Un cirque au Vatican


Le pape François a invité un cirque effrayant avec des femmes peu vêtues dansant de manière érotique à se produire dans la salle d’audience du Vatican, cette salle en forme de reptile.

A l’issue de l’audience générale, les artistes de « l’Aqua Circus » offrent un spectacle pour le pape et les pèlerins. Le pape François a participé au spectacle en lançant un cerceau à l’un des acrobates. Ce cirque se présente comme « la réplique européenne du Cirque du Soleil ». Son show se veut un plaidoyer pour la défense de l’environnement. Les artistes racontent l’histoire d’une sirène et d’un homme sous la mer qui luttent contre la contamination de l’océan.

L’Église catholique romaine a toujours eu un penchant pour les choses qui sont bizarres, effrayantes, sombres, étranges et décalées. Saviez-vous que chaque église catholique romaine possède une « relique » d’un « saint » catholique intégrée à l’autel ? Savez-vous ce qu’est une relique ? C’est une partie du corps. C’est bizarre, effrayant et sinistre, non ? La Bible appelle ce type de comportement « nécrophilie », ou « nécromancie », et il est interdit dans les deux Testaments. Le Vatican aime les choses mortes, et les choses effrayantes, et les choses perverses. Des choses comme le cirque que le pape François a invité à la salle d’audience reptilienne le 8 janvier 2020.

Abstenez-vous de toute apparence de mal. (1 Thessaloniciens 5:22)

Comme vous le verrez dans la vidéo ci-dessous, ce cirque est un véritable cauchemar, avec des artistes flippants qui font des choses effrayantes. Mais comme il s’agit du Vatican, on peut s’attendre à ce qu’il soit aussi érotique, et c’est certainement le cas. Vous ne pouvez pas inventer ce genre de choses, les gens, et la vérité sur l’Église catholique romaine est toujours plus sauvage que la fiction. En parlant de folie, après la vidéo, prenez un moment pour lire un article sur la salle des reptiles du Vatican où se déroulent toutes ces horreurs et perversions.

Pourquoi le bâtiment de la salle d’audience papale au Vatican a-t-il été construit en forme de reptile géant ?

C’est dans ce bâtiment que le pape François a regardé le cirque effrayant se produire. Il s’agit du bâtiment de la salle d’audience papale et, comme vous pouvez le voir, le bâtiment, à l’intérieur comme à l’extérieur, a la forme d’un serpent géant. Regardez l’image ci-dessous et comparez sa forme à celle d’un serpent à côté. Notez la forme générale – dos large, devant étroit et arrondi, yeux au milieu, narine à l’avant et sommet incurvé. Ainsi, même de l’extérieur et vu du ciel, l’ensemble du bâtiment est un véritable symbole de la tête d’un serpent.

Lorsque l’on regarde le bâtiment de l’intérieur, la ressemblance avec un reptile est frappante.

Mais ce c’est pas le plus bizarre, juste derrière le trône du pape, ils ont installé une statue créée par Pericle Fazzini en 1977 qui prétend montrer Jésus-Christ se relevant d’une « apocalypse atomique » et cherchant le monde entier comme dans une scène du film de zombies « Night Of The Living Dead ». Et si vous regardez attentivement le sommet de la tête de « Jésus », vous verrez quelque chose de très intéressant.

Dans la Bible, Satan est représenté comme un reptile qui aura une guerre à venir avec le roi Jésus lors de la bataille d’Armageddon au second avènement. L’Apocalypse nous montre que le serpent de la Genèse a eu une « amélioration » en cours de route et qu’il est maintenant un dragon géant à plusieurs têtes rouges, bien qu’il soit toujours un reptile.

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Le pape François « activera » le Nouvel Ordre Mondial le 14 mai 2020


Note de SENTINELLE SAPS du 9 mai 2019: Suite à la pandémie du Covid-19, l’événement a été reporté à cet automne. Je voulais faire cette mise à jour plus tôt, mais j’ai oublié ^^.

72 ans jour pour jour après la création de l’état d’Israël le pape active son pacte mondial!

Dans un message en date du 12 septembre 2019, la pape François a annoncé avoir pris l’initiative d’une rencontre le 14 mai 2020 à Rome. Un événement qu’il souhaite international. Une initiative qui s’enracine dans son encyclique sur la sauvegarde de la maison commune, Laudato si’, et le document sur la fraternité signé avec le grand imam d’Al-Azhar à Abu Dhabi, le 4 février 2019.

Extrait du discours du pape dans cette vidéo: J’ai organisé un ÉVÉNEMENT MONDIAL qui se tiendra le 14 mai 2020 à Rome… il y a URGENCE…nous devons faire naître une ALLIANCE éducative…nous devons tous ensemble construire un VILLAGE GLOBAL…j’ai SIGNE un document avec le grand-IMAN d’Al-Azar…Nous devons faire en sorte que ce village unisse la famille et la société civile, politique, commerciale…et que naisse une convergence globale pour une alliance entre les habitants de la terre…et que cela soit une occasion de dialogue ENTRE LES RELIGIONS…un VILLAGE UNIVERSEL..nous devons éduquer la conscience….il est nécessaire de trouver un autre SYSTÈME économique, politique, la croissance et le progrès. Pour cela je désire vous rencontrer à Rome pour ACTIVER CE PACTE…

 

Le Vatican publie un nouveau livre réduisant le «péché de Sodome» au «manque d’hospitalité» et non à l’homosexualité


Dans ce que plusieurs voient comme un effort pour normaliser l’homosexualité dans l’Église catholique, le Vatican a publié un nouveau livre qui réduit le « péché de Sodome » (Genèse 19:1-29) à « un manque d’hospitalité ».

« L’histoire de la ville de Sodome … illustre un péché qui consiste dans le manque d’hospitalité, avec l’hostilité et la violence envers l’étranger, un comportement jugé très grave et donc méritant d’être sanctionné avec la plus grande sévérité », affirme le nouveau livre.

Les sources consultées par LifeSite ont décrit le traitement du péché de Sodome dans le livre comme étant  » d’une banalité totale  » et  » évidemment ridicule « . Un théologien s’est exclamé : « Dieu merci, ce truc n’est pas magistral. »

Le nouveau volume, intitulé Qu’est-ce que l’homme ? Un itinéraire d’anthropologie biblique (Che cosa è l’uomo ? Un itinerario di antropologia biblica), a été publié le 16 décembre par la Commission Biblique Pontificale (CBP) et s’efforce d’examiner la compréhension scripturaire de la personne humaine. Le père jésuite Pietro Bovati, secrétaire de la Commission biblique pontificale, a déclaré que ce travail a été réalisé à la demande expresse du pape François.

Préfacé par le Cardinal Luis Ladaria, S.J., préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et président de la Commission Biblique Pontificale, le volume est composé de quatre chapitres : L’être humain créé par Dieu (ch. 1) ; L’être humain dans le jardin (ch. 2) ; La famille humaine (ch. 3) ; et l’être humain dans l’histoire (ch. 4).

Le traitement de l’homosexualité, qui s’étend sur dix pages, se trouve au chapitre trois, dans une section intitulée  » Les voies de la transgression  » qui comprend également l’inceste, l’adultère et la prostitution.

Le traitement de l’homosexualité commence par l’affirmation que  » l’institution du mariage, constituée par la relation stable entre mari et femme, est constamment présentée comme évidente et normative à travers toute la tradition biblique « . Il n’y a pas d’exemples d' »unions » légalement reconnues entre personnes du même sexe ».

La commission note ensuite l’émergence, en particulier en Occident, de  » voix dissidentes  » en ce qui concerne  » l’approche anthropologique de l’Écriture, telle qu’elle est comprise et véhiculée par l’Église dans ses aspects normatifs « .

Les auteurs continuent :

Tout ceci est jugé comme le reflet d’une mentalité archaïque, conditionnée par l’histoire. Nous savons que diverses affirmations bibliques, dans les domaines cosmologique, biologique et sociologique, ont été progressivement considérées comme dépassées avec l’affirmation progressive des sciences naturelles et humaines ; de même – en déduisent certains – une compréhension nouvelle et plus adéquate de la personne humaine impose une réserve radicale sur la valeur exclusive des unions hétérosexuelles, en faveur d’une acceptation similaire de l’homosexualité et des unions homosexuelles comme une expression légitime et digne de l’être humain. De plus – on le prétend parfois – la Bible ne dit rien ou presque sur ce type de relation érotique, qui ne devrait donc pas être condamnée, aussi parce qu’elle est souvent indûment confondue avec d’autres comportements sexuels aberrants. Il semble donc nécessaire d’examiner les passages de la Sainte Écriture dans lesquels le problème homosexuel fait l’objet de l’homosexualité, en particulier ceux dans lesquels il est dénoncé et critiqué.

Ce paragraphe a été mal cité dans les médias pour donner l’impression que la PBC endosse des positions dont elle ne fait que constater l’existence. Cependant, en notant l’existence de ces voix dissidentes radicales, elle se positionne rhétoriquement entre elles et l’enseignement traditionnel de l’Église. Par conséquent, le document n’est certainement pas sans reproche dans cette question, car il emploie une stratégie rhétorique pour faire évoluer l’enseignement perçu de l’Église vers l’idéologie radicale de genre de notre temps, sans tenter de renverser toute cette distance en une seule fois.

Une source bien informée à Rome a commenté le traitement de l’homosexualité dans le livre, en disant « Ce livre est d’une banalité totale, ce qui est prouvé avant tout par le fait qu’il peut être utilisé par tout le monde. »

La foule inhospitalière de Sodome

Si l’on ne peut pas accuser sans détour la Commission biblique pontificale de se contenter d’approuver les positions exprimées ci-dessus, elle contribue certainement à les insinuer, en particulier dans son traitement du péché de Sodome.

La commission examine en fait plusieurs passages de l’Ancien et du Nouveau Testament (Gn. 19, Juges 19, Lév. 18:22 et 20:13). Les analystes précèdent leur examen, en notant que  » la Bible ne parle pas de l’inclination érotique envers une personne du même sexe, mais seulement des actes homosexuels « .

En ce qui concerne le  » péché de Sodome  » et la destruction totale de la ville par la justice divine pour une  » méchanceté  » irrémédiable (Gn 19, 1-29), la commission biblique demande : « Mais quel était le péché de Sodome, qui méritait une punition aussi exemplaire ? »

Les auteurs observent que « dans d’autres passages de la Bible hébraïque qui font référence à la culpabilité de Sodome, il n’y a aucune allusion à une transgression sexuelle pratiquée contre des personnes du même sexe. » Au contraire, notent-ils, ces passages (Esaïe 1:10 ; Jérémie 23:14 ; Ezéchiel 16:49) parlent de « trahison », d' »adultère » et d' »orgueil ».

La commission conclut qu’une  » importante tradition biblique [de l’Ancien Testament], attestée par les prophètes, a donné à Sodome (et Gomorrhe) le titre emblématique, mais générique, de ville du mal « .

Mais, disent-ils, à l’aube du Nouveau Testament (en particulier 2 Pt 2, 6-10 et Jude 7), au deuxième siècle, une  » interprétation différente  » du péché de Sodome a commencé à émerger et est devenue la  » lecture habituelle  » du récit biblique.

La ville de Sodome est alors blâmée pour une pratique sexuelle inconvenante appelée  » sodomie « , qui consiste en une relation érotique avec des personnes du même sexe « , écrit la commission.

La PBC poursuit : « Cela semble avoir, à première vue, un soutien clair dans le récit biblique. Dans Genèse 19 il est dit, en effet, que deux ‘anges’ (v.1), hébergés pour la nuit dans la maison de Lot, sont assiégés par les ‘hommes de Sodome’, jeunes et vieux, toute la population (v.4), avec l’intention d’abuser sexuellement de ces étrangers (v.5) ».

Renversant la conception traditionnelle du péché de Sodome, la Commission biblique pontificale fait alors cette affirmation : « L’histoire, cependant, n’a pas pour but de présenter l’image d’une ville entière dominée par des désirs homosexuels irrépressibles ; elle dénonce plutôt la conduite d’une entité sociale et politique qui ne veut pas accueillir l’étranger avec respect, et prétend donc l’humilier, le forçant à subir un infâme traitement de soumission ».

Confiants dans leur interprétation, les membres de la commission écrivent : « Cette façon de lire l’histoire de Sodome est confirmée par la Sagesse, (19, 13-17) où le châtiment exemplaire des pécheurs (d’abord Sodome et ensuite l’Egypte) est motivé par le fait qu’ils avaient montré une haine profonde envers l’étranger. »

La commission conclut :

Nous devons donc dire que l’histoire de la ville de Sodome (ainsi que celle de Gabaa) illustre un péché qui consiste dans le manque d’hospitalité, avec hostilité et violence envers l’étranger, un comportement jugé très grave et donc méritant d’être sanctionné avec la plus grande sévérité, parce que le rejet du différent, de l’étranger nécessiteux et sans défense, est un principe de désintégration sociale, ayant en soi une violence mortelle qui mérite une punition adéquate.

LifeSite a consulté un théologien qui, sous réserve de l’anonymat, a offert ces réflexions :

L’idée que les Sodomites ont attaqué la maison de Lot non pas parce qu’ils étaient consumés par une luxure perverse mais parce qu’ils étaient si hostiles à l’immigration qu’ils ne pouvaient pas supporter l’idée que Lot puisse recevoir deux invités est évidemment ridicule. S’inquiétaient-ils du fait que ce n’était que le début d’un énorme afflux d’Anges qui allait déferler sur Sodome, changeant complètement le caractère de la ville jusqu’à ce qu’un animal rationnel ne s’y sente plus guère chez lui avec les bars et les restaurants débordant d’êtres immatériels ? Il est évident que la perversion vorace et non le manque de tolérance pour l’autre est la source des crimes des Sodomites.

Faire tourner l’abomination

Dans son étude de la longueur du livre, la Commission biblique pontificale examine ensuite le Lévitique, qui dit :  » Tu ne coucheras pas avec un homme comme avec une femme ; c’est une abomination « , passible de la peine de mort (18,22 ; 20,13).

Notant que ce péché est compté parmi  » l’inceste et les autres déviations sexuelles « , la commission observe que  » le législateur ne donne aucune raison, ni pour l’interdiction ni pour la peine sévère imposée « . On peut cependant considérer que la loi du Lévitique visait à protéger et à promouvoir l’exercice d’une sexualité ouverte à la procréation, conformément au commandement du Créateur aux êtres humains (Gn 1, 28) ».

Sujet à discernement ?

Passant au Nouveau Testament, la commission affirme que la  » raison de l’homosexualité  » n’apparaît pas dans les Évangiles mais est présentée dans trois des lettres de saint Paul (Rm. 1, 26-27 ; 1 Co. 6, 9 ; et 1 Tm. 1, 10). Les auteurs considèrent ce qu’ils appellent les  » listes de péchés  » proposées par St Paul et notent que, dans 1 Cor. 6, 9-10, la sodomie masculine est précédée par l’adultère et un comportement efféminé et est  » sanctionnée par l’exclusion du Royaume « . Ils notent que d’autres péchés (comme l’avarice et la calomnie) sont sujets au discernement, car leur gravité peut être plus ou moins grande selon les cas. Le Nouveau Testament, disent-ils, nous permet de voir que « pour les chrétiens, la pratique de l’homosexualité est considérée comme un péché grave ».

En commentant la Lettre de Paul aux Romains (1, 18-27), la Commission biblique pontificale souligne le lien entre l’idolâtrie (1, 20-25) et la déviation sexuelle (1, 26-27). Le texte paulinien révèle que  » l’homme doit voir dans une sexualité qui ne reconnaît plus les différences « naturelles » le symptôme de sa conception déformée de la vérité « . L’incapacité de l’homme à reconnaître le vrai Dieu, note la commission, conduit à  » un désordre social et à la violence  » (1, 29-31).

La Commission biblique pontificale termine donc son traitement sur l’homosexualité en disant

L’examen rigoureux des textes de l’Ancien et du Nouveau Testament a révélé des éléments qui doivent être pris en compte pour une évaluation de l’homosexualité, dans ses implications éthiques. Certaines formulations des auteurs bibliques, ainsi que les directives disciplinaires du Lévitique, exigent une interprétation intelligente qui sauvegarde les valeurs que le texte sacré entend promouvoir, évitant ainsi de répéter à la lettre ce qu’il porte en lui, même les traits culturels de l’époque. L’apport des sciences humaines, ainsi que la réflexion des théologiens et des théologiens moraux, seront indispensables pour un exposé adéquat de la question, qui n’a été qu’esquissée dans ce document.

 » En outre, concluent-ils, une attention pastorale sera nécessaire, en particulier à l’égard des personnes, afin de réaliser ce service de bien que l’Église doit assumer dans sa mission pour les hommes « .

Le Pape Paul VI a supprimé le rôle magistral de la Commission Biblique Pontificale en 1971, et depuis lors, elle fonctionne comme un organe consultatif ou un groupe de réflexion. La difficulté de concilier ses documents avec l’enseignement de l’Église sur l’inerrance de l’Écriture est évidente depuis un certain temps.

Source: Life Site News

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Le pape François perd ses nerfs contre une fidèle, la vidéo devient virale


Des images terribles pour la communauté catholique en ce début d’année. Le 31 décembre 2019, le Pape François a été filmé sur la place Saint-Pierre en train de perdre ses nerfs face à une fidèle. La vidéo, immédiatement devenue virale, a été largement commentée tout autour du monde.

Pour la communauté catholique, ce passage en 2020 risque de rester tristement mémorable. Ce mardi 31 décembre, alors que le Pape François serrait les mains de ses fidèles pour les dernières célébrations de fin d’année sur la place Saint-Pierre, au Vatican, l’évêque de Rome s’est emporté face à une femme qui a agrippé sa main après s’être signée.

Sous le coup de la douleur ou d’une vive émotion, le pape, réputé pour tout oser, a d’abord essayé de se défaire avant de pousser un cri d’indignation et de frapper la main de la fidèle qui semblait le supplier – sans que ses mots n’aient, à ce jour, pu être interprétés – avant de s’éloigner de la foule, le visage fermé.

La scène terrible, évidemment filmée, a aussitôt fait le tour du monde et déclenché quantité de réactions sur les réseaux sociaux. Les indignations et les commentaires ironiques fusent, les tentatives d’explication cherchent à excuser l’homme. Le pape lui-même, qui n’en est pas à sa première manifestation d’hostilité, a tenu à revenir sur l’incident et à présenter ses excuses au cours de sa première messe de la nouvelle année : « Tant de fois nous perdons patience. Cela m’arrive à moi aussi. Je m’excuse pour le mauvais exemple donné hier. » Si le mea culpa du chef des catholiques est sincère, le mal est fait : ces images risquent de rester virales bien au-delà de cette nouvelle année.

Source: Gala

Abus sexuels dans l’Eglise : le pape François lève le secret pontifical


Note de SENTINELLE SAPS: Ceci n’est pas une surprise. En effet, comme je le disais dans l’une de mes vidéos, afin de bien « se faire voir » auprès des dirigeants du monde entier mais aussi dans le cadre de la réunification des religions, les demandes de pardons sont obligatoires. On a commencé par lever les secrets sur les liens avec l’Allemagne nazie, puis suite au scandale pédophile, ce n’est que la suite logique des choses. On ne peut pas faire confiance à celle qui nous cache volontairement des secrets terribles, n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas tout ! Le Seigneur est en train de tout mettre en lumière, absolument tout et donc Il se sert également de ça pour y arriver. A nous donc d’avoir du discernement !

Le Vatican a annoncé ce mardi que le pape François levait le secret pontifical sur les dénonciations d’abus sexuels.

Le pape François a levé le secret pontifical sur les dénonciations d’abus sexuels, ainsi que sur les procès et verdicts dans ce domaine, a annoncé mardi le Vatican, tout en maintenant un minimum de confidentialité.

Le pape François fait ainsi un pas supplémentaire dans la lutte contre les abus sexuels commis dans l’Eglise catholique, éliminant toute ambigüité sur la portée du secret pontifical.

Les instructions signées par le pape ont pour objectif « de préciser le degré de confidentialité avec lequel il faut gérer les informations et les plaintes concernant les abus sexuels » commis par des religieux, explique Mgr Juan Ignacio Arrieta, membre du Conseil pontifical pour les textes législatifs, cité dans un communiqué du Vatican.

Plus direct, Giuseppe Dalla Torre, ex-président du Tribunal de l’Etat de la Cité du Vatican, affirme que « le pape François abolit le secret pontifical pour les cas d’abus sexuels », selon le même communiqué.

Parfois appelé secret du pape

Le secret pontifical, également appelé parfois secret du pape, est une règle de confidentialité protégeant les informations sensibles relatives à la gouvernance de l’Église universelle, selon la définition du site Le forum catholique.

« En substance, les raisons qui avaient conduit le législateur ecclésiastique à introduire, parmi les matières sujettes au secret pontifical, les délits les plus graves » comme les agressions sexuelles « cèdent le pas face à des valeurs qui sont considérées aujourd’hui comme plus élevées et dignes d’une protection particulière », comme « la primauté de la personne humaine blessée », ajoute M. Dalla Torre.

Même s’il lève le secret pontifical, le pape argentin impose cependant un minimum d’attention, exigeant que « les informations » sur ces cas soient « traitées de manière à garantir la sécurité, l’intégrité et la confidentialité (…) afin de protéger la bonne réputation, l’image et la vie privée de toutes les personnes concernées ».

Ceci ne veut pas dire censure, souligne le pape: « aucune obligation de silence concernant les faits en cause ne peut être imposée à ceux qui les dénoncent, à la personne qui affirme en être la victime et aux témoins », assure François.

Lors du sommet consacré aux abus sexuels en février dernier, le cardinal allemand Reinhard Marx, qui fait partie d’un conseil restreint de cardinaux (« C9 ») conseillant le pape François sur les réformes des institutions du Vatican, avait estimé ce samedi que « le secret pontifical » souvent mis en avant par l’Eglise n’avait aucune justification face à des cas d’abus sexuels perpétrés par ses membres.

Source: Le Parisien

« Rocketman » le film partiellement financé par le Vatican


Le premier grand film d’Elton John « Rocketman », avec des scènes de sexe gay, a été partiellement financé par le Vatican par le biais de leur fonds mondial Centurion.

Aujourd’hui, nous apprenons que le Vatican, sur lequel le Pape François fonctionne comme son roi, a aidé à financer le film d’Elton John « Rocketman », qui a évidemment un programme pro-LGBTQ+ ainsi que les toutes premières scènes de sexe gay masculin dans un mouvement majeur d’images.  Et cela n’aurait pas été possible sans l’autorisation expresse, le consentement et le financement du chef de l’Église Catholique Romaine.  Et, si vous pensez que j’invente ça, ou que je cherche des crédits, cette histoire nous vient aujourd’hui du National Catholic Register.  Le Pape François va là où aucun autre pape n’a jusqu’à présent osé marcher, et ce chemin le mènera à la pointe de la prophétie biblique.

Selon le journal italien Corriere della Sera, l’investissement dans le film est venu via des fonds du Vatican acheminés via les fonds d’investissement basé à Malte Centurion Global Fund.

L’Église Catholique Romaine, sous la direction du Pape François et du Vatican, a finalement commencé à entrer dans son destin prophétique en tant que putain de Babylone, et 2019 a été une année marquante pour atteindre cet objectif.  Le Pape François a fait des progrès à couper le souffle avec la création de la religion mondiale unique de Chrislam, car il a rassemblé les meilleurs éléments du christianisme laodicéen, du paganisme, de l’Islam et du mouvement LGBTQ+P pour les pédophiles.  C’est ce dernier groupe dont nous allons discuter aujourd’hui.  Pourquoi ?  Vous voudrez peut-être vous asseoir pour celui-ci, il relie le Vatican avec Elton John et le nouveau film « Rocketman ».

« Car Dieu a mis dans leurs cœurs d’exécuter son dessein et d’exécuter un même dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies.  Et la femme que tu as vue, c’est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre. »  (Apocalypse 17:17-18)

Aujourd’hui, nous apprenons que le Vatican, sur lequel le Pape François fonctionne comme son roi, a aidé à financer le film d’Elton John « Rocketman », qui a évidemment un programme pro-LGBTQ+ ainsi que les toutes premières scènes de sexe gay masculin dans un mouvement majeur d’images.  Et cela n’aurait pas été possible sans l’autorisation expresse, le consentement et le financement du chef de l’Église Catholique Romaine.  Et si vous pensez que nous inventons cela, ou que nous recherchons simplement des crédits, cette histoire nous vient aujourd’hui du National Catholic Register.

Pensez-y comme Chick-fil-A.  Pendant des années, le géant de la restauration rapide s’était déplacé vers la gauche en privé tout en le niant en public, comptant sur la « bonne foi et la confiance » de son public pour ne pas croire ces rumeurs désagréables sur sa défection.  Seulement, ce n’étaient pas des rumeurs, elles étaient vraies, et l’histoire enregistrera que novembre 2019 était la date à laquelle les gens ont découvert la vérité sur Chick-fil-A.  L’Église Catholique Romaine fait à peu près la même chose.  Sous la direction du Pape François, l’Église Catholique Romaine et le Vatican ont embrassé les LGBTQ+ en privé tout en le niant en public.  Aider à faire « Rocketman » est la branche d’olivier qu’ils étendent pour aider à faire entrer les LGBTQ+ dans la religion mondiale.

En toute honnêteté, l’homosexualité et la pédophilie dans l’Église Catholique Romaine se poursuivent depuis sa création en 325 après Jésus-Christ. D’innombrables milliers de prêtres catholiques ont agressé et violé de jeunes garçons pendant des centaines d’années.  Donc, le financement d’un film qui glorifie le programme LGBTQ+P pour les pédophiles est en fait très attendu pour Rome.  Le Pape François va là où aucun autre pape n’a jusqu’à présent osé marcher, et ce chemin le mènera à la pointe de la prophétie biblique.

Le Vatican a investi les fonds Pence de Pierre dans le film d’Elton John « Rocketman » avec des scènes de sexe gay.

Le quotidien italien Corriere della Sera a rapporté que les procureurs du Vatican enquêtaient sur la manière dont les fonds Pence de Pierre auraient été investis dans des entreprises déficitaires ainsi qu’un film censuré dans certains pays en raison de ses scènes homosexuelles explicites.

Dans le dernier d’une série d’histoires récentes impliquant une faute financière au Saint-Siège, le Secrétariat d’État aurait investi plus d’un million de dollars dans le film Rocketman, un film du chanteur Elton John, et 3,6 millions de dollars dans Men in Black : International.

Rocketman, première sortie majeure d’un studio hollywoodien à inclure une scène de sexe homosexuel à l’écran, a été censurée dans un certain nombre d’endroits, notamment en Russie, en Malaisie, aux Samoa et aux Îles Cook, ainsi que temporairement sur Delta Airlines.

« Je suis fier que Rocketman soit le premier grand film de studio avec une scène de sexe gay.  Si je l’avais laissé de côté, j’aurais senti que je trompais les gens. » (Elton John)

Les fonds Pence de Pierre font référence au soutien financier offert par les fidèles au pape, qui, selon le Vatican, sont « destinés aux besoins de l’Église, aux initiatives humanitaires et aux projets de promotion sociale, ainsi qu’au soutien du Saint-Siège ».

Selon l’article du Corriere della Sera, écrit par Mario Gerevini et Fabrizio Massaro, les investissements dans les films ne représentent qu’une petite partie des fonds du Vatican, dont des millions seraient gérés par une société d’investissement à Malte appelée Centurion Global Fund.  Selon les sources diverses et fiables, au moins les deux tiers des capitaux qui lui sont confiés proviennent de la Secrétairerie d’État.

Source: Now The End Begins 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Le Pape François déclare que les fondamentalistes chrétiens sont « un fléau »


Pourquoi a-t-on l’impression que pratiquement tout le monde veut attaquer les fondamentalistes chrétiens de nos jours ? Il y a deux semaines, le pape François a fait des remarques extrêmement controversées, mais ces remarques n’ont pas vraiment attiré l’attention des grands médias. Bien sûr, si le Pape avait ciblé la communauté LGBTQ ou un autre groupe favori, il aurait immédiatement fait les grands titres partout dans le monde.

Mais il ne l’a pas fait. Au lieu de cela, le pape François a attaqué spécifiquement les fondamentalistes, et dans le monde d’aujourd’hui, cela est considéré comme parfaitement normal. Ce qui suit est tiré de la transcription officielle des remarques que le Pape a faites le 18 novembre….

Méfiez-vous des groupes fondamentalistes : chacun a le sien. En Argentine aussi, il y a un petit coin fondamentaliste. Et essayons, avec la fraternité, d’aller de l’avant. Le fondamentalisme est un fléau et toutes les religions ont une sorte de cousin germain fondamentaliste qui forme un groupe.

Apparemment, ces remarques s’appliquent aux fondamentalistes de toutes les religions. Mais en mentionnant l’Argentine, le Pape a indiqué très clairement qui était sa véritable cible.

Il n’y a pas de « fondamentalistes musulmans » ou de « fondamentalistes hindous » en Argentine. Les fondamentalistes auxquels il se référait sont les fondamentalistes chrétiens en Argentine, et dans la phrase suivante, il a dénoncé ces personnes comme « un fléau ».

Bien sûr, « un fléau » est une autre façon de dire  » une peste « , et qu’essayons-nous de faire pour  » une peste  » quand on en a une ?

C’est une chose à laquelle il faut réfléchir.

Nous avons fait état de la formidable croissance des évangéliques (alors que les catholiques ont vu de profonds déclins) en Argentine dans l’un de nos reportages de la semaine dernière (voir ici). Ces changements dramatiques ont sans doute attiré l’attention du Pape.

Et bien que le terme « fondamentaliste » soit parfois utilisé pour désigner d’autres religions, il a toujours été chrétien dès le début. Ce qui suit provient de l’Encyclopedia Britannica….

Le fondamentalisme chrétien, mouvement du protestantisme américain né à la fin du XIXe siècle en réaction au modernisme théologique, qui visait à réviser les croyances chrétiennes traditionnelles pour tenir compte des nouveaux développements dans les sciences naturelles et sociales, notamment la théorie de l’évolution biologique.

Conformément aux doctrines chrétiennes traditionnelles concernant l’interprétation biblique, la mission de Jésus-Christ et le rôle de l’Église dans la société, les fondamentalistes ont affirmé un socle de convictions chrétiennes qui comprenait l’exactitude historique de la Bible, la seconde venue imminente et physique de Jésus Christ, la naissance, la Résurrection et le pardon en la personne du Christ.

Le fondamentalisme est devenu un phénomène important au début du XXe siècle et est demeuré un mouvement influent dans la société américaine au XXIe siècle.

Qu’est-ce qu’un « fondamentaliste chrétien » ?

Eh bien, c’est fondamentalement quelqu’un qui croit que la Bible est littéralement vraie, qui croit que Jésus Christ est mort pour nos péchés et est ressuscité, et qui croit que Jésus reviendra un jour.

En d’autres termes, le Pape considère des millions et des millions de chrétiens américains comme un fléau qui infecte notre planète.

Au cours de ces mêmes remarques, le 18 novembre, le Pape a une fois de plus insisté sur son programme de « coopération interreligieuse »…..

Comme je l’ai dit lors de la Conférence mondiale de la fraternité humaine : « Il n’y a pas d’alternative : soit nous construirons l’avenir ensemble, soit il n’y aura pas d’avenir. Les religions, en particulier, ne peuvent renoncer à la tâche urgente de bâtir des ponts entre les peuples et les cultures.

Le temps est venu pour les religions de s’employer plus activement, avec courage et audace, et sans prétention, à aider la famille humaine à affermir la capacité de réconciliation, la vision d’espérance et les chemins concrets de la paix  » (4 février 2019). Nos traditions religieuses sont une source d’inspiration nécessaire pour favoriser une culture de la rencontre.

Il est fondamental qu’il y ait une coopération interreligieuse, basée sur la promotion d’un dialogue sincère et respectueux qui va vers l’unité sans confusion, en maintenant les identités. Mais une unité qui transcende le simple pacte politique. »

Ce pape est devenu de plus en plus agressif dans ses efforts pour favoriser l’unité entre les différentes grandes religions du monde.

Le mois dernier, il a tenu une réunion très médiatisée avec le patriarche bouddhiste suprême de Thaïlande, Somdej Phra Maha Muneewong. Cette rencontre historique s’est tenue au célèbre temple de Ratchabophit à Bangkok, et le Pape a rencontré le patriarche bouddhiste devant une statue en or datant de 150 ans, représentant Bouddha. Le Pape a même enlevé ses chaussures en signe de respect pour le temple bouddhiste.

Le pape François a également apporté un cadeau pour le patriarche bouddhiste. Il s’agit d’une copie d’un document intitulé « Fraternité humaine pour la paix mondiale et pour vivre ensemble » que le Pape et le Grand Imam d’Al-Azhar ont signé à Abu Dhabi en février dernier. Ce qui suit est ce que Vatican News avait à dire sur l’échange de ce don….

Le pape François a remis des cadeaux au Patriarche bouddhiste suprême, dont un exemplaire de la Déclaration d’Abu Dhabi sur la « Fraternité humaine pour la paix mondiale et le vivre ensemble ». Le Pape a signé le document avec le Grand Imam d’Al-Azhar, lors de sa visite aux Emirats Arabes Unis en février de cette année.

Selon le Cardinal Ayuso, y compris la Déclaration d’Abu Dhabi parmi les cadeaux échangés, a souligné l’importance de diffuser son message sur la fraternité humaine pour la paix et la coexistence au-delà du Moyen-Orient en Asie.

« Fraternité humaine pour la paix mondiale et vivre ensemble » semble être un titre innocent, mais il s’agit en fait d’un plan vague pour unir les différentes religions du monde.

Par exemple, à un moment donné dans le document, il est spécifiquement dit que le fait qu’il existe une telle diversité de religions dans le monde a été « voulu par Dieu dans Sa sagesse »….

« Le pluralisme et la diversité des religions, des couleurs, des sexes, des races et des langues sont voulues par Dieu dans sa sagesse, par laquelle il a créé les êtres humains. Cette sagesse divine est la source d’où découle le droit à la liberté de croyance et la liberté d’être différent. Par conséquent, le fait que les gens soient forcés d’adhérer à une certaine religion ou culture doit être rejeté, tout comme l’imposition d’un mode de vie culturel que les autres n’acceptent pas ».

En d’autres termes, ce document dit que Dieu est satisfait de toutes les religions du monde et qu’elles existent parce que c’était Sa volonté de le faire.

Et le document se termine par un appel à la « réconciliation et à la fraternité » entre les différentes religions du monde afin que la « paix universelle » puisse être réalisée….

En conclusion, notre souhait est le suivant :

Cette Déclaration peut constituer une invitation à la réconciliation et à la fraternité entre tous les croyants, entre croyants et non-croyants, et entre tous les hommes de bonne volonté ;

Cette Déclaration peut être un appel à toute conscience intègre qui rejette la violence déplorable et l’extrémisme aveugle ; un appel à ceux qui chérissent les valeurs de tolérance et de fraternité qui sont promues et encouragées par les religions ;

Cette Déclaration peut être un témoignage de la grandeur de la foi en Dieu qui unit les cœurs divisés et élève l’âme humaine ;

Cette Déclaration peut être un signe de la proximité entre l’Orient et l’Occident, entre le Nord et le Sud, et entre tous ceux qui croient que Dieu nous a créés pour nous comprendre les uns les autres, coopérer les uns avec les autres et vivre comme des frères qui s’aiment.

C’est ce que nous espérons et cherchons à réaliser dans le but de trouver une paix universelle dont tous puissent jouir dans cette vie.

Sur le plan politique, le mondialisme a peut-être perdu de l’élan, mais dans les milieux religieux, il est en plein essor.

La pression en faveur d’une religion d’un seul monde se déroule au grand jour, et très peu de gens semblent alarmés par cela.

Source: Prophecy News Watch

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Le chef mondial de l’Armée du Salut, le Général Brian Meddle, a rencontré le pape François au Vatican pour encourager les relations œcuméniques


Comme nous vous l’avons montré, le Pape François a décidé que 2019 est l’année au cours de laquelle il fera son plus grand effort à ce jour pour créer la religion d’un seul monde.

Les chapitres 13, 17 et 18 de la prophétie de l’Apocalypse déclarent que c’est que c’est la Prostituée cherchera à faire (Le Vatican).

Pas plus tard que le mois dernier, le pape François a invité le leader mondial de l’Armée du Salut à Rome pour se réunir au Vatican afin de discuter des  » relations œcuméniques « . Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela signifie qu’une autre organisation chrétienne est maintenant alliée à la Prostituée de l’Apocalypse.

Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.

Apocalypse 17:4-6

Après une fructueuse période de partage, la délégation a ensuite eu l’occasion de rencontrer le Pape François à la Bibliothèque pontificale. Le général a eu un moment de conversation privée avant que les représentants de l’Armée du Salut ne soient présentés au pape François. Le général Peddle a présenté son message auquel le pape François a répondu. Le général a ensuite prié avec le Pape.

Au cours de la visite, la délégation de l’Armée du Salut a eu un accès privilégié à la chapelle Sixtine et à la basilique Saint-Pierre. Il est prévu qu’au-delà de cette visite historique, il y aura une série de réunions qui renforceront les relations et la coopération dans les domaines d’intérêt mutuel et de service. Source: Salvation Army

Je suis heureux d’avoir l’occasion de vous renouveler, ainsi qu’à tous les membres et bénévoles de l’Armée du Salut, ma gratitude pour le témoignage que vous rendez sur la primauté du dévouement et du service aux pauvres. Cela fait de vous un signe évident et crédible de l’amour évangélique, dans l’obéissance au commandement du Seigneur :  » Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, aimez-vous aussi les uns les autres. A ceci tout le monde saura que vous êtes mes disciples  » (Jean 13:34).

Comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises – et encore une fois tout à l’heure, lorsque nous avons parlé – c’est en rencontrant des membres de l’Armée du Salut que j’ai reçu, il y a de nombreuses années, de ma grand-mère, ma première leçon en œcuménisme – j’avais quatre ans ! Leur exemple d’humble service envers les plus petits de nos frères et sœurs était plus éloquent que toute parole. Cela me rappelle, Général, la perspicacité exprimée par votre prédécesseur lorsque nous nous sommes rencontrés il y a cinq ans : « La sainteté transcende les frontières confessionnelles. Source: Crux Nox

Les frontières des confessions existent pour une raison, et cette raison est que les différentes confessions ont des croyances différentes, des bibles différentes et une doctrine différente. Par exemple, l’Église catholique romaine croit qu’eux et eux seuls sont le seul chemin vers le ciel. C’est certainement une position différente de celle des baptistes, par exemple, qui croient que nous sommes sauvés par la grâce par la foi et non par les œuvres. La raison pour laquelle les relations chroniques sont si meurtrières, c’est que pour les avoir, un minimum d’une partie doit compromettre ce qu’elle croit afin de travailler avec l’autre partie. Maintenant, demandez-vous, quand Rome a-t-elle fait tous les compromis ? La réponse est jamais. C’est donc l’Armée du Salut qui a plongé. Mais ce n’est pas la première fois.

L’Armée du Salut des Etats-Unis souhaite s’excuser auprès de la communauté LGBT pour toute blessure que nous avons pu causer dans le passé. Que ce soit par omission ou par commission, nous avons fait du mal à un nombre incalculable de nos frères et soeurs et nous sommes vraiment désolés. Nous demandons pardon à ceux que nous avons blessés et prions pour que vous nous donniez l’occasion de nous prouver à nouveau notre valeur. Etre gay n’est pas un péché, mais porter un jugement l’est. Source: Bilerico LGBT Nation

En 2006, l’Armée du Salut a adhéré au Mouvement de l’Église contemplative et émergente, qui n’est rien d’autre que l’esprit du Nouvel Âge, enveloppé dans un petit paquet propre et parsemé de mots à la mode chrétiens. Bien sûr, cela signifie qu’ils se sont aussi alignés sur l’Évangile charismatique de l’Église et de la prospérité. L’Armée du Salut se dirige également vers les LGBTQ+. Cela a été bien documenté ici, ici et ici aussi.

Ne vous inquiétez donc pas que Chick-fil-A retire des dons de l’Armée du Salut, ils s’en tireront très bien dans leur nouvelle alliance avec le Vatican.

Le leader mondial de l’Armée du Salut dit au Pape François au Vatican :  » Nous sommes derrière vous « .

Avec son visage rayonnant comme une écolière qui a le béguin pour un garçon de sa classe, le leader mondial de l’Armée du Salut Brian Meddle s’allonge devant Rome et dit au Pape François que l’Armée du Salut  » est derrière vous « . Pourquoi n’a-t-il pas donné l’évangile au pape et ne lui a-t-il pas dit qu’il a besoin d’être sauvé et de se repentir de l’hérésie de l’Église catholique ?

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Le pape François s’est rendu en Thaïlande et a présenté une déclaration sur la fraternité humaine au suprème patriache bouddhiste


Le pape François est en train de construire sa religion d’un seul monde appelée Chrislam, mais elle ne se limitera pas à une simple alliance entre les catholiques et les musulmans. Non, il inclura toutes les grandes religions, à une exception notable près. Il ne contiendra pas le christianisme biblique, mais plutôt l’église chrétienne de Laodicée qui est si dégoûtamment tiède. Dans la vidéo ci-dessous, vous verrez un certain nombre de choses que j’aimerais souligner. Vous verrez le pape François louer le bouddhisme et vanter ses vertus. Vous verrez le Pape François donner et recevoir des bénédictions sous le regard attentif de statues païennes. Et vous verrez le Pape François présenter au Patriarche Suprême du Bouddhisme une copie de sa Déclaration sur le manifeste de la Fraternité humaine de la prochaine Religion du Monde Unique.

Le pape François a rencontré Sa Sainteté Somdej Phra Maga Muneewong au temple Wat Ratchabophit Sathit Maha Simaram à Bangkok, lors d’un voyage asiatique de six jours en Thaïlande et au Japon.

Nous vous avons montré comment le pape François s’est rendu à Abou Dhabi plus tôt cette année et a conclu un pacte avec Cheikh Ahmed al-Tayeb, le dirigeant de l’Islam sunnite. Cette alliance de paix a conduit à la formation d’un conseil interreligieux chrismal, qui a ensuite conduit à l’annonce stupéfiante de l’ouverture d’un siège de Chrislam à Abu Dhabi d’ici 2022. Aujourd’hui, le pape François s’est rendu en Thaïlande où il a rencontré le dirigeant bouddhiste au pouvoir et, comme à Abou Dhabi, il lui a remis une copie de sa « Déclaration sur la fraternité humaine », le manifeste du Vatican pour une seule religion mondiale.

Lors d’une rencontre avec le Patriarche Bouddhiste Suprême de Thaïlande, le Pape François construit une seule religion mondiale

laquelle ils ont parlé de la valeur de la fraternité entre les deux religions pour promouvoir la paix.

« Si nous sommes frères, nous pouvons aider la paix mondiale, les pauvres et les souffrants, dit le Pape François, car aider les pauvres est toujours un chemin de bénédiction. Ils ont également parlé de l’éducation et du rôle des missionnaires dans le pays. Avant de partir, les deux ont échangé des bénédictions.

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Depuis le Japon, le pape François dénonce l’arme atomique, « plus que jamais un crime »


« La véritable paix ne peut être qu’une paix désarmée », a dit le pape à Hiroshima, ville martyre de la bombe atomique.

C’est une charge sans précédent de la part d’un chef de l’Église catholique. Le pape François a qualifié ce dimanche de « crime » l’usage de l’atome à des fins militaires et a démonté la logique de la dissuasion nucléaire, durant des visites à Nagasaki puis Hiroshima, villes japonaises martyres de la bombe atomique

« L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est aujourd’hui plus que jamais un crime, non seulement contre l’homme et sa dignité, mais aussi contre toute possibilité d’avenir dans notre maison commune », a déclaré François dans un message prononcé au Mémorial de la paix de Hiroshima, non loin du lieu où avait été larguée la bombe américaine le 6 août 1945. 

Il avait plus tôt dans la journée rejeté à Nagasaki, frappée trois jours plus tard par une deuxième bombe A, la doctrine selon laquelle posséder l’arme nucléaire pour dissuader les attaques est le moyen de garantir la paix. Une « fausse sécurité » qui envenime au contraire les relations entre les peuples, avait-il lancé dans cette ville de l’île de Kyushu dans le sud-ouest du Japon, où ses propos ont résonné devant des survivants du bombardement dans lequel ont péri au moins 74 000 personnes. 

« La véritable paix ne peut être qu’une paix désarmée », a-t-il plus tard martelé dans son discours à Hiroshima, où au moins 140 000 personnes périrent le matin de l’attaque et dans les mois qui suivirent. 

« Vivre, mourir en humain »

L’horreur de la guerre et des armes, un cri récurrent de l’Argentin Jorge Bergoglio, s’inscrit dans la continuité des papes qui l’ont précédé. Mais un rejet clair de la théorie de la dissuasion nucléaire constitue une rupture avec le passé. Devant l’ONU en 1982, Jean-Paul II avait défini cette doctrine comme un mal nécessaire « dans les conditions actuelles ». 

Le Saint-Siège a ratifié en 2017 le traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Voici deux ans, lors d’un symposium au Vatican, François avait condamné « la possession » même d’armes nucléaires ainsi que « la menace de leur usage ». Car pour lui, les relations internationales ne peuvent pas être fondées sur les intimidations militaires. Le pape s’est aussi insurgé ce dimanche contre toute la filière de l’armement : « La fabrication, la modernisation, l’entretien et la vente d’armes toujours plus destructrices sont un outrage continuel qui crie vers le ciel ». 

Il a rencontré des survivants de la bombe, appelés « hibakusha » au Japon, et rendu hommage à « la force et la dignité » de ceux qui ont supporté dans leur corps « les souffrances les plus atroces » et « dans leur esprit, les germes de la mort ». « Ma mère et ma soeur aînée ont été tuées, carbonisées. Même si vous surviviez, vous ne pouviez plus vivre comme des humains ni mourir comme des humains (…). C’est toute l’horreur des armes nucléaires », avait expliqué à la presse Sakue Shimohira, âgée de 85 ans, qui a remis au pape une gerbe de fleurs blanches à Nagasaki, devant le principal monument du « parc de la paix », lieu central de l’impact de la bombe atomique. 

0,3 % de Japonais catholiques

« Ce pays a connu comme peu le niveau de destruction dont l’être humain est capable », a dit le pape dans son homélie au cours d’une messe en plein air célébrée devant 35.000 personnes dans un stade de baseball de Nagasaki. 

Le Japon, doté d’une Constitution pacifiste dictée par l’occupant américain après la Seconde Guerre mondiale, s’est par ailleurs donné en 1967 pour principes de « ne pas produire, détenir ou introduire sur son territoire d’armes nucléaires ». Reste que le pays dépend du parapluie nucléaire américain pour sa sécurité. 

Dans un deuxième discours à Nagasaki, avant la messe, François a rendu hommage aux premiers missionnaires et « martyrs » japonais des XVIe et XVIIe siècles, « une profonde source d’inspiration et de renouvellement » pour lui dans sa jeunesse, et rappelé la nécessité de garantir la liberté religieuse pour tous. À peine 440 000 Japonais sont catholiques, sur une population totale de 126 millions d’habitants. 

François rencontrera aussi lundi des victimes du séisme de magnitude 9 survenu au large du nord-est du Japon et du tsunami, qui a tué quelque 18.500 personnes le 11 mars 2011, une catastrophe naturelle suivie par le désastre nucléaire de Fukushima.  

Source: L’Express