européenne se réuniront pour discuter de la coopération économique internationale.

Le forum interconfessionnel du 13 au 17 octobre a été organisé en ligne en raison de la pandémie COVID0-19. La programmation de la septième édition du forum comprenait le cardinal Miguel Ángel Ayuso Guixot, président du Conseil du Vatican pour le dialogue interreligieux; Le patriarche Bartholomée de Constantinople; des représentants des Nations Unies, du Centre de dialogue international (KAICIID), de l’Organisation de la coopération islamique, de la Ligue musulmane mondiale et de la Commission européenne.

KAICIID a été fondée par l’Arabie saoudite, l’Espagne et l’Autriche avec le Saint-Siège en tant que membre observateur fondateur. C’est un effort au nom du monde islamique pour atteindre d’autres confessions dans la poursuite d’un dialogue transnational, interculturel et interreligieux.

«L’HISTOIRE DE CE FORUM INTERCONFESSIONNEL DU G20 NE COMMENCE PAS CE SOIR ET SE TERMINE DANS CINQ JOURS», A DÉCLARÉ LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE KAICIID, FAISAL BIN MUAAMMAR. «L’HISTOIRE A COMMENCÉ EN JUILLET, AVEC LA PREMIÈRE CONSULTATION ENTRE LES CHEFS RELIGIEUX, LES EXPERTS CONFESSIONNELS ET LES DÉCIDEURS POLITIQUES DE LA RÉGION ARABE.»

Après cette première étape, des consultations ont réuni 500 participants, représentant 10 traditions religieuses dans 70 pays sur les cinq continents.

Le président du forum religieux du G20 a expliqué que la «Route vers Riyad» s’est frayée un chemin à travers l’Asie, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, l’Europe et le Moyen-Orient dans une série de consultations sans précédent sur certains des défis les plus pressants dans le domaine de développement humain.

Ce processus s’est déroulé malgré les défis de la pandémie COVID-19, y compris une connexion Internet bancale au début de la réunion de mardi. Quoi qu’il en soit, «ces consultations n’ont pas manqué de passion, d’urgence ou de direction», a déclaré ben Muaammar.

«NOUS AVONS ENTENDU DES TÉMOIGNAGES PUISSANTS SUR LES THÈMES EXAMINÉS PAR CE FORUM – SUR LES EFFETS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE, L’INÉGALITÉ ENTRE LES SEXES, LE DÉSÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE ET LA MAUVAISE GOUVERNANCE», A-T-IL DÉCLARÉ.

Le royaume d’ Arabie saoudite a une «responsabilité historique» avant le sommet du G20, et le forum interconfessionnel doit préparer la scène de manière adéquate, a-t-il soutenu, en formulant une série de recommandations.

«Bien sûr», a déclaré Moratinos, les questions de l’inégalité entre les sexes et du changement climatique seront abordées par les dirigeants des pays du G20, notamment les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud, le Mexique, la France, l’Italie, l’Allemagne et le Japon. et Australie. Mais la recommandation «essentielle» que les chefs religieux peuvent donner, a-t-il poursuivi, porte sur l’éthique et la spiritualité, toutes deux nécessaires aujourd’hui, alors que le monde est en crise.

Bien avant la naissance de l’ONU, a reconnu Moratinos, différentes confessions ont adopté la notion d’égalité des droits pour tous les êtres humains: «En ce sens, il n’est pas surprenant que depuis la pandémie, nous ayons été témoins de la façon dont les organisations confessionnelles et leurs dirigeants ont incarnait le principe de ne laisser personne de côté et de lutter pour la justice sociale, contribuant à mobiliser les ressources et à soutenir les plus difficiles à atteindre.

«LES ACTEURS DE LA FOI ONT UNE RÉPUTATION D’ÊTRE EN PREMIÈRE LIGNE LORSQUE LES CRISES FRAPPENT CHEZ EUX», A-T-IL DÉCLARÉ. «DANS UNE CRISE QUI CHANGE LA VIE, LORSQUE LES GENS SONT DÉSESPÉRÉS ET DÉRACINÉS DE LEUR VIE, LA FOI A SOUVENT ÉTÉ LEUR POINT D’ANCRAGE ET LE LIEU VERS LEQUEL ILS SE TOURNENT POUR SE CONSOLER ET ESPÉRER.»

Citant à nouveau le pontife , Moratinos a déclaré que le temps des «monologues parallèles» était révolu et que le temps était venu d’un «dialogue constructif et durable».

La situation critique du monde – due au nouveau coronavirus, l’impact du verrouillage sur la santé mentale et les économies, la montée de la pauvreté, du chômage et des inégalités, font partie des choses énumérées par plusieurs panélistes – implore les chefs religieux de se rassembler, et ce était le message central de la séance d’ouverture.

Pour reprendre les mots du cheikh Abdallah Bin Bayyah, président du Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes: «La religion est une grande puissance qui peut être un pont. J’adorerais voir les chefs religieux agir comme des pompiers pour éteindre les incendies et sauver la vie des gens où qu’ils soient; ils ne demandent pas «comment ce feu s’est-il éclaté? mais ‘comment pouvons-nous l’éteindre et l’empêcher?’ »

Au cours de ses remarques , Ayuso a soutenu que les croyants de différentes traditions religieuses peuvent offrir de précieuses contributions à la fraternité universelle où qu’ils se trouvent. Citant le pape, il a déclaré que les voix des puissants et des «experts» ne devraient pas être les seules entendues dans le débat public.

«IL FAUT FAIRE DE LA PLACE POUR DES RÉFLEXIONS NÉES DE TRADITIONS RELIGIEUSES QUI SONT LE DÉPOSITAIRE DE SIÈCLES D’EXPÉRIENCE ET DE SAGESSE», A DÉCLARÉ LE CARDINAL.

Pour aborder le «moment très sombre» que traverse l’humanité, a déclaré Ayuso, des solutions adéquates sont nécessaires pour résoudre les problèmes de «notre vie existentielle», la famille humaine se réunissant dans un esprit d’amitié, proposant des réponses à des problèmes communs. Les chefs religieux en particulier, a-t-il dit, doivent être une «contagion d’espoir».

«Rendons ensuite témoignage à nos communautés religieuses ainsi qu’à nos sociétés dans lesquelles nous vivons: Unité, solidarité et fraternité, pour améliorer notre« maison commune », comme le Pape François nous le rappelle sans cesse», a déclaré Ayuso. «C’est notre responsabilité publique, qu’elle soit politique, socio-économique ou religieuse.»

Afin de trouver une «thérapie» adéquate pour mettre fin à la crise mondiale et en prévenir une nouvelle à l’avenir, il est nécessaire de répondre à l’appel du pape François de «réaffirmer que nous sommes membres d’une seule famille humaine».

Source: NTEB & CRUX NOW

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Le Pacte Éducatif proposé par le Pape François (REPORTÉ A OCTOBRE 2020)


Face aux risques sanitaires que représente le Covid-19 (coronavirus), la Congrégation pour l’Éducation Catholique a décidé de reporter la rencontre sur le Pacte Éducatif, initialement prévue du 10 au 17 mai 2020, à Rome. La rencontre aura désormais lieu la semaine du 11 au 18 octobre 2020, à Rome, et la signature du Pacte Éducatif le 15 octobre de cette semaine.

