Soyons de véritables sentinelles


La parole de l’Éternel me fut adressée, en ces mots : 2 Fils de l’homme, parle aux enfants de ton peuple, et dis-leur: Lorsque je fais venir l’épée sur un pays, et que le peuple du pays prend dans son sein un homme et l’établit comme sentinelle,- 3 si cet homme voit venir l’épée sur le pays, sonne de la trompette, et avertit le peuple; 4 et si celui qui entend le son de la trompette ne se laisse pas avertir, et que l’épée vienne le surprendre, son sang sera sur sa tête. 5 Il a entendu le son de la trompette, et il ne s’est pas laissé avertir, son sang sera sur lui; s’il se laisse avertir, il sauvera son âme. 6 Si la sentinelle voit venir l’épée, et ne sonne pas de la trompette; si le peuple n’est pas averti, et que l’épée vienne enlever à quelqu’un la vie, celui-ci périra à cause de son iniquité, mais je redemanderai son sang à la sentinelle. Ezéchiel 33:1-6

Avant de commencer ce message, je vais vous donner le sens original de certains mots afin de mieux comprendre ce que dit l’Eternel dans ce passage.

  • Le mot « peuple » vient de « ‘Am » que l’on peut aussi traduire par « nation ». Donc il peut s’agir de toutes les nations pas seulement Israël.
  • Le mot « épée » vient de « Chereb ». On pourrait aussi traduire ce mot par « glaive, instrument, machine ». La racine du mot hébreux vient de « Charab » que l’on pourrait traduire par « Attaquer, frapper, tuer, combattre ». Bien entendu il faut comprendre ici que le Seigneur accomplit un Jugement.
  • Le terme de « sonne (de la Trompette) » on pourrait aussi le traduire par « battre des mains » ou « donner un coup ».
  • Le mot « trompette » , nous le savons, vient de « Shofar ».
  • Le mot « avertis » vient de « Zahar » que l’on pourrait aussi traduire par « réprimander » ; « enseigner » mais aussi « envoyer de la lumière ».
  • Le mot « écoute, ou entendre » vient de « Sh’ma » qui veut dire beaucoup de choses. Par exemple : « entendre » ; «comprendre un langage » ; « obéir » ; « proclamer » ; « convoquer » etc.

Voilà pour les quelques explications concernant la racine des mots importants ici. Vous aurez peut-être remarqué que je n’ai pas parlé jusqu’ici du mot « sentinelle » parce qu’avant de le faire j’aimerais commencer par une question : selon vous, l’Église est-elle appelée à être une sentinelle pour ce monde ? Si je pose cette question c’est parce que certains ne croient pas que l’Église doive jouer ce rôle et pourtant…

Le mot « sentinelle » vient de l’hébreux « Tsaphah ».

Une sentinelle au sens biblique donc, observe, veille avant d’avertir quoique ce soit. Elle porte le regard sur le monde qui l’entoure afin de voir si un danger arrive pour avertir ceux qui sont avec elle. Elle est aussi, selon la Parole, un prophète aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau. Le terme « avertir » présent dans le NT vient du grec « chrematizo », cela vaut dire (entre autres) « être le porte-parole pour des révélations divines, promulguer les commandements de Dieu »

Une sentinelle, pour observer les alentours avec attention, va de préférence se mettre en hauteur. Une montagne par exemple.

Une sentinelle dans le sens strictement biblique donc, est appelée à se rendre sur la Montagne, pour veiller mais aussi prier afin d’être instruite par le Seigneur. On pourrait comparer le rôle de sentinelle à Moïse.

Pourquoi je fais mention de Moïse ici, tout simplement parce que la première fois où le son du Shofar a retenti, c’est dans le livre de l’Exode.

Le troisième jour au matin, il y eut des tonnerres, des éclairs, et une épaisse nuée sur la montagne; le son de la trompette (Showphar) retentit fortement; et tout le peuple qui était dans le camp fut saisi d’épouvante. Exode 19 : 16

Le son de la trompette (Showphar) retentissait de plus en plus fortement. Moïse parlait, et Dieu lui répondait à haute voix .Exode 19 : 19

Tout le peuple entendait les tonnerres et le son de la trompette (Showphar); il voyait les flammes de la montagne fumante. A ce spectacle, le peuple tremblait, et se tenait dans l’éloignement. Exode 20 : 18

Moïse est celui qui a reçu la mission de délivrer le Peuple de Dieu alors en esclavage en Egypte.

Afin de recevoir tout ce que le Seigneur lui donnerait, dont les tables de la Loi, les ordonnances, il devait se rendre sur la montagne selon que l’Eternel lui avait dit « viens » parce que c’était là-haut qu’il pouvait entrer dans la Présence du Seigneur.

Moïse avait lui aussi ce rôle de sentinelle en plus d’être le guide du peuple.

Et pour nous dans tout ça, qu’en est-il ?

Je vais prendre ici un verset bien connu pour illustrer mon propos.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Matthieu 5:14

Ce verset, on le connaît par cœur, mais comprenons-nous vraiment ce que Jésus entend par « lumière du monde ».

La lumière éclaire un endroit sombre, mais pas seulement. Le mot grec « phos » veut également dire deux choses : La vérité et sa connaissance, avec la pureté spirituelle qui lui est associée et capacité de compréhension, la vérité morale et spirituelle.

En d’autres termes Jésus nous dit ici que si nous avons reçu la faculté de comprendre, de connaître la vérité c’est pour en témoigner au monde afin que cette Lumière les éclaire sur les dangers qui viennent et les dirige sur le bon chemin pour y échapper ; et pas seulement en parlant, mais juste en étant présent parce que cette Lumière est puissante, vivante et manifeste dans nos vies .

Une sentinelle pourrait-elle avertir quoique ce soit sans la connaissance, sans la Vérité ou plus simplement sans la lumière ?

Et tout comme le méchant qui n’écoute pas la sentinelle alors qu’elle l’avertit du danger et continue dans ses voies, je cite :

« Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Jean 3:19 »

Si je donne ce message ce soir, c’est parce que je vois beaucoup, beaucoup de chrétiens qui ne remplissent pas leur mission.

Le danger à venir pour ce monde si nous ne l’avertissons pas c’est de ne pas connaitre la grâce qui pourrait leur éviter les fléaux qui ne vont pas manquer d’arriver sur le monde entier. Et pour l’église, le danger serait de rater l’Enlèvement parce que certains ne se seront pas laissés avertir et ne seront donc pas conformes au plan de Dieu pour être enlevés car les critères de Christ pour Son Epouse sont ceux que nous pouvons lire dans Eph 5-27 « afin de faire paraître devant LUI cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. »

Revenons un court instant au récit de Moïse et lisons ce verset :

Le peuple, voyant que Moïse tardait à descendre de la montagne, s’assembla autour d’Aaron, et lui dit : Allons ! fais-nous un dieu qui marche devant nous, car ce Moïse, cet homme qui nous a fait sortir du pays d’Egypte, nous ne savons ce qu’il est devenu. Exode 22:1

Pourquoi ce verset ? Parce que beaucoup de chrétiens sont en train de s’ériger des veaux d’or. Et lorsqu’il ne l’érige pas lui-même le chrétien baisse la garde et participe à l’adoration du veau d’or. Cela n’est pas une blague.

Il y a un danger qui nous guette tous parce que c’est le temps pour cela :

Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. 1 Timothé 4:1

Et plusieurs sont en train de se faire avoir.

Un danger suit un autre danger mais il n’est jamais le même. Il change selon les saisons, les circonstances. Et comme je le dis ici un des plus grands dangers pour notre temps actuel c’est de rater l’Enlèvement.

Le problème est : qui annonce véritablement le Retour de Jésus ? En d’autres termes : qui avertit du Retour de Jésus ?

Ce problème est plus présent que nous pouvons le penser, parce que trop de chrétiens déclarent, et ce de manière publique, que « Jésus ne revient pas maintenant ».

Comme je l’ai dit à une sœur en Christ : même si Jésus revient dans 2 ans : nous devons avertir du retour de Jésus maintenant tout comme les disciples avertissaient et l’attendaient déjà pour leur époque. C’est d’ailleurs assez surprenant qu’en leur temps on annonçait plus Son Retour que maintenant alors que nous y sommes.

Si la sentinelle voit ce danger venir, c’est parce qu’elle a reçu la connaissance des signes, qu’elle a analysé, observé avec attention les prophéties. Cela se fait donc par la lecture de la Parole mais aussi par la prière, par une communion personnelle et vivante avec le Saint des saints.

Nous sommes dans un temps où comme le dis la Parole :

Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d’avance par les apôtres de notre Seigneur-Jésus Christ. 18 Ils vous disaient qu’au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies; 19 ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n’ayant pas l’esprit. Jude 17 à 19

Soyons des sentinelles parmi le peuple de Dieu et parmi les nations. Bien sûr qu’on se moquera de nous, même parmi les chrétiens, mais êtes-vous étonnés de cela ? Bien sûr qu’il y aura de plus en plus de veaux d’or moderne autour de nous, même parmi nous, mais souvenons-nous de ce que Dieu nous dit : « Sortez du milieu d’elle ». Ne participons pas à cela, ni de près, ni de loin. Parce que la séduction est subtile et le danger immense.

Comme le dis le Seigneur à Ezéchiel :

Si la sentinelle voit venir l’épée, et ne sonne pas de la trompette; si le peuple n’est pas averti, et que l’épée vienne enlever à quelqu’un la vie, celui-ci périra à cause de son iniquité, mais je redemanderai son sang à la sentinelle.

La sentinelle ne parlera pas s’il n’y a pas de danger. Annoncer l’arrivée de l’épée n’est pas facile surtout dans un temps où nous préférons entendre des paroles qui flattent notre égo. Ne méprisons pas cela, ne nous rendons pas coupable de par notre silence.

Et oui, la Sentinelle dans ce monde c’est l’Église. Et l’Église a une responsabilité immense, alors au nom de Jésus : ne nous déresponsabilisons en aucune manière : JAMAIS !

Que lorsque nous annonçons l’Evangile, nous l’annonçons en totalité et non partiellement comme cela se fait depuis si longtemps : annonçons le Royaume de Jésus sur la terre ! Annonçons Sa Promesse qui n’est pas seulement de nous sauver si nous nous repentons mais de régner sur la terre.

Il n’est pas dit « allez prêcher et dites vous serez sauvés avec Jésus mais il est dit « allez prêcher, et dites : Le royaume des cieux est proche. Matthieu 10:7 »

Savez-vous ce que veut dire prêchez ? Proclamer avec la suggestion de formalité, gravité et une autorité qui doit être écoutée et respectée l’Evangile de Christ.

A t-on vraiment pris la mesure de la gravité de la situation ? Sommes-nous dans le rôle que le Seigneur nous a confié ? Sommes-nous des sentinelles ? Sommes-nous véritablement la lumière du monde ?

Pour conclure je vais vous lire la deuxième lettre de Pierre qui est si actuelle:

Voici déjà, bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris. Dans l’une et dans l’autre je cherche à éveiller par des avertissements votre saine intelligence, 2 afin que vous vous souveniez des choses annoncées d’avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur, enseigné par vos apôtres, 3 sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, 4 et disant : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. 5 Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, 6 et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau, 7 tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies. 8 Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. 9 Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. 10 Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée. 11 Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété, 12 tandis que vous attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront ! 13 Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera. 14 C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix. 15 Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. 16 C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine. 17 Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. 18 Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité ! Amen

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse

Que l’Eglise soit remplie de David et de Jonathan


Cette semaine il y a un personnage en particulier que j’avais en tête, c’est David, le roi d’Israël. Le prénom de David, veut dire “bien aimé” en hébreu. Le Seigneur l’a oint très jeune, en effet il était le plus jeune de ses frères. Je tiens à le préciser, car de nos jours on se méfie de la jeunesse. O combien de fois des personnes plus âgées ne veulent rien entendre venant de la jeunesse.

Pourtant, l’exemple de David devrait nous montrer que non, la jeunesse d’aujourd’hui est aussi “utilisée” par Dieu pour Son Œuvre. O Dieu ! tu m’as instruit dès ma jeunesse, Et jusqu’à présent j’annonce tes merveilles. Psaumes 71:17 Car tu es mon espérance, Seigneur Eternel ! En toi je me confie dès ma jeunesse. Psaumes 71:5

Le Seigneur aurait pu choisir un autre frère, plus âgé, pour accomplir Son Dessein pour la nation d’Israël. Mais non, Il a choisi David. David est surtout connu pour 4 choses: son combat contre Goliath et le fait qu’il soit le père de Salomon, l’un des personnages des plus sages cités dans la Parole et bien entendu le fait qu’il soit l’ancètre (plus spirituel que naturel) de Jésus lui-même. Pour conclure il est l’auteur principal du livre des Psaumes.

Voici 3 versets qui en atteste que Jésus est issu de la descendance de David:

Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux. Apocalypse 5:5

Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Eglises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin. Apocalypse 22:16

Sans oublier : Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d’Abraham. Matthieu 1:1

Ce qui est intéressant concernant la généalogie de Jésus, c’est le verset 16 du même livre : Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ. Ce qui est à relever ici c’est que biologiquement parlant, on comprend que Joseph n’a rien à voir dans la conception de Jésus. Et pourtant le Seigneur l’inclut dans Son Arbre généalogique. On voit ici que le Seigneur n’exclut en rien Joseph. Mais aussi, et je parle pour les catholiques, l’ascendance qui relie David ou Abraham n’est pas liée à Marie directement mais bien à son époux, Joseph et pourtant on voue un culte à Marie.

Concernant David, savez-vous qu’il a été pris comme modèle de la monarchie française, comme idéal de justice, comme figure de pureté et de désintéressement (avec le lys), dans le rituel du sacre, avec l’onction. Représentation du roi David assimilé au roi de pique dans le jeu de cartes français. Il est aussi, à partir du début du XIIe siècle et pendant tout le Moyen Âge, une figure héroïque que l’on retrouve dans les Neuf Preux, d’où il passera sous Charles VIII dans les figures du jeu de cartes.

Concernant l’histoire de David, il y a plusieurs étapes de sa vie à se remémorer : La première concernant la jalousie du roi Saül envers David. En effet, étant porté par le Seigneur, il réussissait tout ce qu’il entreprenait. Et comme le peuple chantait des louanges à David plutôt qu’au souverain de l’époque qui était Saül, voici ce qu’il est écrit :

David allait et réussissait partout où l’envoyait Saül; il fut mis par Saül à la tête des gens de guerre, et il plaisait à tout le peuple, même aux serviteurs de Saül. Comme ils revenaient, lors du retour de David après qu’il eut tué le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël au-devant du roi Saül, en chantant et en dansant, au son des tambourins et des triangles, et en poussant des cris de joie. Les femmes qui chantaient se répondaient les unes aux autres, Et disaient : Saül a frappé ses mille, Et David ses dix mille. Saül fut très irrité, et cela lui déplut. Il dit : On en donne dix mille à David, et c’est à moi que l’on donne les mille ! Il ne lui manque plus que la royauté. Et Saül regarda David d’un mauvais œil, à partir de ce jour et dans la suite. 1 Samuel 18:5-9

Ce passage est révélateur de la véritable nature de Saül mais du naturel humain tout simplement. Mais revenons 2 chapitres précédents et voyons ce qui est écrit:

Saül envoya des messagers à Isaï, pour lui dire : Envoie-moi David, ton fils, qui est avec les brebis. Isaï prit un âne, qu’il chargea de pain, d’une outre de vin et d’un chevreau, et il envoya ces choses à Saül par David, son fils. David arriva auprès de Saül, et se présenta devant lui; il plut beaucoup à Saül, et il fut désigné pour porter ses armes. Saül fit dire à Isaï : Je te prie de laisser David à mon service, car il a trouvé grâce à mes yeux. Et lorsque l’esprit de Dieu était sur Saül, David prenait la harpe et jouait de sa main; Saül respirait alors plus à l’aise et se trouvait soulagé, et le mauvais esprit se retirait de lui. 1 Samuel 16:19-23

Et maintenant revenons au chapitre 18 et lisons la fin:

Saül vit et comprit que l’Eternel était avec David; et Mical, sa fille, aimait David. Saül craignit de plus en plus David, Et il fut toute sa vie son ennemi. Les princes des Philistins faisaient des excursions; et chaque fois qu’ils sortaient, David avait plus de succès que tous les serviteurs de Saül, et son nom devint très célèbre. 1 Samuel 18:28-30

On pourrait continuer comme ça pendant longtemps mais ce que j’essaie de vous démontrer ici c’est :

– Le Seigneur n’a que faire de l’âge de ses serviteurs. Il n’hésite pas à oindre David le plus jeune de sa famille pour être à la tête de l’armée du roi Saül pendant la guerre avec les philistins. On pourrait en quelque sorte faire le parallèle avec ce verset bien connu « Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes. 1 Corinthiens 1:27 »

-Malgré son appel David ne s’est jamais vanté de quoi que ce soit. Je crois aussi que l’amitié profonde qui liait David avec Jonathan, fils de Saül y a été pour quelque chose.

