L’Iran continue de persécuter les chrétiens en violation du droit international


Il y aurait entre 500.000 et 800.000 chrétiens dans la République islamique.

Neuf chrétiens iraniens ont été condamnés à cinq ans de prison pour « agissement contre la sécurité nationale » et accusés de « promotion du sionisme » en octobre, alors que l’État islamique continue de persécuter ses minorités religieuses, selon un nouveau rapport.

Les hommes font partie des dizaines de milliers de chrétiens qui sont quotidiennement menacés d’arrestation, d’interrogatoire, ou de pression. D’autres ont vu leurs enfants se voir refuser l’accès à l’éducation. Alors que beaucoup ont fui le pays, les proches qui restent sont également menacés et risquent d’être pris pour cible.

Selon le rapport de Christian Solidarity Worldwide (CSW), Middle East Concern et Open Doors International, des estimations placent le nombre de chrétiens en Iran entre 500.000 et 800.000. 

Les chrétiens assyriens et arméniens constituent environ 250.000 personnes, mais les autres sont des convertis de l’islam, dont la majorité appartient au mouvement protestant et donc en violation de la loi iranienne.

Le premier article de la Constitution iranienne établit le pays comme une théocratie, tandis que l’article 12 stipule que l’islam et le chiisme duodécimain chiite sont les religions officielles de la nation.

Source: i24 News

Le gouvernement chinois utilise des empreintes faciales et des empreintes digitales sur les chrétiens lorsqu’ils entrent dans l’église


Dans le but de maintenir un contrôle plus étroit sur la communauté chrétienne grandissante du pays, le gouvernement chinois utilise maintenant une technologie de reconnaissance faciale et de numérisation des empreintes digitales à l’entrée des églises.

Le mois dernier, les autorités ont installé deux scanners biométriques à l’entrée de l’église de Muyang, dans le Hubei. Selon Bitter Winter , chien de garde de la persécution chrétienne , les fidèles ont ensuite été obligés de se faire scanner le visage et les empreintes digitales avant de pouvoir entrer dans le sanctuaire.

Plus de Bitter Winter:

«Un croyant a révélé à  Bitter Winter  qu’il y a plus d’un mois, les Deux Conseils chrétiens chinois locaux exigeaient que tous les lieux de réunion établis par les églises Trois-Soi de la ville de Huangshi prennent les empreintes digitales des croyants et enregistrent leurs informations personnelles et familiales.

Les fidèles sont dérangés par l’ordre car cette exigence place non seulement les membres de la congrégation sous la surveillance et la surveillance constantes du gouvernement, mais peut également impliquer les membres de leur famille et leurs proches. Il a ajouté que les membres de leur famille qui sont fonctionnaires ou membres du Parti communiste seraient très probablement punis ou soumis à des restrictions de leurs activités; cela peut même avoir un impact négatif sur leur promotion au travail. « 

La pratique consistant à installer de tels dispositifs se répand dans la province et fournit aux autorités des informations vitales sur les disciples de Jésus.

Une source qui avait vu le système en action a dit à la sortie que c’était comme si les fidèles étaient «au travail» quand ils assistaient au culte.

« De cette façon, l’église peut savoir clairement qui assiste aux offices et qui ne les assiste pas », a ajouté le président.

Des représentants du gouvernement chinois ont récemment été critiqués pour avoir interrogé des croyants qui étaient surpris en train d’acheter des livres religieux en ligne.

Les chrétiens sont invités à des «séances de thé», un terme familier pour des interrogatoires de police, après avoir tenté d’obtenir des livres chrétiens par le biais de l’application de messagerie instantanée «WeChat» et d’un magasin en ligne associé appelé «Wheat Bookstore».

S’adressant à  International Christian Concern (ICC) , le père Francis Liu de la communauté chrétienne de la justice chrétienne a confirmé que de nombreux croyants cherchant à acheter des articles dans le magasin font actuellement l’objet d’une enquête par des responsables de l’administration chinoise.

La CPI a noté que l’un de ces croyants avait « récemment reçu la visite de responsables de la sécurité de l’Etat grâce à l’achat qu’il avait effectué l’année dernière ».

«On lui a demandé de fournir son numéro de téléphone portable et son compte WeChat et de signer un document confirmant son appartenance religieuse. Son superviseur a également été invité à signer », a expliqué le chien de garde de la persécution.

À la suite de l’intervention de la police, la librairie Wheat Bookstore a averti que tout achat effectué auprès de celle-ci pourrait donner lieu à une visite de la police. Le magasin a également indiqué aux clients potentiels comment aborder toute conversation avec des officiels.

Selon une source locale qui a parlé à la CPI, les autorités chinoises tentent d’étouffer le flot de littérature chrétienne afin de créer une «famine spirituelle» parmi les croyants.