Pour rappel :

Sa Sainteté le Pape François a invité tous les personnes, qu’ont au cœur l’éducation et provenants du monde social, politique, éducatif et religieux, à signer un Pacte Educatif (Global Compact on Education en anglais) le 14 mai 2020 (salle Paul VI du Vatican).

Ensemble, au nom des peuples du monde, ils signeront le « Pacte mondial sur l’éducation », que chacun s’engagera à mettre en œuvre dans sa propre sphère et à diffuser le plus largement possible. Le but est un changement de mentalité à travers l’éducation, en réponse des défis actuels.

Le Saint-Siège assure sa contribution à travers ses 216.000 établissements catholiques dans le monde, avec plus de 60 millions d’éléves, et 1.750 universités catholiques, avec plus de 11 millions d’étudiants de différentes cultures et réligions.

Avant la date susmentionnée, déjà des écoles, universités catholiques et non catholiques ont organisé des jours de réflexion et de débat sur la dimension anthropologique, politique, culturelle, interreligieuse, sociale et pédagogique de ce Pacte Globale. A ce propos pour les dates des conférences, ateliers et réunions concernées voir la liste ci-dessous :

-  16 et 17 septembre 2019 Fondation pontificale « Gravissimum educationis » sur le thème « Democratie : une urgence éducative dans des contextes pluriculturels et plurireligieux »
-  31 octobre 2019 Université Pontificale Lateranense sur « Education, droits de l’homme, paix. Les instruments de l’action interculturelle et le role des religions »
-  Novembre 2019 Réunion sur le Document de Abu Dhabi du 4 février 2019 (dates à préciser)
-  14 – 16 janvier 2020 Université Pontificale « Antonianum » avec l’Institut Théologique « Seraphicum » sur « La Nature et l’environnement dans le Pacte éducatif : la beauté rend l’homme bien »
-  30, 31 janvier et 1 février 2020 Université Catholique LUMSA avec la Grande Ecole EIS sur « Construir la communauté. La proposition du Service Learning »
-  6 et 7 février 2020 Academie Pontificale des Sciences Sociales propose un atelier sur « Education : the Global Compact »
-  22 février 2020 Université Pontificale Salésienne avec l’Auxilium (siège : Città dei ragazzi) sur le thème « We are we share we care. Comparaison des générations pour une alliance éducative »
-  24 février 2020 le Centre « Centre Card.Bea » (Gregoriana) et Institut Pontifical d’Etudes Arabes et Islamiques sur « L’image de l’autre dans ses propres traditions : quelles ressources nos traditions religieuses et culturelles possèdent, par rapport à la construction d’une fraternité universelle ? »
-  13 mars 2020 Université Catholique du Sacre Cœur (Brescia, Italie) sur « Sciences politiques et pédagogiques – le défis éducatif pour la coopération internationale »
-  24 mars 2020 la « Città dei Ragazzi » propose « Parcours de citoyenneté, de l’exclusion à l’inclusion »
-  Avril 2020 Institut universitaire « Sophia » de Loppiano (FI) propose des rencontres pour les étudiants sur « la troisième mission et l’engagement des études : leadership pour nouvelles routes »
-  22-26 avril 2020 le Village pour la Terre sur « Il y a un monde que t’attends »
-  Mai 2020 Fondation Pontificale « Scholas Occurrentes » propose une conférence mondiale des « Cattedre Scholas »

Source: Assau

Trump se prépare-t-il à combiner son deal du siècle pour le Moyen-Orient avec l’initiative du pape François sur les religions abrahamiques ?


Le président Trump a annoncé qu’il était enfin prêt à révéler son plan de paix au Moyen-Orient, le « Deal Of The Century », et a demandé à Benjamin Netanyahu de s’envoler pour Washington mardi prochain. Quel est le rapport avec Chrislam ? Beaucoup de choses.

Soudain, tout commence à prendre un sens. D’un côté, je regarde Donald Trump depuis trois ans et demi, l’homme que Dieu a mis au pouvoir de la nation la plus forte et la plus prospère du monde, qui fait des choses étonnantes pour la nation d’Israël. La chose qu’il veut le plus faire en Israël est son plan de paix au Moyen-Orient « Deal Of The Century », dirigé par son beau-fils juif, Jared Kushner.

C’est pourquoi, écoutez ce que dit l’Eternel, vous, les moqueurs, vous, les chefs de ce peuple, qui régnez à Jérusalem. Voici ce que vous dites : « Nous avons fait alliance avec la mort et, avec le séjour des morts, nous avons fait un pacte : quand le flot débordant déferlera, il ne viendra pas jusqu’à nous, car nous nous sommes fait du mensonge un abri, et la duplicité sera notre refuge. » C’est pourquoi, ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : « Je vais placer en Sion, une pierre servant de fondation, une pierre éprouvée, une pierre angulaire d’une grande valeur, servant de fondement solide : celui qui la prend pour appui ne sera pas réduit à fuir. (Esaie 28:14-16)

De l’autre côté, j’ai observé le pape François au cours des 7 dernières années, tissant et complotant pour construire la religion mondiale unique de Chrislam. En 2019, les choses ont atteint un point culminant lorsque Chrislam, autrement connu sous le nom d’Initiative des religions abrahamiques, a finalement été officialisé. Le pacte de paix connu sous le nom de « Fraternité humaine pour la paix mondiale » a été signé par le pape François et le cheikh Ahmed al-Tayeb, et scellé en s’embrassant sur la bouche.

Pendant un certain temps, j’ai considéré ces deux paradigmes comme quelque chose qui se passait séparément l’un de l’autre, jusqu’à aujourd’hui. Ce qui m’a toujours préoccupé, c’est de savoir comment combiner les deux et faire en sorte que toutes les parties soient heureuses en même temps. C’était apparemment impossible. Puis la semaine dernière, l’ambassadrice des États-Unis auprès du Saint-Siège, Callista Gingrich, a tenu une réunion dans son bureau au Vatican et a déclaré au pape François que les États-Unis étaient « pleinement engagés à travailler avec vous pour faire avancer nos objectifs communs de respect mutuel, de liberté religieuse et de coexistence pacifique » en ce qui concerne l’Initiative des religions abrahamiques, également connue sous le nom de Chrislam.

Fuites concernant le prochain « Deal Of The Century » :

  • Souveraineté israélienne dans plus de 100 colonies de Cisjordanie, dont toutes sauf 15 seraient adjacentes à la territorialité. (On estime que 400 000 Juifs vivent dans quelque 120 colonies officielles).
  • Souveraineté israélienne sur l’ensemble de Jérusalem, y compris la vieille ville, avec seulement une « représentation palestinienne symbolique » à Jérusalem.
  • Si Israël acceptait l’accord, et les Palestiniens le rejetaient, Israël aurait le soutien des États-Unis pour commencer à annexer des colonies unilatéralement.
  • Les Palestiniens se verront accorder le statut d’État, mais seulement si Gaza est démilitarisée, si le Hamas abandonne ses armes et si les Palestiniens reconnaissent Israël comme un État juif avec Jérusalem comme capitale.

Hier encore, le vice-président Mike Pence est arrivé au Vatican pour ce qui a été qualifié de « rencontre », puis a surpris tout le monde en se transformant en réunion de haut niveau à huis clos sur un sujet si sensible qu’aucune des parties n’était disposée à en discuter. Je parie que c’était à propos de Chrislam. Et quelques heures à peine après cette bombe, le président Trump a annoncé qu’il était enfin prêt à révéler son plan de paix au Moyen-Orient, le « Deal Of The Century », et a demandé à Benjamin Netanyahu de se rendre à Washington mardi prochain, pour une réunion sur ce même sujet.

Voyez-vous où tout cela nous mène ? Trump a la relation avec Israël, le pape François a la relation avec les musulmans, mettez les deux ensemble et….la paix au Moyen-Orient ? Il me semble bien que oui. L’ingrédient manquant qu’aucun autre leader politique n’a eu au cours des 70 dernières années est Chrislam. Rick Warren l’a lancé, a passé le relais avec le soutien évangélique total au pape François, le pape a ensuite signé un pacte avec l’Islam, et l’administration Trump a apporté son soutien total la même semaine en annonçant qu’elle était enfin prête avec le plan de paix. Dans l’ensemble, l’harmonie est totale et complète, tout le monde obtient quelque chose, tout le monde est heureux.

La paix et la sécurité règnent partout. Bonjour, Chrislam, et bonjour Antéchrist.

Peut-être que tout ceci n’est que spéculation, et peut-être que je suis sur la bonne voie, mais laissez-moi vous dire ceci. Depuis près de 30 ans que je me demande comment la paix au Moyen-Orient entre les Juifs et les Palestiniens pourrait être possible, c’est la seule façon qui fonctionnerait réellement et c’est avec le Chrislam. Voyons maintenant si j’ai raison. Et si j’ai raison, le vol n°777 et sur le point de décoller (l’Enlèvement). Êtes-vous prêt ?

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Abou Dhabi : la Maison d’Abraham réunira église, mosquée et synagogue


Note de SENTINELLE SAPS: Cet article date de novembre dernier. Je pensais l’avoir publié, mais visiblement non… A lire en tout cas !

La Maison de la famille d’Abraham sera située sur l’île de Sadiyaat et doit être construite d’ici 2022.

Annoncée en février dernier, la Maison de la famille d’Abraham, qui doit être construite à Abou Dhabi d’ici 2022, réunira église, mosquée et synagogue. Cet édifice dans la capitale des Emirats arabes unis visera à promouvoir le dialogue inter-religieux et la co-existence.

Il s’agit du premier projet du Haut Comité, né en septembre dernier, issu du Document sur la fraternité humaine, signé par le pape et le grand imam de l’université Al-Azhar, principale autorité de l’islam sunnite dans le monde, en février.

À l’occasion de cette signature, lors de sa visite des Emirats en début d’année, le pape François avait rencontré les protagonistes du projet, dont le grand imam d’Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb. Les deux hommes se sont à nouveau rencontrés ce vendredi au Vatican.

Le responsable musulman était notamment accompagné du vice-Premier ministre des Emirats Arabes Unis, Saif bin Zayed Al Nahyan, et de l’ambassadeur égyptien au Vatican, Mahmoud Samy.

La Maison de la famille d’Abraham sera située sur l’île de Sadiyaat. L’architecte britannique Sir David Adjaye a été nommé pour mener à bien le projet.

Parmi les membres du Haut Comité, on retrouve : Irina Georgieva Bokova, ancienne directrice générale de l’UNESCO ; le cardinal Miguel Ángel Ayuso Guixot, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux du Saint-Siège : le juge Mohamed Mahmoud Abdel Salam, ancien conseiller du grand imam d’Al Azhar ; Son Éminence le cheikh Ahmad At-Tayyeb ; le rabbin M. Bruce Lustig, grand rabbin de la congrégation hébraïque de Washington ; Mgr Yoannis Lahzi Gaid, secrétaire personnel du Saint-Père ; le professeur Mohamed Hussein Mahrasawi, président de l’université Al-Azhar ; Mohamed Khalifa Al Mubarak, directeur du département de la culture d’Abou Dhabi ; le Dr Sultan Faisal Al Remeithi, secrétaire général du Conseil des aînés musulmans ; et Yasser Hareb, présentateur de télévision et écrivain émirati.

Source: Times of Israël

Une religion mondiale… l’avertissement final


« Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité; et la terre fut éclairé de sa gloire. Il cria d’une voix forte, disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux. » « J’entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux. » (Apocalypse 18.1, 2, 4)

Ce passage nous signale un temps où la proclamation de la chute de Babylone, décrite par le second ange (voir Apocalypse 14.8 ) du quatorzième chapitre de l’Apocalypse, sera réitérée et accompagnée du tableau de la corruption qui s’est introduite dans les diverses organisations qui constituent Babylone.

Nous avons ici une description effrayante de l’état du monde religieux. À chaque réjection de la vérité, les esprits deviendront plus enténébrés et les coeurs plus obstinés, pour aboutir à une impiété effrontée. En dépit de tous les avertissements divins, on s’obstinera à transgresser l’un des commandements du décalogue, et on finira par persécuter ceux qui le tiennent pour sacré. Mépriser la Parole et le peuple du Créateur équivaut à rejeter le Seigneur. En accueillant les enseignements spirites, les églises supprimeront tout frein religieux. Il en résultera que la profession de christianisme ne sera plus qu’un manteau servant à couvrir des actions ignobles. La croyance aux phénomènes spirites ouvrant la porte aux esprits séducteurs et aux doctrines de démons, les églises subiront l’influence des mauvais anges.

Au temps de l’accomplissement de cette prophétie, il sera dit de Babylone : « Ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel, et le Seigneur s’est souvenu de ses iniquités. » (Apocalypse 18.5 )

Elle a comblé la mesure de ses transgressions : sa destruction est imminente. Mais le Seigneur a encore un peuple dans Babylone; avant l’heure du châtiment, ces fidèles seront appelés à en sortir, pour ne point participer à ses péchés et échapper à ses fléaux. De là l’avertissement symbolisé par l’ange qui, descendu du ciel, éclaire toute la terre de sa gloire et dénonce avec véhémence les péchés de Babylone, et fait retentir cet appel : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple. » Ces proclamations constituent, avec le message du troisième ange, l’avertissement final donné aux habitants de la terre.

Le monde va au-devant d’une terrible crise. Les nations de la terre, coalisées pour faire la guerre aux commandements du Créateur, décréteront « que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves » (Apocalypse 13.16) sont tenus de se conformer aux usages de l’Église en observant un faux jour de repos. Quiconque s’y refusera sera passible de peines civiles et finalement déclaré digne de mort. D’autre part, la loi divine enjoignant l’observation du jour de repos du Créateur exige l’obéissance et menace de la colère du Seigneur celui qui en transgresse les préceptes.

La question étant ainsi posée, fouler aux pieds la loi du Créateur pour obéir à un décret humain équivaudra à recevoir la marque de la bête; ce sera accepter le signe de soumission à une autorité autre que celle du Seigneur. Or, l’avertissement du ciel déclare :

« Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur du Seigneur, versé sans mélange dans la coupe de sa colère. » (Apocalypse 14.9, 10)

Mais nul ne sera l’objet de la réprobation divine avant d’avoir eu l’occasion de connaître la vérité et de la rejeter. Une foule de gens n’ont pas encore entendu les vérités spéciales destinées à notre temps. L’obligation d’observer le quatrième commandement ne leur a jamais été présentée sous son vrai jour. Celui qui lit dans les coeurs et voit tous les mobiles, ne permettra pas que ceux qui aiment la vérité ignorent l’enjeu et les conséquences du conflit. Le décret ne surprendra personne. Chacun recevra suffisamment de lumière pour pouvoir prendre position en connaissance de cause.

La question du jour de repos — le point de la vérité particulièrement contesté — sera la grande pierre de touche de la fidélité. Lorsque les hommes seront soumis à cette épreuve finale, une ligne de démarcation claire et précise sera établie entre ceux qui servent le Créateur et ceux qui ne le servent pas.

D’une part, l’observation du faux jour de repos, conformément à une loi de l’État opposée au quatrième commandement, constituera la soumission à une autorité en conflit avec celle du Seigneur; et, d’autre part, l’observation du vrai jour de repos selon la loi du Créateur sera une preuve de fidélité au Créateur. Tandis que les uns, en acceptant le signe de leur soumission au pouvoir terrestre, prendront la marque de la bête, les autres, en choisissant le signe de la fidélité à l’autorité divine, recevront le sceau du Seigneur.

Jusqu’ici, les propagateurs du message du troisième ange ont été considérés comme de simples alarmistes. On a qualifié de vaines et d’absurdes leurs prédictions annonçant que les États-Unis glisseraient un jour dans l’intolérance religieuse, l’État et l’Église unissant leurs efforts pour persécuter les observateurs des commandements du Créateur. On a hautement affirmé que jamais ce pays ne reniera son passé, et qu’il restera toujours le champion de la liberté religieuse. Mais au moment où l’obligation d’observer le dimanche sera sérieusement agitée, lorsqu’on verra s’approcher l’évènement déclaré chimérique, le message du troisième ange provoquera un effet qu’il n’aurait pas pu produire auparavant.

En chaque génération, le Seigneur a chargé ses serviteurs de censurer le péché, tant dans la société que dans l’Église. Mais le monde aime à entendre des choses agréables et supporte mal la pure et simple vérité. Au début de leur oeuvre, bien des réformateurs s’étaient promis d’user d’une grande prudence en dénonçant les péchés de l’Église et de la nation. Ils espéraient, en donnant l’exemple d’une vie pure et chrétienne, ramener le monde aux doctrines bibliques. Mais l’Esprit du Seigneur s’empara d’eux comme d’Élie lorsqu’il censura les iniquités d’un roi impie et d’un peuple apostat. Ils ne purent s’empêcher, en dépit de leurs scrupules, de faire entendre les déclarations des Écritures. Ils éprouvaient l’obligation de prêcher la vérité avec zèle, et de signaler le péril que couraient les pécheurs. Ils avaient courageusement prononcé les paroles que le Seigneur leur avait dictées, et les populations avaient été contraintes d’entendre l’avertissement.

C’est ainsi que le message du troisième ange sera proclamé. Quand le temps sera venu où celui-ci devra retentir avec plus de puissance, le Seigneur agira par d’humbles instruments qui se seront consacrés à son service. C’est par l’onction du Saint-Esprit plutôt que par la culture obtenue dans les écoles qu’ils seront qualifiés en vue de leur mission. Des hommes de foi et de prière, poussés par une force irrésistible et animés d’un saint zèle, iront annoncer les paroles que le Seigneur leur confiera. Les péchés de Babylone seront dévoilés. Les terribles conséquences résultant de lois religieuses imposées par l’autorité civile, les ravages du spiritisme, les progrès insidieux, mais rapides, de la puissance papale, tout sera démasqué. Ces avertissements solennels remueront les masses.

Des milliers et des milliers de personnes, qui n’auront jamais rien entendu de pareil, apprendront, à leur grande stupéfaction, que Babylone est l’Église déchue à cause de ses erreurs, de ses péchés, et de son refus d’accepter des vérités envoyées du ciel. Lorsque les gens demanderont des éclaircissements à leurs conducteurs spirituels, ceux-ci leur présenteront des fables, et prophétiseront des choses agréables pour calmer leurs craintes et tranquilliser leurs consciences réveillées. Et comme plusieurs se refuseront à accepter une simple déclaration humaine et exigeront d’eux un clair et précis : « Ainsi parle l’Éternel », ces conducteurs religieux, à l’instar des pharisiens d’autrefois qu’irritait la récusation de leur autorité, dénonceront le message d’avertissement comme venant de Satan, et pousseront les foules à malmener et à persécuter ceux qui le proclament.

La controverse gagnera des régions nouvelles où l’attention du monde sera attirée sur la loi du Seigneur foulée aux pieds. Satan agira de telle sorte que la puissance du message excitera la fureur de ceux qui s’y opposeront. Les pasteurs feront des efforts presque surhumains pour empêcher la lumière de parvenir jusqu’à leurs troupeaux. Par tous les moyens dont ils disposent, ils s’efforceront d’empêcher la discussion de ces questions vitales. Le mouvement dominical devenant plus hardi, l’Église fera appel au bras puissant de l’autorité civile, catholiques et protestants agissant de concert. Au nom de la loi, les observateurs des commandements du Créateur seront menacés d’amendes et d’emprisonnement. Quelques-uns se verront offrir des situations influentes, des récompenses et des avantages matériels. Loin de renoncer à leur foi, ils répondront invariablement, comme Luther : « Montrez-nous par la Parole du Seigneur que nous sommes dans l’erreur. » Ceux qui seront traduits devant les tribunaux plaideront éloquemment en faveur de la vérité et gagneront l’adhésion de plusieurs de ceux qui les entendront. La lumière parviendra ainsi à des milliers d’âmes qui autrement n’auraient pas eu l’occasion de la connaître.

L’obéissance fidèle à la Parole du Seigneur sera qualifiée de rébellion. Aveuglés par Satan, des parents se montreront intraitables envers leurs enfants croyants, qu’ils déshériteront et chasseront de leurs foyers. Des maîtres opprimeront leurs serviteurs fidèles au Seigneur. Ces paroles de Paul s’accompliront littéralement : « Tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. » (2 Timothée 3.12 ) Leur refus d’observer le dimanche les exposera à la prison, à l’exil et aux mauvais traitements. Au point de vue humain, tout cela paraît maintenant impossible; mais lorsque la puissance du Saint-Esprit se retirera de la terre et que le monde sera entièrement sous l’empire de l’ennemi, on verra des choses étranges. Le coeur humain peut devenir bien cruel lorsque la crainte et l’amour du Seigneur ont été bannis.

À l’approche de l’orage, un grand nombre de personnes ayant professé la foi au message du troisième ange, mais qui n’auront pas été sanctifiées par l’obéissance à la vérité, changeront d’attitude et passeront dans les rangs de l’opposition. En s’unissant au monde et en participant à son esprit, elles en viendront à envisager les choses à peu près sous le même angle; aussi, devant le danger, seront-elles toutes disposées à choisir le chemin le plus facile.

Des hommes capables et éloquents, qui s’étaient réjouis dans la vérité, se serviront de leurs talents pour circonvenir et détourner les âmes, et ils deviendront les ennemis les plus acharnés de leurs anciens frères. Quand des observateurs du shabbat seront traînés devant les tribunaux pour y rendre raison de leur foi, ces apostats, véritables agents de Satan, seront les plus empressés à les accuser, à les calomnier et à leur aliéner les sympathies des juges par leurs mensonges et leurs insinuations.

Durant cette période de persécution, la foi des serviteurs du Seigneur sera soumise à une rude épreuve. Ils auront fidèlement donné l’avertissement en s’appuyant uniquement sur le Seigneur et sur Sa Parole. Contraints de parler par l’Esprit du Seigneur, stimulés par un saint zèle et par une puissante impulsion d’en haut, ils auront fait leur devoir sans calculer les conséquences de leurs paroles. Ils n’auront songé ni à leurs intérêts temporels, ni à leur réputation, ni à leur vie. Et pourtant, l’orage de l’opprobre et de l’opposition venant à fondre sur eux, quelques-uns seront prêts à s’écrier, dans leur consternation : « Si nous avions prévu les conséquences de nos paroles, nous nous serions tus. » Entourés de difficultés, en butte aux plus rudes assauts du diable, la mission qu’ils ont entreprise menaçant de les écraser, ils perdront leur enthousiasme. Mais, ne pouvant retourner en arrière, ils se jetteront dans les bras du Tout-Puissant, en se souvenant que leurs paroles ne venaient pas d’eux, mais que c’est le Seigneur qui a mis dans leur cœur cette vérité qu’ils n’ont pu faire autrement que de proclamer.

Des épreuves semblables ont été le lot des hommes du Seigneur des siècles passés. Wiclef, Hus, Luther, Tyndale, Baxter, Wesley demandaient que toute doctrine fût soumise à l’épreuve des saintes Écritures, et se déclaraient prêts à renoncer à tout ce que la Bible condamne. La persécution s’abattit sur eux avec une rage inlassable, mais sans réussir à leur faire taire la vérité. Chaque période de l’histoire de l’Église a été marquée par quelque vérité adaptée aux besoins de l’époque. Ces révélations nouvelles, en butte à l’opposition et à la haine, ont toujours été accueillies par les âmes pieuses. Quand le Seigneur, en une heure de crise, donne une vérité spéciale à son peuple, comment refuser de la proclamer? Il ordonne maintenant à ses serviteurs de faire entendre au monde le dernier appel de miséricorde. Ce serait au péril de leur âme que les ambassadeurs du Seigneur garderaient le silence. Pourvu qu’ils fassent leur devoir, ils n’ont pas à s’inquiéter des conséquences; le Seigneur s’en occupe.

Lorsque l’opposition deviendra plus violente, les serviteurs du Créateur seront très perplexes; ils se demanderont s’ils n’ont pas eux-mêmes précipité cette crise. Mais leur conscience et la Parole du Seigneur leur donneront la certitude qu’ils auront bien agi, et ils seront fortifiés pour supporter l’épreuve. Le conflit aura beau se prolonger et devenir plus âpre, leur foi et leur courage croîtront avec la tourmente. Leur déclaration sera : « Nous n’osons pas sacrifier la Parole du Créateur pour obtenir la faveur du monde. Nous ne pouvons scinder Sa loi en deux parties dont l’une serait essentielle et l’autre secondaire. Le Seigneur que nous servons peut nous délivrer. Le Messie a vaincu les puissances de la terre; pourquoi redouterions-nous un monde déjà vaincu ? ».

Sous ses formes diverses, la persécution est la conséquence d’un principe qui subsistera tant que le christianisme sera vivant et aussi longtemps que Satan. Nul ne peut servir le Seigneur sans voir l’armée des ténèbres se dresser contre lui, sans être assailli par les mauvais anges, alarmés de voir leur proie leur échapper. De faux croyants s’unissent aux esprits malins pour le séparer du Seigneur par des offres séduisantes, et, quand celles-ci échouent, pour recourir à la contrainte et violenter sa conscience.

Mais tant que le Messie plaide dans le sanctuaire céleste, l’influence du Saint-Esprit se fait sentir tant chez les magistrats que parmi le peuple. Elle s’exerce dans une certaine mesure par l’intermédiaire des lois du pays. Sans ces lois, la condition du monde serait bien pire qu’elle n’est. Si un bon nombre de magistrats sont d’actifs agents du tentateur,Le Seigneur a aussi les siens parmi les hommes d’État. Quand l’ennemi pousse ses affiliés à proposer des mesures de nature à entraver sérieusement la cause de la vérité, les anges inspirent à des hommes influents qui craignent le Seigneur des arguments irréfutables contre ces propositions. Ainsi, quelques hommes seront à même d’endiguer un puissant flot de rigueurs et d’oppression de la part des ennemis de la vérité, flot qui eût empêché le message du troisième ange d’accomplir sa mission. L’avertissement final retiendra l’attention de ces hommes haut placés. Quelques-uns l’accepteront et feront partie du peuple du Seigneur au cours du temps de détresse.

L’ange qui vient participer à la proclamation du troisième message doit « éclairer toute la terre de sa gloire ». Cette parole annonce une œuvre universelle d’une puissance extraordinaire. Le mouvement parvenu à toutes les stations missionnaires du monde, une glorieuse manifestation de la puissance du Seigneur.Dans certains pays,le plus grand réveil religieux qu’on eût vu depuis les jours de la Réforme au XVIe siècle; Il sera surpassé par le puissant réveil que suscitera l’avertissement final du troisième ange.

Il se produira en ce temps-là un mouvement analogue à celui de la Pentecôte figuré par « la pluie de la première saison », répandue lors de l’effusion du Saint-Esprit aux débuts de la proclamation de l’Évangile. Ce sera la pluie de l’arrière-saison » qui viendra pour faire mûrir la moisson. « Cherchons à connaître l’Éternel; Sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, comme la pluie du printemps qui arrose la terre. » (Osée 6.3 ) « Et vous, enfants de Sion, soyez dans l’allégresse et réjouissez-vous en l’Éternel, votre le Seigneur, car il vous donnera la pluie en son temps, il vous enverra la pluie de la première et de l’arrière-saison, comme autrefois. » (Joël 2.23 ) « Dans les derniers jours, dit le Seigneur, je répandrai de Mon Esprit sur toute chair. » « Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. » (Actes 2.17, 21)

La proclamation de l’Évangile ne se terminera pas avec une puissance inférieure à celle qui a marqué ses débuts. Les prophéties qui s’accomplirent par l’apparition de la pluie de la première saison doivent trouver leur contrepartie dans la pluie de l’arrière-saison, à la fin des temps. Ce seront alors les « temps de rafraîchissement » que l’apôtre Pierre attendait, quand il disait : « Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ. » (Actes 3.19, 20)

Les serviteurs du Seigneur, le visage illuminé d’une sainte consécration, iront de lieu en lieu proclamer le message céleste. Des milliers de voix le feront retentir dans toutes les parties du monde. Les malades seront guéris, des miracles et des prodiges accompagneront les croyants. Satan, de son côté, opérera des miracles trompeurs jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre à la vue des hommes. (Voir Apocalypse 13.13 ) Ainsi, les habitants de la terre seront mis en demeure de prendre position.