– Malgré les intentions de Saül de tuer David, le Seigneur l’a toujours gardé. Je crois ici qu’il y a deux raisons à cela : l’appel de David bien sûr, mais aussi le fait que David ait placé sa confiance en l’Eternel.

– On parle beaucoup de la vie d’adulte de David, mais honnêtement, je ne suis pas sûr que nous tous, nous pourrions supporter très longtemps ce que David a du subir durant son jeune âge.

– La persécution qu’il a du subir pendant pas mal de temps venant de la tête du pays, le fait qu’il ait dû vivre reclus dans des cavernes, attendant que le Seigneur lui parle et Il l’a fait. Le Seigneur ne l’a pas laissé seul, Il lui a envoyé beaucoup de prophètes pour le soutenir et le guider. Prenons l’exemple du prophète Gad: Le prophète Gad dit à David : Ne reste pas dans la forteresse, va-t’en, et entre dans le pays de Juda. Et David s’en alla, et parvint à la forêt de Héreth. 1 Samuel 22:5

– Et que dire au sujet de Jonathan, l’ami fidèle de David. Lui aussi a du subir la colère de son père à cause de l’amitié avec David. Regardons : 3 fois il est écrit: il l’aima comme son âme. (1 Samuel 18:1 et 3 ; 1 Samuel 20:17). Saül était prêt à tuer son fils à cause de cela.

Quand je lis ces passages je me rends compte de ce qu’est l’amitié aux yeux de Dieu. Aimer quelqu’un comme son âme. En d’autres termes:

« Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre coeur. 1 Pierre 1:22 »

mais aussi « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là. Marc 12:30-31.

Il s’agit ici de l’amour Agapé, c’est à dire l’amour pour et venant de Dieu. Il ne s’agit pas de l’amour humaniste. Et si Jonathan aimait vraiment David c’est aussi parce que lui aussi avait mis sa confiance en l’Eternel comme nous le lisons par exemple ici: Jonathan dit à David : Je prends à témoin l’Eternel, le Dieu d’Israël ! Je sonderai mon père demain ou après-demain; et, dans le cas où il serait bien disposé Pour David, si je n’envoie vers toi personne pour t’en informer, que l’Eternel traite Jonathan dans toute sa rigueur ! Dans le cas où mon père trouverait bon de te faire du mal, je t’informerai aussi et je te laisserai partir, afin que tu t’en ailles en paix; et que l’Eternel soit avec toi, comme il a été avec mon père ! Si je dois vivre encore, veuille user envers moi de la bonté de l’Eternel; et si je meurs, ne retire jamais ta bonté envers ma maison, pas même lorsque l’Eternel retranchera chacun des ennemis de David de dessus la face de la terre. Car Jonathan a fait alliance avec la maison de David. Que l’Eternel tire vengeance des ennemis de David ! 1 Samuel 20:12-16

Je ne sais si l’âge de Jonathan est précisé dans la Parole, mais étant l’ainé de Saül il semblerait qu’il soit plus âgé que David. Et cela démontre encore une fois que Jonathan se moquait de l’âge de son ami. Alors qu’il aurait pu à de multiples occasions donner des leçons à David mais il savait très bien que David était appelé par l’Eternel.

Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l’amitié profonde qui liait ces deux hommes. A la mort de Jonathan, voici ce que dira David non sans larmes: Je suis dans la douleur à cause de toi, Jonathan, mon frère ! Tu faisais tout mon plaisir; Ton amour pour moi était admirable, Au-dessus de l’amour des femmes. 2 Samuel 1:26

J’oserais faire cette déclaration: si Saül a pu se réconcilier avec David, je crois aussi que c’est en partie à cause de cette amitié. Et cela concorde avec le fait que oui, l’amour agapé est celui qui peut tout. C’est cet amour qui fait la différence entre les disciples de Christ (de YHWH au temps de David) et les rois, religieux, les disciples de noms seulement. C’est aussi cet amour qui permit à David de pardonner Saül malgré le fait qu’il ait voulu à de nombreuses occasions le tuer par jalousie.

Quand je fais le parallèle avec tout ça et nos églises, je m’inquiète. Comme je l’ai dit la semaine dernière, il va venir un temps, très prochainement où « Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. » Matthieu 24:10-12

Nous voyons déjà beaucoup de faux prophètes s’élever de nos jours alors si nous voulons tenir bon, aimons-nous les uns les autres d’un amour en Vérité c’est à dire sans hypocrisie. Et encore une fois, je ne parle pas de l’amour humaniste, mais bien de l’amour Agapé et c’est bien de cet amour dont parle Jésus aussi dans ce verset.

J’ai une fois entendu ici que Jésus était humaniste, mais c’est faux ! Il prenait soin des pauvres, il guérissait les malades et il chassait les démons non pas par humanisme mais simplement parce qu’il aimait (d’un amour divin) cette humanité qu’il a créée. Si l’on dit que Jésus était humaniste, c’est diminuer sa personne: n’oublions pas que même tout étant homme, il est DIEU ! Ce n’est pas son humanisme qui lui aurait permis de mourir à la croix, d’ailleurs lui-même dira: Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Jean 15:13 et ne soyez pas surpris si je vous dis qu’encore une fois, il s’agit de l’amour agapé.

Je crois que l’Eglise a besoin d’être comme des David et Jonathan. L’amour agapé qui liait ces deux hommes a permis à David de tenir bon malgré la persécution du roi. Et pourtant, David a été appelé très tôt par le Seigneur, et oui David a chuté, mais parce qu’il était homme. Et bien que l’amour agapé remplissait son coeur, n’oublions pas ses magnifiques psaumes dans lequel il « ralait » avec le Seigneur. Il en appelait à la Justice de Dieu, il n’était pas dans l’amour bonbon, mais dans l’équilibre amour / justice.

Lisons par exemple le Psaumes 3

O Eternel, que mes ennemis sont nombreux ! Quelle multitude se lève contre moi! Combien qui disent à mon sujet : Plus de salut pour lui auprès de Dieu ! Mais toi, ô Eternel ! tu es mon bouclier, Tu es ma gloire, et tu relèves ma tête. De ma voix je crie à l’Eternel, Et il me répond de sa montagne sainte. Je me couche, et je m’endors; Je me réveille, car l’Eternel est mon soutien. Je ne crains pas les myriades de peuples Qui m’assiègent de toutes parts. Lève-toi, Eternel ! sauve-moi, mon Dieu ! Car tu frappes à la joue tous mes ennemis, Tu brises les dents des méchants. Le salut est auprès de l’Eternel : Que ta bénédiction soit sur ton peuple !

David savait très bien que la colère de Dieu n’est pas à prendre à la légère et que Sa Vengeance n’avait rien à voir avec une colère humaine (humaniste) et comme vous pouvez le voir ici, ce psaume n’est pas humaniste, il est inspiré par l’amour agapé et ce, malgré que ce soit un psaume de supplication. Pourquoi ? Déjà par le fait qu’il place l’Eternel comme étant au dessus de toute chose. Il place l’Eternel à Sa Juste place. Ce psaume est remplit de foi envers Dieu, malgré le fait que cela pourrait choquer certaines personnes, à la fin il parle de briser les dents des méchants…. Bouh quel méchant….

Je vous laisserais lire aussi le psaumes 5…

Pour conclure, l’amour agapé rendra jaloux certains, tout comme Saül était jaloux de David et de son fils Jonathan au point de pratiquement le renier pendant un temps, de le rabaisser plus bas que terre. Mais n’oublions pas que c’est cet amour-là dont il est question dans 1 Corinthiens 13: « L’amour est patient, il est plein de bonté, l’amour. Il n’est pas envieux, il ne cherche pas à se faire valoir, il ne s’enfle pas d’orgueil. Il ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt, il ne s’aigrit pas contre les autres, il ne trame pas le mal. L’injustice l’attriste, la vérité le réjouit. En toute occasion, il pardonne, il fait confiance, il espère, il persévère. L’amour n’aura pas de fin. Les prophéties cesseront, les langues inconnues prendront fin, et la connaissance particulière cessera. Notre connaissance est partielle, et partielles sont nos prophéties. Mais le jour où la perfection apparaîtra, ce qui est partiel cessera. »

Je terminerai ici en disant que ce n’est pas parce que David a eu des « coups de blues », ce qui est certain, que Jonathan l’abandonnera, bien au contraire, sa présence lui apportera beaucoup. Bien entendu, le Seigneur ne l’abandonnera pas non plus. Et pourtant, contrairement à ce qui a pu être dit la semaine dernière, David était porté par l’Esprit-Saint : L’Esprit de l’Eternel tomba sur David et demeura sur lui à partir de ce jour-là et dans la suite. 1 Samuel 16:13

Cet Esprit-Saint qui ne l’abandonnera pas, jusqu’à le rendre (fou) comme on peut le lire dans le passage de 1 Samuel 21-13. C’est ce même Esprit-Saint qui était présent dans Jésus, et pourtant, Jésus lui-même a vécu une nuit de terreur à Getsémané. Comme je l’ai dit à de multiples occasions ici, ce n’est pas de chuter, d’avoir peur, qui pose un problème au Seigneur, mais c’est le fait de se complaire dans la chute, de laisser la peur agir. Car David comme Jésus avait la même pensée en eux: non pas ma volonté, mais la tienne Seigneur.

Quand le Saint-Esprit habite en nous, Il nous enseigne, nous console, Il ne nous abandonne pas comme une vieille chaussette dès qu’on a un « coup de blues »… Si tel avait été le cas, que ce serait-il passé à Getsémané ?

Non, voici la vérité: quand nous avons un petit (ou gros) « coup de blues », quand nous avons peur, quand nous n’avons plus la force d’avancer, le Seigneur ne nous abandonne pas si nous mettons notre confiance en Lui, mais Il nous enverra des anges pour nous soutenir, Il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre. Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, Tu fouleras le lionceau et le dragon. Psaumes 91

Et si c’est ce qui se passe, c’est juste aussi par le fait que Dieu nous aime non pas d’un amour humaniste, mais d’un amour parfait. Soyons conscient de ces choses-là, parce que le risque dans tout ça, c’est le jugement et qui d’autre que l’Eternel des Armées est à même de juger ? Nous, pauvres humains qui sans Lui serions pareils à des sauterelles ? C’est pour cela que j’ai dit plus haut que l’Eglise devrait être remplie de David et de Jonathan, que nous puissions nous élever, nous supporter les uns les autres, pour que comme la Parole le dit: lorsque l’un tombe l’autre puisse le relever. Nous sommes un Corps, celui de Christ, ne l’oublions jamais.

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse

Comprendre le pardon


Drôle de question posée aux chrétiens n’est-ce pas ? Et pourtant…

Avant de répondre à cela, j’aimerai préciser plusieurs choses parce qu’il existe beaucoup de confusions au sujet du pardon.

1. Savoir ce qu’est vraiment le pardon

2. Pardonner n’est pas oublier

3. Pardonner est un don divin.

Avant de parler du pardon au sens biblique du terme, il faut déjà comprendre ce que veut dire le mot « pardon » dans notre belle langue française.

Selon Wikipédia, voilà la définition du pardon, et écoutez bien parce que cela révèle quelque chose de très important que nous verrons plus tard.

Le pardon est le résultat de l’acte de pardonner, la rémission d’une faute. C’est tenir une offense, une faute, pour nulle (ou l’excuser) et renoncer soit – au plan personnel – à en tirer vengeance, soit – au plan institutionnel – à poursuivre et à punir les responsables. Le pardon ne doit pas cependant être confondu avec l’amnistie qui est une simple dispense de peine.

Le pardon peut s’entendre de manière différente selon le contexte : religieux, philosophique, psychologique, social ou politique.

Plus loin dans l’article, dans le chapitre philosophique, voici ce qui est rajouté :

Vladimir Jankélévitch, un philosophe français du 20ème siècle insiste sur les faux-semblants qui ne sont pas des pardons :

  • l’usure temporelle (si l’on oublie les faits, c’est tout sauf du pardon) ;
  • l’excuse (réduire la gravité des faits réduit l’importance du pardon, et ne s’y substitue pas).

Pour en revenir au pardon au sens biblique, nous allons prendre plusieurs versets de la Parole :

Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. Colossiens 3:13

Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. Matthieu 6:14-15

Quel Dieu est semblable à toi, Qui pardonnes l’iniquité, qui oublies les péchés Du reste de ton héritage ? Il ne garde pas sa colère à toujours, Car il prend plaisir à la miséricorde. Il aura encore compassion de nous, Il mettra sous ses pieds nos iniquités; Tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés. Tu témoigneras de la fidélité à Jacob, De la bonté à Abraham, Comme tu l’as juré à nos pères aux jours d’autrefois. Michée 7:18-20

Lorsque nous lisons ces versets, nous pouvons remarquer une chose. Dieu oublie, l’homme porteur de la semence du péché en lui se souvient.

Alors que j’étais chez des amis à Marseille que j’avais rencontrés via un jeu en ligne, j’ai raconté mon témoignage et la personne qui nous avait accueillis a réagit quand j’ai déclaré que j’avais pardonné à ma famille. Elle ne pouvait pas comprendre que je puisse le faire. En effet, alors que je tentais de lui expliquer comment, elle m’a raconté les horreurs qu’elle avait subies enfant de la part de son père, des viols notamment, et elle m’a dit cette phrase incroyable : je ne peux pas lui pardonner. Savez-vous ce que je lui ai répondu ? De manière surprenante je lui ai simplement dit : c’est normal. Juste ces mots : c’est normal.

Pour nous chrétiens, il paraît insensé d’entendre une personne dire qu’elle ne pourra jamais pardonner la personne qui lui a fait tant de mal, et pourtant il y a une chose qu’il nous faut prendre en compte, c’est que c’est normal. Et ce pour 2 raisons :

1 – La personne n’ayant pas rencontré Christ personnellement, son côté humain ne peut pardonner car, seul Christ en nous, peut pardonner si nous-mêmes avons reçu le pardon de Dieu que nous accorde l’œuvre de Christ à la croix.

2 – Nous avons peut-être oublié le fait que le pardon est un acte divin, c’est le don de Dieu pour quiconque se repent sincèrement.

Alors que la discussion se poursuivait, elle se rendait compte que je n’avais rien oublié du mal que j’avais subi, et elle me dit alors : mais tu n’as pas pardonné, tu te souviens de tout. Et là encore j’aimerais clarifier une chose : pardonner ne veut pas dire oublier. En tout cas tant que nous serons ici sur terre, nous n’oublierons pas tout le mal subi. Comment oublier des violences, des viols, des maltraitances ? C’est impossible, sauf si le remettons à Christ parce que nous avons compris que cela fait partie de tout ce qu’il a porté à la croix.

Si vous vous demandez quand nous oublierons les mauvais souvenirs ? Et bien la Parole le dit :

Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. 4Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. 5Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Apocalypse 21:3-5

Il anéantit la mort pour toujours; Le Seigneur, l’Eternel, essuie les larmes de tous les visages, Il fait disparaître de toute la terre l’opprobre de son peuple; Car l’Eternel a parlé. Ésaïe 25:8

Les rachetés de l’Eternel retourneront, Ils iront à Sion avec chants de triomphe, Et une joie éternelle couronnera leur tête; L’allégresse et la joie s’approcheront, La douleur et les gémissements s’enfuiront. Ésaïe 35:10

Même si nous sommes enfants de Dieu, nous ne pouvons pas oublier le mal subi, en revanche la douleur, la rancœur, l’esprit de vengeance ne peuvent plus nous habiter car IL a tout porté et c’est alors que nous pouvons pardonner.

Car il y a une chose qu’il faut savoir, le manque de pardon peut détruire une personne, qu’elle soit chrétienne ou pas. A partir du moment où nous ressentons de la colère (la mauvaise colère), la haine contre quelqu’un, on se place sous l’esprit du diable. Ce n’est vraiment pas pour rien que le Seigneur nous dit de pardonner car lorsque nous pardonnons on se libère déjà soi-même et par ricochet on libère l’autre. Et il y a une chose sur laquelle je voudrais attirer votre attention car elle est grave et terriblement vraie, c’est que les chrétiens qui n’ont pas pardonné, ne seront pas enlevés ! ça il faut le savoir et le dire. Car oui il existe dans l’Église un manque de pardon.

Le pardon est un don divin comme je l’ai dit et c’est le signe qui accompagne ceux qui ont vraiment accepté le pardon de Dieu en Christ, mais je dirais aussi que le pardon est un don de soi. Je m’explique.

Comme nous le savons certainement, si nous avons été pardonnés par le Père c’est à cause et grâce, à Son Fils Christ. Mais cela a coûté quelque chose. Le pardon acquis a coûté très cher.

Lorsque nous voyons ou vivons peut-être un manque de pardon on se rend compte que cela a un prix. Parfois il ne s’agit pas de la volonté de ne pas pardonner, mais de l’incapacité à le faire.

Mais si l’on prend conscience que nous pouvons demander au Seigneur de nous aider à pardonner, alors Il nous aidera, mais encore faut-il y s’humilier à le demander. Mais, par expérience, je peux vous dire que si on a réellement pris conscience que Dieu a pardonné tous nos péchés, qui sommes-nous pour ne pas pardonner ? Ne croyez-vous pas que c’est se montrer injuste et sans reconnaissance envers CELUI qui nous a tout pardonné même un meurtre comme pour certains dont j’ai entendu le témoignage ! Dieu nous pardonne tout alors que nous n’en avons aucun mérite, il efface tout, en simple échange de notre reconnaissance et de notre foi en Son fils Jésus qui a tout accompli à la croix.

Un avocat français que j’apprécie beaucoup, Marc Geiger que vous connaissez peut-être si vous avez déjà regardé l’émission Toute une histoire sur France 2, a dit à plusieurs reprises une chose tellement vraie : « on parle de pardon mais on ne comprend ce que cela veut dire ». « Le pardon est quelque chose de divin presque ».

Et il a raison. Parce que nous même nous ne comprenons pas toujours comment pardonner, qu’est-ce que véritablement le pardon.

Si on ne demande pas pardon, comment être pardonner ? C’est une drôle de question alors que nous croyons que nous pouvons pardonner sans demande, un pardon offert gratuitement. Pourtant la logique même de la Parole nous prouve que c’est faux : Je m’explique.

Le Seigneur a accompli une œuvre incroyablement belle bien que terrible, Sa Mort à la croix dans le but de nous accorder le salut de Dieu et d’être réconciliés avec lui et de pouvoir l’appeler PERE et non plus Dieu. En somme, à cause de Sa Mort et grâce à Sa Résurrection, le Seigneur nous a couverts de Son Sang, le Prix payé, afin que nous puissions être avec le Père, entièrement lavés et purifiés de tous, TOUS nos péchés. Il nous a pardonné. Il a accompli cette œuvre POUR TOUTE l’humanité, sans distinction de race, de sexe ou de classe sociale, ou de péchés commis. Il nous a tous rachetés, son œuvre est parfaite et accomplie. Il n’y a plus rien à faire d’autre qu’à l’accepter. Et comme la Bible dit que nous avons tous péché, cette Grâce nous concerne tous sans distinction.

Nous savons très bien cela, c’est une Grâce imméritée, incomparable et donnée par amour. Pourtant j’ai une question à vous poser : les personnes qui n’auront pas voulu de cette grâce, seront-ils en possession de ce cadeau ? Pour être plus claire, si jamais un homme rejette Jésus et meurt, sera t-il pardonné ? La réponse est non ! Si vous avez pensé que « oui » alors je le dis, vous croyez au Christ amour bonbon. Voilà ce que dit Jésus :

Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Jean 3:36

Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour. Jean 12:48

Quiconque donc me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est aux cieux. Mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est aux cieux. Matthieu 10:32-33

Jean dira:

Celui qui croit en lui n’est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Jean 3:18-19

Mais il n’en est pas du don gratuit comme du péché. Car, si par le péché d’un seul plusieurs sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu, et le don de la grâce qui vient d’un seul homme, savoir Jésus-Christ, s’est répandu abondamment sur plusieurs! Romains 5:15


Et quoi? sommes-nous donc plus excellents? Nullement; car nous avons déjà fait voir que tous, Juifs et Grecs, sont assujettis au péché, 10 Selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, non pas même un seul. Il n’y a personne qui ait de l’intelligence; il n’y en a point qui cherche Dieu. Tous se sont égarés, et se sont tous ensemble corrompus; il n’y en a point qui fasse le bien, non pas même un seul. Leur gosier est un sépulcre ouvert; ils se sont servis de leurs langues pour tromper; il y a un venin d’aspic sous leurs lèvres. Leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume. Ils ont les pieds légers pour répandre le sang. La désolation et la ruine sont dans leurs voies. Ils n’ont point connu le chemin de la paix. La crainte de Dieu n’est point devant leurs yeux. Romains 3:9-18

Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. Romains 6:23

Pourquoi je vous dis cela, parce que le pardon s’obtient par la repentance. S’il n’y a pas de repentance sincère cela veut dire qu’il n’y a pas la conviction d’être un pécheur et on ne ressent donc pas le besoin d’être pardonné, c’est pourquoi Christ ne peut pas nous pardonner.

Encore une fois, je vais prendre la définition de Wikipédia du mot repentance :

Le terme repentance désigne la manifestation publique du sentiment personnel qu’est le repentir pour une faute que l’on affirme avoir commise et dont on demande le pardon.

Dans la Parole, dans le NT plus précisément, le mot repentance vient du grec « Metanoia » et signifie deux choses :

  1. Tristesse qu’on éprouve de ses péchés, et la douleur d’avoir offensé Dieu
  2. Changement de mentalité, d’intention

Je vais prendre un exemple très personnel pour conclure :

Alors que ma famille m’a fait énormément de mal, jamais elle ne m’a demandé pardon, aucun membre de ma famille. Pourtant je leur ai pardonné, et je préciserais ce terme en disant que mon cœur est disposé à leur pardonner. C’est à dire que je n’ai pas oublié, mais je n’éprouve aucune rancune, aucune haine, aucune colère, aucun désir de vengeance juste de l’amour, de la compassion et de la douceur à leur encontre. Je n’ai qu’une seule envie à leur sujet c’est qu’ils rencontrent tous le Seigneur Jésus et qu’une relation sincère d’amour fraternel entoure ma famille. En réalité je me sens dans le même état d’esprit que le Seigneur Lui-même : mon pardon est donné, j’attends qu’il soit définitif, pleinement acquis.

Pourquoi je partage ceci ce soir ? Je ne le sais même pas. J’ai eu à cœur d’écrire ce message ce matin très tôt. Mais je sais que, comme je l’ai dis plus tôt, il existe un manque de pardon significatif chez beaucoup de chrétiens et c’est une plaie pour l’Église. Etant donné que nous sommes dans un temps où l’Enlèvement est plus qu’imminent, il est vraiment temps que nous mettions absolument tout en règle devant le Seigneur.

Il est important de comprendre le pardon, de comprendre la mécanique du pardon, parce que le risque de l’ignorance sur ce sujet c’est d’être emporté à tout vent de doctrine. La seule doctrine qui compte c’est celle venant du Maître, Jésus-Christ. Suivons son exemple, reconnaissons Sa Voix et imitons-le. Il serait tellement dommage d’avoir accompli tant d’œuvres pour le Seigneur, et de rater l’Enlèvement à cause d’un manque de pardon.

Lorsque nous prenons conscience de ce qu’a coûté le pardon et de sa nature divine, un don immense que chacun d’entre nous peut recevoir à condition de le vouloir, nous prenons encore plus conscience de ce que Christ a fait pour nous, individuellement.

Si quelqu’un ici à du mal à pardonner une personne qui lui a fait du mal, ne culpabilisez pas, n’écoutez pas les personnes qui risquent de vous juger, allez simplement devant le Père, dans le secret de votre chambre et demandez-lui comme un petit enfant : Père, tu connais ma situation, tu connais cette personne qui m’a fait du mal, et tu connais mon cœur. Aide moi à lui pardonner comme Toi-même tu m’as pardonné. Je te le demande Père au nom de Ton Fils Jésus. Amen. Et je peux vous l’assurez, pour l’avoir vécu, si vous êtes sincère dans votre démarche, le Seigneur vous soutiendra et vous aidera car LUI SEUL peut pardonner en nous.

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse

Après le diagnostic, viens le remède : relever la tête


Introduction

Depuis quelques temps, je tente du mieux que je peux de vous faire comprendre l’état de l’Eglise et du pourquoi nous en sommes là. C’est bien sûr un sujet très sensible comme nous en avons eu la preuve après les divers retours qui ont suivis ces partages. C’est sensible pour plusieurs raisons que je ne vais pas mentionner ici mais que chacun, je pense, comprendra.

Quand je parle de ces sujets, je prends de manière volontaire un ton plutôt vif afin de nous donner un électro-choc. C’est un peu le système du défibrillateur : un choc électrique assez violent pour faire repartir le cœur. Je ne vous demanderai pas pardon pour vous avoir choqués en vous ayant dit la vérité, par contre je demande pardon à ceux que j’ai pu peut-être blesser.

Alors la semaine dernière je vous ai parlé surtout du manque de la crainte de Dieu que l’Eglise a, mais lorsque j’ai dit, à plusieurs occasions : relevons la tête, voici la question que l’on m’a posée. Qu’est-ce que cela veut dire, et comment ? (Note de Nathaniel: le partage dont je parle ici ne sera pas publié ici étant donné que je n’avais rien écrit pour l’occasion)

Alors autant vous dire que pendant plusieurs jours j’ai retourné cette question dans tous les sens et j’ai même été surpris que l’on puisse poser ce genre question : avouez que cela fait beaucoup de « question » n’est-ce pas ?

Mais avant d’y répondre et de vous apporter le remède donné par Jésus Lui-même dans Luc 21 :28 : « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche. » Je souhaite faire une mise au point importante.

Le danger du politiquement correct

Il y a une chose que j’ai remarquée depuis bien des années déjà, et je sais que je ne suis pas le seul à l’avoir vue. Dans les médias, nous le voyons aussi : la bien-pensante du politiquement correct. Et lorsque nous voyons où cela nous mène c’est-à-dire vers une dictature de la pensée, vous connaissez sans doute l’expression de la pensée unique, et bien il est étonnant de voir que même au sein de l’Eglise cette dictature a commencé son travail. Car oui, maintenant on ne peut plus parler de sujets qui fâchent, on doit parler de sujets qui rassemblent comme l’amour de Dieu mais sans parler de Sa justice. On ne parle plus de péchés, mais de maladies. On ne parle plus de séduction, mais d’unité. Et lorsque quelqu’un tentera d’avertir de ce danger, dans le monde, on le regardera avec colère, haine, méfiance, ou alors on n’accorde aucun crédit à ses paroles, on l’écartera, ou alors on se moquera de lui. C’est dans le monde que nous voyons cela, mais est-il surprenant de voir que cela commence aussi à arriver dans l’Eglise qui a fait entrer le monde en son sein ? Je vous laisse en juger.

Je donnerais juste un exemple. J’entends très souvent cette expression : il n’y a pas d’église parfaite. Et j’ai compris il y a quelques jours à quel point je n’en peux plus d’entendre cela. J’en ai les oreilles qui saignent… Pourquoi ? Parce que déclarer cela revient à nous déresponsabiliser, à nous dédouaner de ces dérives qui ont rendus l’Eglise malade. C’est surtout parce que nous n’avons pas été véritablement enseignés sur cela. Mais laissez-moi vous décortiquer une parole de Jésus que nous retrouvons dans Matthieu 5 :48 : Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Première chose, si Jésus nous dit cela c’est que cela est possible, sinon Il ne l’aurait pas dit. Jésus nous appelle à être parfait tout comme le Père est parfait.

Deuxièmement, qu’est-ce qu’être parfait selon Jésus qui est la Parole de Dieu faite chair ? Le mot grec utilisé dans ce verset « Teleios » peut être traduit par « Amené à ses fins, accompli, à qui rien ne manque pour être complet, Fait, adulte, d’âge, mûr » En d’autres termes : mature.

Ce même mot est utilisé dans plusieurs versets que nous connaissons bien :

Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. Romains 12:2

Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée ; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. Philippiens 3:15

Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. Jacques 1:4

On pourrait prendre 2 Corinthiens 13 au verset 11 : « Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez-vous, consolez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix; et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. » Paul nous dis ici de continuer dans le chemin de la perfection, car bien entendu on ne devient pas mature du jour au lendemain.

D’ailleurs, il est intéressant de voir que le mot grec ici n’est pas le même que celui présent dans Matthieu 5 :48. « Katartizo » qui pourrait être traduit par « raccommoder, réparer, ajuster, mettre en ordre, renforcer etc… » Je noterai au passage que Paul ne dis pas « oh de toute façon il n’y a pas d’église parfaite » mais il dit « perfectionnez-vous ! » et dans la version Martin et Ostervald il est écrit « tendez vers la perfection ». Ce qui importe pour le Seigneur n’est pas que nous soyons parfaits maintenant mais plutôt que nous soyons tous en chemin vers la perfection en tournant nos regards vers la perfection de Christ.

Et il y a d’autres versets que vous pouvez trouver… Donc au sens biblique du terme, nous sommes appelés à être des hommes et des femmes parfait(e)s, matures spirituellement, connaissant et obéissant à la Parole de Dieu. Et donc l’Eglise de Christ, la véritable Eglise est parfaite en LUI, n’en déplaise à certains.

Ayons donc le langage de la Parole de Dieu dans notre bouche (et non pas celui du monde)

Et pour répondre à ces chrétiens qui me diront qu’il n’y a pas d’églises parfaites c’est qu’au sens du monde oui c’est vrai, mais au sens biblique c’est faux : l’Eglise mature dans la connaissance de la Vérité biblique est déjà appelée comme étant parfaite par Dieu. Et si elle est parfaite, c’est parce que Jésus nous a rendus parfaits au travers de l’œuvre parfaite de la Croix mais Dieu a donné à l’Eglise un certain temps pour arriver à cette perfection et nous pouvons lire ce qu’IL a prévu pour que nous y arrivions dans Éphésiens 4-11 à 13

« Lui-même (Jésus) a donné les uns pour être Apôtres, les autres pour être Prophètes, les autres pour être Évangélistes, les autres pour être Pasteurs et Docteurs. Pour travailler à la perfection des Saints, pour l’œuvre du ministère, pour l’édification du corps de Christ. Jusqu’à ce que nous nous rencontrions tous dans l’unité de la foi, et de la connaissance du Fils de Dieu, dans l’état d’un homme parfait, dans la mesure de la parfaite stature de Christ »

Si l’Eglise n’était pas parfaite cela voudrait tout simplement dire que l’œuvre par laquelle elle est née, elle n’est pas parfaite. Elle a été accomplie parfaitement il y a 2000 ans à la croix mais entre ce jour d’accomplissement à la Pâque et le jour de son achèvement au retour de Christ il y a ce temps que Dieu a donné pour que le corps arrive à la perfection et nous pouvons mieux le comprendre en lisant 1 Corinthiens 13-9 à 12

« Notre connaissance est partielle, et partielles sont nos prophéties. Mais le jour où la perfection apparaîtra, ce qui est partiel cessera. Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais et je raisonnais en enfant. Une fois devenu homme, je me suis défait de ce qui est propre à l’enfant. Aujourd’hui, certes, nous ne voyons que d’une manière indirecte, comme dans un miroir. Alors, nous verrons directement. Dans le temps présent, je connais d’une manière partielle, mais alors je connaîtrai comme Dieu me connaît. »

Si nous avons bien compris cela alors redoublons d’efforts pour tendre vers la perfection car son retour est proche.

Et maintenant, revenons au sujet principal de ce partage, que je vais faire court, je vais tenter de vous amener au remède prescrit par Jésus en ces temps troubles : relevez la tête.

Pourquoi lever la tête ?

Alors je tiens à préciser que lever la tête cela ne veut pas dire que nous devons rester debout béa avec la tête levée et attendre que ça se passe. Non pas du tout.

Lorsque nous levons la tête en direction du Ciel, il faut déjà comprendre que nous regardons en direction de là où viendra notre délivrance. Le peuple juif lui regarde sur terre (pour le moment) car il attend sa délivrance finale qui, selon Lui viendra du messie (homme). Mais nous, nous attendons la délivrance qui vient du ciel. Jésus nous arrachera de la terre pour nous amener vers Lui afin que nous soyons toujours avec Lui. Donc la réponse à cette question est simple : si nous levons la tête c’est parce que nous attendons notre délivrance. La Bible ne dit-elle pas que nous sommes des voyageurs sur cette terre et que notre cité est Céleste ? c’est pourquoi nous devons lever les yeux vers les choses invisibles, les choses célestes, et pour cela on ne peut les voir qu’avec les yeux du cœur, un cœur qui a été régénéré par la foi en Christ.

Seulement voilà, qui attend une délivrance ? C’est important cette question parce qu’un chrétien qui aime être dans ce monde n’a aucune raison de vouloir le quitter, d’être délivré. Une église qui ne cherche pas à être avec Jésus est pareille à une épouse qui se refuse à son mari. L’amour est-il présent dans ce genre de couple ? J’en doute.

Donc ce que Jésus nous dit ici, c’est que malgré tout ce qui pourrait se passer, Il nous a promis de nous arracher, enlever si vous préférez.

« Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » 1 Thessaloniciens 4 : 17

Le mot « enlevés » vient du grec « Harpazo » qui veut dire « Saisir, enlever de force, Réclamer ardemment pour soi-même, Arracher.

Comment faire pour lever la tête ?

C’est une question complexe dans une certaine mesure, et quasiment impossible à répondre. En effet. On peut conduire une personne à la connaissance intellectuelle de Jésus, mais on ne peut pas la conduire à aimer Jésus, à avoir une relation intime avec LUI.

Exemple tout simple : Une amie généreuse avec vous, qui sait que vous souffrez d’être seul, connait quelqu’un qui désire une âme sœur. Alors cette amie fera en sorte que vous vous rencontriez afin de faire connaissance. Mais est-ce que cette amie pourra vous forcer vous et l’autre personne à vous aimer réciproquement ? La réponse est non. Elle ne peut que vous conduire à faire connaissance.

Si je prends cet exemple c’est pour vous montrer que moi, je ne peux pas vous dire comment lever la tête en direction de là où Jésus se trouve et là où on se retrouvera, parce que cela dépendra uniquement de l’amour que vous avez pour Lui. Pas de la connaissance intellectuelle que vous pourriez avoir de Lui.

En d’autres termes, si vous êtes chrétiens et que vous ne levez pas la tête, c’est-à-dire attendre la délivrance, l’instauration du Royaume de Jésus sur la terre, de Sa Justice, alors c’est que vous ne l’aimez pas vraiment. La différence entre les vierges folles et les vierges sages se situe au niveau de l’huile présente dans leur lampe, c’est-à-dire au niveau de la communion que nous avons, ou pas, avec Jésus.

Si vous vous sentez mal à l’aise dans ce monde qui est en train de se transformer pour devenir, pendant un temps, le royaume de la Bête, tel que prophétisé dans la Parole, alors vous êtes sur le bon chemin. Parce qu’un chrétien qui attend son Sauveur ne peut que se sentir mal à l’aise dans un monde qui s’éloigne toujours plus de ce que Dieu voulait.

Relever la tête parce que nous perdons nos repères

Il y a une chose que j’ai remarqué depuis quelques temps, c’est que plus on avance dans le temps, moins on n’est sûr de rien. Tout ce qu’on pensait acquis, dans le domaine théologique, nos raisonnements humains sur ce que la Parole de Dieu nous dit, nos interprétations et toutes nos idées préconçues sont en train de s’effriter. Mieux encore, je remarque, pour moi-même déjà, que la notion que j’ai du temps n’est plus du tout la même que j’ai pu avoir il y a quelques mois encore seulement. En bref, plus nous avançons et plus nous perdons nos repères. Et il faut avouer que le confinement mondial n’a fait qu’accélérer ce phénomène nous vivons. Et cela va continuer encore. Nous allons encore être ébranlés et nos repères du monde si je puis dire vont continuer à tomber et pourquoi ? Tout simplement pour que notre boussole spirituelle s’aligne avec les prophéties en direction du ciel. Notre destination n’est pas ce monde mais le Ciel.

Le monde aussi est en train de perdre ses repères, et c’est cela qui va faire qu’il acceptera l’antéchrist lorsqu’il apparaîtra. Et c’est bien normal, étant donné que sa boussole n’est pointée que sur ce monde, sur son « moi-je », le monde a en sa possession une boussole cassée.

Voici une raison de lever la tête : le Millénium

On parle beaucoup de l’Enlèvement de l’Eglise, c’est vrai. Moi y compris. Mais savez-vous que ce n’est pas une finalité ? J’oserais dire, pour grossir le trait, que l’Enlèvement de l’Eglise n’est qu’un bonus. Car oui, ce que nous attendons presque avec impatience ce n’est pas seulement l’Enlèvement mais l’établissement du Royaume de Jésus sur cette terre. Et si vous vous demandez pourquoi lever la tête en direction du Ciel, laissez-moi donc vous donner une idée de qui nous attend.

Après les 7 ans de règne de l’Antéchrist (3 ans et demi ?), c’est Jésus et Son Épouse Fidèle qui régneront sur cette terre. Et contrairement à nos idées reçues, Jésus régnera avec une verge de fer :

Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d’argile, ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père. Apocalypse 2:27

Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône. Apocalypse 12:5

De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. Apocalypse 19:15

Lorsqu’il est dit que Jésus régnera avec une verge de fer, cela veut dire avec l’autorité de Sa justice. Nous vivons un temps de Grâce, mais viendra un temps totalement différent où même les sacrifices reprendront pendant 1000 ans à Jérusalem. Le monde retournera sous la Loi, mais une Loi bien différente que celle que Dieu a donnée à Moïse. Par exemple, si une personne ment la sentence sera immédiate, car plus rien ne pourra être cachée. Car oui, il y aura encore des hommes qui pécheront mais sans tentation du diable car tant qu’ils n’ont pas reçu un corps incorruptible et immortel, c’est-à-dire glorifié, les hommes auront encore en eux une racine du péché. Vous comprenez mieux pourquoi je dis sans cesse qu’on met un peu trop l’accent sur le diable et ses démons lorsqu’il s’agit de péché, pauvre homme victime du vilain satan… Mais l’homme reste libre, ne l’oublions pas.

Ce ne sera pas un règne de terreur, mais simplement un règne de Justice, de paix et d’amour où le diable n’ sa place pour séduire les peuples étant donné qu’il aura été jeté dans l’abîme pendant ces 1000 ans de règne de Christ. Voilà ce que nous dis la Parole au sujet du Millénium :

Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l’abîme, ferma et scella l’entrée au-dessus de lui, afin qu’il ne séduisît plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu’il soit délié pour un peu de temps. Apocalypse 20:1-3

Les saints du Très Haut recevront le royaume, et ils posséderont le royaume éternellement, d’éternité en éternité. Daniel 7 :18 et au verset 27 : Le règne, la domination, et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous les cieux, seront donnés au peuple des saints du Très Haut. Son règne est un règne éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront.

Il arrivera, dans la suite des temps, Que la montagne de la maison de l’Éternel sera fondée sur le sommet des montagnes, Qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, Et que toutes les nations y afflueront. Des peuples s’y rendront en foule, et diront: Venez, et montons à la montagne de l’Éternel, A la maison du Dieu de Jacob, Afin qu’il nous enseigne ses voies, Et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, Et de Jérusalem la parole de l’Éternel. Il sera le juge des nations, L’arbitre d’un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, Et de leurs lances des serpes: Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, Et l’on n’apprendra plus la guerre. Esaïe 2:2-4

L’oeuvre de la justice sera la paix, Et le fruit de la justice le repos et la sécurité pour toujours. Mon peuple demeurera dans le séjour de la paix, Dans des habitations sûres, Dans des asiles tranquilles. Esaïe 32:17-18

Il respirera la crainte de l’Éternel; Il ne jugera point sur l’apparence, Il ne prononcera point sur un ouï-dire. Mais il jugera les pauvres avec équité, Et il prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre; Il frappera la terre de sa parole comme d’une verge, Et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. La justice sera la ceinture de ses flancs, Et la fidélité la ceinture de ses reins. Esaïe 11:3-5

Celui qui voudra être béni dans le pays Voudra l’être par le Dieu de vérité, Et celui qui jurera dans le pays Jurera par le Dieu de vérité; Car les anciennes souffrances seront oubliées, Elles seront cachées à mes yeux. Car je vais créer de nouveaux cieux Et une nouvelle terre; On ne se rappellera plus les choses passées, Elles ne reviendront plus à l’esprit. Réjouissez-vous plutôt et soyez à toujours dans l’allégresse, à cause de ce que je vais créer; Car je vais créer Jérusalem pour l’allégresse, et son peuple pour la joie. Je ferai de Jérusalem mon allégresse, Et de mon peuple ma joie; On n’y entendra plus Le bruit des pleurs et le bruit des cris. Il n’y aura plus ni enfants ni vieillards Qui n’accomplissent leurs jours; Car celui qui mourra à cent ans sera jeune, Et le pécheur âgé de cent ans sera maudit. Ils bâtiront des maisons et les habiteront; Ils planteront des vignes et en mangeront le fruit. Ils ne bâtiront pas des maisons pour qu’un autre les habite, Ils ne planteront pas des vignes pour qu’un autre en mange le fruit; Car les jours de mon peuple seront comme les jours des arbres, Et mes élus jouiront de l’oeuvre de leurs mains. Ils ne travailleront pas en vain, Et ils n’auront pas des enfants pour les voir périr; Car ils formeront une race bénie de l’Éternel, Et leurs enfants seront avec eux. Avant qu’ils m’invoquent, je répondrai; Avant qu’ils aient cessé de parler, j’exaucerai. Le loup et l’agneau paîtront ensemble, Le lion, comme le bœuf, mangera de la paille, Et le serpent aura la poussière pour nourriture. Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte, Dit l’Éternel. Esaïe 65:16-25

Les habitants d’une ville iront à l’autre, en disant: Allons implorer l’Éternel et chercher l’Éternel des armées! Nous irons aussi! Et beaucoup de peuples et de nombreuses nations viendront chercher l’Éternel des armées à Jérusalem et implorer l’Éternel. Ainsi parle l’Éternel des armées: En ces jours-là, dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif par le pan de son vêtement et diront: Nous irons avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous. Zacharie 8:21-23

Ma demeure sera parmi eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Et les nations sauront que je suis l’Éternel, qui sanctifie Israël, lorsque mon sanctuaire sera pour toujours au milieu d’eux. Ezéchiel 37:27-28

Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte ; Car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, Comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. Esaïe 11 :9

Voilà un petit aperçu de ce qui nous attend. Et quelle grâce de savoir que Son Épouse participera à Son Règne vu qu’Elle sera toujours avec Lui, nous serons toujours avec Lui.

Donc si vous vous demandez encore pourquoi lever la tête ? Je dirais simplement regardez juste les promesses que le Seigneur nous a données, en voilà une bonne raison. Et pour ce qui concerne le comment, je dirais simplement de le chercher plus que jamais, de nouer ou renouer une relation personnelle avec le Seigneur, car c’est en cela que nos têtes pourront être relevées, il n’y a pas d’autres solution.

Bien sûr que nous pouvons croire, mais croire ne suffit pas, il nous faut la foi, et cette foi-là, nous pouvons la faire grandir en nous approchant de la Source d’eau vive qui est le Seigneur et de Sa Parole.

En s’appropriant Ses promesses, et en connaissant notre futur qui ne nous n’a pas été caché, comment ne pas lever la tête quand nous voyons ce monde se vautrer toujours plus dans le péché, et dire sans cesse : Viens, Seigneur Jésus viens ! Amen !

Nathaniel. Merci à Thérèse

Un bon disciple selon Jésus, qu’est-ce que c’est ?


Est-ce que le simple fait de croire en Jésus (seulement) fait de nous des chrétiens ? Ou alors est-ce que le simple fait d’aller aux bancs de l’église fait de nous des chrétiens ?

La Parole de Dieu est claire, il existe 2 sortes de disciples. Il y a les bons serviteurs et les serviteurs méchants.

Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ? Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi ! Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens. Mais, si c’est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : Mon maître tarde à venir, s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. Matthieu 24-45 :51

Les serviteurs (disciples) sont également comparés à des vierges comme vous le savez. (Matthieu 25).

Faisons ensemble une petite analyse sur quelques mots de ces passages pour mieux comprendre ce que Jésus veut nous dire.

Un serviteur fidèle : Celui qui a confiance dans les promesses de Dieu. Le mot grec est intimement lié à la foi. En effet, la fidélité vient de « pistos » et la foi vient de « pistis ».

Un serviteur prudent : La prudence, vous vous souvenez sans doute du message de la semaine dernière. La prudence aux yeux de la Parole de Dieu signifie deux choses : l’intelligence et la sagesse. Le même mot « Phronimos » est d’ailleurs utilisé concernant les vierges sages de la parabole des dix vierges.

Un serviteur méchant qui a sa part avec les hypocrites : La méchanceté, je n’ai pas besoin d’un dessin pour vous expliquer ce que c’est. Mais je voulais juste parler ici des hypocrites. Un hypocrite aux Yeux de Dieu c’est une personne qui porte un masque pour se faire bien voir aux yeux des hommes. Donc si un serviteur est méchant, il est hypocrite car en effet ce n’est pas compatible avec la nature de Dieu. Comme le dit si justement Jésus : (Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. Luc 16:13)

Le serviteur méchant fait partie des vierges folles : Le mot « folle » vient du grec « moros » qui veut dire deux choses : « sans Dieu » et « impie » en plus, bien sûr de « folie ». Donc encore une fois, un serviteur méchant, n’est pas serviteur de Jésus. Mais par contre fera croire aux hommes qu’il est disciple de Christ, un chrétien. D’ailleurs c’est intéressant de voir que le mot traduit par « folie » est lié au mot grec « Musterion » que l’on peut traduire par « mystère ». Vous voyez où je veux en venir ? Le mystère, dans la Parole c’est ce qui concerne les plans de Dieu pour Israël et l’humanité.

Jésus nous parle du « mystère du royaume des cieux » (Matthieu 13 : 11), plusieurs passages dans les épitres nous parlent du « Mystère de Dieu » (1 Corinthiens 4 : 1) et pour finir nous voyons un « mystère de l’Enlèvement » (1 Corinthiens 15 : 51) et le « mystère de l’iniquité » (2 Thessaloniciens 2 : 7). Il y a bien sûr plusieurs « mystère » décris dans la Parole.

En grossissant légèrement le trait, je dirais simplement qu’un serviteur méchant est un serviteur qui d’une part n’a pas de foi, ne sert pas Jésus, et cache de manière volontaire la Parole de Dieu dans sa totalité aux peuples. C’est exactement ce que reprochera Jésus au Sanhédrin. Et si j’ai pris deux mystères (dans le paragraphe précédent) ce n’est pas pour rien. Car oui, et c’est pour conclure ce thème, un chrétien qui ne parle pas de l’Enlèvement, qui ne dénonce pas le péché, qui n’avertis pas le monde mais aussi le peuple de Dieu, est tout simplement considéré comme étant un insensé aux Yeux de Dieu. Un chrétien qui parle de l’Enlèvement, c’est parce qu’il aspire à cela. Il aspire à voir Jésus. Il aspire à voir s’établir le règne de Jésus sur la terre. C’est son espérance, sa bienheureuse espérance. Mais pour avoir cette espérance, il faut la foi. D’ailleurs, qu’est-ce que la foi ?

Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.

Hébreux 11:1

Au final, que nous dis Jésus dans le passage de Matthieu 24 que je viens de vous lire ? Qu’un chrétien qui n’attend pas Jésus est un chrétien qui est fou en plus d’être hypocrite. Un chrétien qui n’avertit pas ses semblables idem. Un chrétien qui se tait concernant TOUTE la vérité de la Parole idem. Un chrétien qui fait tout pour être bien vu des hommes c’est pareil. Un chrétien qui ne parle pas des choses actuelles, qui ne s’intéresse pas aux prophéties des temps actuels qui s’accomplit et qui n’avertis pas sur celle qui vont s’accomplir, c’est pareil. Car oui.

Il est intéressant de voir que Jésus fait un parallèle avec nourriture spirituelle et état de cœur des disciples.

Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ?

Matthieu 24 :45

Qu’est-ce que cette nourriture dont parle Jésus ? Et bien vous allez être surpris.

Vous allez peut-être penser que je divague dans le message, mais vous allez comprendre. Lisons

Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs ; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli; j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Les justes lui répondront : Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ? Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli; ou nu, et t’avons-nous vêtu ? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi ? Et le roi leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire; j’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité. Ils répondront aussi : Seigneur, quand t’avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t’avons-nous pas assisté ? Et il leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle.

Matthieu 25:31-46

Ce passage certes un peu long je l’ai mis ici pour une chose : la nourriture.

En effet, comme nous le savons sans doute, se nourrir ne veut pas seulement dire que nous mangeons au sens naturel de la chose, mais se nourrir de la Parole de Dieu. En effet :

L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Matthieu 4:4

Bien entendu Jésus lorsqu’il parle d’avoir nourri ceux qui avait faim, il parle principalement de nourriture naturelle, mais finalement, quand on voit que dans certaines églises on donne plus la nourriture spirituelle nécessaire à avancer, n’est-ce pas une façon affamer le peuple ? C’est une réflexion, à chacun d’y voir ce qu’il veut, mais il faut comprendre que toute parole qui sort de la Bouche de Jésus n’est pas à prendre à la légère.

Et pour finir, et ça je l’ai déjà dit dans certains de mes messages, mais c’est toujours bon à se rappeler.

Un bon et fidèle serviteur aux yeux de Christ, c’est une personne qui s’occupe de la veuve et de l’orphelins. En effet, comme le dit Jacques dans son épitre :

La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde.

Jacques 1:27

La religion, c’est rendre culte à un dieu, adorer un dieu et avoir une crainte d’un dieu.

Donc un chrétien qui ne moque des orphelins et des veuves, c’est comme s’il rendait un culte rempli de souillures à Dieu… Vous pensez que le Seigneur accepte des taches et souillures dans le Saint des Saints ? Une église qui abandonne les pauvres, est une église morte. Une église qui se moque des veuves est une église morte. Mais surtout une église où l’amour n’y est pas. Et encore une fois, il intéressant voir que les temps de la fin verront (et voit déjà) l’amour du plus grand nombre se refroidir…

Pour résumé, un bon disciple c’est un chrétien qui :

Reconnait que Jésus est Dieu (et qu’il l’accepte comme Seigneur et Sauveur personnel), qui a foi en Ses Promesses, qui aime son prochain et qui, s’il est responsable d’un groupe, pasteur ou autres, donne la nourriture spirituelle, qui attend l’Enlèvement, qui avertis des choses à venir, qui s’occupe des orphelins et des veuves, qui aime son prochain.

A contrario, un disciple méchant c’est un chrétien qui :

Accepté Jésus mais sans l’accepter vraiment, peut-être pour faire plaisir. Qui n’a pas la foi, qui lorsqu’il est pasteur ou responsable, est plus intéresser par ce que les gens verront et penseront de lui que par l’annonce de la Parole de Dieu dans toute Sa Vérité, qui se moque des gens qui souffre, voire même qui va s’occuper de la veuve et de l’orphelin mais juste pour être bien vu et pourquoi pas faire quelques adeptes de plus, mais aussi n’hésite pas à affamer le peuple de Dieu de la nourriture de la Parole de Dieu.

Et comme vous le savez sans doute, c’est que les chrétiens (qui n’en porte que le nom mais sans en porter l’essence et l’odeur) hypocrite et méchant, ne seront pas enlevés. C’est aussi simple que ça.

Sachons ceci : le Seigneur hait profondément l’hypocrisie. Et être hypocrite c’est comme être tiède, mais les tièdes seront vomis de Sa Bouche c’est vous dire à quel point Il déteste profondément cela. Et ne pensons pas que l’on peut cacher notre véritable nature devant Son Regard… Il nous connait parfaitement et plus que nous-mêmes.

Je crois en cette parole qui dit : « Et vous verrez de nouveau la différence Entre le juste et le méchant, Entre celui qui sert Dieu Et celui qui ne le sert pas. » Malachie 3 :18

Pour Dieu la gentillesse n’a rien à voir avec ce qu’Il considère comme Juste. Et pour Lui le contraire de la méchanceté ce n’est pas gentillesse mais la justice. Il n’est pas dans cet esprit humaniste qu’on voudrait bien lui prêter. Il est Dieu, pas homme mais Dieu. Et on ne se moque pas Dieu impunément. Quand on sait qu’il existe tant de personnes à l’intérieur du peuple de Dieu qui n’ont que pour but de détruire ceux qui appartiennent à Dieu en leur insufflant des mensonges, des doutes, les affamements de diverses manières, ne pensez que cela restera impunie devant Dieu !

Nous sommes dans un temps où on se moque de Dieu. On se moque de Ses Lois. On se moque de Ses Promesses. On se moque de Lui en voulant l’humanisé, on déforme Ses Propos dans Sa Parole pour que cela soit conforme à nos désirs, notre plaisir. Le péché ne fait que grandir, grandir, grandir. A un tel point où la terre entière chancèle et vacille sous son poids. On se moque de lui dans les gouvernements mais aussi dans les films où le seul but est de le ridiculiser. On a pour but de détruire Israël qui est la prunelle de Ses Yeux, on se moque de Lui constamment, tous les jours et on ricane, ricane et encore et encore. On tue Ses disciples depuis des centaines d’années, on détruit Sa Création jour après jour et on a même le désir de détruire plus que cela, l’univers entier en voulant partir loin. On cherche le bâton pour se faire battre tous les jours, et toujours plus chaque jour et vous pensez vraiment que le Seigneur, ce vieux barbu assis sur son fauteuil comme on l’aime se l’imaginer, n’en a pas marre de tout ça ? Quand le Seigneur envoie des fléaux on lève le point devant lui, on fait part de notre mécontentement, on veut vivre bien, heureux, nous somme si bien avec Lui là-Haut n’est-ce pas ?

Non cela ne durera pas indéfiniment ! Et plus j’avance et plus je comprends la colère de Dieu et moins je suis surpris qu’elle arrive. On aime penser que Dieu est un gros nounours sur qui nous pouvons faire n’importe quoi, comme des enfants capricieux qui balance leur peluche. Nous n’aimons pas le Dieu qui a du feu dans Regard. On aime le Jésus blond, yeux bleus, gentilé comme tous mais nous n’aimons pas le Jésus qui se met en colère. On aime le Jésus qui publie une année de grâce mais on n’aime pas le Jésus qui accomplit un jour de vengeance de notre Dieu.

On fait des guerres pour notre dieu Mamon, on détruit des familles par milliers, par millions. On en fait des esclaves pour notre société. On détruit tout ce que Dieu a fait de bon et parfait pour nous, sans gêne, sans pitié, et on se glorifie de tout cela.

On cache la vérité aux peuples ou alors on ne leur donne qu’une vérité partielle, incomplète pour ne pas choquer parce que notre égo est pour nous plus important que notre éternité.

Vous savez où se trouve la grâce véritable de Dieu ? Rien que dans le fait que nous soyons toujours là. La patience de Dieu envers nous, voilà où se trouve la grâce. Bien entendu il y a toute l’œuvre de la Croix accomplit par Jésus, mais sans sous-estimer cette œuvre si merveilleuse pour nous bien au contraire, je dirais qu’elle est accomplie, alors que la patience elle s’accomplit chaque jour nouveau que nous voyons.

Un serviteur fidèle prend au sérieux Dieu. Un serviteur insensé s’en moque totalement. Et plus nous avançons, plus la séduction grandit, plus la frontière devient fine mais plus visible. Et la question qu’on dois se poser chaque jour est simple : de quel côté je veux me trouver ? Et nous devons ajuster notre position toujours, parce que le diable n’est pas statique, il bouge, il rôde. Avez-vous vu gagner une guerre avec un guerrier assis par terre et attendant que ça se passe ?

Nous sommes en guerre donc nous devons adopter des stratégies de guerres. Cette guerre est spirituelle, nous avons l’arme adéquate : l’épée de la Parole de Dieu.

Un guerrier prend soin de son arme, nous la différence c’est que notre arme prend soin de nous à condition que nous soyons sérieux avec Elle. Et comme j’aime le dire, pas de repos pour les guerriers, ce n’est pas le moment de baisser les armes.

Un bon disciple est armé en conséquence. Et le bon disciple ne se reposera qu’une fois son travail terminé.

Nous n’avons plus le droit de nous louper. Le Seigneur attend de nous que nous soyons debout, pas assis en attendant que ça se passe. Il n’attend pas de nous que nous soyons naïfs que ce soit au niveau de ce qu’il se passe mais aussi concernant notre mission. Et notre mission est simple, parfois déformée mais simple :

Annoncer l’Evangile à toutes les nations. Mais qu’est-ce qu’annoncer l’Evangile ? Parler du fait que Jésus est venue nous rachetés par Sa Mort et Sa Résurrection UNIQUEMENT ? Et bien non ! Quand nous annonçons l’Evangile, nous devons l’annoncer complètement et voilà ce que le véritable évangile est : Jésus vient régner ! On annonce la bonne nouvelle qui est le royaume de Dieu sur la terre. On annonce Son Retour en Gloire. On annonce Sa Victoire ! On annonce le Roi des rois ! C’est cela que nous annonce la Parole de Dieu. Elle ne parle pas seulement du sacrifice de Jésus. On annonce le fait que tous genoux fléchiront devant Lui ! Que tout peuple confesse Son Nom ! Yeshoua ha Mashiah, Jésus le Messie !

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse.

Pour tenir bon, il faut boire à la source


Pensez-vous peut-être que Dieu a changé durant tous ses siècles ? Pensez-vous que nos avancées dans la science, technologiques, médicales ont changé Dieu ? Pensez-vous que la venue de Jésus-Christ, que Sa Mort et Sa Résurrection a changé le plan de Dieu pour nous ? Pensez-vous peut-être tenir bon et ferme face à la séduction sans méditer Sa Parole ?

Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Matthieu 26 :41

Nous connaissons quasiment tous ce verset par cœur. Je me suis fait une réflexion concernant ce verset et les temps que nous vivons et voilà ce qu’il en est ressorti : veillez et priez, c’est ce que nous devons absolument faire si nous ne voulons pas tomber sous la séduction.

Quand Jésus a prononcé ces paroles, c’était pendant cette nuit de terreur qu’Il vivait alors à Gethsémané et elles étaient destinées à Pierre et aux disciples qui était présents avec Lui, mais endormis.

Cette parole est plus précieuse et plus importante à méditer aujourd’hui qu’à n’importe quel autre moment alors que nous vivons une pression hors normes qui ne fait que commencer.

Le mot « tentation » ici vient du grec « Peirasmos » et il possède beaucoup de signification, dont trois qui m’interpelle : « Une épreuve de la fidélité de l’homme, son intégrité, sa vertu, sa constance » ; « Adversité, affliction, malheur : envoyés par Dieu pour éprouver un caractère, la foi, la sainteté » et « Rébellion contre Dieu, moyens par lesquels son pouvoir et sa justice sont mis à l’épreuve, comme si cela était possible ».

Une épreuve de fidélité

Comme dit plus haut, tout chrétien qui connait la Parole de Dieu, connait très bien ce verset, mais on le réduit très souvent juste à la tentation du péché, ce qui est juste mais ce n’est pas tout ce que contient ce verset.

Quand on parle de fidélité, on parle surtout de la Fidélité infaillible de Dieu, mais on oublie peut-être que tout disciple est appelé à être fidèle envers l’Epoux, leur Maitre, Jésus.

Le problème que nous vivons, et personne ne peut le nier, c’est que l’Eglise s’est refroidie, elle est devenue petit à petit moins fidèle à Dieu. C’est ce que l’on appelle l’apostasie.

Mais ce que nous ne devons surtout pas oublier c’est que seule l’Epouse fidèle sera enlevée. Et nous retrouvons dans la Parole tant de versets qui nous le disent.

Dans l’Eglise nous retrouvons 2 types de chrétiens. Il y a ceux qui font partie des vierges sages (avisées) et ceux qui font partie des vierges folles (insensées).

Il faut comprendre que la fidélité envers quelqu’un ne se mesure pas quand tout va bien, mais quand nous passons par des épreuves. Par exemple, vous aurez beau avoir 100 amis les bons jours, mais lorsque vous vivrez une épreuve, seul 1, 2 ou peut-être 3 seront présents et fidèles pour vous soutenir.

Dans tout ce que nous traversons, nous devons prendre conscience que nous vivons, et ce depuis quelques temps déjà, une épreuve de la fidélité que nous avons envers Dieu.

Jésus nous dit :

Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom; mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. Matthieu 10:22

Nous sommes appelés à persévérer sur beaucoup de niveaux : dans la prière (Colossiens 4:2), dans l’amour fraternel (Hébreux 13:1) et dans la foi (Actes 14:22).

Mais parmi l’Eglise il y a ceux qui pensent qu’ils peuvent prier, aimer et avoir la foi, sans communion avec Dieu. Or la Parole nous dit « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. Romains 10:17 ».

Et Christ est : « Parole faite chair » Jean 1:14

L’importance de méditer la Parole de Dieu est grande si nous désirons être fidèle à Dieu.

Le problème c’est que nous ne connaissons pas suffisamment la Parole ou plus grave encore nous la renions en la déformant afin que ce soit Elle qui se soumette à nos désirs, nos plans alors que c’est l’inverse qui devrait être. C’est ainsi que par exemple nous en arrivons à célébrer des mariages gays et ce, dans les églises. C’est ainsi que sur beaucoup de niveaux nous nous sommes conformés aux siècles alors que la Parole nous enseigne à ne pas se conformer au siècle présent, mais à être transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que nous discernions quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. (Romains 12:2)

D’après l’apocalypse de Jean, l’église de la fin des temps, c’est-à-dire nous, correspond à l’église de Laodicée à laquelle le Seigneur dit qu’elle se croit riche alors qu’ aux Yeux de Dieu, de Jésus, elle est pauvre, misérable, aveugle et nue. Bien sûr nous pouvons également nous retrouver dans les 7 lettres aux 7 églises, chacune avec ses défauts et ses qualités que soulignent le Seigneur : vous les trouverez dans les chapitres 2 et 3 de la prophétie de Jean (Apocalypse), nous pouvons donc nous retrouver dans chacune d’elles. Nous préférons sans doute nous retrouvez parmi ceux qui font partie de l’Eglise de Philadelphie, et c’est bien normal car c’est la seule Eglise a qui Jésus ne fait aucun reproche. Mais la réalité est tout autre. L’Eglise dans son ensemble, y compris vous comme moi, est assoupie.

Et alors que le monde se sait plus quoi faire et que les prémices de ses jugements ont commencé, que l’Eglise elle-même est secouée, voilà ce que nous dit Jésus : « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. »

Veillez, veut dire rester attentif, porter une attention stricte aux événements actuels qui manifestent les signes annoncés dans les prophéties pour la fin des temps mais c’est aussi « Faire attention à l’indolence envers les soudaines calamités destructrices qui peuvent survenir soudainement »

En restant très attentif en vue de ce qui se passe, nous sommes plus apte à supporter ce qui peut arriver soudainement. Mais veillez seulement, ce n’est pas suffisant, il faut prier, prier sans cesse. Et qu’elle est la prière de l’Epouse ? « Viens, Seigneur Jésus, viens ! ». (Apoc 22-17 et Apoc 22-20)

Une Epouse qui n’attend pas Son Epoux, l’aime-t-elle réellement ? Plusieurs sont persuadés que oui alors que beaucoup ne l’attendent pas ou plus.

Et le risque est bien là… Si nous n’aspirons pas à la venue de Jésus, nous devenons rebelle à Dieu et nous ne témoignons pas de la foi qu’IL veut trouver à son retour ; n’a-t-il pas dit « lorsque je reviendrai trouverai-je encore la foi ». Or son retour est une promesse certaine et véritable et donc digne de foi.

Le plus gros péché n’est pas celui que l’on croit

Quand on parle de péchés, nous pensons tout de suite à des péchés graves tels que : le meurtre, l’adultère ou que sais-je encore. Or il y en a un qui est ignoré parce qu’il est considéré comme petit par rapport à d’autres : celui du doute. Lorsque l’on doute de la Parole de Dieu, lorsque nous doutons des promesses de Dieu, alors nous péchons contre Lui. Ce péché est plus présent parmi le peuple qu’on le pense et je vais vous expliquer pourquoi :

Le doute a été la ruse utilisée par satan dans le jardin d’Eden pour introduire dans l’esprit de l’homme son propre péché d’orgueil et le détourner ainsi de Dieu lorsqu’il a dit à Eve : es-tu sûre que Dieu a dit ?…

Le doute est le péché par lequel satan a fait chuter nos premiers parents Adam et Eve et comme cela a très bien marché, et bien depuis il continue sans cesse à semer le doute en insufflant dans les pensées des enfants de Dieu des questions comme : « es-tu sûr que Jésus t’a préparé une demeure là haut pour être auprès de Lui pour l’éternité ?… ou es-tu sûr qu’il va venir t’enlever avant l’arrivée de l’antichrist afin de te préserver de la colère de Dieu ? »

Douter c’est remettre en question une vérité, une parole. Et en ce qui concerne la vie chrétienne, le doute c’est l’ennemi de la foi. Si nous ne dénonçons pas nos doutes mais que nous y cédons, c’est alors que nous l’esprit de rébellion va également entrer en nous et tous deux vont grandir de plus en plus à tel point que lorsque Jésus va revenir, il ne trouvera plus la foi en nous. (Luc 18 :8)

Plus nous doutons de Dieu et plus nous devenons rebelle envers LUI, et plus nous devenons rebelle envers Dieu et plus nous allons tomber dans la séduction.

Quand on remet en question la Vérité de Dieu, la Vérité de Sa Parole, on ne peut pas en sortir indemne : car oui :

Le monde rejette de plus en plus Jésus car il est sous l’emprise du malin selon 1 Jean 5-19. Et il le rejettera encore plus par la suite. Jusqu’au point où lorsque l’impie fera son entrée par des miracles et des prodigues beaucoup seront séduits et l’adoreront. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité. C’est ainsi que :

« Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés. » 2 Thessaloniciens 2:10-12

On ne peut pas prendre à la légère cette parole, surtout si nous sommes chrétiens.

Si nous nous éloignons de la vérité, nous tombons sous ce que l’on appelle la séduction.

Et cette séduction agit sous de multiples formes et d’une manière si subtile qu’il serait facile d’y succomber.

Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ! Apocalypse 3 :10-13

Je vais m’attarder sur le premier verset et finir par une petite analyse :

La persévérance dont parle Jésus ici est surtout dirigée vers un but : l’attente. En effet, le mot grec utilisé ici est « hupomone » qui signifie entre autres la constance, la persévérance et même l’endurance. Mais ce terme est également utilisé pour la patience. Une patience qui endure, qui est ferme, persévérante.

Le mot grec traduit par « tentation » est le même que Matthieu 26 :41.

En d’autres termes, Jésus nous dit ici simplement de garder la foi en Sa Promesse, de patienter et d’endurer jusqu’au bout, de persévérer et ainsi Il nous gardera. Parce que cette épreuve sera vécue par tous, l’Eglise compris.

Le monde subit les jugements de Dieu, mais : « Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de Dieu ? » 1 Pierre 4 :17

Ainsi nous comprenons peut-être mieux la parole de Jésus citée dans Matthieu 26 :41. Et sa portée est sans doute plus importante qu’une parole citée dans un moment d’angoisse vécue par Jésus : elle est pour chacun d’entre-nous une parole d’encouragement venant de notre Sauveur merveilleux.

Mais comment pouvons-nous être patients si nous n’aspirons pas à la plus belle des promesses de Jésus qui est son avènement ? Comment et pourquoi persévérer si notre plus grand désir n’est pas de le voir venir dans les airs pour nous enlever de ce monde afin de nous emmener là où il est afin d’être avec LUI pour l’éternité ?

La persévérance et la foi sont liées et voici la plus belle des promesses que Jésus nous a laissée avant de repartir auprès du Père et qui nous motive pleinement à travailler la persévérance et la foi :

« Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. » Jean 14 :1-4

Gardons cette promesse ancrée dans nos cœurs, c’est notre espérance. Ne nous la laissons pas voler par un quelconque doute, un quelconque discours, de quelque manière que ce soit. Jésus est LA VERITE : ce qu’Il dit, Il le fait. Même si c’est dur, et ça l’est : cette promesse est sur le point de se réaliser et bientôt, très bientôt : nous serons avec Lui, après tant d’attentes, après tant de souffrances, après tant d’épreuves, et nous passerons l’éternité dans la présence de notre bien-aimé Sauveur et Seigneur, le Roi des rois ! WAHOU

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse.

Entrez et marchez


Nous vivons dans un monde qui marche dans une direction. Le chemin sur lequel le monde marche est très large et il comporte tant de distractions pour occuper l’esprit des gens et assouvir ses propres désirs. Il est éclairé de mille feux. Un chemin qui est semblable à Time Square. Ce chemin qui parait si beau, se resserre à la fin, la luminosité diminue petit à petit et il mène à bouche grande ouverte qui conduit tous ceux qui sont sur ce chemin vers la mort éternelle.

Lorsque nous acceptons Christ dans nos vies, c’est tout comme si un petit chemin apparait sur le côté de la grande route. Ce chemin est étroit, boueux, ténébreux par endroits, bref c’est un chemin qui ne donne pas très envie de s’y aventurer. Pourtant, à la fin de ce chemin, une vive lumière apparait au fur et mesure que l’on s’y approche et au bout il y a une porte : la Porte du Ciel.

Il y a 2 chemins donc. Ces deux chemins sont mentionnés par Jésus :

« Entrez par la porte étroite ; car large est la porte et spacieux le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. » Matthieu 7 :13-14

C’est intéressant de voir que le mot grec utilisé pour le mot « resserré » est le même que celui employé pour le mot « tribulation » ou « détresse ». Ainsi, nous comprenons mieux pourquoi il y en a peu qui veulent prendre ce chemin, il ne donne pas très envie et pourtant c’est celui-ci qui mène à la vie.

Dans ce message je ne veux pas parler du chemin large, mais du chemin étroit.

Entrer par la porte étroite, ce n’est pas une finalité

On pourrait penser qu’une fois que nous sommes passés par cette porte étroite, nous avons fait le plus gros et que nous n’avons plus qu’à nous mettre en route. Mais ce n’est pas vrai. En réalité, ce n’est que le début. Cette porte s’appelle Jésus mais nous ne devons pas rester à la porte ; il nous faut prendre le chemin qui nous est présenté une fois la porte ouverte ; or il est très facile de faire demi-tour, et de reprendre le chemin que nous connaissons et empruntons depuis toujours. C’est exactement ce que font ceux qui disent « oui » au Seigneur et qui, dès que c’est trop dur, retournent dans le monde, et il y a ceux qui croient être sur ce chemin étroit mais qui marchent à contre-sens de ce que Dieu nous demande car ils ont dit oui à Jésus comme Sauveur mais ne le suivent pas en tant que Seigneur.

On va lire ensemble 2 passages de la Parole, assez long. Ces 2 passages nous montrent comment nous avons à marcher sur ce chemin et ce, jusqu’au bout.

Il n’y a donc aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. (Certains manuscrits ajoutent « et qui marchent non selon la chair, mais selon l’Esprit. » En effet, la loi de l’Esprit de la vie en Jésus-Christ t’a libéré de la loi du péché et de la mort. Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit.

Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’esprit s’affectionnent aux choses de l’esprit. Et l’affection (la pensée) de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection (pensée) de l’esprit, c’est la vie et la paix ; car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.

Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui.

J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous. Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. Et ce n’est pas elle seulement ; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. Car c’est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l’espérance qu’on voit n’est plus espérance : ce qu’on voit, peut-on l’espérer encore ? Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance.

De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.

Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ? Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? selon qu’il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie.

Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.

Romains 8

Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair ; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres. Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres. Je dis donc : Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi.

Galates 5 :13-18

Marcher selon l’Esprit

Comme nous l’avons lu, nous avons à marcher selon la pensée de l’Esprit tout au long de notre parcours. Car oui, nous pouvons être sur le chemin étroit et ne pas marcher selon la pensée de l’Esprit et voilà ce qui se passe dans ce cas.

Imaginez simplement un chemin étroit de forêt. C’est un chemin boueux, vous êtes fatigués de marcher par ce chemin, et puis vous voyez sur le côté une route départementale qui traverse la forêt. Vous allez donc presque courir pour rejoindre cette route mais cette route-là rejoindra, à un moment, ce chemin large : le chemin du monde, le chemin qui mène à la perdition.

On peut se laisser persuader qu’une fois entré sur le chemin de la Vie, c’est fini, on a gagné, mais il n’en est rien du tout. Ce serait beaucoup trop simple n’est-ce pas ?

Non, durant notre parcours qui dure toute une vie si l’on se décide à rester sur le chemin, nous allons avoir beaucoup d’épreuves, de persécutions, de séductions. Et cela va être à nous de rester droit et ferme. Cela ne se pourra que si nous marchons selon la pensée de l’Esprit.

Marcher selon l’Esprit c’est, comme le dit Paul, totalement contre nature pour nous. Notre nature nous pousse à marcher selon notre chair, nos désirs, nos pensées. Et pendant tout notre parcours nous aurons davantage à lutter contre notre propre nature qu’à lutter contre satan. Il y a un dicton qui dit « mon pire ennemi, c’est moi-même ». Lire la Parole, prier, louer le Seigneur, aimez son prochain comme soi-même, c’est contre nature pour nous. Par contre mentir, tricher, coucher à droite et à gauche avec tout et n’importe qui ou quoi, tout en s’adonnant à l’alcool ou à la drogue, à l’adultère, aux jeux d’argent ou encore aux critiques et aux divisions, ça c’est dans notre nature. C’est précisément ce que dit Paul :

Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit. Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres.

Galates 5 :19-26

La persécution vient de la confrontation des règles

Quand nous avons compris cette règle, nous comprenons mieux aussi pourquoi le monde nous rejette. En effet, pour lui, les disciples de Christ sont comme un cancer, une maladie, une anomalie, quelque chose de contre nature pour lui. Et tout comme les anticorps combattent les ennemis dans notre corps physique, les gens du monde qui n’ont pas l’Esprit de Christ pour les diriger rejettent les disciples de Christ qui subissent de leur part des tribulations et des persécutions.

Conclusion

C’est pour cela qu’il ne faut pas être étonné de subir toutes ces pressions. Et si nous marchons véritablement selon la pensée de l’Esprit, nous aurons à subir de plus en plus ces détresses.

On ne peut pas en vouloir au monde de nous faire subir cela, car il n’en est pas conscient, c’est pourquoi il ne fait que combattre ce qu’il considère comme quelque chose de contre nature pour lui étant encore sous l’esprit de rébellion qui caractérise ceux qui ne croient pas en Dieu et en Celui qu’Il a envoyé.

C’est pour cela que nous verrons une double délivrance. La première c’est la délivrance que va vivre l’Epouse de Christ lorsqu’elle sera enlevée au Ciel à la rencontre de l’Epoux, Jésus. Mais le monde sera libéré de nous aussi. Bien entendu, la délivrance que vivra le monde, on ne peut pas l’appeler vraiment ainsi, car ce qui suivra sera terrible pour lui, mais il pensera pendant quelques instants : « enfin ils sont partis, nous sommes tranquilles ».

Si dans quelques domaines de nos vies, nous voyons que la pensée de l’Esprit n’y est pas, alors demandons-là au Seigneur. Parce que c’est Lui qui nous accompagne sur ce chemin, Jésus EST LE CHEMIN et il est toujours présent à nos côtés, dans nos luttes, dans nos peurs, dans nos combats et quand nous chutons Il nous relève car n’oublions jamais qu’il a remporté la victoire à Golgotha et qu’il est VAINQUEUR !

Le problème n’est pas de chuter, le problème c’est de ne pas se relever. Le problème n’est pas d’avoir peur, c’est de rester dans la peur par manque de confiance en l’œuvre accomplie à la croix et en sa victoire. Le Seigneur ne nous juge pas sur le fait que nous ayons chuté, mais Il nous jugera sans doute sur le fait que nous nous complaisions dans cette chute car cela dénote d’un manque de foi, de confiance en son amour pour nous.

Marcher selon la pensée de l’Esprit, c’est difficile, mais pas impossible. Tout comme il existe un code de la route, il existe un code du chemin de la Vie : c’est la Parole. La Parole de Dieu, c’est la Vie. Si nous ne respectons pas le code de la route, nous risquons la mort à tout instant. C’est pareil en ce qui concerne le code du Ciel.

Soyez bénis.

Nathaniel. Merci à Thérèse

L’apostasie et la moisson


Voici la pensée qui m’est venue dans la semaine, pendant un temps de prière : Seigneur, confond-nous. Confond Ton Eglise afin qu’Elle soit comme Tu le désires Toi, afin que les raisonnements que nous avons s’écroulent face à Ta Parole.

Si j’ai fait cette prière, c’est à cause de discours qui commencent à être donner un peu partout. Ce discours est simple : Jésus ne revient pas encore, ce n’est pas encore la fin.

Autant vous dire que je suis en total désaccord avec ce genre de discours. selon moi, ils vont à l’encontre de la Parole de Dieu Elle-même.

Lisons quelques passages, qui nous donnent la preuve A + B que le retour de Jésus est bien proche.

Apostasie

L’apostasie vient du grec « apostasia » qui signifie l’action de s’éloigner, de renier la foi.

Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition.

2 Thessaloniciens 2:3

Mais on peut également parler d’une forme d’apostasie dans ce verset :

Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là.

2 Timothée 3:1-5

Le mot apostasie n’y est pas présent, mais dans le verset nous lisons le mot « reniant ». Ces hommes dont fait mention Paul à Timothée, renient tout ce qui fait la force de l’Eglise : la foi, l’amour, l’espérance : Jésus tout simplement. En effet, dans ce verset, en grec le mot « renier » vient de « Arneomai » qui signifie l’action de renier quelqu’un. Ce même mot est cité dans les passages qui raconte du reniement de Pierre (Matthieu 26 : 72 ; Marc 14 : 70.) Notons au passage que Paul dit bien à Timothée, de s’éloigner de ce genre de personnes. C’est intéressant, car de nos jours on nous incite à nous réunir peut importe si notre fondement principal c’est la Parole de Dieu : Jésus ! Mais la Parole nous dit de sortir de Babylone

Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux.

Apocalypse 18:4

Personne ne peut nier que l’apostasie est quasiment complète. Elle sera présente à 100 % au moment où l’antéchrist se rendra à Jérusalem pour s’asseoir sur le trône dans le nouveau temple et se proclamer être Dieu.

L’apostasie ne concerne pas le monde, mais le peuple de Dieu. En effet, comment une personne peut-elle renier quelqu’un qu’elle n’a jamais connu ? Pour ce qui concerne le monde, c’est de l’iniquité dont il est question.

Il ne faut donc pas être étonné de voir toutes ces dérives, car elles sont décrites dans la Parole. Mais plus encore, ces dérives que nous voyons nous confirment une chose : Le retour de Jésus est proche. Car l’apostasie est bien un des signes de la Fin des Temps.

La moisson

Alors voilà un sujet brûlant. La moisson. Ce fameux grand réveil attendu par quasiment tous les chrétiens.

Pour commencer, je n’ai vu aucun, mais aucun verset mentionnant un quelconque réveil à la Fin des Temps si ce n’est le Réveil de l’Eglise (parabole des 10 vierges). Et j’ai beau chercher, je n’ai rien trouvé. En revanche, la Parole nous décrit un monde qui est surtout prêt à accepter l’arrivée de l’antéchrist. (Passage précédent) +

Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience.

1 Timothée 4:1-2

On peut bien sûr penser à ce verset qui attesterait d’un réveil :

Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes.

Actes 2:17

Mais quand Pierre cite ce verset c’est pour donner une explication à ce qui se passe en ce jour de pentecôte exceptionnelle parmi les juifs présents à Jérusalem qui venaient de toutes nations et qui entendaient tous parler dans leur propre langue ; pour Pierre c’était la réalisation de cette prophétie annoncée par le prophète Joël 800 ans avant Jésus Christ.

Et ce passage qui reprend Joël 3:1-2 ajoute ceci au verset 5:

Alors quiconque invoquera le nom de l’Eternel sera sauvé ; Le salut sera sur la montagne de Sion et à Jérusalem, Comme a dit l’Eternel, Et parmi les réchappés que l’Eternel appellera.

Il ne s’agit pas d’un réveil. Il s’agit tout simplement d’un miracle de Dieu qui poussera ceux qui vivront pendant la grande tribulation à se tourner vers Lui. Ce verset prophétise également la Pentecôte et l’envoi du Saint-Esprit. Mais pour être sauvé, cela viendra de notre décision : l’invoquer ou pas. En d’autres termes, les chrétiens qui sont persuadés d’un grand réveil pensent qu’un jour, une très grande partie du monde, aux travers, sans doute, de diverses épreuves se tournera vers Dieu. Mais alors expliquez-moi quelque chose car si tel est le cas, j’ose le déclarer ainsi : la Parole de Dieu ment.

Un monde qui rejette de plus en plus Jésus et un peuple qui renie Jésus et en même temps un grand réveil ? Comment est-ce possible que ces deux événements cohabitent ensemble ? Ce n’est tout simplement pas logique. Comment un réveil peut-il surgir alors que le Seigneur Lui-même nous dit :

Et parce que l’iniquité sera multipliée, l’amour (Agape) de plusieurs se refroidira.

Matthieu 24:12

Reprenons, nous voyons, d’un côté, un monde dans lequel le péché est de plus en plus présent, visible et accepté, bref à son comble. Nous voyons d’un autre côté un peuple dont l’amour pour Dieu se refroidit et pour lequel il est écrit que plusieurs se trahiront les uns les autres. Et en même temps, vous voulez voir un réveil se produire ? Que nous dit d’autre la Parole ? « C’est à ceci que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. Jean 13:35 » Vous voyez qu’il y a quelque chose d’illogique.

Note supplémentaire: bien sûr nous pouvons prendre Romains 5:20 qui dit:

Or, la loi est intervenue pour que l’offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé

Mais là encore, si nous reprenons ce verset dans le contexte où il a été donné n’a rien à voir avec un réveil où que sais-je, lisons simplement ce passage dans lequel il est présent, et voyez par vous-même:

Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. Or, la loi est intervenue pour que l’offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur.

Fin de note

Je reprends ce mot « Logique » que je vais sans doute utiliser de plus en plus car lorsque nous lisons la Parole de Dieu, nous voyons une certaine logique se dessiner et ce n’est pas surprenant, elle a été écrite par le créateur de l’intelligence. La logique rentre dans le cadre de l’intelligence. Donc le Seigneur qui nous donne des prophéties respecte une logique, Sa Logique, que nous ne comprenons pas toujours, mais elle existe néanmoins. La logique de Dieu ne ressemble pas à un mélange d’eau et d’huile. En d’autres termes l’apostasie ne peut pas cohabiter avec un grand réveil comme l’entendent certains.

En ce qui concerne la moisson à proprement parlé, il y a deux choses à savoir. La première c’est que c’est Jésus qui moissonne ce que les semeurs (chrétiens) ont semés en près de 2000 ans. Et la seconde c’est que la moisson, n’a rien à voir avec réveil. Pour comprendre, la moisson c’est quand on récolte, pas quand on sème. Nous, nous récolterons le fruit de notre travail lorsque nous nous retrouverons au Tribunal de Christ.

Jésus nous parle d’une moisson dans divers passages, mais j’aimerais vous citer un passage bien particulier qui n’est cité que par très peu de chrétiens par manque de connaissance sans doute. Ecoutez bien :

Je regardai, et voici, il y avait une nuée blanche, et sur la nuée était assis quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, ayant sur sa tête une couronne d’or, et dans sa main une faucille tranchante. Et un autre ange sortit du temple, criant d’une voix forte à celui qui était assis sur la nuée : Lance ta faucille, et moissonne; car l’heure de moissonner est venue, car la moisson de la terre est mûre. Et celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre. Et la terre fut moissonnée. Et un autre ange sortit du temple qui est dans le ciel, ayant, lui aussi, une faucille tranchante. Et un autre ange, qui avait autorité sur le feu, sortit de l’autel, et s’adressa d’une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante, disant : Lance ta faucille tranchante, et vendange les grappes de la vigne de la terre; car les raisins de la terre sont mûrs. Et l’ange jeta sa faucille sur la terre. Et il vendangea la vigne de la terre, et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu. Et la cuve fut foulée hors de la ville; et du sang sortit de la cuve, jusqu’aux mors des chevaux, sur une étendue de mille six cents stades.

Apocalypse 14 :14-20

Il y a une moisson et une vendange (qui concerne Israël). Ce qui est intéressant à souligner c’est qu’en ce qui concerne la moisson, elle est réalisée par Jésus Lui-même. Mais ce n’est pas tout. Une sœur m’a fait remarquer quelque chose d’assez surprenant en première lecture : « Et un autre ange sortit du temple, criant d’une voix forte à celui qui était assis sur la nuée : Lance ta faucille, et moissonne ». Un ange parle à Jésus sous une forme impérative, c’est une forme d’ordre qui Lui est donné. Mais finalement je pense avoir compris pourquoi. Jésus obéit toujours au Père. L’ange en question ne fait que rapporter le message du Père. Mais revenons à ce passage.

C’est Jésus qui réalisera la dernière moisson : pas l’Eglise ! Et cette moisson qui est mûre, elle a commencé il y a bien longtemps : quasiment 2000 ans. Ce verset ne s’apparente en aucune façon à un réveil.

Si je vous donne ce message , c’est pour vous encourager à ne pas croire tout ce que l’on entend. Car même si ce sont des pasteurs qui parlent, le dernier mot revient toujours à Dieu.

Il est évident que Jésus est proche de revenir. Et pour s’en rendre compte, il suffit tout simplement de lire la Parole, mais surtout de lire les prophéties qu’Elle contient.

Et pour conclure, j’aimerais rajouter quelque chose que je vous ai déjà dit dans le message « Avançons avec la Parole de Dieu dans une main et le discernement des esprits dans l’autre » Vous connaissez sans doute ce verset :

Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera.

Daniel 12:4

Lisons ce même verset dans les diverses versions et vous comprendrez :

Et toi, Daniel, cache ces paroles et scelle ce livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs le parcourront et la connaissance augmentera. (Ostervald)

Quant à toi, Daniel, tiens ces paroles secrètes et conserve le livre scellé jusqu’au temps de la fin. Alors, beaucoup l’étudieront et verront leur connaissance s’accroître. (Semeur)

Quant à toi, Daniel, tiens ces paroles cachées et marque le livre du sceau du secret jusqu’au moment de la fin! Beaucoup seront perplexes, mais la connaissance augmentera. (Segond 21)

C’est bien de la connaissance de la prophétie qui sera augmentée. Et en fait, elle augmente déjà. Mais ce n’est pas tout. Le mot connaissance vient de l’hébreux « Da`ath » qui signifie entre autres : « Discernement, compréhension, sagesse »

Mais voilà, pour gagner en quelque sorte cette connaissance, il faut chercher ET lire. Car, encore une fois, ce n’est pas pour rien que l’ange dit à Jean dans sa prophétie :

Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche. (Apocalypse 1:3)

Donc vous l’aurez compris, dans un temps de confusion même dans le Corps de Christ au sujet prophétique, il n’y a qu’une chose à faire : prier et lire les prophéties afin d’augmenter son discernement mais également son espérance. Comme je vous l’ai déjà dit, et je vous le répéterai autant que nécessaire, également pour moi-même : nous avons reçu de Dieu un Esprit qui est Intelligence, Sagesse, Force et d’autre qualité qui sont de Dieu, alors tachons de mettre en pratique ce que nous avons reçu de Dieu, parce que si nous nous refusons à mettre en œuvre ceci dans nos vies, c’est comme si nous méprisions le cadeau de Dieu. Si vous avez un doute, cherchez dans la Parole et vérifiez toute chose. Et c’est pour cela, qu’encore une fois, je prie le Seigneur de nous confondre, c’est-à-dire de nous ébranler, afin de faire tomber nos raisonnements humains et que nous puissions avoir une plus grande connaissance de Sa Personne et de Sa Parole. Nous sommes trop souvent nourris à base de théories, de connaissance intellectuelle, de sagesse humaine, mais où se trouve la véritable connaissance ?

La foi vient de ce que l’on entend, et ce que l’on entend vient de la Parole de Dieu.

Romains 10 :17

Mais voici une dernière preuve qui nous montre qu’il n’y aura pas de grand réveil, et que l’apostasie régnera de plus bel lors de la venue de Jésus :

Lorsque le Fils de l’Homme reviendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

Luc 18 :8

Quand nous mettons les prophéties bout à bout, il est évident que nous sommes dans ces temps là, mais cela ne date pas d’hier…. ça a débuté en 1948.

Maintenant, je vous soumets une interprétation possible concernant le Retour de Christ Sachant que ce n’est qu’une interprétation parmi d’autres.

Sachant qu’une génération dans la Bible va de 70 ans jusqu’à 80 ans, « La durée de notre vie s’élève à 70 ans, et pour les plus robustes à 80 ans, mais l’orgueil qu’ils en tirent n’est que peine et misère, car le temps passe vite et nous nous envolons. Psaumes 90:10 ».

Sachant donc que cette année 2020 nous avons fêté le 72ème anniversaire de l’Etat d’Israël qui marque le début de la dernière génération dont parle Jésus dans le verset suivant

« Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive. » (Matthieu 24:34)

Sachant que Jésus ne nous a jamais dit que nous ne connaîtrions pas la saison de Son Retour, ni même l’année, ni même le mois, ni même la semaine mais que seuls le jour et l’heure sont connus du Père

« Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, non pas même les anges du ciel, mais mon Père seul. » Matthieu 24 :36 

Sachant aussi que les prophéties nous sont données pour d’une part avertir, exhorter et enseigner mais aussi de ne pas nous laisser orphelin.

Sachant donc que tous les signes sont visibles maintenant et que les actualités jours après jours nous le prouvent.

Sachant que l’apostasie grandit dans le peuple de Dieu, Sachant qu’Israël est bien là et j’en passe et des meilleurs alors….

On peut se risquer à penser que Jésus revient dans au maximum 8 ans. 72 + 8 = 80 ans. Mais l’Enlèvement lui, il peut se produire même dans moins d’un an si l’on part du principe que dans les 8 dernières années se produira la Grande Tribulation qui dure 7 ans.. Et c’est possible, car encore une fois les signes eux, ne trompent pas….

Bien entendu, je ne veux pas donner une date, ce n’est pas le but, mais je veux, une fois de plus vous montrer qu’en regardant les signes et en connaissant la Parole de Dieu on peut être sûr que Jésus revient chercher Son Épouse très bientôt. A chacun de de suivre cette piste si elle lui parle ou de m’en soumettre une autre selon la Parole. Finalement que ce soit dans 1 an, 8 ans, 20 ans ou que sais-je, peu importe, Dieu est et restera souverain de Son Calendrier et de Son Compte à rebours qu’IL a lancé. Ce compte à rebours ne s’arrêtera pas, et il ne sera pas retardé. Ce compte à rebours existe, comme tous les comptes à rebours qui ont été mis en place dans l’histoire et que nous retrouvons dans la Parole. Il n’y aucun hasard à ce qui se passe, donc ne soyons pas surpris et patientons.

Nathaniel. Merci à Thérèse.

Tenir bon, un combat de chaque instant


Je ne sais pas pour vous, mais je suis fatigué. Je suis fatigué de voir le monde s’engloutir de plus en plus. Je suis fatigué de parler, parler, parler pour ne recevoir comme réponse que mépris. Je suis fatigué du monde mais plus encore je suis fatigué du combat que nous vivons tous : tenir bon.

Quand le Seigneur nous parle de persévérance, Il n’a jamais dit que cela serait facile. Et pour moi, je crois que tous ce que nous vivons, tout ce que nous voyons se préparer dans le monde, ne fait que m’encourager à continuer à tenir bon car le Seigneur revient. Mais parfois je me dis  » mais pourquoi ? Pourquoi continuer alors que visiblement pour la majorité tout va pour le mieux ? Même pour les chrétiens, ils sont en grande majorité tellement impatient de retourner dans leur église« . Quand je vois le monde, je vois un monde qui n’a pas appris la leçon, un monde qui a décidé que rien ne s’était produit. Un monde qui pense que cela finira par s’arranger. Et pourtant, dans un même temps, je vois ce monde avoir peur de l’autre. Cette peur qui engendre la méfiance, la défiance et parfois la haine de l’autre. Je vois tout ce monde et je me dis que si un chrétien ne voit pas quelque chose de louche, alors moi, je dois avoir des hallucinations. Quand je vois tout ceci, je me dis aussi que si un chrétien vit ceci très bien, sans aucune difficulté, je me dis juste qu’il est, oui j’ose le dire, un hypocrite.

Vous vous rappelez sans doute il y a quelques semaines, je vous avais parler d’un message dans lequel le pasteur disait que le Seigneur allait faire en sorte que le séjour sur cette terre allait être de plus en plus désagréable pour l’Eglise. Et bien je le crois. Je le crois non pas parce qu’un pasteur le dit, mais tout simplement parce que je le vis.

Quand on a vécu le confinement, on en a profité pour témoigner à nos amis, nos familles. L’Eglise 2.0 s’est levée, Elle a prêché H24 sur Internet. Elle a eu une visibilité sur Internet comme jamais auparavant et pourtant je vois tout ça comme un pétard mouillé. Pourquoi ? Parce que si nous pensons l’homme assez droit dans son cœur pour ne pas retomber dans ses travers une fois la tempête passée, on se leurre.

Bien entendu, il y a eu des conversions, je le crois. Bien sûr que le Seigneur a opéré des miracles partout dans le monde, mais bien que je sois chrétien, je ne suis pas naïf. Je sais que beaucoup, si ce n’est pas la majorité sont venus, se sont approchés de Dieu par intérêt, par peur du Covid-19, par peur de mourir. Et qu’est-ce qui me fait dire cela ? Ce que j’ai dit plus haut : le monde a repris comme si rien ne s’était passé. Et c’est pour cette raison que oui, il y a aura plusieurs vagues.

Ce ne seront pas que des vagues épidémiologiques que nous allons vivre, mais des vagues de crash économique, de crises sociales, de désordre comme jamais on n’a vécu jusqu’ici. Et tout cela arrive parce que le Seigneur le permet afin que le plus grand nombre réponde à Son Appel.

Vous savez, je me rends compte au fil de mes sorties à l’extérieur, au fil des discussions que je peux avoir, au fil des actualités du jour, que le monde est déjà prêt à accepté l’antéchrist. Et c’est ça le pire dans l’histoire. Le combat agit principalement à ce niveau, parce que l’on se dit qu’il en reste encore à faire entrer dans la bergerie, mais en même temps on se rend compte qu’il en reste si peu, si peu encore. Alors on en arrive à se fatiguer soi-même. On en arrive à devenir un peu naïf lorsqu’une personne déclare qu’elle donne sa vie au Seigneur alors qu’au final rien ne change dans sa vie.

Le Seigneur dans Sa Parole nous donne l’image de Sa Parole, justement, c’est l’épée. Mais vous savez, je crois que nous avons plus souvent une épée dans la main que nous secouons dans le vide alors qu’elle devrait nous aider à ôter les œuvres mortes de nos vies selon Hébreux 4:12

Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur.

Cependant il y a un grand risque à devenir naïf, c’est que cela nous mène sur la route de l’apostat. On en arrive a déclarer des mensonges pour se faire accepter du monde, remplir un groupe et même remplir son portefeuille, tant qu’à faire. Cette apostasie que Paul a prédite, elle est là et bien là et celui qui ne la voit pas c’est parce qu’il est devenu aveugle ?

Pendant des siècles, on se réjouissait d’être différent du monde, mais maintenant nous sommes dans ce combat entre cette réjouissance qui est toujours présente à cause de la Parole de Dieu, à cause de Ses Promesses, mais on en souffre de plus en plus. Cette souffrance est accentuée par le fait que nous voyons même certains de nos frères et sœurs tomber comme des mouches et vous savez quoi ? Je me dis si eux tombent, alors moi aussi je peux tomber. Je ne suis pas meilleur qu’eux. Alors nous avons cette triple peine si j’ose dire à vivre au quotidien. En tout cas, moi je la vis.

Je comprends mieux cette parole de Paul qui dit :

Car pour moi, la vie c’est le Christ, et la mort est un gain.

Philippiens 1:21

Je comprends cette parole de Jésus tellement puissante :

Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.

Matthieu 16:24

On a peut-être trop utilisé ces versets sans comprendre leur véritable sens et sans en mesurer l’impact.

Et le combat que nous vivons est aussi terrible que nous n’en sommes très certainement qu’au début et de savoir qu’encore une fois d’autre sont déjà tombés, qui dit que moi je ne peux pas tomber aussi ? Bien sûr que j’ai mis ma confiance en Dieu, bien sûr que je crois en tout ce que déclare la Parole de Dieu. Bien sûr que j’attend l’Epoux, Jésus. Mais la question que je me pose c’est jusqu’à quel point ?

Parce qu’encore une fois, je vais prendre la Parabole des dix vierges, les cinq vierges folles attendaient aussi l’Epoux, donc elles le connaissaient, donc elles avaient sans doute mis leur foi en Lui, et pourtant… Et pourtant.

Je ne suis pas fou pour me dire que je suis meilleur qu’elles. Je ne suis pas assez fou pour me prétendre faisant partie des vierges sages, car au final, c’est le Seigneur Lui-même qui en sera Juge.

Pensez-vous peut-être que le diable ne connait pas le combat que doit livrer l’Epouse de Christ ? Il le connait très bien et croyez-moi, il est le sur le champ de bataille prêt à en découdre.

On s’est laissé dire que la Grâce était simple, mais non, elle a un prix. La Grâce de Dieu a eu un prix, c’est la Croix. On s’est laissé dire que Dieu n’était qu’Amour sans prendre conscience de Sa Justice. Et bien que nous vivions dans ce temps de Grâce, plus j’avance et plus j’en arrive à craindre Dieu, parce que devant Lui je ne suis rien. Et si Lui ne me soutient pas, je tombe.

Ce qui me fait le plus peur dans ce qui arrive ce ne sont pas les évènements. C’est l’idée qu’à n’importe quel moment, si je lâche la main du Seigneur ne serait-ce qu’une seconde, je tombe.

C’est à nous de tenir bon, pas au Seigneur. Ne croyons surtout pas que nous sommes appelés à attendre Son Retour en dansant et en chantant. Pas du tout. Nous sommes appelés à l’attendre pendant que dans le monde, dans lequel nous sommes toujours, la nuit est déjà tombée, prête à engloutir. Ca c’est la réalité. Ne soyons pas naïfs sur ce qu’il se passe dans le monde mais aussi sur nos propres vies. Ne nous pensons pas plus haut, plus fort et plus blanc que les autres. Mais surtout, soyons prêts à endurer des souffrances terribles. Vous savez, pendant des années, on a pensé que la persécution des premiers chrétiens allait reprendre, à savoir un massacre à grande échelle, mais en fait il est question d’une persécution beaucoup plus subtile que ça et c’est pour cette raison que beaucoup ne la voit pas venir. N’allez pas penser que nous sommes tous condamnés à être mis en prison, tués, torturés et autre horreur sans nom, mais nous allons vivre des moments vraiment très dur et vous savez pourquoi ? Parce que le Seigneur veut savoir jusqu’à quel point nous lui sommes fidèle !

Ce n’est pas parce que nous évangélisons, que nous prêchons la Parole, que nous avertissons, louons, prions et faisons d’autres activités bibliques que nous sommes fidèles au Seigneur. La fidélité au Seigneur se mesure au fait que jusqu’à quel point nous serons prêts à mourir à nous-mêmes pour Lui, tout comme Lui est mort pour nous. Ne croyons pas que, voilà Jésus est veni vidi vici et nous, nous avons juste à dire un petit oui et basta, la porte du Ciel est grande ouverte. Et pourtant, si je reprends la Parole du Seigneur, si on ne porte pas notre croix, on ne peut pas le suivre.

On prend souvent ce verset, mais vous savez, qu’avant de porter Sa Croix, Jésus a souffert le martyr avant même Son arrestation ? Car oui, on ne peut pas prendre sa croix comme un beau coq, en sautillant partout, non. Il y aura toujours de la souffrance avant, pendant et même lors de la crucifixion. Si nous ne vivons pas l’angoisse, nous sommes menteurs. Si nous n’avons pas peur, nous sommes menteurs. Prendre sa croix, c’est un prix à payer, mais ce prix-là, on n’en parle pas de peur de choquer, mais je suis désolé, c’est ce que dit la Parole. Je ne veux pas prendre une portion seulement de la Parole de Dieu, l’arranger à ma sauce pour la servir afin de faire des adeptes, je veux porter la vérité de l’Evangile, et toute la Vérité. Et comme le dicton le dit si bien : la vérité blesse, la vérité dérange.

Ne nous mentons pas, soyons sérieux avec nous-même déjà. Parce que si nous nous mentons à nous-même alors nous sommes prêts à mentir au Seigneur. Si nous ne sommes pas sérieux avec nous-mêmes, alors comment voulez-vous que nous soyons sérieux avec Dieu ?

Pour finir sur une note un peu plus joyeuse, je dirais simplement ceci : Jésus nous a promis qu’Il serait avec nous tous les jours, donc Il est là. Et à la vue de la vitesse folle à laquelle vont les événements, il n’est pas dangereux de déclarer qu’il ne nous reste plus beaucoup de temps encore à attendre. Gardons toujours cette foi et cette espérance, parce que si nous la perdons, alors c’est fini.

Soyez bénis.

Nathaniel – Merci à Thérèse.

Avançons avec la Parole de Dieu dans une main et le discernement des esprits dans l’autre


Gardez-vous des faux-prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs.

Matthieu 7 :15

Comme je l’ai souvent dit dans mes divers partages, Jésus nous invite à prendre garde avant toute chose. Prendre garde face à la séduction mais également face aux faux docteurs, aux faux pasteurs, aux faux évangélistes… aux faux-christs ou pour être plus direct, aux antichrists.

Actuellement nous vivons dans un temps spécial dans lequel nous nous retrouvons un peu face à nous même, avec Dieu bien sûr, mais bien trop souvent face à nos écrans.

Sur Internet, nous voyons de plus en plus de faux-prophètes surgirent et ils sont nombreux. Ils enseignent absolument tout et son contraire, annoncent des choses qui sont contraire à la Parole de Dieu, partagent avec leurs auditeurs des doutes, des incertitudes, et ce qui est le plus triste c’est que beaucoup tombent dans le piège. Mais pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas ou pas assez de discernement.

Le discernement est une arme de protection contre toutes les fausses doctrines, contre tout ce qui ne vient pas de Dieu et c’est pour cette raison que le Seigneur nous l’accorde si nous lui en faisons la demande. Je me souviens que dès ma conversion en 2009, ma famille d’accueil m’a dit une chose que je n’ai jamais oubliée : « demande au Saint-Esprit le discernement, c’est le plus important » et c’est ce que j’ai immédiatement fait en plus de demander le don d’avoir des songes et des visions et le Seigneur me l’a accordé.

Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

Jean 14 :14

Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé.

Jean 15 :7

Le Seigneur m’a amené à croiser et à côtoyer des faux prophètes, des faux docteurs, et je ne le remercierai jamais assez pour m’avoir montré leur véritable nature à la seconde même où j’ai croisé leur regard. Cela m’a aidé afin de ne pas tomber et c’est un enseignement pour ma vie. Oui le discernement des esprits est important et je dirai même que dans les temps dans lesquels nous vivons, avec tout ce qui peut être lu, entendu et vu, je crois que le discernement est une arme efficace mais surtout absolument nécessaire. En cela, les Béréens nous en montrent un excellent exemple que nous devrions suivre avec attention ; voici ce que le livre des Actes nous en dit :

Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique ; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures pour voir si ce qu’on leur disait était exact.

Actes 17 :11

Ecoutons encore Salomon nous dire ce qu’il pense du discernement dans le livre des proverbes:

Le discernement est une source de vie pour celui qui le possède

Proverbes 16 :22

Comment avoir du discernement ? Déjà, il faut le demander au Père qui est sur Son Trône, et croyez que vous l’avez reçu, mettez votre foi (votre confiance) en action. Mais il y a une chose qu’il faut savoir : on ne peut pas avoir du discernement si on ne lit pas Sa Parole ! Car oui, il faut toujours, toujours et encore toujours vérifier dans la Parole si ce que nous entendons est juste.

Pour cela il faut avoir l’amour de La Vérité qui s’appelle Jésus Christ, croire que Sa Parole est la Vérité et la connaître car c’est la seule façon pour nous d’éprouver les prophéties et les différents enseignements qui nous sont présentés à profusion actuellement. C’est en connaissant le vrai que l’on peut discerner le faux ; c’est en aimant et en serrant la Vérité sur notre cœur que nous pourrons discerner ce qui vient de Dieu de ce qui vient du malin car le discernement des esprits fait partie des dons qui nous sont donnés par le Saint Esprit et qui sont énoncés dans 1 Corinthiens 7 à 10

Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. En effet, à l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse…. à un autre, le discernement des esprits…

Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui et nous ferons notre demeure chez lui.

Jean 14 :23

Ce message, je l’ai reçu après avoir regardé une vidéo avec une sœur, vidéo dans laquelle régnaient une confusion, des mélanges, et tout ce qui ne faut pas faire et dire lorsque l’on parle des sujets prophétiques. La question que je me pose en écoutant ceci, c’est comment réagissent les chrétiens qui commencent doucement à se réveiller et qui regardent ce genre de vidéo qui n’édifie pas mais amène plutôt la confusion et le doute. Nous devons être particulièrement vigilants d’autant plus que le Seigneur nous a prévenus de ces choses pour la fin des temps parce que le risque de tomber dans le piège est grand, très grand et ne nous croyons pas intouchable et invincible car ce n’est qu’en mettant notre foi (même mot que confiance) en Dieu, en Sa Parole, en Jésus-Christ et en Ses Promesses que nous pourrons devenir des vainqueurs.

Le Seigneur permet aussi ce temps de réflexion et de mise à part afin de nous déformater de toutes les doctrines et traditions humaines dans lesquelles nous avons baignés au fur et à mesure de l’édification de l’église au cours de ces 2000 ans passés, pour nous reformater selon Ses préceptes et Sa Parole car si nous ne sommes pas enracinés dans Sa Parole nous ne serons pas affermis et nous serons emportés à tout vents de doctrines qui est la plus grande des séductions actuelles surtout celle de l’oecuménisme.

C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu afin de pouvoir résister dans le mauvais jour et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture (La Parole de Dieu), revêtez la cuirasse de la Justice : mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’évangile de paix : prenez par-dessus tout le bouclier de la foi (la confiance en la Parole de Dieu, en Dieu et en Ses Promesses) avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin, prenez aussi le casque du salut et l’épée de l’Esprit qui est la Parole de Dieu.

Ephésiens 6 :13-17

Dans Daniel 12 :4, il est écrit ceci :

Quant à toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Une multitude alors cherchera et la connaissance augmentera.

De quelle connaissance Dieu parle-t-il ? De la connaissance scientifique comme on nous l’a tant enseigné ? Et bien non ! Le mot connaissance vient de l’hébreux da’ath qui veut dire: la perception, le discernement, la compréhension, la sagesse. C’est le même mot qui est utilisé dans le verset 9 du chapitre 2 de la Genèse :

L’Eternel Dieu fît pousser des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Ou alors dans Nombres 24 :16 qui dit ceci :

Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, de celui qui connait les desseins du Très-Hauts, de celui qui voit la vision du Tout-Puissant, de celui qui se prosterne et dont les yeux s’ouvrent.

Dans ces temps de la fin que nous vivons nous devons apprendre plus que jamais à penser comme Dieu pense pour comprendre Ses plans car contrairement à ce que nous pourrions croire, Ses Plans ne sont pas secrets. Le Seigneur révèle Ses Secrets à ses serviteurs les prophètes avant d’accomplir Ses Desseins comme le dit Amos 3 :7 mais n’oublions jamais que Ses plans n’ont rien à voir avec les plans humains et Ses pensées ne sont pas les pensées des hommes même s’ils sont de « bonne volonté » car si leur volonté n’est pas de faire la Volonté de Dieu ils ne feront pas partie de Ses plans. c’est pourquoi lorsque nous lisons Sa Parole étudions sa façon de penser, sa façon de poser des questions ou encore sa façon de répondre aux questions et ainsi nous commencerons à être conformes à Jésus Christ.

En d’autres termes, Daniel 12 :4 nous dit que dans les temps de la fin il y aura une soif prophétique qui sera visible et ainsi le Seigneur retirera au fur et à mesure le sceau prophétique de Sa Parole afin que nous puissions entrer davantage dans la profondeur de Ses révélations. Mais pour cela nous avons besoin de discernement.

J’aimerais vous demander une chose : avons-nous encore le temps de théoriser des plans ? Avons-nous encore du temps à perdre alors que la nuit tombe ?

Prenons garde à tout ce que nous écoutons, lisons, et lorsque nous avons un quelconque doute ou si nous voulons avoir l’assurance que ce qui vient d’être dit est la vérité, alors ouvrons la Parole de Dieu et demandons au Saint-Esprit de nous enseigner. Mais ne tombons pas dans le piège de l’ennemi.

Prenons garde, plus que jamais. Ayons vraiment le discernement pour connaitre ce qui vient de Dieu et ce qui vient du diable. Parce que le diable lui, il se déchaine sachant qu’il a peu de temps et sa technique pour nous tromper n’a pas changé : une moitié de vérité suivie d’un mensonge car n’oublions pas que lui, il connait la Parole de Dieu car il a vécu un temps auprès de Dieu avant de chuter et d’en être chassé. Alors, si nous nous attendons à l’Enlèvement, sachons aussi reconnaitre qu’il nous reste peu de temps, donc redoublons d’effort. Rappelons-nous de ce que Jésus nous a dit :

Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé et ce sont les violents qui s’en emparent.

Matthieu 11 :12

Cette violence, c’est cette persévérance d’Apocalypse 14 :12 :

C’est ici la persévérance des saints qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.

Et pour conclure, rappelons-nous cette promesse de Jésus :

Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre.

Apocalypse 3 :10

Soyez bénis.

Merci à Thérèse

Nathaniel.