«La répression contre les chrétiens et les autres communautés religieuses en Chine est une stratégie à multiples facettes mise en œuvre par le gouvernement chinois», a déclaré à Faithwire Matias Perttula, directeur du plaidoyer de la CPI.

«La surveillance des achats de matériaux confessionnels fabriqués par des chrétiens n’est qu’un autre indicateur de l’oppression exercée par le gouvernement chinois pour faire pression sur les chrétiens pour qu’ils cessent de pratiquer leur religion. Les États-Unis et leurs alliés doivent continuer à faire la lumière sur ces méthodes oppressives et mettre au défi le gouvernement chinois d’appliquer la véritable liberté de religion et les droits de l’homme dans le pays. « 

Source: Faithwire

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Syrie: Les chrétiens plus que jamais sous la menace de l’Etat islamique


Le meurtre d’un prêtre de l’Église arménienne catholique et de son père lundi 11 novembre dans la province de Deir ez Zour, dans le nord-est de la Syrie témoigne de la menace croissante de l’Etat islamique sur les chrétiens dans la région.

Le 12 jour novembre, jour de leur enterrement un triple attentat frappait le quartier chrétien de la ville de Qamichli, faisant six victimes et une quarantaine de blessés, rapporte le reporter Sylvain Mercadier dans Ouest France. «Inlassablement, les chrétiens de Syrie sont rappelés à leur vulnérabilité ; eux qui ne représentent pas plus de 10 % de la population du pays sont régulièrement la cible des islamistes», décrit le journaliste.

600 000 chrétiens auraient fui la Syrie depuis 2011, soit 60% de de la population chrétienne syrienne de 2010, selon les estimations du chercheur Fabrice Balanche, géographe à l’université Lyon II.

Source: Evangéliques.info

Lettre ouverte à Emmanuel Macron concernant les chrétiens persécutés algériens


Au travers de cette lettre, j’aimerais attirer votre attention sur la situation des chrétiens persécutés en Algérie. Une situation qui dure depuis plusieurs mois et pour laquelle votre gouvernement refuse de se prononcer.  

Je me présente, je m’appelle Nathaniel, j’ai 28 ans, je suis français, chrétien protestant évangélique. Je suis une personne sans aucun souci avec la justice, aucun casier judiciaire, je n’ai rien à cacher, rien à prouver. Je suis une personne normale, vivant d’une manière normale, de manière simple. Je ne suis pas dirigeant d’une entreprise. Je suis une personne lambda mais surtout, je suis une personne inquiète tant votre idéal politique est loin du mien et tant vos valeurs sont totalement éloignées des miennes ; cependant je suis respectueux face à vous, parce que vous avez été choisi pour gouverner notre pays. Je suis inquiet de voir mes frères chrétiens souffrir sans raison et de me rendre compte que vous avez choisi le silence, vous mais également votre gouvernement.  

Je m’intéresse énormément à la vie politique, de mon pays bien sûr, mais également du monde entier. Je m’y intéresse beaucoup.

C’est en m’informant, comme je le fais tous les jours, que j’ai pu voir que depuis la crise politique qui a agitée l’Algérie cette année, la situation des chrétiens (qui restent minoritaires dans ce pays) s’aggrave jour après jour. Il y a quelques temps, la plus grande église protestante du pays a été fermée par le gouvernement militaire d’Algérie. Entre le 15 et le 16 octobre ce ne sont pas moins de 3 églises protestantes qui ont été fermées par les autorités.  

L’EPA, qui revendique 46 lieux de cultes dans 12 des 48 régions du pays et une dizaine de milliers de fidèles, est une association agréée depuis sa création en novembre 1974. Celle-ci a annoncé que les autorités algériennes ont fermé mardi 15 et mercredi 16 octobre trois nouveaux lieux de culte qui regroupent une cinquantaine de communautés. Le motif officiel de ces fermetures est « exercice du culte sans autorisation », mais « c’est un prétexte ». Les trois églises sont situées l’une à Makouda et deux à Tizi-Ouzou, deux localités de la région de Kabylie, à environ 90 km à l’est d’Alger. 

L’ordonnance du 28 février 2006 sur les « conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulman » conditionne l’ouverture d’un lieu de culte à une « Commission nationale des cultes ». Il y a 11 mois, le ministre des Affaires religieuses Mohamed Aïssa avait rappelé que la liberté de culte est garantie par la Constitution, mais affirmé que l’EPA « ne respecte pas les lois algériennes ». Mais il parait évident que c’est une volonté délibérée de faire taire la voix de ces chrétiens car selon eux « ils font trop de bruit ».  

Une vidéo a été partagée dans laquelle nous pouvons voir que les autorités chassent de manière violente les chrétiens de ces lieux et ce, de manière délibérée. 

Voilà en ce qui concerne les faits. 