Ce n’est pas tant par des arguments que par une profonde conviction inspirée par le Saint-Esprit que sera proclamé l’avertissement. Les preuves auront été produites. La semence jetée auparavant portera alors des fruits. Les publications répandues par de zélés croyants auront exercé leur influence.

Plusieurs de ceux qui n’avaient pu comprendre la vérité, la saisiront pleinement et s’y conformeront. Des rayons de lumière pénétreront alors en tous lieux, la vérité paraîtra dans toute sa clarté et les âmes honnêtes briseront les chaînes qui les asservissaient. Les relations de famille et d’église ne pourront plus les retenir. La vérité leur sera plus précieuse que toute autre chose. En dépit des puissances liguées contre la vérité, nombreux seront ceux qui se décideront à suivre le Seigneur.

Source: Disciple de Yeshoua

Mike Pence rencontrera le pape François au Vatican cette semaine


 Le vice-président Mike Pence se rendra au Vatican cette semaine pour rencontrer le pape François.

Le bureau de Pence a confirmé jeudi à l’AIIC que le vice-président devait être reçu par le pape lors de son voyage à l’étranger cette semaine. Aucun détail n’a encore été publié sur les sujets qui pourraient être discutés lors de la réunion.

La visite du vice-président intervient immédiatement après que l’ambassadeur américain pour la liberté de religion s’est rendu au Vatican pour le lancement de l’Initiative Abrahamic Faiths, qui s’est tenue mardi dernier à la résidence officielle de l’ambassadeur américain auprès du Saint-Siège, Callista Gingrich.

Sam Brownback, Ambassadeur itinérant pour la liberté de religion internationale, était présent à la séance d’ouverture de l’initiative de mardi, qui a été décrite par l’Ambassadeur Gingrich comme «un dialogue conçu pour promouvoir la paix, la liberté religieuse et l’harmonie interreligieuse» entre chrétiens, musulmans, et les juifs.

Elle a été inspirée, a-t-elle déclaré, par le document de 2019 sur «La fraternité humaine pour la paix dans le monde et vivre ensemble», une déclaration conjointe du pape François et du grand imam d’Al-Azhar à Abu Dhabi qui a été signée aux Émirats arabes unis.

Ce document déclarait en partie que «[l] e pluralisme et la diversité des religions, des couleurs, du sexe, de la race et de la langue sont voulus par Dieu dans sa sagesse, par laquelle il a créé les êtres humains».

Le cardinal Miguel Ayuso, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, était présent lors de la réunion, selon les propos de Gingrich.

«Il convient que vos discussions aient lieu à l’Université pontificale grégorienne», a déclaré Gingrich, citant St. John Henry Newman qu’une université catholique devrait «aider au discernement de la vérité».

Citant le pape François, Gingrich a déclaré les questions qui pourraient être prises en compte par l’initiative: «’Comment nous prenons-nous soin les uns des autres? « Comment nourrir une fraternité qui n’est pas théorique, mais qui se traduit par une fraternité authentique? » Et ‘comment les religions peuvent-elles être des canaux de fraternité, plutôt que des barrières de séparation?’ »

Dans ses remarques lors du lancement, Gingrich a remercié le pasteur Bob Roberts de NorthWood Church à Keller, Texas, l’imam Mohammad Magid de All Dulles Area Muslim Society, et le rabbin David Saperstein, l’ancien ambassadeur américain pour la liberté de religion de 2014 à 2017, «pour avoir fait cela rassemblement possible. « 

Pendant le voyage de Brownback, lui et l’ambassadeur Gingrich ont également rencontré l’archevêque Paul Gallagher, le secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États.

Source: Catholic News Agency

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Source:

Allemagne: 15’000 personnes attendues à un rassemblement de prière oecuménique


Mehr 2020: Tel est le nom du rassemblement chrétien qui se déroulera du 3 au 6 janvier à Augsbourg, en Allemagne. Entre 12’000 et 15’000 personnes sont attendues pour cet événement de prière et célébration réunissant toutes les générations et différentes confessions chrétiennes.

L’orateur principal de cette rencontre thématisée «Couleurs de l’espoir» sera Johannes Hartl, théologien, conférencier et auteur catholique passionné par la beauté de Dieu. Avec son épouse, il a fondé la Maison de Prière de Augsbourg, où la prière est élevée en continue depuis 2011. Parmi les intervenants, on retrouve également le pasteur évangélique suisse Matthias Kuhn.

Différents théologiens, notamment des Universités de Berne et Fribourg, débatteront aussi de la relation entre la théologie et le réveil spirituel de l’Eglise. Spécialiste de l’oecuménisme, le Cardinal Kurt Koch est l’un des invités de ce débat théologique.

Source: Evangéliques.info

Le Pape François déclare que les fondamentalistes chrétiens sont « un fléau »


Pourquoi a-t-on l’impression que pratiquement tout le monde veut attaquer les fondamentalistes chrétiens de nos jours ? Il y a deux semaines, le pape François a fait des remarques extrêmement controversées, mais ces remarques n’ont pas vraiment attiré l’attention des grands médias. Bien sûr, si le Pape avait ciblé la communauté LGBTQ ou un autre groupe favori, il aurait immédiatement fait les grands titres partout dans le monde.

Mais il ne l’a pas fait. Au lieu de cela, le pape François a attaqué spécifiquement les fondamentalistes, et dans le monde d’aujourd’hui, cela est considéré comme parfaitement normal. Ce qui suit est tiré de la transcription officielle des remarques que le Pape a faites le 18 novembre….

Méfiez-vous des groupes fondamentalistes : chacun a le sien. En Argentine aussi, il y a un petit coin fondamentaliste. Et essayons, avec la fraternité, d’aller de l’avant. Le fondamentalisme est un fléau et toutes les religions ont une sorte de cousin germain fondamentaliste qui forme un groupe.

Apparemment, ces remarques s’appliquent aux fondamentalistes de toutes les religions. Mais en mentionnant l’Argentine, le Pape a indiqué très clairement qui était sa véritable cible.

Il n’y a pas de « fondamentalistes musulmans » ou de « fondamentalistes hindous » en Argentine. Les fondamentalistes auxquels il se référait sont les fondamentalistes chrétiens en Argentine, et dans la phrase suivante, il a dénoncé ces personnes comme « un fléau ».

Bien sûr, « un fléau » est une autre façon de dire  » une peste « , et qu’essayons-nous de faire pour  » une peste  » quand on en a une ?

C’est une chose à laquelle il faut réfléchir.

Nous avons fait état de la formidable croissance des évangéliques (alors que les catholiques ont vu de profonds déclins) en Argentine dans l’un de nos reportages de la semaine dernière (voir ici). Ces changements dramatiques ont sans doute attiré l’attention du Pape.

Et bien que le terme « fondamentaliste » soit parfois utilisé pour désigner d’autres religions, il a toujours été chrétien dès le début. Ce qui suit provient de l’Encyclopedia Britannica….

Le fondamentalisme chrétien, mouvement du protestantisme américain né à la fin du XIXe siècle en réaction au modernisme théologique, qui visait à réviser les croyances chrétiennes traditionnelles pour tenir compte des nouveaux développements dans les sciences naturelles et sociales, notamment la théorie de l’évolution biologique.

Conformément aux doctrines chrétiennes traditionnelles concernant l’interprétation biblique, la mission de Jésus-Christ et le rôle de l’Église dans la société, les fondamentalistes ont affirmé un socle de convictions chrétiennes qui comprenait l’exactitude historique de la Bible, la seconde venue imminente et physique de Jésus Christ, la naissance, la Résurrection et le pardon en la personne du Christ.

Le fondamentalisme est devenu un phénomène important au début du XXe siècle et est demeuré un mouvement influent dans la société américaine au XXIe siècle.

Qu’est-ce qu’un « fondamentaliste chrétien » ?

Eh bien, c’est fondamentalement quelqu’un qui croit que la Bible est littéralement vraie, qui croit que Jésus Christ est mort pour nos péchés et est ressuscité, et qui croit que Jésus reviendra un jour.

En d’autres termes, le Pape considère des millions et des millions de chrétiens américains comme un fléau qui infecte notre planète.

Au cours de ces mêmes remarques, le 18 novembre, le Pape a une fois de plus insisté sur son programme de « coopération interreligieuse »…..

Comme je l’ai dit lors de la Conférence mondiale de la fraternité humaine : « Il n’y a pas d’alternative : soit nous construirons l’avenir ensemble, soit il n’y aura pas d’avenir. Les religions, en particulier, ne peuvent renoncer à la tâche urgente de bâtir des ponts entre les peuples et les cultures.

Le temps est venu pour les religions de s’employer plus activement, avec courage et audace, et sans prétention, à aider la famille humaine à affermir la capacité de réconciliation, la vision d’espérance et les chemins concrets de la paix  » (4 février 2019). Nos traditions religieuses sont une source d’inspiration nécessaire pour favoriser une culture de la rencontre.

Il est fondamental qu’il y ait une coopération interreligieuse, basée sur la promotion d’un dialogue sincère et respectueux qui va vers l’unité sans confusion, en maintenant les identités. Mais une unité qui transcende le simple pacte politique. »

Ce pape est devenu de plus en plus agressif dans ses efforts pour favoriser l’unité entre les différentes grandes religions du monde.

Le mois dernier, il a tenu une réunion très médiatisée avec le patriarche bouddhiste suprême de Thaïlande, Somdej Phra Maha Muneewong. Cette rencontre historique s’est tenue au célèbre temple de Ratchabophit à Bangkok, et le Pape a rencontré le patriarche bouddhiste devant une statue en or datant de 150 ans, représentant Bouddha. Le Pape a même enlevé ses chaussures en signe de respect pour le temple bouddhiste.

Le pape François a également apporté un cadeau pour le patriarche bouddhiste. Il s’agit d’une copie d’un document intitulé « Fraternité humaine pour la paix mondiale et pour vivre ensemble » que le Pape et le Grand Imam d’Al-Azhar ont signé à Abu Dhabi en février dernier. Ce qui suit est ce que Vatican News avait à dire sur l’échange de ce don….

Le pape François a remis des cadeaux au Patriarche bouddhiste suprême, dont un exemplaire de la Déclaration d’Abu Dhabi sur la « Fraternité humaine pour la paix mondiale et le vivre ensemble ». Le Pape a signé le document avec le Grand Imam d’Al-Azhar, lors de sa visite aux Emirats Arabes Unis en février de cette année.

Selon le Cardinal Ayuso, y compris la Déclaration d’Abu Dhabi parmi les cadeaux échangés, a souligné l’importance de diffuser son message sur la fraternité humaine pour la paix et la coexistence au-delà du Moyen-Orient en Asie.

« Fraternité humaine pour la paix mondiale et vivre ensemble » semble être un titre innocent, mais il s’agit en fait d’un plan vague pour unir les différentes religions du monde.

Par exemple, à un moment donné dans le document, il est spécifiquement dit que le fait qu’il existe une telle diversité de religions dans le monde a été « voulu par Dieu dans Sa sagesse »….

« Le pluralisme et la diversité des religions, des couleurs, des sexes, des races et des langues sont voulues par Dieu dans sa sagesse, par laquelle il a créé les êtres humains. Cette sagesse divine est la source d’où découle le droit à la liberté de croyance et la liberté d’être différent. Par conséquent, le fait que les gens soient forcés d’adhérer à une certaine religion ou culture doit être rejeté, tout comme l’imposition d’un mode de vie culturel que les autres n’acceptent pas ».

En d’autres termes, ce document dit que Dieu est satisfait de toutes les religions du monde et qu’elles existent parce que c’était Sa volonté de le faire.

Et le document se termine par un appel à la « réconciliation et à la fraternité » entre les différentes religions du monde afin que la « paix universelle » puisse être réalisée….

En conclusion, notre souhait est le suivant :

Cette Déclaration peut constituer une invitation à la réconciliation et à la fraternité entre tous les croyants, entre croyants et non-croyants, et entre tous les hommes de bonne volonté ;

Cette Déclaration peut être un appel à toute conscience intègre qui rejette la violence déplorable et l’extrémisme aveugle ; un appel à ceux qui chérissent les valeurs de tolérance et de fraternité qui sont promues et encouragées par les religions ;

Cette Déclaration peut être un témoignage de la grandeur de la foi en Dieu qui unit les cœurs divisés et élève l’âme humaine ;

Cette Déclaration peut être un signe de la proximité entre l’Orient et l’Occident, entre le Nord et le Sud, et entre tous ceux qui croient que Dieu nous a créés pour nous comprendre les uns les autres, coopérer les uns avec les autres et vivre comme des frères qui s’aiment.

C’est ce que nous espérons et cherchons à réaliser dans le but de trouver une paix universelle dont tous puissent jouir dans cette vie.

Sur le plan politique, le mondialisme a peut-être perdu de l’élan, mais dans les milieux religieux, il est en plein essor.

La pression en faveur d’une religion d’un seul monde se déroule au grand jour, et très peu de gens semblent alarmés par cela.

Source: Prophecy News Watch

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Le chef mondial de l’Armée du Salut, le Général Brian Meddle, a rencontré le pape François au Vatican pour encourager les relations œcuméniques


Comme nous vous l’avons montré, le Pape François a décidé que 2019 est l’année au cours de laquelle il fera son plus grand effort à ce jour pour créer la religion d’un seul monde.

Les chapitres 13, 17 et 18 de la prophétie de l’Apocalypse déclarent que c’est que c’est la Prostituée cherchera à faire (Le Vatican).

Pas plus tard que le mois dernier, le pape François a invité le leader mondial de l’Armée du Salut à Rome pour se réunir au Vatican afin de discuter des  » relations œcuméniques « . Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela signifie qu’une autre organisation chrétienne est maintenant alliée à la Prostituée de l’Apocalypse.

Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.

Apocalypse 17:4-6

Après une fructueuse période de partage, la délégation a ensuite eu l’occasion de rencontrer le Pape François à la Bibliothèque pontificale. Le général a eu un moment de conversation privée avant que les représentants de l’Armée du Salut ne soient présentés au pape François. Le général Peddle a présenté son message auquel le pape François a répondu. Le général a ensuite prié avec le Pape.

Au cours de la visite, la délégation de l’Armée du Salut a eu un accès privilégié à la chapelle Sixtine et à la basilique Saint-Pierre. Il est prévu qu’au-delà de cette visite historique, il y aura une série de réunions qui renforceront les relations et la coopération dans les domaines d’intérêt mutuel et de service. Source: Salvation Army

Je suis heureux d’avoir l’occasion de vous renouveler, ainsi qu’à tous les membres et bénévoles de l’Armée du Salut, ma gratitude pour le témoignage que vous rendez sur la primauté du dévouement et du service aux pauvres. Cela fait de vous un signe évident et crédible de l’amour évangélique, dans l’obéissance au commandement du Seigneur :  » Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, aimez-vous aussi les uns les autres. A ceci tout le monde saura que vous êtes mes disciples  » (Jean 13:34).

Comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises – et encore une fois tout à l’heure, lorsque nous avons parlé – c’est en rencontrant des membres de l’Armée du Salut que j’ai reçu, il y a de nombreuses années, de ma grand-mère, ma première leçon en œcuménisme – j’avais quatre ans ! Leur exemple d’humble service envers les plus petits de nos frères et sœurs était plus éloquent que toute parole. Cela me rappelle, Général, la perspicacité exprimée par votre prédécesseur lorsque nous nous sommes rencontrés il y a cinq ans : « La sainteté transcende les frontières confessionnelles. Source: Crux Nox

Les frontières des confessions existent pour une raison, et cette raison est que les différentes confessions ont des croyances différentes, des bibles différentes et une doctrine différente. Par exemple, l’Église catholique romaine croit qu’eux et eux seuls sont le seul chemin vers le ciel. C’est certainement une position différente de celle des baptistes, par exemple, qui croient que nous sommes sauvés par la grâce par la foi et non par les œuvres. La raison pour laquelle les relations chroniques sont si meurtrières, c’est que pour les avoir, un minimum d’une partie doit compromettre ce qu’elle croit afin de travailler avec l’autre partie. Maintenant, demandez-vous, quand Rome a-t-elle fait tous les compromis ? La réponse est jamais. C’est donc l’Armée du Salut qui a plongé. Mais ce n’est pas la première fois.

L’Armée du Salut des Etats-Unis souhaite s’excuser auprès de la communauté LGBT pour toute blessure que nous avons pu causer dans le passé. Que ce soit par omission ou par commission, nous avons fait du mal à un nombre incalculable de nos frères et soeurs et nous sommes vraiment désolés. Nous demandons pardon à ceux que nous avons blessés et prions pour que vous nous donniez l’occasion de nous prouver à nouveau notre valeur. Etre gay n’est pas un péché, mais porter un jugement l’est. Source: Bilerico LGBT Nation

En 2006, l’Armée du Salut a adhéré au Mouvement de l’Église contemplative et émergente, qui n’est rien d’autre que l’esprit du Nouvel Âge, enveloppé dans un petit paquet propre et parsemé de mots à la mode chrétiens. Bien sûr, cela signifie qu’ils se sont aussi alignés sur l’Évangile charismatique de l’Église et de la prospérité. L’Armée du Salut se dirige également vers les LGBTQ+. Cela a été bien documenté ici, ici et ici aussi.

Ne vous inquiétez donc pas que Chick-fil-A retire des dons de l’Armée du Salut, ils s’en tireront très bien dans leur nouvelle alliance avec le Vatican.

Le leader mondial de l’Armée du Salut dit au Pape François au Vatican :  » Nous sommes derrière vous « .

Avec son visage rayonnant comme une écolière qui a le béguin pour un garçon de sa classe, le leader mondial de l’Armée du Salut Brian Meddle s’allonge devant Rome et dit au Pape François que l’Armée du Salut  » est derrière vous « . Pourquoi n’a-t-il pas donné l’évangile au pape et ne lui a-t-il pas dit qu’il a besoin d’être sauvé et de se repentir de l’hérésie de l’Église catholique ?

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Le pape François s’est rendu en Thaïlande et a présenté une déclaration sur la fraternité humaine au suprème patriache bouddhiste


Le pape François est en train de construire sa religion d’un seul monde appelée Chrislam, mais elle ne se limitera pas à une simple alliance entre les catholiques et les musulmans. Non, il inclura toutes les grandes religions, à une exception notable près. Il ne contiendra pas le christianisme biblique, mais plutôt l’église chrétienne de Laodicée qui est si dégoûtamment tiède. Dans la vidéo ci-dessous, vous verrez un certain nombre de choses que j’aimerais souligner. Vous verrez le pape François louer le bouddhisme et vanter ses vertus. Vous verrez le Pape François donner et recevoir des bénédictions sous le regard attentif de statues païennes. Et vous verrez le Pape François présenter au Patriarche Suprême du Bouddhisme une copie de sa Déclaration sur le manifeste de la Fraternité humaine de la prochaine Religion du Monde Unique.

Le pape François a rencontré Sa Sainteté Somdej Phra Maga Muneewong au temple Wat Ratchabophit Sathit Maha Simaram à Bangkok, lors d’un voyage asiatique de six jours en Thaïlande et au Japon.

Nous vous avons montré comment le pape François s’est rendu à Abou Dhabi plus tôt cette année et a conclu un pacte avec Cheikh Ahmed al-Tayeb, le dirigeant de l’Islam sunnite. Cette alliance de paix a conduit à la formation d’un conseil interreligieux chrismal, qui a ensuite conduit à l’annonce stupéfiante de l’ouverture d’un siège de Chrislam à Abu Dhabi d’ici 2022. Aujourd’hui, le pape François s’est rendu en Thaïlande où il a rencontré le dirigeant bouddhiste au pouvoir et, comme à Abou Dhabi, il lui a remis une copie de sa « Déclaration sur la fraternité humaine », le manifeste du Vatican pour une seule religion mondiale.

Lors d’une rencontre avec le Patriarche Bouddhiste Suprême de Thaïlande, le Pape François construit une seule religion mondiale

laquelle ils ont parlé de la valeur de la fraternité entre les deux religions pour promouvoir la paix.

« Si nous sommes frères, nous pouvons aider la paix mondiale, les pauvres et les souffrants, dit le Pape François, car aider les pauvres est toujours un chemin de bénédiction. Ils ont également parlé de l’éducation et du rôle des missionnaires dans le pays. Avant de partir, les deux ont échangé des bénédictions.

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS