France: incidents à Paris en marge de la manifestation contre les violences policières


15.000 personnes ont participé à la manifestation malgré l’interdiction du préfet.

Jets de projectiles, tirs de lacrymogènes, manifestants sur le périphérique: des incidents ont éclaté mardi soir à Paris en marge d’un vaste rassemblement pour dénoncer les violences policières.

« Quelques incidents en marge de la manifestation interdite pour lesquels les forces de l’ordre sont en train d’intervenir », a twitté peu après 21H00 la préfecture de police, qui avait interdit ce rassemblement à l’appel du collectif Adama, qui a réuni des milliers de personnes autour du palais de justice de Paris.

Certains manifestants ont brandi un drapeau palestinien lors du rassemblement.

Le préfet de police Didier Lallement avait initialement interdit le rassemblement organisé devant le tribunal judiciaire de Paris par le comité de soutien à la famille d’Adama Traoré, un jeune homme noir de 24 ans décédé en 2016 lors d’une interpellation.

La manifestation, prévue à 19H00, « n’a fait l’objet d’aucune déclaration préalable et pouvant rassembler de nombreuses personnes, n’est pas autorisée » en raison de l’état d’urgence sanitaire qui proscrit tout rassemblement public de plus de dix personnes, explique la préfecture de police (PP) dans un communiqué.

La PP estime également que « la tonalité de l’appel à manifester relayé par les réseaux sociaux laisse craindre que des débordements aient lieu sur un site sensible ».

« Le rassemblement de ce soir est maintenu, la préfecture de Paris et son préfet politique tentent d’intimider ceux qui réclament la justice! », a réagi sur Twitter le Comité Adama.

Le 19 juillet 2016, Adama Traoré était décédé dans la caserne de Persan, près de deux heures après son arrestation dans sa ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) au terme d’une course-poursuite avec les gendarmes.

Source: i24 News

La France ressuscite le Saint Empire romain


La France défie l’Amérique et la Grande-Bretagne, s’allie à l’Église catholique et habilite une superpuissance européenne dirigée par l’Allemagne.

Sous la direction du président Emmanuel Macron, la France s’est retournée contre l’Amérique et la Grande-Bretagne. Au lieu de se ranger du côté de ses anciens alliés, la France courtise maintenant l’Allemagne, son ennemi de la Première et de la Seconde Guerre mondiale.

À la lumière de la prophétie biblique, cette tournure des événements est très alarmante ! En fait, cela conduira à une crise horrible. Mais en même temps, cette nouvelle peut vous donner une grande espérance si vous comprenez les promesses de Dieu.

L’année dernière, le monde entier a été témoin d’un affrontement amer entre la France et l’Amérique. Dans une interview accordée à The Economist en novembre, le président Macron a déclaré : « Les États-Unis nous tournent le dos. Ce que nous vivons actuellement, c’est la mort cérébrale de l’OTAN [Organisation du traité de l’Atlantique nord]. »

Les États-Unis n’ont pas parfaitement dirigé l’OTAN, mais ils paient pour la sécurité de l’Europe depuis des décennies ! Pendant ce temps, les États membres européens—y compris la France—n’ont pas dépensé les exigences minimales pour leurs forces armées, comme l’exigent les règles de l’OTAN. Mais au lieu d’appeler l’Europe à contribuer davantage à l’OTAN, Macron attise une rébellion contre les États-Unis.

Pourquoi des mots si durs ? Pourquoi Macron est-il si négatif envers les États-Unis alors que la France a tant profité de cette relation ? Sans le rôle de l’Amérique lors de deux guerres mondiales, la France ferait partie de l’Allemagne aujourd’hui !

Le président américain Donald Trump a répondu : « Personne n’a besoin de l’OTAN plus que la France, si vous regardez en arrière sur la dernière longue période de temps. Personne n’a plus besoin de l’OTAN que la France—et franchement, celui qui en profite le moins, ce sont les États-Unis. Nous en profitons le moins. Nous aidons l’Europe. »

M. Trump a parfaitement raison : La France a bénéficié le plus de l’OTAN. Mais il y a une raison profonde pour laquelle Macron s’oppose à l’Amérique comme il le fait.

Le véritable catalyseur de cette nouvelle approche de la France est l’ALLEMAGNE. L’Allemagne est la seule à bénéficier des déclarations de Macron. Il ne s’agit pas principalement de la sécurité de l’Europe. Il s’agit d’un ordre mondial en évolution. Il s’agit d’accepter ou de s’opposer à la domination de l’Amérique.

Il s’agit également de savoir si la France est disposée à capituler face à la domination allemande.

Macron ne discute pas de conflits d’intérêts mineurs ; il rejette les objectifs américains. Il croit que l’Europe et les États-Unis ont des objectifs militaires opposés.

Le premier secrétaire général de l’OTAN, Lord Hastings Ismay, a décrit les objectifs de l’alliance : « Garder les Russes dehors, les Américains dedans et les Allemands sous contrôle. »

Si vous considérez à quel point la France a souffert aux mains des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, vous penseriez que ce serait dans l’intérêt de Macron. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Russie et l’Allemagne ont fait une alliance qui a permis à l’Allemagne de conquérir presque toute l’Europe ! Après la guerre, les Alliés voulaient s’assurer que l’Allemagne ne pourrait plus se réarmer. Ils ont convenu que l’Allemagne ne devrait jamais être autorisée à déclencher une autre guerre. L’OTAN a été créée pour protéger le continent de la menace russe sans laisser l’Allemagne se réarmer.

Macron s’oppose à ces objectifs. Il pense que le temps de la coopération américano-européenne contre la Russie est révolu. « Nous sommes dans une Europe où nous avons laissé la question des armes sous le contrôle de traités antérieurs à la fin de la guerre froide entre les États-Unis et la Russie », a-t-il déclaré à The Economist. « Est-ce que cela est une Europe qui pense à son destin et qui construit ? »

La France veut que l’Europe sorte de l’ombre du parapluie militaire américain. Elle veut une Europe indépendante des États-Unis et qui ne considère plus la Russie comme l’ennemi principal.

Mais sans l’OTAN, l’ordre d’après-guerre est en grave danger ! De nouvelles alliances militaires sont destinées à se former et à modifier considérablement l’équilibre des pouvoirs. Cela est particulièrement dangereux étant donné que le monde est désormais armé de bombes nucléaires. Une rupture de la paix relative depuis la Seconde Guerre mondiale conduirait à la fin de l’humanité si Dieu le permettait !

Macron risque tout cela et vous devez comprendre pourquoi.

La trahison de la France envers l’Amérique et la Grande-Bretagne devrait être un avertissement fort à ce monde. Macron ne demande pas seulement une réévaluation des relations—il demande une armée européenne, qui sera sans aucun doute dirigée par l’Allemagne ! En laissant l’Allemagne se réarmer après la guerre, l’Amérique et la Grande-Bretagne prenaient un risque calculé—comme le disaient à l’époque leurs dirigeants et même le chef de l’Allemagne. Je prophétise qu’à moins que l’Amérique et la Grande-Bretagne ne se repentent maintenant, ils vont regretter cette décision un millions de fois de plus ! C’est ce que dit votre Bible.

Ancré à l’Allemagne

Une tendance claire se dessine : le président Macron demande ce que l’Allemagne veut. Je ne pense pas que Macron dirait ce qu’il a dit à moins que l’Allemagne ne l’approuve. Il agit comme une sorte de marionnette pour l’Allemagne !

Lors d’un discours en octobre 1995, le Premier ministre Margaret Thatcher a averti : « Vous n’avez pas ancré l’Allemagne à l’Europe », qui était le plan d’origine, « vous avez ancré l’Europe à une Allemagne nouvellement unie et dominante. À la fin, mes amis, vous verrez que cela ne fonctionnera pas ! » La position ferme de Mme Thatcher contre l’Allemagne a contribué à la faire évincer de ses fonctions, et à ce jour elle est critiquée pour cela. Mais c’est la vérité !

C’est une grande raison pour laquelle une majorité d’électeurs britanniques a choisi de quitter l’Union européenne en 2016 : ils savent que l’Europe est ancrée à l’Allemagne. Comme CNBC l’a annoncé en février 2019, « Le Brexit est une révolte contre un super-État européen dirigé par l’Allemagne. »

Si la France soutenait l’opposition britannique à la domination allemande, le contrôle de l’Allemagne sur l’Europe serait considérablement diminué ! Mais Macron fait exactement le contraire.

Dès le début de son mandat, Macron a appelé toute l’Europe à se ranger derrière Bruxelles. En septembre 2017, Macron a déclaré que les critiques « oublient que Bruxelles, c’est nous, toujours, à chaque instant !… C’est à l’Europe de faire des propositions, à nous de les soutenir, ici et maintenant. » Cette demande est à l’opposé de ce que des millions de Britanniques ont voté. Mais c’est exactement ce que veut l’Allemagne ! Pour comprendre pourquoi, vous devez comprendre qui contrôle Bruxelles.

La force économique de l’UE dépend de l’Allemagne. L’Allemagne est le plus grand contributeur net de l’UE. Avec environ 83 millions de citoyens et un PIB de près de 4 trillions de dollars américains, l’Allemagne est le pays le plus peuplé de l’UE et sa plus grande économie. Pour ces raisons, l’Allemagne envoie le plus de membres au Parlement européen.

L’Allemagne en tire un pouvoir énorme. Les finances du gouvernement sont saines ; il rembourse en fait sa dette. Si un pays européen a besoin d’être renfloué, l’Allemagne est la seule à pouvoir offrir une aide substantielle. Mais cette aide nécessite de répondre aux conditions de l’Allemagne.

Le poids de l’Allemagne signifie qu’un bon nombre des meilleurs postes à Bruxelles sont occupés par des Allemands. La présidente de la Commission européenne—la position la plus puissante à Bruxelles—est allemande. Au Parlement européen, le parti le plus important et le plus puissant est dirigé par un Allemand. Le secrétaire général du Parlement est un Allemand. Il en va de même du secrétaire général dans la version européenne de son ministère des Affaires étrangères. D’autres pays de l’UE se plaignent généralement qu’il y a trop d’Allemands dans les postes les plus importants de Bruxelles.

Macron annonce la venue de cette armée européenne. Mais l’Allemagne va le réaliser.

Une armée dirigée par l’UE ferait entrer cette domination allemande dans la sphère militaire. Le fondateur de Geopolitical Futures, George Friedman, a écrit : « Collaborer sur les budgets de défense, avec chaque nation contribuant en fonction de la taille économique, signifierait que l’Allemagne serait à la fois la première puissance économique et militaire en Europe. »

L’ensemble du système de l’UE est conçu pour créer un super-État dépendant de, et dominé par l’Allemagne. Et la Grande-Bretagne quittant l’UE donne à l’Allemagne encore plus de pouvoir. L’opposition britannique est une des principales raisons pour lesquelles Bruxelles n’a pas été plus puissante.

En appelant toute l’Europe à soutenir Bruxelles, Macron demande essentiellement la reddition à l’Allemagne ! Plus l’Europe est unie, plus il sera difficile pour la Grande-Bretagne d’échapper aux griffes de l’Allemagne. Macron trahit la Grande-Bretagne et se rend à l’Allemagne !

Imaginez si un chancelier allemand prononçait un discours comme M. Macron, exigeant que toute l’Europe soutienne les diktats de Bruxelles. L’Allemagne n’oserait pas faire une telle proposition maintenant ! Mais c’est certainement dans l’intérêt de l’Allemagne—et Macron est celui qui pousse pour cela !

Lors d’un voyage en novembre 2018, Macron a déclaré au parlement allemand : « Si vous ne comprenez pas les mots de la France, souvenez-vous que la France vous aime » (je souligne tout au long). Il l’a dit juste après avoir appelé à une « véritable armée européenne » pour protéger l’Europe « vis-à-vis de la Chine, de la Russie et même des États-Unis d’Amérique » !

L’Amérique et la Grande-Bretagne ont littéralement sauvé la France, lors de deux guerres mondiales, d’être absorbée par l’Allemagne. Pourtant, aujourd’hui, la France méprise la Grande-Bretagne et l’Amérique et aime l’Allemagne ! C’est une tournure étonnante des événements !

Macron annonce la venue de cette armée européenne. Mais l’Allemagne sera celle qui fera que cela se produise, que le reste de l’Europe le veuille ou non, et beaucoup d’entre eux n’aimeront pas ça ! La Bible révèle dans Apocalypse 17 et d’autres passages que l’Union européenne sera réduite à 10 nations ou 10 rois.

Le regretté Herbert W. Armstrong l’a prédit pendant plus de 50 ans. Il a basé son avertissement sur la parole sûre de la prophétie biblique. Nous continuons de faire retentir cet avertissement. Dieu avertit et avertit parce qu’Il ne veut pas que l’humanité subisse cette souffrance. Mais nos nations, si elles ne se repentent pas, seront sévèrement punies.

La France et le Saint Empire romain

Alors que Macron cherche une alliance plus étroite avec l’Allemagne, il s’allie également avec la plus ancienne institution d’Europe : l’Église catholique romaine. Macron entraîne ainsi la France dans une dangereuse union église-État qui sévit sur le continent depuis des siècles : le Saint Empire romain.

Au nom de la religion, des millions de personnes ont combattu et sont mortes sur le continent européen. Pour avoir rejeté le catholicisme, beaucoup ont été torturés et tués par l’État mais sur l’ordre de l’église !

En raison de cette histoire, le gouvernement français est très sensible en matière de religion. Cela a donc été considéré comme une grande provocation lorsque Macron s’est adressé aux évêques de France en avril 2018 et a déclaré : « Nous partageons sans doute le même vague sentiment que le lien entre l’église et l’État a été endommagé, et nous le croyons tous les deux qu’il est important de le réparer. »

Ce lien a été endommagé en raison des guerres et du sang qu’il a causé au cours des siècles ! Pourquoi Macron veut-il le réparer maintenant ?

L’hebdomadaire Catholic Herald du Royaume-Uni donne un aperçu de la réponse. Dans « Pourquoi Macron courtise-t-il l’Église ? » le journal a noté que Macron « encourageait activement les catholiques français à participer à la vie française en tant que catholiques », probablement en partie comme une « stratégie pour relever le plus grand défi de la France : comment intégrer une population en croissance et, dans certaines zones, la population musulmane de plus en plus militante » (19 avril 2018 ; italique dans l’original).

Photo : Le pape François accueille Emmanuel Macron au Vatican.

En réponse à une population islamique croissante qui travaille activement pour influencer la politique européenne, Macron veut faire revivre les racines chrétiennes de l’Europe . Cela signifie le Saint Empire romain.

« Le discours de Macron aux catholiques pourrait-il être le début d’efforts pour repenser la laïcité [sécularité] de manière à ‘apprivoiser’ l’Islam en France ? », demandait l’article. « À ce stade, il est trop tôt pour le dire. Mais la poursuite de cet objectif reflète l’image de soi de Macron comme quelqu’un qui a l’intention de rénover la France en affrontant des problèmes qu’aucun politicien français depuis Charles de Gaulle n’a réussi à résoudre. »

Mais Macron a de plus grandes ambitions que de simplement repousser l’Islam politique.

« En effet, c’est parce que je refuse d’être indifférent », a déclaré Macron aux évêques, « que je suis conscient de la mesure dans laquelle l’histoire que l’État et l’Église partagent depuis si longtemps est maintenant semée de malentendus et de méfiance réciproque.… Mais aujourd’hui, en cette période de grande fragilité sociale, alors que même le tissu de la nation risque de s’effondrer, je pense qu’il est de ma responsabilité de ne pas laisser la confiance des catholiques pour la politique et les politiciens s’effriter. »

Macron a une vision très positive du Saint Empire romain. Il croit qu’en temps de crise, cet empire a besoin d’être ravivé.

Dans un article adressé aux citoyens européens et publié dans divers journaux le 5 mars 2019, M. Macron a écrit que l’avenir de l’Europe doit être discuté avec des « panels de citoyens et… des universitaires, des représentants du monde des affaires et du travail et des dirigeants religieux et spirituels. »

La politique et la religion fusionnent à nouveau en Europe ! Macron veut unir l’Europe à travers la foi catholique, s’opposer à l’Islam, et en même temps rompre avec l’Amérique et la Grande-Bretagne, qui sont principalement protestantes.

Mais Macron sait qu’il ne peut faire revivre le Saint Empire romain qu’avec le soutien non seulement de l’Église catholique romaine, mais aussi de l’Allemagne.

C’est exactement ce que la Bible prophétise arrivera !

La septième résurrection

La Bible parle de sept résurrections du Saint Empire romain. L’histoire en a déjà vu six. Il en reste encore une à venir.

Apocalypse 17 est une prophétie pour les « derniers jours », le temps dans lequel nous vivons en ce moment. Avec Daniel 2, il révèle que cette dernière résurrection du Saint Empire romain sera dirigée par 10 rois. Apocalypse 17 : 12-13 se lit : « Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête. Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête. »

Cette prophétie montre que l’Union européenne, qui compte actuellement 28 nations, sera réduite à 10 rois. La Grande-Bretagne s’est déjà retirée de l’UE. D’autres suivront ou seront expulsés.

Le verset 13 montre que ces 10 rois auront tous un esprit—et il tournera autour de l’esprit allemand et de l’esprit du Saint Empire romain. Ces rois « donneront leur puissance et leur autorité à la bête ». C’est une prophétie que ces nations seront ancrées à l’Allemagne ! De tous les pays, la France est la première à l’admettre ! La demande de Macron pour que la France s’allie à l’Allemagne et à l’Église catholique romaine accomplit cette prophétie à la lettre !

Ce chapitre utilise également le symbole d’une femme (versets 1-2) pour illustrer que cet empire est en union avec l’Église catholique. Même certains des plus anciens commentateurs de la Bible l’ont reconnu.

Cette résurrection du Saint Empire romain va faire des ravages ! Une centaine de prophéties dans votre Bible vous le disent ! Mais vous n’en entendez pas parler beaucoup dans ce monde, sauf dans ce magazine. Nous prophétisons depuis de nombreuses années. Dieu a donné un avertissement parce qu’Il ne veut pas que les gens souffrent. Il avertit également afin qu’ils puissent apprendre à quel point il peut être catastrophique de rejeter cet avertissement.

Le verset 14 explique comment cet empire finira : « Ils combattront contre l’agneau, et l’agneau les vaincra, parce qu’Il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi. » Tout cela est prophétisé pour arriver juste avant la Seconde venue ! Cette bête sera détruite lorsque Jésus-Christ reviendra pour sauver l’humanité !

Le Saint Empire romain contre Israël

Le Saint Empire romain est l’ennemi juré d’Israël, la nation choisie par Dieu. Comme Herbert W. Armstrong l’a expliqué dans Les Anglo-Saxons selon la prophétie , Israël est plus que la petite nation juive du Moyen-Orient qui s’appelle Israël aujourd’hui. Cette nation est la Juda biblique, seulement une tribu d’Israël.

Certains prétendent que nous ne pouvons pas identifier les autres tribus d’Israël aujourd’hui. Mais réfléchissez sur ce que Genèse 49 : 1-2 dit : « Jacob appela ses fils, et dit : Assemblez-vous, et je vous annoncerai ce qui vous arrivera dans la suite des temps [les derniers jours—selon la King James]. Rassemblez-vous, et écoutez, fils de Jacob ! Ecoutez Israël, votre père. »

Le nom de Jacob a été changé en Israël lors de sa conversion. Maintenant, tout le monde devrait « écouter » ce message, et c’est pour « les derniers jours ». Ce n’était pas pour l’ancien Israël. Il est prophétisé que cela arrivera dans les derniers jours aux 12 tribus d’Israël, qui sont devenues des nations modernes ! Rejeter ce fait clair signifie rejeter l’autorité de la Bible !

Si Dieu donne une prophétie, vous pouvez être sûr qu’Il la révèle à Ses élus pour qu’ils la comprennent. Sinon, quel est le but de la prophétiser ?

Quand Dieu prophétise ce qui arriverait aux différentes tribus d’Israël juste avant le retour du Christ, nous devons savoir  elles se trouvent aujourd’hui. Dans Matthieu 10 : 6, Christ a dit à Ses disciples « allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël ». Les disciples savaient où ils étaient et nous pouvons connaître leur identité aujourd’hui. Si vous ne savez pas quelles sont ces tribus aujourd’hui, demandez notre livre gratuit Les Anglo-Saxons selon la prophétie . Il l’explique en détail.

Le Saint Empire romain a travaillé pendant des siècles pour cacher cette vérité à l’humanité. C’est une des raisons pour lesquelles l’Église catholique a cherché à contrôler l’éducation pendant tant de siècles. Mais Dieu a fait en sorte que cette vérité soit connue de nos jours. Nous pouvons savoir quelles sont ces nations.

Remarquez Genèse 49 : 22 : « Joseph est le rejeton d’un arbre fertile, le rejeton d’un arbre fertile près d’une source ; les branches s’élèvent au-dessus de la muraille. » Ce sont les promesses du droit d’aînesse. Cela a commencé avec la Grande-Bretagne—l’empire le plus puissant de tous les temps. À partir des îles britanniques, les colonies des descendants de Joseph—de ses petits-fils Éphraïm et Manassé, sur lesquels il a placé le nom d’Israël (Genèse 48 : 13-16)—se sont répandues autour de la Terre. Éphraïm et Manassé étaient une nation jusqu’à ce qu’ils se séparent, et Manassé devint les États-Unis, la plus grande nation de tous les temps. Ses « branches s’élèvent au-dessus de la muraille » aussi, par son influence mondiale.

Pourquoi la Grande-Bretagne et l’Amérique sont-elles si riches depuis si longtemps ? Parce que les promesses du droit d’aînesse que Dieu a faites à Israël ont été transmises à Éphraïm et Manassé. Dieu ne choisit pas de favoris ici. Mais Il bénit l’obéissance—dans ce cas, l’obéissance d’Abraham.

Genèse 49 : 23-24 dit : « Ils l’ont provoqué, ils ont lancé des traits ; les archers l’ont poursuivi de leur haine. Mais son arc est demeuré ferme, et ses mains ont été fortifiées par les mains du Puissant de Jacob : il est ainsi devenu le berger, le rocher d’Israël. » Les descendants de Joseph ont donc de nombreux ennemis. Mais Dieu a promis de les protéger. Le terme « rocher d’Israël » est utilisé comme un type du trône même de David et, surtout, un type de Jésus-Christ, notre Rocher, notre Pierre et notre Berger. Il s’occupe de nous, et Il nous donne ces promesses de droit d’aînesse et de protection.

Dieu finira par verser ces bénédictions sur toute l’humanité alors qu’ils apprennent à lui obéir. Mais en cette fin des temps, l’accent est mis sur trois nations : les nations du droit d’aînesse—les États-Unis et la Grande-Bretagne—et la nation du sceptre, Juda. Juda, le père des Juifs d’aujourd’hui, a reçu la promesse du sceptre (verset 10). De sa lignée sont nés des rois qui se sont assis sur le trône de David, qui est toujours sur cette Terre en ce moment. Des puissances étrangères ont tenté de détruire ce trône depuis ses débuts. Le Saint Empire romain a également tenté de détruire le trône de David qui a été planté en Grande-Bretagne, mais a échoué.

Tristement, les descendants de Joseph n’ont pas suivi les pas d’Abraham. Au lieu de cela, ils se sont rebellés contre Dieu. Leurs bénédictions se transforment donc en malédictions (Deutéronome 28). Nous sommes dans « les derniers jours » maintenant, c’est donc une prophétie dont nous devons nous préoccuper. Pour la comprendre, il est crucial de comprendre que Ruben dans la prophétie biblique se réfère à la France. (Ceci est également expliqué dans Les Anglo-Saxons selon la prophétie .)

Les Français sont un peuple formidable. Mais en flirtant avec le Saint Empire romain, ils s’accrochent à quelque chose de vraiment dangereux.

La France dans la prophétie

Voici comment Jacob a commencé la prophétie dans Genèse 49 : « Ruben, toi, mon premier-né » (verset 3). Saviez-vous que Ruben aurait dû recevoir toutes ces grandes promesses de droit d’aînesse et être une nation riche comme la Grande-Bretagne et l’Amérique ?

La France aurait dû recevoir ces promesses, mais à cause des péchés de Ruben, les promesses du droit d’aînesse ont été données plutôt à Joseph. Précédemment dans le récit de la Genèse, nous lisons comment Ruben a trahi Joseph. C’est aussi une prophétie pour cette fin des temps : Ruben va se retourner contre son frère Joseph. C’est une tragédie, car la France fait aussi partie d’Israël.

Le verset 3 continue : « Ruben, toi, mon premier-né, ma force et les prémices de ma vigueur, supérieur en dignité et supérieur en puissance. » Dieu a des choses très élogieuses à dire sur la France. Mais Il a également quelques critiques : « Impétueux comme les eaux, tu n’auras pas la prééminence ! Car tu es monté sur la couche de ton père, tu as souillé ma couche en y montant » (verset 4). Autrefois, Ruben avait des relations avec la concubine de son père. Cette indiscrétion lubrique était un gros problème pour Ruben, et la France l’a toujours aujourd’hui.

Les Français ont toujours les mêmes caractéristiques que Ruben avait autrefois. Cela fait partie de la raison pour laquelle la France est « impétueuse comme les eaux », ce qui signifie qu’elle peut être manipulée par un pays comme l’Allemagne.

Sachez que Dieu aime toujours profondément le peuple français. Les Français sont un peuple formidable, tout comme les Allemands. Mais en flirtant avec le Saint Empire romain, ils s’accrochent à quelque chose de vraiment dangereux !

L’Amérique a restauré l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale grâce au plan Marshall. Cela a également beaucoup aidé la France. Mais l’Allemagne et la France vont maintenant trahir l’Amérique et la Grande-Bretagne et même la nation juive. Au niveau national, les cibles principales du Saint Empire romain sont l’Amérique, la Grande-Bretagne et la nation juive du Moyen-Orient. Dieu punira ces nations plus que les autres parce qu’elles ont été si richement bénies et n’ont pas écouté le message de Dieu.

Une puissance militaire prophétisée

Macron cherche à rétablir le lien entre l’Église catholique et l’État. Mais le Saint Empire romain était non seulement célèbre pour son union église-État, mais aussi pour ses forces armées.

Macron appelle à la fois à une armée européenne et à plus d’implication religieuse. C’est exactement ce qu’est le Saint Empire romain. Cet empire a un gouvernement, une religion, une armée et il règne sur diverses nations.

Mais le soi-disant Saint Empire romain n’est pas du tout saint. Il a provoqué à plusieurs reprises des fleuves de sang.

Apocalypse 13 et 17 contiennent certaines des prophéties les plus détaillées de cet empire dans le Nouveau Testament. Apocalypse 13: 4 se lit comme suit : « Et ils adorèrent le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête ; ils adorèrent la bête, en disant : Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? »

Le monde entier demandera qui pourra rivaliser militairement avec cet empire. Il s’agit d’une prophétie selon laquelle l’Europe disposera d’une armée puissante ! La France le veut et entre à nouveau dans cette union du Saint Empire romain. Mais les Français ne réalisent pas que cela les conduit à adorer le diable, comme son principal outil militaire et religieux, symbolisé par le grand dragon ! (Apocalypse 12 :12).

L’Allemagne voulait depuis longtemps une armée européenne. Elle cherche à faire revivre la puissante armée du Saint Empire romain. Les Allemands ont prévu cela avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Nous devons voir ce que Dieu fait et pourquoi Dieu permet que cela se produise. En fait, Il met même dans leurs esprits d’exécuter cela ! (Apocalypse 17 : 17).

La France peut être celle qui appelle à une puissante armée européenne, mais l’Allemagne a le pouvoir de la créer ! Les gens n’en parlent pas parce qu’ils ne veulent pas faire face à la réalité.

La Bible révèle à maintes reprises que les amoureux de l’Amérique et de la Grande-Bretagne vont les trahir (par exemple, Ézéchiel 23). L’Amérique et la Grande-Bretagne dépendent aujourd’hui de leur prestige mondial et de leur gloire passée. Mais nous ne pouvons pas nous protéger, même si nous pensons que nous le pouvons. C’est une leçon douloureuse que nous devons encore apprendre.

Se tourner vers le Berger

Dieu veut que nous nous tournions vers notre Berger « le berger, la pierre d’Israël ». Dieu est la source et le fondement de toutes nos bénédictions. Notre peuple devrait avoir une certaine humilité et reconnaître que Dieu est derrière toute sa prospérité. Mais ce monde ne regarde pas vers Dieu.

Un berger regarde et protège les moutons. Sans berger, nous sommes des moutons impuissants qui serons dévorés par des loups voraces ! Aujourd’hui, Israël a rejeté son Berger. Le Saint Empire romain se lève maintenant pour dévorer ses bénédictions.

Chacun de nous a besoin de ce Berger dans nos vies, personnellement, ou nous sommes tous aussi impuissants que des moutons. Nous devons toujours nous rappeler de regarder vers ce Rocher, Jésus-Christ. Il sera votre Berger et veillera sur vous et vous protégera.

Voici une autre prophétie pour la fin des temps : « Et toi, fils de l’homme, je t’ai établi comme sentinelle sur la maison d’Israël. Tu dois écouter la parole qui sort de ma bouche, et les avertir de ma part » (Ézéchiel 33 : 7). Dieu veut que vous écoutiez Sa sentinelle, et vous devez savoir qui il est. Ce message est envoyé dans les derniers jours pour avertir Israël, principalement, mais le reste du monde aussi.

Israël sera puni en premier à cause de ses grands péchés. Le verset 11 se lit : « Dis-leur : je suis vivant ! dit le Seigneur, l’Eternel, ce que je désire, ce n’est pas que le méchant meure, c’est qu’il change de conduite et qu’il vive. Revenez, revenez de votre mauvaise voie ; et pourquoi mourriez-vous, maison d’Israël ? » Ce message pourrait-il être plus fort ? Dieu veut que nous nous détournions de notre mauvaise voie ! Il sera alors notre Berger et nous sauvera, et tout ira bien !

Daniel 2 : 44 prophétise ceci au sujet de ces 10 rois : « Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple ; Il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et Lui-même subsistera éternellement. » Les saints de Dieu—ceux qui défendront Christ et Son message et qui avertissent Israël aujourd’hui—recevront ce Royaume. Ils auront des positions et des récompenses comme personne n’a jamais eu !

Nous avertissons les gens aujourd’hui que la grande Tribulation et le Jour du Seigneur arrivent ! Dieu veut empêcher cela. Il veut que nous vivions, physiquement et spirituellement, et que nous prospérions de toutes les manières. Mais si Israël ne tient pas compte de Son message, alors Il doit les punir comme aucun peuple n’a jamais été puni.

C’est à nous de déclarer ce message et à Israël d’en tenir compte. Dieu bénira tous ceux qui soutiennent le message de Dieu maintenant ou en tiennent compte à l’avenir. Jésus-Christ est sur le point de revenir pour apporter la prospérité à toute l’humanité. Ceux qui soutiennent le message de Dieu aujourd’hui seront protégés de la Tribulation à venir et gouverneront avec Christ pour l’éternité ! Quel grand espoir nous avons si nous nous tournons vers notre Berger !

Source: La Trompette

Virus chinois. Un troisième cas confirmé en France, annonce le ministère de la Santé


Agnès Buzyn avait déjà annoncé deux cas en début de soirée. Une troisième contamination a été confirmée ce vendredi un peu après 23 h.

Le ministère de la Santé a annoncé ce vendredi soir peu après 23 h qu’un troisième cas de coronavirus a été confirmé en France. Plus tôt dans la soirée, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s’était déjà exprimée sur les deux premiers cas de virus chinois (coronavirus 2019-nCov) détectés en France. Les premiers également en Europe.

Les trois patients hospitalisés, dont deux au moins s’étaient rendus en Chine, ont été placés en isolement.

Il s’agissait tout d’abord d’un patient hospitalisé jeudi à Bordeaux. Âgé de 48 ans, il a voyagé quelques jours en Chine. Il est rentré en France mercredi, puis il a consulté le lendemain (c’est-à-dire hier jeudi) dans les locaux de SOS Médecins.

L’homme présentait de la fièvre et une toux, deux des symptômes de la pneumonie causée par le coronavirus chinois. Il a confirmé qu’il arrivait de Chine, dont il est originaire. Le médecin lui a alors demandé s’il a séjourné ou a été en contact avec des personnes de la province de Wuhan, épicentre de l’épidémie, ce à quoi le patient a répondu par l’affirmative. C’est ce que raconte SOS Médecins Bordeaux sur son compte Facebook :

Le patient est pris en charge au CHU Pellegrin « dans une chambre isolée par des équipes médicales spécialisées dont la compétence en maladies infectieuses est internationalement reconnue », a fait savoir dans un communiqué à l’AFP le centre hospitalier, précisant qu’il « poursuit son fonctionnement normal » sans perturbation pour « l’accueil des patients ».

« Les professionnels de santé » du service « suivent les protocoles de protection en vigueur en portant (…) gants, masque et vêtements adaptés », a-t-il souligné.

« Du fait de notre fonctionnement, sur rendez-vous, il a croisé peu de monde dans la salle d’attente, moins de 10 personnes et se tenait lui-même à l’écart. Le risque pour les autres patients est quasi-nul », assure le porte-parole de SOS Médecins Bordeaux, Dr Karl Moliexe.

Selon le médecin, le patient en provenance du Wuhan se trouvait en France depuis « au maximum 24 heures » et avait transité par les Pays-Bas.

À l’isolement

Le patient bordelais a été hospitalisé le jour même pour une suspicion de coronavirus. Sa contamination a finalement été confirmée ce vendredi soir après l’analyse de ses prélèvements, a précisé Agnès Buzyn. Il est en chambre isolée de façon à ce qu’il n’ait pas de contact ultérieur, il va bien, a dit la ministre lors d’une conférence de presse improvisée ce vendredi soir au ministère de la Santé.

Un autre cas a également été détecté à Paris, a annoncé Agnès Buzyn sans pouvoir préciser l’âge du patient, ni son parcours. Ses tests sont positifs au coronavirus, a confirmé la ministre. Il est hospitalisé à Bichat, il est également à l’isolement, a-t-elle précisé.

Le troisième cas est un proche parent de l’un des deux premiers cas. Probablement le cas parisien car le ministère indique que les trois patients, ayant séjourné en Chine, sont actuellement hospitalisés dans des établissements de santé de référence (ESR), l’un à Bordeaux et deux à Paris. Toutes les mesures d’isolement et d’hygiène nécessaires ont été prises.

« Prendre sa température plusieurs fois par jour »

Les services de santé français vont désormais s’affairer à remonter l’histoire de ces patients positifs. D’après la ministre, celui de Bordeaux a été en contact avec une dizaine de personnes depuis qu’il est arrivé sur le territoire français. Des consignes vont être données à ces personnes : prendre sa température plusieurs fois par jour, appeler le 15 si l’on a des symptômes et rester chez soi pour l’instant pour éviter la propagation du virus.

Pour Agnès Buzyn, la période d’incubation du virus est probablement autour de 7 jours, entre 2 et 12 jours.

Un point d’information tous les jours

La ministre de la Santé précise qu’un point d’information sera fait tous les jours pour communiquer en toute transparence sur la situation et éviter que de fausses rumeurs se propagent sur les réseaux sociaux.


Le ministère de la Santé a annoncé ce vendredi soir peu après 23 h qu’un troisième cas de coronavirus a été confirmé en France. Plus tôt dans la soirée, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s’était déjà exprimée sur les deux premiers cas de virus chinois (coronavirus 2019-nCov) détectés en France. Les premiers également en Europe.

Les trois patients hospitalisés, dont deux au moins s’étaient rendus en Chine, ont été placés en isolement.

Il s’agissait tout d’abord d’un patient hospitalisé jeudi à Bordeaux. Âgé de 48 ans, il a voyagé quelques jours en Chine. Il est rentré en France mercredi, puis il a consulté le lendemain (c’est-à-dire hier jeudi) dans les locaux de SOS Médecins.BFMTV@BFMTV

Coronavirus chinois: Agnès Buzyn déclare que deux cas ont été confirmés en France

L’homme présentait de la fièvre et une toux, deux des symptômes de la pneumonie causée par le coronavirus chinois. Il a confirmé qu’il arrivait de Chine, dont il est originaire. Le médecin lui a alors demandé s’il a séjourné ou a été en contact avec des personnes de la province de Wuhan, épicentre de l’épidémie, ce à quoi le patient a répondu par l’affirmative. C’est ce que raconte SOS Médecins Bordeaux sur son compte Facebook :

Le patient est pris en charge au CHU Pellegrin « dans une chambre isolée par des équipes médicales spécialisées dont la compétence en maladies infectieuses est internationalement reconnue », a fait savoir dans un communiqué à l’AFP le centre hospitalier, précisant qu’il « poursuit son fonctionnement normal » sans perturbation pour « l’accueil des patients ».

« Les professionnels de santé » du service « suivent les protocoles de protection en vigueur en portant (…) gants, masque et vêtements adaptés », a-t-il souligné.

« Du fait de notre fonctionnement, sur rendez-vous, il a croisé peu de monde dans la salle d’attente, moins de 10 personnes et se tenait lui-même à l’écart. Le risque pour les autres patients est quasi-nul », assure le porte-parole de SOS Médecins Bordeaux, Dr Karl Moliexe.

Selon le médecin, le patient en provenance du Wuhan se trouvait en France depuis « au maximum 24 heures » et avait transité par les Pays-Bas.

À l’isolement

Le patient bordelais a été hospitalisé le jour même pour une suspicion de coronavirus. Sa contamination a finalement été confirmée ce vendredi soir après l’analyse de ses prélèvements, a précisé Agnès Buzyn. Il est en chambre isolée de façon à ce qu’il n’ait pas de contact ultérieur, il va bien, a dit la ministre lors d’une conférence de presse improvisée ce vendredi soir au ministère de la Santé.

Un autre cas a également été détecté à Paris, a annoncé Agnès Buzyn sans pouvoir préciser l’âge du patient, ni son parcours. Ses tests sont positifs au coronavirus, a confirmé la ministre. Il est hospitalisé à Bichat, il est également à l’isolement, a-t-elle précisé.

L’hôpital Bichat à Paris où est hospitalisé l’un des deux patients. | ARCHIVES AFP

Le troisième cas est un proche parent de l’un des deux premiers cas. Probablement le cas parisien car le ministère indique que les trois patients, ayant séjourné en Chine, sont actuellement hospitalisés dans des établissements de santé de référence (ESR), l’un à Bordeaux et deux à Paris. Toutes les mesures d’isolement et d’hygiène nécessaires ont été prises.

« Prendre sa température plusieurs fois par jour »

Les services de santé français vont désormais s’affairer à remonter l’histoire de ces patients positifs. D’après la ministre, celui de Bordeaux a été en contact avec une dizaine de personnes depuis qu’il est arrivé sur le territoire français. Des consignes vont être données à ces personnes : prendre sa température plusieurs fois par jour, appeler le 15 si l’on a des symptômes et rester chez soi pour l’instant pour éviter la propagation du virus.

Pour Agnès Buzyn, la période d’incubation du virus est probablement autour de 7 jours, entre 2 et 12 jours.

Un point d’information tous les jours

La ministre de la Santé précise qu’un point d’information sera fait tous les jours pour communiquer en toute transparence sur la situation et éviter que de fausses rumeurs se propagent sur les réseaux sociaux.

Nous avons aujourd’hui les premiers cas européens, probablement parce que nous avons mis au point le test très rapidement et que nous sommes capables de les identifier, a estimé la ministre. Il faut traiter une épidémie comme on traite un incendie, très vite repérer la source et le circonscrire le plus vite possible a-t-elle encore déclaré.

Ne pas se rendre aux urgences, appeler le 15

Agnès Buzyn a noté qu’il n’était pas possible de contrôler les multiples voies pour revenir de Chine : on voit bien la difficulté dans un monde comme le nôtre de fermer les frontières, ça n’est en réalité pas possible.

Pour les voyageurs qui rentrent de Chine, il est important de se surveiller, et au moindre signe respiratoire ou si on a de la fièvre, il ne faut pas aller aux urgences, il faut appeler le centre 15 qui vient chercher le patient, a-t-elle insisté.

26 morts en Chine

La Chine a intensifié ses efforts pour contenir la propagation d’un nouveau virus tueur avec le confinement de plus de 40 millions de personnes. Le bilan officiel de la maladie causée par ce coronavirus apparu en décembre sur un marché de Wuhan, une ville du centre de la Chine, s’est encore aggravé vendredi, avec 26 morts.

Source: Ouest-France

Coronavirus : en France, la vigilance face au mystérieux virus chinois est activée


Les médecins de l’Hexagone sont désormais priés d’orienter vers le Samu toute personne «présentant une infection respiratoire aiguë», notamment si elle a séjourné dans la ville de Wuhan en Chine.

Le virus « cousin » du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) qui sévit en Chine depuis la mi-décembre va-t-il finir par arriver en France? Provoquant toux et fièvre, baptisé par les chercheurs, « 2019-nCOV », sa transmission d’humain à humain vient d’être avérée. Voilà qui risque de faire encore monter d’un cran l’inquiétude des autorités sanitaires. Car « nCOV » galope. En Chine, où il a déjà fait trois morts et gagner le nord comme le sud du pays, mais aussi dans le reste de l’Asie.

C’est lors de ces dernières 78 heures que tout a basculé, avec trois nouveaux pays touchés (la Thaïlande, le Japon et la Corée du Sud) et plus de 220 malades souffrant de pneumonie, recensés en Chine par les autorités chinoises, contre… 45 la semaine dernière.

« La vigilance vient d’être déclenchée en France » explique-t-on chez Santé publique France. Depuis vendredi, tous les médecins de l’Hexagone sont donc invités à orienter « pour analyse clinique », vers le Samu ou « un infectiologue référent », toute personne « présentant une infection respiratoire aiguë, quelle que soit sa gravité, ayant voyagé ou séjourné dans la ville de Wuhan en Chine dans les 14 jours précédents la date de début des signes cliniques ou ayant eu un contact étroit avec une personne tombée malade dans cette ville. »

«On pense que sa source est d’origine animale»

C’est d’un marché aux poissons de cette agglomération de 11 millions d’habitants du centre de la Chine, reliée directement par avion, aux Etats-Unis, à l’Europe qu’est parti ce virus, dont les chercheurs tentent de cerner le profil. « Il est à 80 % identique au Sras, explique Arnaud Fontanet virologue à l’institut Pasteur/Cnam, et comme pour le Sras, on pense que sa source est d’origine animale, mais lequel précisément, on ne sait pas encore » précise-t-il.

Sa durée d’incubation est également une énigme. « Pour l’instant, on se base sur celle du SRAS, à savoir que les premiers symptômes apparaîtraient entre le 5e et le 14e jour après l’infection, mais il nous faudra encore une quinzaine de jours pour y voir clair » précise le scientifique, frappé tout de même par l’analogie avec la pandémie du Sras, il y a 18 ans. « Certes, les personnes décédées étaient toutes âgées et déjà malades, cela veut dire le virus n’est pas très virulent, mais s’il mute, cela peut devenir embêtant », observe-t-il.

Faut-il filtrer les passagers qui reviennent de Wuhan, comme viennent de le faire les autorités américaines ? Depuis quatre jours, que ce soit à l’aéroport de Los Angeles, San Francisco ou JFK (John Fitzgerald Kennedy) de New York, une centaine d’agents prennent systématiquement la température des voyageurs en provenance directement de Wuhan.

Des consignes de précaution

Efficace ? « Cela permettra d’attraper au passage quelques cas. Mais c’est tout sauf infaillible, surtout si la durée d’incubation s’avère assez longue », observe Arnaud Fontanet. Pour l’instant donc, au départ de Roissy d’où partent chaque semaine six vols pour Wuhan, pas de comité d’accueil. « L’OMS ne préconise pas à ce stade de restrictions des voyages ni la mise en place de procédures de dépistage », explique-t-on à la direction générale de la santé (DGS).

Dès ce lundi, cependant, des consignes de précaution ont été mises en place à destination des voyageurs. Par voie d’affiches ou par des messages diffusés à bord, ceux en partance pour Wuhan sont invités à « éviter de se rendre dans des marchés où sont venus des animaux vivants ou morts, d’en manger lorsqu’ils sont peu ou mal cuits, et en cas de symptômes, de consulter rapidement un médecin localement ».

Faudra-t-il encore renforcer ce dispositif? Ce samedi, c’est le Nouvel An Chinois. Et en Chine, qui dit Nouvel an, dit grande transhumance, des centaines de millions de personnes vont envahir les gares et les aéroports du pays pour aller voir la famille. Au risque de disséminer encore plus le virus? Petite consolation : l’institut Pasteur dispose désormais d’un outil de diagnostic fiable, capable d’identifier nCOV, parmi la grande famille des coronavirus.

Source: Le Parisien

Crise de l’hôpital : plus de 1000 médecins hospitaliers démissionneront le 14 janvier


« Les médecins hospitaliers ont eu beau sonner l’alarme, la rigueur est devenue austérité, puis l’austérité, pénurie », écrivaient-ils dans une tribune au JDD mi-décembre.

Ils sont prêts à mettre leur menace à exécution. Le 14 janvier, plus de 1000 médecins hospitaliers, dont 600 chefs de service, démissionneront de leurs responsabilités administratives, annonce ce jeudi sur Twitter le Collectif Inter-hôpitaux, qui dénonce depuis plusieurs mois le sort de l’hôpital.  

Une conférence de presse sera organisée le même jour à Paris pour expliquer « les raisons de cette décision et ses conséquences, ainsi que les demandes [des médecins] adressées à la ministre » de la Santé, Agnès Buzyn. « Des conférences de presse similaires seront organisées le même jour par les CIH [collectif inter-hôpitaux] des hôpitaux locaux », ajoute le collectif. 

Une tribune en décembre

Quelque 660 médecins hospitaliers du collectif avaient déjà menacé de démissionner dans une tribune publiée mi-décembre par le Journal du Dimanche, si le gouvernement « n’ouvr[ait] pas de réelles négociations pour desserrer la contrainte imposée à l’hôpital public ». 

« Les médecins hospitaliers ont eu beau sonner l’alarme, la rigueur est devenue austérité, puis l’austérité, pénurie », écrivaient les signataires du texte, venus de « toutes spécialités, de tous hôpitaux, de toutes régions ». Ils regrettaient que « le vrai ministère de la Santé [soit] désormais à Bercy ». 

« Les mesures gouvernementales se résument pour 2020 à moins de 300 millions supplémentaires, alors que de l’avis général, il manque 1,3 milliard d’euros pour répondre à la seule augmentation programmée des charges », poursuivaient les signataires. Dans les jours suivant la publication de cette tribune, le nombre de signataires avait explosé, pour rapidement atteindre 1000 médecins. 

Source: L’Express

Appel de la CGT au blocage des raffineries et dépôts du 7 au 10 janvier


La CGT a lancé un appel à bloquer les installations pétrolières du 7 au 10 janvier, afin de protester contre la réforme des retraites.

La Fédération CGT de la Chimie appelle à un blocage de toutes les installations pétrolières – raffineries, terminaux pétroliers, dépôts – pendant 96 heures, du 7 au 10 janvier, pour obtenir le retrait du projet de réforme des retraites, a indiqué mardi 31 décembre à l’AFP Thierry Defresne, délégué syndical central chez Total. « Ce gouvernement n’entend rien, il faut mettre davantage de pression », a-t-il expliqué, tout en précisant qu’il s’agit de bloquer la sortie des produits pétroliers et non d’arrêter la production.

« Nous verrons ensuite, au vu de la mobilisation à la rentrée du lundi 6 janvier à la SNCF et à la RATP, au vu aussi du caractère massif ou non des manifestations de la journée interprofessionnelle du 9 janvier, s’il faut aller au-delà et mettre les installations à l’arrêt », a-t-il ajouté. Le secteur pétrolier veut « participer à la mobilisation mais ne souhaite pas se retrouver isolé comme en 2016 ». Lors des mobilisations contre la Loi Travail en 2016, une grève reconductible de 24 jours avec arrêt des installations avait été décidée, rappelle-t-il. « On ne veut pas être le fer de lance, on veut soutenir à plein le mouvement », résume M. Defresne.

Sur les 8 raffineries françaises, 6 dépendent du groupe Total et 2 d’Esso (Exxon-Mobil). L’appel concerne aussi les terminaux pétroliers de Dunkerque, Le Havre et Marseille, les dépôts et les avitailleurs (qui fournissent en carburant les avions). A la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne), les grévistes ont voté lundi pour une poursuite du mouvement de blocage entamé le 5 décembre mais étaient minoritaires pour réclamer l’arrêt des installations (45%).

« faire en sorte qu’aucune expédition de produit ne sorte »

En conséquence, ils ont consenti à laisser sortir une partie du pétrole par pipeline afin de délester les stocks et de permettre une poursuite de la production. Les raffineries ont chacune mis en oeuvre des blocages différents: blocage total à Grandpuits, par tranches de 72 heures à Donges (Loire-Atlantique), les jours de mobilisation interprofessionnelle à Feyzin près de Lyon etc.

« Il s’agit cette fois de faire en sorte qu’aucune expédition de produit ne sorte du 7 au 10 janvier tous ensemble », a souligné M. Defresne. Depuis le début des blocages le 5 décembre, le ministère de la Transition écologique assure que l’approvisionnement des stations-service est « quasi normal ». Certaines stations en région PACA et en Ile-de-France connaissent toutefois ponctuellement des difficultés d’approvisionnement.

Source: Challenges

Ouvrir un compte bancaire avec un selfie? Ce sera bientôt possible en France


Alors qu’aujourd’hui en France, une personne qui veut créer un compte bancaire est obligée de présenter plusieurs documents, y compris un justificatif de domicile, les autorités financières envisagent de suivre l’exemple d’autres pays européens et de simplifier en 2020 la procédure en un simple selfie, rapporte Les Échos.

Une pièce d’identité, une quittance de loyer ou une facture d’électricité ainsi qu’une signature manuscrite: voici le bagage minimum de documents nécessaires pour ouvrir un compte bancaire en ligne en France.

Avec ce minimum légal, la procédure prend «au moins 24 heures», écrit les Échos, citant un banquier français. La situation d’autant plus déplorable que, par exemple, au Royaume-Uni et en Allemagne, les clients peuvent le faire avec un simple selfie ou une vidéo et une pièce d’identité.

Conscient du problème, la direction du Trésor veut mettre l’année prochaine en œuvre des dispositifs digitaux comme le selfie, jugeant qu’«aujourd’hui, il n’est plus risqué d’entrer en relation d’affaires à distance».

Il s’agit, précise le média, d’un assouplissement du dispositif existant dans le cadre de la transposition de la cinquième directive sur la lutte antiblanchiment, qui sera achevée le 10 janvier 2020.

«Il faut faciliter l’entrée en relation tout en maintenant de hauts standards de lutte contre le blanchiment», explique aux Échos Olivier Fliche, directeur du pôle Innovation à l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.

Pour le moment, un groupe de travail réunissant les banques et les fournisseurs de technologies de reconnaissance à distance, ainsi que l’Autorité des marchés financiers et l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), a déjà rendu ses conclusions. Parmi lesquelles la proposition de supprimer l’exigence d’un justificatif de domicile pour l’ouverture d’un compte.

Le groupe de travail propose d’adopter l’expérience des pays voisins. Si les banques allemandes filment en direct pendant quelques dizaines de secondes leur client pour s’assurer que c’est bien lui qui présente sa carte d’identité, leurs confrères britanniques mettent en œuvre un système de selfie dynamique qui ne demande que la présence du futur titulaire du compte et sa carte d’identité. Dès lors que l’ANSSI certifie la technologie et son prestataire, le groupe de travail recommande de permettre aux banques d’offrir à leurs clients de profiter de l’un de ces moyens.

Source: Sputnik News

La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»


L’élaboration d’une «monnaie digitale de banque centrale» sera lancée par la Banque de France en 2020, a déclaré ce mercredi 4 décembre son directeur, M.Villeroy de Galhau. La monnaie sera dédiée aux transactions «de gros» aux montants très élevés.

La Banque de France va lancer en 2020 des expérimentations pour développer une «monnaie digitale de banque centrale» (MDBC) dédiée aux transactions «de gros» aux montants très élevés, a annoncé mercredi son gouverneur François Villeroy de Galhau, cité par l’AFP.

L’institution compte commencer des expérimentations «rapidement» et lancer un appel à projets d’ici la fin du premier trimestre 2020, a-t-il précisé lors d’une conférence à Paris.

Première dans la zone euro

Cette initiative de la banque centrale française constituera une première dans la zone euro. Son but sera de développer à terme un «euro digital», a expliqué à l’AFP la Banque de France. Concrètement, il s’agirait d’un euro sous forme numérique dont les mécanismes d’émission pourraient reposer sur des technologies comme celle de la blockchain ou des chaînes de bloc.

Elle participera «à l’étude d’un éventuel e-euro» (ou euro électronique, virtuel) porté par l’Eurosystème, un sujet déjà évoqué lundi devant le Parlement européen par la nouvelle présidente de la banque centrale européenne, Christine Lagarde, a développé M. Villeroy de Galhau.

Une monnaie digitale de banque centrale au niveau européen permettrait de «disposer d’un puissant levier d’affirmation de notre souveraineté face aux initiatives privées du type Libra», a-t-il défendu.

Cryptomonnaie de Facebook

En juin dernier, Facebook s’était attiré les foudres de nombreux gouvernements dans le monde en annonçant vouloir lancer en 2020 sa propre cryptomonnaie, adossée à un panier de devises. Depuis le géant des réseaux sociaux a dû revoir ses ambitions à la baisse face aux réticences des autorités et régulateurs, notamment américains, et les défections d’entreprises partenaires pour l’accompagner dans ce projet.

Outre Facebook, la banque américaine JPMorgan, la première au monde, a également annoncé en février le prochain lancement du JPM Coin, adossé au dollar et réservé aux investisseurs institutionnels.

D’après le banquier central français, une monnaie virtuelle européenne permettrait de réaliser des  «gains d’efficacité», de réduire des «coûts d’intermédiation» mais aussi de donner la possibilité «d’échanger ses avoirs contre de la monnaie légale».

Source: Sputnik News

Le site musulman Al Kanz demande à l’ONU le déploiement de casques bleus en France pour « protéger les musulmans »


Le site communautariste musulman Al Kanz interpelle l’ONU et demande le déploiement d’une force militaire en France pour « protéger les musulmans ».

S’adressant à l’ONU, le site musulmans demande « pourriez-vous envoyer des Casques bleus en France pour protéger les musulmans de la répression étatique qui va crescendo. Le gouvernement français agit – pour le moment encore doucement – comme la Chine avec les Uyghurs ? C’est très urgent. »

Le site musulman Al Kanz réagissait aux déclarations de Laurent Nunez faisant part des actions contre le communautarisme « Près de 130 débits de boisson, 12 lieux de culte, 4 écoles hors contrat et 9 établissements associatifs ont été fermés depuis février 2018 ».

Source: Europe Israël

Un tremblement de terre ressenti à Strasbourg


Une secousse de magnitude 3,3 touche l’Alsace au lendemain de celle qui a frappé l’Ardèche.

Après le tremblement de terre qui a touché la zone de Montélimar, dans la Drôme, ce lundi 11 novembre, c’est la ville de Strasbourg qui a tremblé ce mardi. Cette secousse a eu lieu à 14h38 et a atteint une magnitude de 3,3 sur l’échelle de Richter selon le Réseau national de surveillance sismique de Strasbourg (RéNaSS).

Ce léger tremblement de terre a été ressenti par plusieurs témoins sur place contactés par Le HuffPost. “Il y a eu un gros ‘boum’ et l’immeuble a vibré”, fait savoir un Strasbourgeois travaillant près de la place Kléber. “Le sol de la chambre a un peu vibré, pendant 3-4 secondes”, a réagi un habitant du quartier Koenigshoffen. ”Ça a vibré pendant bien 5 secondes et les verres sur la table ont tremblé”, fait savoir une Strasbourgeoise qui se trouvait en centre-ville.

Le centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) du Bas-Rhin a indiqué à l’AFP avoir reçu dans les minutes ayant suivi la secousse “une cinquantaine d’appels”, ayant entraîné vers 15h00 trois interventions des pompiers, notamment pour la fissure d’un bâtiment à Schiltigheim, au nord de Strasbourg, et pour la chute de briques d’une cheminée.

 La préfecture a fait savoir dans l’après-midi qu’aucun blessé n’était à déplorer.

Un événement “induit” ?

Selon le RéNaSS, Strasbourg se trouve à 5 km de l’épicentre de cet événement sismique défini comme “induit” par le réseau national de surveillance, c’est à dire qui aurait été déclenché directement ou indirectement par des activités humaines.

“Il est tout à fait possible que ce séisme ait été provoqué par des activités de géothermie” conduites au nord de Strasbourg, à Reichstett, a indiqué à l’AFP Jérôme Van der Woerd, chercheur à l’Institut de physique du globe de Strasbourg.

L’épicentre “est situé dans une zone de profondeur de 6 km, tout a fait en relation avec les zones de géothermie”, a-t-il noté, précisant que ce phénomène était “assez fréquent” lors de forages profonds avec injection de fluide.

Selon le chercheur, “il est impossible de dire si l’on aura des magnitudes plus fortes à l’avenir”.

L’entreprise de géothermie Fonroche a, pour sa part, contesté tout lien entre le séisme et son activité de forage.

“L’épisode sismique ressenti dans la région de Strasbourg n’a aucun lien avec le puits de géothermie situé au sein de l’Ecoparc Rhénan de Vendenheim-‐Reichstett exploité par Fonroche Géothermie” et qui est ”à l’arrêt depuis le 8 novembre au matin”, a-t-elle affirmé dans un communiqué.

“Les techniciens de Fonroche Géothermie présents sur le site ont à leur niveau identifié le séisme (…) comme distant d’au moins 5 km au sud du site de forage”, a fait valoir l’entreprise.
 
Source: Le HuffPost