Mais si j’attire votre attention, c’est parce qu’il est inquiétant de voir que votre gouvernement ne veut pas se prononcer (officiellement) et la question que je vous pose, Monsieur le Président de la République, est simple : pourquoi ? 

Pourquoi lorsqu’il s’agit des musulmans, vous pouvez faire de si long discours (sur un ton si poétique presque émouvant) alors que vous ne vous prononcez jamais sur les chrétiens, les chrétiens de France, mais aussi d’ailleurs.  

Je vous entends rarement parler de vos compatriotes qui sont chrétiens. Les chrétiens vous dérangent-ils à ce point ? Qu’est-ce que cela cache ?  

Je ne suis pas islamophobe, pour la simple et bonne raison que je n’ai pas peur de l’islam. Je ne crains pas les musulmans. Je suis, certes, en désaccord avec eux, mais cela ne m’a jamais empêché de nouer des relations amicales avec des musulmans. Oh bien entendu, on peut débattre entre-nous sur des sujets religieux, mais n’est-ce pas le principe même de la démocratie dont la France se vante de la promouvoir ? Seulement voilà : 

Nous sommes conscients que nous, chrétiens évangéliques, nous sommes de plus en plus considérés comme des indésirables. Cela est évident. Comme, lors des débats sur le projet de loi sur la bioéthique, vous nous avez fermé la porte. Vous avez accepté la présence des catholiques, des musulmans, des protestants, des juifs, mais en ce qui concernent les évangéliques, c’est porte fermée. Pourtant, vous n’êtes pas sans savoir que nous représentons 650 000 évangéliques en France, soit environ un français sur 100. Donc notre voix est tout aussi audible sur les projets de lois. Cette mise à l’écart en ce qui concerne est vue comme du mépris à notre égard, et ne soyez pas surpris si je vous annonce que nous ne sommes pas surpris.  

Bien sûr que nous voyons que lorsque qu’il y a des reportages télévisés, nous sommes considérés comme une secte officieusement. Mais ce n’est pas un problème, cependant, Monsieur le Président, j’aimerais vous rappeler ceci : vous n’êtes pas le président d’une partie de la France, mais de toute la France. Vous êtes le président de tous les français, et pourtant, lorsque l’on se rend compte que vous pouvez être méprisant à notre égard, cela pose problème. Nous voyons nos libertés se rétrécir jour après jour. Nous voyons qu’une véritable pensée unique s’est installée dans les médias. Cette même pensée qui vous a porté au pouvoir.  

Pourtant, vous voilà, à la tête du pays, ce pays si grand, ce pays qui se vante d’être le principal auteur de la déclaration des droits de l’homme et citoyen. Rappelez-vous, l’article 10 de cette déclaration dit que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. » 

Pourtant, Monsieur le Président, cette règle fondamentale, n’est pas acceptée, appliquée dans ce grand pays qu’est l’Algérie. Elle est tout simplement déformée, appliquée en mettant en place des lois restrictives dans le but de pouvoir persécutés nos frères. Un pays qui est, on peut le dire, un pays ami de la France. Un pays qui était il y a encore quelques années un département français. Cette déclaration, vous en êtes, de par votre position, le garant.  

Sachez, Monsieur le Président, que je suis français, respectueux des règles et des lois françaises, mais surtout et avant toute chose, je suis chrétien et ce sont mes frères algériens qui souffrent en ce moment. Je suis étonné et quelques peu scandalisé par votre silence, le vôtre mais aussi celui de votre gouvernement. Je suis scandalisé de voir que vous pouvez passer des heures à nous faire des discours sur un ton de mauvais acteur, qui ne ferait même pas verser une larme à un singe, je prends en exemple votre discours télévisé d’avril 2019 lorsque mon pays a traversé une crise majeure, celle des gilets jaunes. Un discours que je n’ai pu regarder les 2 premières minutes tant j’avais l’impression de voir à l’écran un jeune acteur, un mauvais jeune acteur mais définitivement pas mon président. Je prends le risque de dire ceci : votre capacité à nous parler, ressemble plus à une hypocrisie à peine cachée qu’une déclaration solennel sincère.

Serait-ce cette hypocrisie qui vous empêche de prendre des positions qui défendent cette déclaration à laquelle nous, français, sommes si attachés ? Une déclaration qui a coutée la vie à des centaines de milliers de personnes pour ne pas dire des millions, une déclaration pour laquelle, nous français, à travers les dirigeants successifs, faisons preuve d’un orgueil tellement flagrant dans le monde que cela nous rend totalement ridicule. Mais voilà, cette déclaration commune n’est pas respectée chez nos amis algériens et cela est inadmissible.  

Il est de votre devoir, Monsieur le Président, de dénoncer ces faits qui sont inacceptables pour nous de la même manière que vous dénoncez les violences commises sur les musulmans qui sont respectueux des règles de la République et qui, de par leur religion sont stigmatisés et souvent violentés.  

Il est de votre devoir, Monsieur le Président, de dénoncer la cruauté dont font preuve les dirigeants algériens, de la même manière que vous n’hésitez pas à prendre position pour nos amis musulmans français. Il est de votre devoir, en tant que garant de notre constitution, en tant que représentant de notre pays, de le faire sans plus attendre et ce publiquement.   

J’aimerais pour conclure, attirer votre attention sur le fait qu’une vidéo est présente sur Internet dans laquelle vous êtes interpellé directement et personnellement sur ce même sujet. Cette vidéo, publiée sur la page Facebook de l’église de la Porte Ouverte Chrétienne dans laquelle plusieurs pasteurs français vous interpellent, il vous est demandé pour le moins, Monsieur le Président, de la visionner, mais surtout d’y répondre. Notre voix sera entendue, car notre voix est tout aussi importante, voire davantage, que celle des musulmans français, de par notre nombre. Nous avons une certaine chance d’être en majorité dans ce pays, mais nous savons également que nous vivrons des pressions constantes de votre part. Nous le savons au travers des prises de positions que vous avez prises, au travers des lois que votre gouvernement vote et qui étouffent peu à peu notre voix. 

Cependant Monsieur le Président, nous chrétiens, nous sommes une seule voix, une voix unique, à vous interpeller sur la situation. Et croyez-le bien Monsieur le Président, jamais nous ne nous tairons. Notre voix sera entendue sur la terre mais également dans les Cieux. Jamais nous ne nous tairons face aux atrocités faites par vos amis, partenaires et même adversaires politiques. Nous avons le devoir d’être un phare.

Nous avons le devoir en tant que chrétiens français de faire savoir à nos frères algériens qu’ils sont soutenus et ce de toute les manières que ce soient. Qu’ils ne sont pas seuls et oubliés malgré les persécutions quotidiennes qu’ils subissent et malgré le silence des politiques. Nous le faisons, parce que nous les aimons, car nous, chrétiens du monde entier, nous sommes une seule et même famille. Si l’un souffre, l’autre le soutient dans l’amour. Nous avons tous cela à cœur, et croyez-le bien, nous le faisons depuis presque 2000 ans d’existence de l’Eglise. Nous, chrétiens protestants français, nous soutenons de manière indéfectible nos frères algériens. Tout comme nous soutenons, aimons et priions pour nos frères persécutés dans le monde entier. Et quels que soient les plans d’un ennemi, jamais la Voix de l’Eglise ne sera étouffée. A chaque seconde, une voix est portée, dans l’intimité de la prière, pour soutenir ces chrétiens et personne, que ce soit sur terre, dans les cieux, sous la terre et sous la mer ne pourra taire notre prière, jamais. Si vous avez choisi ce silence, nous, nous avons choisi de parler, de dénoncer mais également de prier. Car nous savons que c’est la prière qui soutient, qui porte.  

Oui, nous chrétiens protestants évangélistes nous ne vous soutenons pas toujours dans vos choix politiques, mais nous vous respectons de par votre position et c’est parce que vous avez cette position que nous avons tous, le désir de vous interpeller face à cette situation. Nous en avons le désir, le devoir, et la possibilité de le faire et c’est la raison d’être de cette lettre.  

Sachez, Monsieur le président, que ce courrier sera également envoyé à tous les dirigeants des partis politiques de mon pays, la France. Ce courrier sera également envoyé à la plupart des rédactions (TV, RADIO) et pour finir, il sera envoyé dans les ministères concernés, à l’Assemblée Nationale Française et au Sénat. De plus, ce courrier sera envoyé au Conseil européen de Strasbourg ainsi qu’à la plupart des ONG qui seront aptes à diffuser cette alerte. Cela est fait uniquement par soucis de visibilité afin que ce courrier ne devienne pas lettre morte. Car, comme je l’ai dit précédemment, notre voix sera entendue d’une manière ou d’une autre car il est inadmissible, inacceptable, intolérable que votre gouvernement se taise face à la situation de ces chrétiens persécutés en Algérie. Nous nous attendons tous, chrétiens protestants évangélistes français, à une réaction officielle, publique et sans langue de bois de votre part. Nous nous attendons à ce que des prises de positions soient engagées. Nous les attendons sans plus attendre, car cette situation s’aggrave jour après jour. Je ne désire pas être mis en lumière, car il ne s’agit pas moi, mais je souhaite, nous souhaitons, que cela soit rendu publique. C’est pourquoi je ne m’attends pas à une réponse personnelle, cela ne servirait pas la cause des chrétiens algériens.  

Bien entendu nous ne sommes pas parfaits, et bien que certaines dérives existent au sein de certaines assemblées comme il en existe dans toute organisation humaine, ce n’est pas pour autant que le silence doit primer alors que la violence elle, elle est bien réelle. Et la violence ne saurait être dénoncée, impunie. Je ne désire pas que cette citation s’avère vraie pour vous : « le silence consent ».  

La laïcité, c’est de ne pas préférer une religion par rapport à une autre ou d’avoir une préférence pour un courant plutôt que pour un autre. Parce que si tel est le cas, c’est simple : la France deviendra une terre musulmane ou la loi islamique sera appliquée. C’est une logique évidente, que même un enfant de 4 ans pourrait comprendre.  

Dans l’attente d’une réaction de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération. 

A Mulhouse

Le 23 octobre 2019

France: Des rassemblements le 24 octobre pour dénoncer la fermeture des églises en Algérie


Plusieurs rassemblements pacifiques sont annoncés le 24 octobre à 17h dans plusieurs villes de France dont Strasbourg, Paris, Lille, Lyon, Marseille et Metz pour dénoncer la fermeture des églises en Algérie et la violation de la liberté de culte pourtant inscrite dans la constitution algérienne (article 42).

C’est une mobilisation importante au niveau national qui a été lancée par le collectif #JeSuisChrétienAlgérien. Près de 500 pasteurs et responsables d’Eglises en France réunis lors d’un congrès à l’Eglise de La Porte Ouverte à Mulhouse ont lancé un appel au président Emmanuel Macron, dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux. Une pétition a été lancée depuis et a déjà récolté 60 000 signatures en une semaine.

Ces initiatives font directement suite à la fermeture soudaine de l’église de Tizi Ouzou le 15 octobre, les autorités prétextant «un exercice du culte sans autorisation». Douze lieux de culte ont été fermés en deux ans par les autorités algériennes.

Source: Evangéliques.info

France : une ex-ministre appelle à surveiller les évangélistes en les comparant aux islamistes


Laurence Rossignol a dressé un parallèle entre islamisme et protestantisme évangélique. Dans les quartiers, ce serait bien qu’on s’intéresse un peu à ce que font les évangélistes », a-t-elle indiqué…

L’ancienne ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes était invitée ce mardi 15 octobre à s’exprimer sur la polémique autour d’une mère voilée, accompagnatrice d’une sortie scolaire au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Mais le débat a glissé de l’islamisme à la critique de la mouvance évangélique. 

« On est a juste titre très mobilisés sur l’islamisme, mais dans les quartiers, ce serait bien qu’on s’intéresse un peu à ce que font les évangélistes, a avancé Laurence Rossignol, qui sont largement aussi présents, moins visibles, très prosélytes et qui, eux, interviennent également sur le contenu des enseignements ».

Sébastien Fath est directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL), un laboratoire de recherches du CNRS. Ce sociologue et historien des protestantismes pointe tout d’abord du doigt une erreur de vocabulaire : « on ne dit pas les évangélistes mais les évangéliques ». Ces derniers adhèrent à « une variante, aujourd’hui dominante, du protestantisme ».

« Evangéliste désigne généralement l’un des quatre auteurs des évangiles, soit Matthieu, Marc, Luc et Jean dans l’ordre canonique, précise sur son blog Philippe Golaz, pasteur suisse. Cependant, il est possible que vous croisiez aujourd’hui des personnes qui se disent évangélistes, et ce, surtout dans les églises évangéliques. Il s’agit-là de personnes dont le ministère est de poursuivre ce que les quatre premiers évangélistes ont accompli, à savoir annoncer la Bonne Nouvelle à ceux qui ne l’ont pas encore entendue. »

Une forte croissance, notamment dans les banlieues

Les évangéliques sont passés de « 50.000 vers 1945 à 1 million aujourd’hui en comptant la France d’Outremer », soit 1,5% de la population, estime Sébastien Fath. Le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) – qui représente plus de 70% des Églises évangéliques – nous explique que cette croissance s’est surtout opérée ces dernières années : « Actuellement, nous créons un nouveau lieu de culte tous les 10 jours. » Selon son décompte, nous sommes passés de 750 églises locales en 1970 à 2513 aujourd’hui. Et le CNEF a bien l’intention de poursuivre sur cette lancée : « Notre objectif est de compter une église pour 10.000 habitants, pour le moment nous sommes à 1 pour 30.000 » indique Romain Choisnet, directeur de la communication du Conseil.

Taux de pénétration des Églises évangéliques − CNEF

Cette croissance est particulièrement forte dans les quartiers populaires. « De nombreux évangéliques sont issus de l’immigration, comme ces populations sont largement présentes dans ces quartiers, cette croissance est particulièrement visible dans ces territoires », reconnait la CNEF. « En région parisienne, ces publics sont souvent issus des anciennes colonies françaises d’Afrique subsaharienne », abonde Sébastien Fath.

Des études sociologiques démontrent que « les enfants ou petits-enfants d’immigrés sont beaucoup plus religieux que la moyenne des Français, ajoute Sophie Gherardi, fondatrice du Cefrelco (Centre d’étude du fait religieux contemporain), or le protestantisme évangélique offre une vraie ferveur religieuse, quand le catholicisme par exemple parait ‘tiède' ». Un succès tel qu’une réelle « concurrence avec les plus prosélytes des musulmans s’est constituée dans les quartiers ». Les musulmans représenteraient ainsi 10 à 20% des nouvelles conversions, nous assure le porte-parole du CNEF.

« Cette croissance se retrouve également dans la France périphérique, la grande banlieue, comme en Seine-et-Marne, note Sophie Gherardi. La présence d’églises évangéliques en Ardèche et dans le Gard (visible sur la carte ci-dessus), a, elle, une raison plus historique, il s’agit de terres protestantes, ces églises ont remplacé une forme plus classique, moins moderne du protestantisme ».

Un prosélytisme affirmé

Mais si une présence forte se confirme dans les banlieues françaises, cela signifie-t-il pour autant que des dérives radicales y sont visibles ? Pour ce qui est du prosélytisme, il s’agit d’un objectif revendiqué, même si le porte-parole du CNEF regrette que ce terme soit devenu « péjoratif ». Tout évangélique se doit « d’annoncer la bonne nouvelle ». Une campagne a même été lancée avec un slogan sans équivoque : « libre de le dire ». « Il s’agit de liberté d’expression et de liberté de religion », tient à souligner Romain Choisnet. Occuper tout le territoire français est d’ailleurs un but affirmé : « Nous avons créé une cartographie pour visualiser les territoires où une église évangélique est accessible à moins de 30 minutes, cela permet de visualiser les zones désaffectées à couvrir ».

Sophie Gherardi évoque de son côté « un essaimage ». « Quand une église fait le plein sur un territoire, les évangéliques vont en créer une autre et ainsi de suite ». Cette spécialiste des religions réfute pour autant toute forme de dérive, notamment en ce qui concerne une remise en cause des enseignements de l’école républicaine, comme l’assure Me Rossignol. « Ils peuvent être très conservateurs sur le plan des mœurs, ce qui peut effectivement mettre mal à l’aise une institution très areligieuse comme l’école, estime-t-elle.

Des atteintes à la laïcité limitées en milieu scolaire

Du côté du ministère de l’Education nationale, on nous indique que « les atteintes à la laïcité ne sont pas classées par religion ». Seules des données globales existent : les fameux 900 cas remontés sur le dernier trimestre et évoqués ces derniers jours dans les médias. Parmi eux, 61% sont du fait des élèves, 19% de la part des parents. Sans parler d’une confession religieuse en particulier, le ministère souligne : « 900 cas sur 12 millions d’enfants scolarisées, cela reste très minoritaire ». « Pour chaque cas, un suivi auprès des élèves et des parents est effectué », ajoute-t-il.

Les contestations d’enseignement oscillent entre 11 et 20% des signalements, depuis avril 2018.

900 cas de signalements d’atteintes à la laïcité enregistrés par les équipes académiques Valeurs de la République d’avril à juillet 2019 (Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse)

Les évangéliques se défendent d’ailleurs de vouloir contourner l’école publique : « Nous n’avons pas une culture de l’entre-soi, au contraire, nous prônons le vivre-ensemble et les valeurs républicaines ». Et le développement des écoles confessionnelles serait, selon Romain Choisnet, « anecdotique ». L’association des établissements scolaires protestants évangéliques francophones (AESPEF) comptabilise sur son site internet 32 écoles membres en France.

Des dérives à la marge

Des dérives, à la marge, existent cependant. Le comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation nous a affirmé ne pas avoir de « données diffusables sur ce phénomène », tout comme la Police nationale. Mais la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) rapporte dans son rapport d’activité 2016, 212 comportements inquiétants de dirigeants de groupes évangélistes et pentecôtistes (et 195 en 2015), quand l’islam rigoriste, le salafisme et la radicalisation djihadiste représente 36 signalements (60 en 2015). 

« Quelques églises évangéliques, non affiliées au Conseil national des évangéliques de France (le CNEF qui rassemble plus de 70 % des églises évangéliques) et des petites églises pentecôtistes, le plus souvent créées par des pasteurs auto-proclamés, font craindre de graves dérives (…). Discours millénariste, recours fréquent à l’exorcisme, mise en scène spectaculaire du pouvoir miraculeux du fondateur, création d’émotions collectives en sont les marqueurs. Ils provoquent chez certains adeptes des états d’hystérie et des traumatismes. Au-delà du risque sectaire, le repli communautaire et la vision apocalyptique véhiculés par les discours de ces pasteurs est une menace pour la cohésion de la société », rapporte la Miviludes.

Source: LCI & La lumière du monde

Démolition d’une mega-church pendant un culte et arrestation de ses pasteurs en Chine


L’église, qui pouvait accueillir 3000 personnes, a été détruite par les autorités chinoises.

La vidéo, diffusée par China Aid, révèle l’horreur de la persécution en Chine. Ce week-end, une église, qui pouvait accueillir 3000 fidèles, vient d’être démolie en Chine grâce à des engins de chantier. Les pasteurs, Geng Yimin et Sun Yongyao, soupçonnés d’avoir « rassemblé une foule pour perturber l’ordre social », ont été arrêtés.

Elle faisait pourtant partie d’un réseau d’églises autorisées et n’avait pas reçu d’avis de démolition.

Pour le président de China Aid, Bob Fu, il s’agit d’un « mépris total ».

« Le mépris total de la protection de la liberté de religion telle qu’elle est inscrite dans la propre constitution du Parti communiste dit au monde entier que le président Xi est déterminé à poursuivre sa guerre contre les fidèles chrétiens pacifiques. Cette campagne échouera sûrement à la fin. »

En juillet dernier, une église de la province de Shangcai avait également été détruite. Mille membres des autorités chinoises étaient présents pour cette opération de destruction. Le magazine sur la liberté religieuse en Chine Bitter Winter précise que l’église a été « fouillée » et que la police « a emporté un piano et quatre unités de climatisation » mais a laissé les biens des croyants à l’intérieur.

En seulement trois jours, l’église a été rasée par huit excavateurs de chantier. Puis des travaux de jardinage ont immédiatement pris place. Une pelouse arborée enlève désormais toute trace de cette église. Plusieurs arrestations ont suivies, dont celle de 8 responsables et de 13 membres de l’église.

Source: Info Chrétienne

Syrie: L’attaque turque pourrait conduire à une tragédie supplémentaire pour la présence chrétienne en Syrie, selon des responsables chrétiens


«L’invasion militaire prévue et la possible confrontation avec les Kurdes pourraient obliger les chrétiens de la région à partir. Cela signifie une tragédie de plus pour la présence chrétienne en Syrie», a déclaré Joseph Kassab, président du Conseil suprême des communautés évangéliques de Syrie, relaie Evangelical Focus le 10 octobre.

Par ailleurs, l’ancien directeur de l’Alliance évangélique du Kurdistan, Ashty Bahro, a également exprimé sa forte préoccupation concernant les minorités religieuses de la région: «Il est très possible que le retrait américain entraîne l’extinction du christianisme de ces territoires. Comment un autre pays peut-il entrer sous prétexte de libération du terrorisme ? La cible sera-t-elle uniquement le terrorisme ou des «personnes indésirables» ?, se questionne-t-il.

Selon Evangelical Focus, sur les 750’000 personnes vivant dans la zone de l’attaque turque, entre 40’000 et 100’000 sont des chrétiens kurdes. Ils craignent que l’objectif de la Turquie soit de terminer le génocide de leur peuple: «Nous espérons et prions que tout en défendant le monde contre Daech, le monde ne nous abandonne pas» a déclaré un groupe chrétien au Christian Broadcasting Network.

Aux Etats-Unis aussi, certains responsables évangéliques ont contesté la décision du gouvernement américain de retirer les troupes de Syrie. Franklin Graham a appelé à prier pour la protection des chrétiens kurdes et que Donald Trump reconsidère sa décision.

Président de la la Commission baptiste pour la liberté religieuse et l’éthique, Russell Moore a également déclaré que ce retrait pourrait avoir un impact négatif sur les droits et la survie des minorités religieuses et ethniques de la région, alors que les Kurdes se sont levés pour les Etats-Unis, pour la liberté et la dignité humaine contre l’Etat islamique et le régime sanguinaire d’Assad.

Source: Evangéliques.info

Corée du Nord: «Si tu as peur, tu ne peux pas être un chrétien secret»


En Corée du Nord, rencontrer d’autres chrétiens est extrêmement risqué. Sang-Hwa raconte comment elle est devenue une chrétienne secrète.

C’est le pays le plus fermé au monde. Les Nord-Coréens n’ont pas droit à internet. Les radios et les télévisions ne peuvent capter que les émissions d’État. La Corée du Nord interdit la Bible et tout autre matériel chrétien. Et pourtant, il y a une Église vivante mais totalement souterraine. Sang-Hwa (pseudonyme) a osé partager son histoire.

Bible trouvée «par hasard»

«J’ai grandi dans une famille chrétienne sans m’en rendre compte. Mes parents ne pouvaient pas nous raconter des histoires bibliques, ni parler de leur foi en Dieu. C’est trop dangereux. Un enfant peut accidentellement trahir ses parents et les conséquences sont désastreuses. Toute la famille est alors envoyée dans un camp. Très peu de gens en ressortent.

J’ai trouvé la Bible de mes parents «par hasard» lorsque j’avais 12 ans. Comme ils étaient absents, je l’ai ouverte. J’ai lu qu’au commencement Dieu a créé les cieux et la terre. Là, j’ai fait tomber le livre. Il ne décrivait ni le Big Bang ni la théorie de l’évolution. C’était un livre illégal! J’ai sérieusement envisagé de dénoncer mes parents. Mais je me suis ravisée et j’ai choisi d’affronter mon père. Il a accepté.

Un secret bien gardé

Il m’a d’abord demandé quel était l’animal le plus dangereux. Pour moi, c’était le serpent. Mon père m’a alors expliqué comment le péché était venu dans le monde et que nous avons tous besoin de rédemption. Pendant qu’il me parlait de la Bible, le Saint-Esprit est venu sur moi. Bien plus tard, j’ai découvert un secret:

«Mon père avait prié durant plus de cinq ans avant que Dieu ne lui donne l’occasion de partager l’Évangile avec moi.»

En Corée du Nord, les chrétiens secrets commencent généralement leur journée par la prière… sous leurs couvertures! Ils ne prient pas pour leurs besoins physiques ou matériels, mais ils cherchent d’abord le royaume de Dieu pour voir grandir l’Église souterraine.

Tu veux suivre Jésus? Sois prêt à mourir!

Sang-Hwa est devenue à son tour une chrétienne secrète. Elle poursuit: «À partir du moment où tu choisis de suivre Jésus, tu renonces à ta vie. Chaque jour, tu dois être prêt à mourir pour ta foi. Si tu as peur, tu ne peux pas être un chrétien secret. Tu ne peux compter que sur Dieu. Lui seul te garde fort. En Corée du Nord, nous avons ce dicton: « quand trois personnes se rencontrent, l’une d’elles est un espion qui fera un rapport aux autorités ». Cela signifie que vous ne pouvez pas parler librement dans ce pays. Ainsi, les réunions clandestines ne sont réservées qu’aux membres de la famille. Il est très difficile d’établir un réseau de chrétiens. Il faut pouvoir être sûr de leur fidélité et de leur loyauté. »

Ce que vous faites est si important!

Sang-Hwa croit que l’impact du travail de Portes Ouvertes est ressenti par les familles chrétiennes en Corée du Nord : «L’amour de Dieu coule à travers vous. Grâce à votre soutien, les chrétiens secrets expérimentent que Dieu les aime et pourvoit à leurs besoins. Ce que vous faites est si important pour leur survie.»

Source: Portes Ouvertes

Inde: l’Himachal Pradesh durcit sa loi anticonversion


L’État indien de l’Himachal Pradesh vient d’adopter une version encore plus dure de la loi qui punit les «conversions forcées» de l’hindouisme vers une autre religion.

Le 30 août, l’Himachal Pradesh, un État du Nord de l’Inde a adopté une loi encore plus sévère que la précédente. Selon la nouvelle loi, quiconque accusé de convertir quelqu’un par coercition, par la force, par la fraude ou par «incitation» encourra 5 ans de prison contre 2 auparavant.

L’ «incitation»ayant ici un sens très large puisque, la loi précise qu’il s’agit de «l’offre de tout type de dons, de gratifications ou de bénéfices matériels en argent ou en nature ou encore en poste de travail, la proposition d’une instruction gratuite au sein d’une école gérée par un organisme religieux quelconque.» 

Sont également condamnables les mariages en vue de la conversion de l’autre personne et quiconque sera accusé d’essayer de convertir un dalit, une femme ou un mineur sera passible de 2 à 5 ans de prison contre 3 auparavant.

Cette nouvelle loi est représentative du programme du BJP, parti au pouvoir, pour qui «être indien c’est être hindou».

Cibler les minorités non hindoues

Devant le Parlement, Jai Ram Thakur, ministre en chef, a déclaré que le nombre de personnes converties de force ne cessait d’augmenter et qu’il fallait que cela cesse. Cependant, sa déclaration ne repose sur aucune preuve chiffrée.

L’Himachal Pradesh est l’un des huit États indiens qui ont adopté une loi anticonversion. Dans cet État, les chrétiens ne représentent que 0,18 % de la population et aucun cas de chrétien ayant été converti de force des hindous n’a été recensé.

En Inde,les lois anticonversion sont utilisées pour harceler les minorités religieuses et d’ailleurs, c’est dans les États où ces lois sont en vigueur que l’on recense le plus de violence confessionnelle. Elles engendrent un climat d’hostilité et de peur qui mène, pour les chrétiens, à limiter l’expression de leur foi sur le plan public et personnel.

Source: Portes Ouvertes