Le Vatican rejoint IBM et Microsoft pour réclamer une réglementation sur la reconnaissance faciale


Le Vatican s’est associé vendredi aux géants de la technologie que sont Microsoft et IBM pour promouvoir le développement éthique de l’intelligence artificielle (IA) et appeler à la réglementation des technologies intrusives telles que la reconnaissance faciale.

Les trois ont déclaré que l’IA devait respecter la vie privée, travailler de manière fiable et sans parti pris, tenir compte des droits de l’homme et agir de manière transparente.

Le pape Francois, qui a fait part de ses inquiétudes quant à la diffusion incontrôlée des technologies d’IA, a apporté son soutien dans un discours lu en son nom lors d’une conférence à laquelle ont participé le président de Microsoft, Brad Smith et le vice-président exécutif d’IBM , John Kelly. Le pape est malade et n’a pas pu prononcer le discours lui-même.

Appelant à un développement éthique des algorithmes, connu sous le nom d' »algor-éthique », Francois a mis en garde contre les dangers de l’utilisation de l’IA pour extraire des données à des fins commerciales ou politiques, souvent à l’insu des individus.

« Cette asymétrie, par laquelle une poignée d’élus savent tout de nous alors que nous ne savons rien d’eux, ternit la pensée critique et l’exercice conscient de la liberté », a-t-il déclaré dans son message.

« Les inégalités se creusent énormément ; le savoir et la richesse s’accumulent entre quelques mains, ce qui présente de graves risques pour les sociétés démocratiques », a-t-il déclaré.

Le document conjoint fait spécifiquement référence à l’abus potentiel de la technologie de reconnaissance faciale.

« De nouvelles formes de réglementation doivent être encouragées pour promouvoir la transparence et le respect des principes éthiques, en particulier pour les technologies avancées qui risquent davantage d’avoir un impact sur les droits de l’homme, comme la reconnaissance faciale », selon le document.

La police a utilisé des systèmes de reconnaissance faciale pour enquêter sur des crimes, et les entreprises du Fortune 500 ont utilisé l’IA pour vérifier les candidats à un emploi – deux exemples de tâches à haut risque où le déploiement de logiciels imprécis ou biaisés pourrait entraîner des dommages.

Il n’a pas été immédiatement clair si d’autres entreprises technologiques pourraient adhérer au document, ni comment les signataires mettraient en œuvre les principes.

IBM, par exemple, veut qu’un médecin soit au courant lorsque sa technologie d’IA fait des recommandations en matière de soins de santé – ce qui pourrait augmenter avec le temps suite à un accord avec l’hôpital pour enfants Bambino Gesù de Rome, propriété du Vatican.

Ce partenariat se concentrera sur le développement d’une technologie permettant d’accélérer le diagnostic et le traitement des patients atteints de tumeurs cérébrales.

IBM et Microsoft ont toutes deux déclaré qu’elles refusaient de faire des affaires lorsqu’elles ne se sentaient pas à l’aise avec la façon dont un client voulait utiliser leur technologie.

La conférence de Rome est le dernier exemple en date où le Vatican tente de rester à l’avant-garde en matière de technologie et de questions sociales afin d’influencer les pionniers de l’avenir, quelle que soit leur religion.

Les responsables du Vatican ont déclaré qu’ils pourraient fournir des éléments pour un éventuel document papal sur l’IA, tout comme les réunions avec les scientifiques ont contribué à la rédaction de l’encyclique « Laudato Si » du pape sur la protection de l’environnement, qui fera date en 2015.

Source: Yahoo News

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Comment les géants de la tech manipulent la recherche sur l’éthique des IA


Après le greenwashing, l’ethicalwashing? Un ancien chercheur du MIT Media Lab témoigne.

Dès 2018, il est devenu difficile de suivre les nombreux scandales liés à l’IA sur fond de contrats controversés: entre Facebook et Cambridge Analytica; entre Google et le Pentagone sur les drones; entre AmazonIBM et la police sur la reconnaissance faciale; entre Microsoft et les services de l’immigration sur le contrôle des frontières…

Derrière plusieurs hashtags (#TechWontBuildIt#NoTechForICE#Data4BlackLives) activistes et employé·es de ces firmes ont réclamé l’interdiction de certaines technologies, comme la reconnaissance faciale pour la police. En réaction, les géants de la tech ont tout fait pour éviter une régulation dure.

En janvier 2018, Microsoft a publié ses «principes éthiques» pour l’IA. En mai 2018, Facebook s’est engagé à lutter contre les biais de l’IA grâce à l’outil Fairness Flow. En juin 2018, Google a dévoilé ses «pratiques responsables» en matière d’IA. En septembre 2018, IBM a suivi le mouvement avec AI Fairness 360.

Une recherche très orientée

En janvier 2019, Facebook a financé un centre de recherche sur l’éthique de l’IA à Munich: 6,72 millions d’euros. En mars, Amazon a co-financé un programme de recherche de sur «l’équité dans l’IA» avec la National Science Foundation américaine: 18 millions d’euros.

Par ailleurs, le Data & Society Research Institute et l’AI Now Institute ont été créés par des chercheurs de Microsoft et financés par l’entreprise (ainsi que Google et DeepMind pour le second).

Le Stanford Institute for Human-Centered AI est notamment dirigé par un ancien vice-président de Google. L’unité sciences des données de Berkeley est aux mains d’un ancien de Microsoft. Enfin, un membre du conseil d’administration d’Amazon est à la tête du MIT Schwarzman College of Computing.

En France, le «think and do tank» Impact IA a été fondé sous l’impulsion de Microsoft et compte Orange, Accenture, Bouygues, la SNCF, Altran ou Air France-KLM parmi ses membres. Autant de potentiels conflits d’intérêts.

Le Partnership on AI to Benefit Society (créé par Microsoft, Google et DeepMind, Facebook, IBM et Amazon) a par exemple prôné auprès des autorités une simple amélioration de la «justice algorithmique», alors que plusieurs de ses scientifiques étaient favorables à son interdiction, notamment en raison de ses biais raciaux.

Rodrigo Ochigame, qui a travaillé pour le Partnership au sein du MIT Media Lab –également mis en cause pour ses liens financiers avec le pédocriminel Jeffrey Epstein– en conclut que «la majorité des travaux bien financés sur l’IA éthique sont alignés sur l’agenda du lobby de la tech: ajuster […] plutôt que restreindre légalement, le déploiement de technologies controversées.»

Source: Korii

Big Pharma et Microsoft s’associent dans le cadre de l’alliance  » id2020  » qui combinera la vaccination et les puces implantables pour créer votre identité numérique


L’Alliance ID2020, comme on l’appelle, est un programme d’identité numérique qui vise à « tirer parti de l’immunisation » pour insérer de minuscules micropuces dans le corps des gens. En collaboration avec l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, également connue sous le nom de GAVI, le gouvernement du Bangladesh et divers autres  » partenaires gouvernementaux, universitaires et humanitaires « , l’Alliance ID2020 espère introduire cette marque de la bête afin de surveiller chaque être humain vivant sur Terre.

Les grandes sociétés pharmaceutiques s’associent officiellement à l’industrie de la technologie pour jumeler l' » immunisation  » à la biométrie numérique, ce qui signifie que les humains seront bientôt dotés d’une puce électronique, suivis et contrôlés par une matrice d’identification mondiale.

Depuis des années, nous observons le fondateur de Microsoft, Bill Gates, aujourd’hui retraité de l’entreprise qu’il a fondée, utiliser ses milliards pour offrir des  » vaccinations gratuites  » aux habitants des pays du tiers monde. Aujourd’hui, Bill est devenu partenaire fondateur d’une autre entreprise, l’Alliance ID2020, dont l’objectif est de donner à chaque être humain sur Terre un identifiant numérique. Comment envisagent-ils de réaliser cet exploit ? En combinant les vaccinations obligatoires avec des puces implantables. C’est génial, n’est-ce pas ? « Et bientôt au théâtre près de chez vous », comme le dit l’adage.

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

Apocalypse 13:16-18

Vous savez maintenant ce que Bill Gates et son épouse Melinda ont vraiment fait au cours des dix dernières années, en voyageant dans des pays tiers et en vaccinant gratuitement les pauvres indigènes opprimés. Ces  » vaccinations gratuites  » étaient des recherches et un laboratoire d’essais vivants pour effectuer les expériences nécessaires à la formation de ID2020.

Et comme vous le verrez aujourd’hui, cet hybride impie de vaccinations et de puces implantables est déjà en cours au Bangladesh, bientôt à Boston. Une page du site Web de la Fondation Gates indique que Bill et Melinda ont jusqu’à présent investi plus de 2,5 milliards de dollars dans ce projet, sans qu’aucune fin ne soit en vue. L’homme qui a mis le monde derrière un ordinateur personnel peut-il maintenant mettre une puce de vaccination à puce électronique dans la population mondiale ? Bill Gates est absolument certain qu’il peut le faire et qu’il est en bonne voie d’atteindre cet objectif.

Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. .

2 Thessaloniciens 2:3,4

Nous vous mettons en garde à ce sujet depuis 10 ans, et c’est ce qui se passe maintenant. Êtes-vous prêt pour la suite ? J’espère que vous l’êtes. Continuez à chercher cette espérance bénie, et Dieu merci, elle précède le temps de la détresse de Jacob. Si seulement mon ami Carl Sanders, l’homme qui a été le premier à révéler les rouages de l’équipe qui a créé la puce RFID, avait vécu assez longtemps pour voir ce jour.

Les vaccins sont maintenant utilisés pour recueillir les identités biométriques de tout le monde ; Big Brother fusionne avec Big Pharma.

DE NATURAL NEWS : L’Alliance ID2020, comme on l’appelle, est un programme d’identité numérique qui vise à « tirer parti de l’immunisation » pour insérer de minuscules micropuces dans le corps des gens. En collaboration avec l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, également connue sous le nom de GAVI, le gouvernement du Bangladesh et divers autres  » partenaires gouvernementaux, universitaires et humanitaires « , l’Alliance ID2020 espère introduire cette marque de la bête afin de surveiller chaque être humain vivant sur Terre.

Tout comme les bovins sont marqués avec des marques auriculaires, cette alliance mondialiste veut que tous les humains soient « vaccinés » avec des puces de pistage numériques qui créeront un système de surveillance transparent pour le Nouvel Ordre Mondial afin de gérer les populations du monde avec facilité.

« NOUS METTONS EN ŒUVRE UNE APPROCHE PROSPECTIVE DE L’IDENTITÉ NUMÉRIQUE QUI DONNE AUX INDIVIDUS LE CONTRÔLE DE LEURS PROPRES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS, TOUT EN CONTINUANT À DÉVELOPPER LES SYSTÈMES ET PROGRAMMES EXISTANTS « , DÉCLARE ANIR CHOWDHURY, CONSEILLER POLITIQUE CHEZ A2I, LE  » PROGRAMME D’ACCÈS À L’INFORMATION  » DU GOUVERNEMENT DU BANGLADESH.

« Le gouvernement du Bangladesh reconnaît que la conception de systèmes d’identité numérique a des implications considérables pour l’accès des individus aux services et aux moyens d’existence, et nous sommes impatients d’être les premiers à adopter cette approche,  » ajoute-t-il.

Bien que les terrains d’essai du programme ID2020 se trouvent principalement dans le Tiers-Monde, le groupe dit qu’il travaille aussi maintenant avec les gouvernements ici aux États-Unis pour commencer à vacciner les gens par micropuce.

AUSTIN, AU TEXAS, PAR EXEMPLE, LA POPULATION SANS-ABRI EST MAINTENANT EXPLOITÉE COMME COBAYE COLLECTIF POUR LE PROGRAMME DE VACCINATION PAR MICROPUCE DE L’ID2020, QUI, SELON LE GROUPE, AIDERA À « AUTONOMISER » LES SANS-ABRI EN LEUR DONNANT SOI-DISANT « CONTRÔLE » SUR LEURS DONNÉES PERSONNELLES.

« La ville d’Austin, ID2020, et plusieurs autres partenaires collaborent avec les sans-abri et les prestataires de services qui s’engagent avec eux pour développer une plate-forme d’identité numérique basée sur une chaîne de blocs appelée MyPass pour permettre aux sans-abri de disposer de leurs propres données d’identité, » écrit Chris Burt pour BiometricUpdate.com.

ID2020 est également en train de vacciner des réfugiés avec ses deux premiers programmes pilotes, iRespond et Everest, au moyen d’une puce électronique. Selon les rapports, iRespond a  » amélioré la continuité des soins  » pour plus de 3 000 réfugiés recevant des traitements médicamenteux pour des maladies chroniques. Everest, d’autre part, a « aidé à fournir l’accès à des subventions énergétiques critiques et à une gamme de services supplémentaires avec des identités numériques sécurisées et centrées sur l’utilisateur, sans avoir recours à un téléphone intelligent », écrit Burt.

Tout cela prépare le public à un éventuel mandat de vaccination par micropuce, qui sera nécessaire pour chaque individu afin d’acheter et de vendre des biens. Chowdhury l’a ouvertement admis en déclarant que les systèmes d’identité numérique seront nécessaires pour  » l’accès des individus aux services et aux moyens de subsistance « .

En d’autres termes, la Bible a raison : Un système d’identification global est en cours d’élaboration et sera éventuellement nécessaire pour que les gens puissent fonctionner dans la société et, en fin de compte, survivre. Sans ces micropuces dans leur corps, les gens ne seront pas en mesure de travailler, encore moins de manger, et tout cela se passe sous nos yeux.

N’oubliez pas que l’ID2020 fait partie de ce que l’on appelle le « REAL ID », qui sera bientôt nécessaire pour ceux qui souhaitent voyager. REAL ID sera également utilisé comme méthode détournée pour mettre en œuvre des politiques de vaccination obligatoire pour les adultes.

Notre Manifeste | ID2020

Nous croyons que la capacité de prouver son identité est un droit humain fondamental et universel. Les partenaires de l’Alliance ID2020 définissent conjointement les exigences fonctionnelles, influençant le cours de l’innovation technique et offrant une voie vers l’interopérabilité technique, et donc la confiance et la reconnaissance.

L’Alliance ID2020 est un partenariat public-privé qui s’engage à améliorer la vie des utilisateurs grâce à une identité numérique centrée sur l’utilisateur, portable et protectrice de la vie privée. Le Sommet de cette année, convoqué par ID2020 Alliance, a réuni des leaders et des innovateurs dans le domaine pour discuter des exigences techniques et non techniques afin de produire une feuille de route collective qui nous mène vers une large adoption de la  » bonne  » identité numérique pour tous.

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS