La croix: Signe d’une malédiction


Pourquoi le Ku Klux Klan brûle-t-il des croix ?  Ils en ont eu l’idée d’un film.

La tactique terroriste consistant à brûler des croix autrefois popularisée par le Ku Klux Klan persiste toujours comme une arme potentielle de terreur en 2019.

Si je voulais partager l’évangile de Jésus-Christ avec vous, je pourrais frapper à votre porte pendant que le soleil brille et vous inviter poliment à venir à l’église avec moi.  Après que vous ayez donné votre réponse, je vous remettrais probablement un tract évangélique et vous remercierait de votre temps.  Cette invitation serait étendue indépendamment de votre race, de votre sexe ou de toute autre preuve extérieure de qui vous êtes.  D’un autre côté, si je voulais vous terrifier, je me rendrais chez vous la nuit, avec un groupe d’amis qui porteraient tous une capuche et une robe, mettraient une énorme croix sur votre pelouse et y mettraient le feu.  Voyez-vous la différence ?

La croix, portée autour du cou de millions de chrétiens, n’est pas un symbole du Christianisme, c’est une arme de meurtres conçue par le KKK d’il y a deux mille ans, les Romains.

Parlez à un homme du Klan d’une croix qui brûle et il vous corrigera en disant qu’il se réfère à cette pratique comme étant un « éclairage de la croix ». Quand ils le font, ils se contentent de « laisser la lumière du Christ briller » devant leur prochain.  Barry Black, un dirigeant du Klan qui a interjeté appel de sa condamnation pour incendies en Virginie, a décrit l’incendie de la croix comme  « un rituel très sacré »« Nous n’allumons pas la croix pour la profaner », a-t-il déclaré au Roanoke Times, en 1999.  « Nous l’allumons pour montrer que le Christ est toujours en vie. »  La combustion symbolise le « brûlage du mal ».  Ouais, voulez-vous acheter une propriété en bord de mer dans le Kansas ?

« Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois. » (Galates 3:13)

Voici un autre choc.  La croix, portée autour du cou de millions de chrétiens, n’est pas un symbole du Christianisme, c’est une arme de meurtres conçue par le KKK d’il y a deux mille ans, les Romains.  Les chrétiens du premier siècle ont utilisé un poisson comme symbole de leur nouvelle foi retrouvée, pas une croix. La Bible dit que la croix est une malédiction et quiconque y est suspendu est maudit.  La croix est l’endroit où Jésus est devenu une malédiction pour nous sauver, et, Dieu merci, il l’a fait, mais devinez quoi ?  Il a dû le faire à cause de nos péchés sales et pourris, ce qui est honteux comme le dit Hébreux 12:2.  Alors, pourquoi mettriez-vous quelque chose comme ça autour de votre cou ?  Et, pourquoi voudriez-vous en planter une dans la cour de quelqu’un et le mettre en feu ?

Vous seul pouvez répondre à la première question, mais je peux me permettre d’essayer la deuxième.

Aucune personne qui a été lavée par le sang versé de Jésus-Christ sur la croix au Calvaire n’aurait jamais, dans un million d’années, fait quoi que ce soit avec un groupe dégoûtant comme le KKK.  Le Ku Klux Klan, malgré leurs revendications, n’est pas un groupe « chrétien » et est en fait réfuté par la Bible dans les deux testaments.  Si vous êtes un membre du KKK ou un partisan qui lit cet article dès maintenant, vous devriez vous repentir de cette ordure et demander à Dieu de vous en pardonner.  Et, arrêtez de vous appeler chrétien parce que vous n’êtes rien de tel.

Pourquoi le Ku Klux Klan brûle-t-il des croix ?  Ils en ont eu l’idée d’un film.

DE TIME LINE : En regardant vers l’est lors d’une froide nuit de Thanksgiving en 1915, les habitants d’Atlanta ont été accueillis avec un regard inconnu. Quinze miles plus loin, le sommet aride de Stone Mountain était illuminé par des flammes s’élevant très haut dans le noir.  La ville, encore sous le choc d’un été d’antisémitisme angoissé par la condamnation pour meurtre et le lynchage ultérieur de l’industriel juif Leo Frank, aurait été excusée de penser que la croix géante brûlante était une œuvre de vengeance juive.  En fait, ce sont les mêmes hommes violemment anti-immigration qui ont commis l’acte récent de justice populaire et qui inaugurent maintenant le renouvellement du Ku Klux Klan. C’était la première fois qu’une croix en feu était utilisée comme symbole de la haine en Amérique.  Mais, l’acte, autrefois anodin, deviendrait bientôt une des caractéristiques du Klan, toujours assimilé à de l’intimidation, de la peur et de la violence dans le sud et au-delà.

Au sommet de la montagne, quinze hommes menés par William Joseph Simmons, étudiant en médecine et ancien combattant ayant échoué, avait été inspiré par le nouveau film populaire La Naissance d’une Nation.   Le film muet de D.W. Griffith, basé sur le roman de 1905, L’Homme du Klan : Une romance historique du Ku Klux Klan, comprend des scènes représentant des membres du Klan en train de brûler des croix avant de lyncher un homme noir accusé de meurtre.  Simmons et sa compagnie, qui venaient de commettre leur propre acte de justice extrajudiciaire, ont adopté le symbole de la croix enflammée.  Mais, les origines de cette pratique étaient bien loin de la cohue raciste suscitée par la seconde venue du Klan.

Les incendies de croix remontent à l’Europe médiévale, lorsque des membres de clans écossais incendiaient des collines en guise de déclaration de défi militaire ou d’appel à l’action des soldats avant le combat.  Aujourd’hui, le KKK s’est beaucoup inspiré des fraternités écossaises.  Les rituels, les cagoules, tout le « clan ».Mais, la combustion croisée ne faisait pas partie de la série avant La Naissance d’une Nation.  (Et qui dit que la violence au cinéma n’a aucun effet ?)

Depuis lors, mettre le feu à une croix est devenu presque synonyme de KKK, son objectif premier étant l’intimidation.  (Bien sûr, vous n’avez pas besoin d’une croix pour le faire.)  Mais, incorporer une iconographie religieuse peut ajouter un peu de mystère à la menace.

Certes protestant, le Klan a toujours prétendu qu’il « allumait la croix » en signe de célébration et non à la brûler malicieusement.  Et, dans une certaine mesure, la loi a accepté.  La décision rendue par la Cour Suprême en 2003 dans l’affaire Virginia vs. Black a invalidé une loi de l’État qui classait les brûlages de croix comme une intimidation prima facie.  L’affaire du Premier Amendement reconnaissait la capacité du KKK à exprimer des « messages d’idéologie partagée », laissant le fardeau de la preuve à l’État de prouver son intention d’intimider.

Aujourd’hui, le nombre de membres dans le KKK est réduit à environ 5000 dans l’ensemble du pays.  C’est une infime fraction du sommet de 4 millions atteint dans les années 20, mais non moins problématique, car la haine continue de se manifester de manière un peu plus subtile.  Et, si la récente controverse au sujet d’un brûlage de croix prévu pour la Caroline du Nord en mars 2017 est un indicateur, la pratique persistera probablement aussi longtemps qu’il y a de la haine pour les nourrir.

La naissance d’une nation

L’histoire est généralement écrite par les gagnants.  Mais, ce n’était pas le cas lorsque La Naissance d’une Nation a été libérée le 8 février 1915.  En un peu plus de trois heures, le film épique controversé de D.W. Griffith sur la guerre civile et la reconstruction a décrit le Ku Klux Klan comme de vaillants sauveurs d’un sud de l’après-guerre ravagé par des pilleurs nordistes et des noirs libérés et immoraux.  Le film était une superproduction instantanée.  Et, avec une cinématographie innovante et un point de vue faussé par les Confédérés, La Naissance d’une Nation a également contribué à raviver le KKK.

Jusqu’à ses débuts dans le film, le Ku Klux Klan, fondé en 1865 par des vétérans confédérés du Parti Démocrate à Pulaski, dans le Tennessee, était une organisation régionale sudiste pratiquement anéantie par la suppression du gouvernement.  Cependant, le récit de la naissance d’une nation accusée par des considérations raciales, Jim Crow, ainsi que le climat anti-immigrés américain, ont amené le Klan à s’aligner sur le succès du film et à l’utiliser comme outil de recrutement.

Source: Now The End Begins

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Il est maintenant temps de se lever et d’être compté


L’auteur parle de son pays, les Etats-Unis. Mais je crois que ce que dit l’auteur vaut pour tous les pays, d’où nous venons sur terre… SENTINELLE SAPS

Supporter.  Quel mot simple.  Cela évoque l’idée de garder son pied.  Rester ferme.  Lève-toi et sois compté.  Défendez ce en quoi vous croyez.  Faites votre part.

C’est un mot commun que les gens adorent lancer, mais il est rare de trouver quelqu’un qui se lève lorsque le feu chauffe.  Notre pays a été construit sur les sacrifices de ceux qui savaient ce que cela voulait dire.

Quand la révolution américaine a eu lieu, la moyenne d’âge d’un soldat était de 17 ans.  La moyenne d’âge d’un soldat pendant la guerre civile était de 25 ans. Le conflit et la guerre du Vietnam ont été combattus par des hommes au début de la vingtaine.  Les guerres en cours au Moyen-Orient ont été menées par ces mêmes 25 ans.

Il fut un temps dans ce pays où nos jeunes hommes ont appris à se tenir debout.

Aujourd’hui, on nous apprend à nous agenouiller.

Les guerres ont toujours été menées par de jeunes hommes.  Cela tient en partie aux rigueurs physiques de la guerre, qui sont bien plus adaptées aux corps jeunes et robustes.  Mais, l’Amérique regorge d’hommes qui avaient été accusés de « rester debout » et qui se retrouvent aujourd’hui à genoux.  Agenouillés, pas devant un ennemi étranger, mais avec un ennemi national beaucoup plus meurtrier.

Ce n’est pas le « gouvernement » de vos grands-pères.  Ceux qui ont donné leur vie ont été vendus par ceux qui les ont envoyés à la guerre.  Comme le dit le vieil adage, j’aime l’Amérique, mais je déteste le gouvernement.  Quelque chose ne va pas lorsqu’un citoyen américain craint son gouvernement.

Thomas Jefferson a déclaré : « Lorsque la population craint le gouvernement, la tyrannie règne.  Quand le gouvernement craint le peuple, il y a la liberté. »  Posez-vous cette question très simple.  Lorsque le gouvernement frappe à votre porte, votre cœur est-il rempli de peur ou de joie ?

Que vous l’avouiez ou non, la plupart des Américains ne sont plus debout.  Dieu merci, les vétérans de l’Amérique ne pensaient pas que courber le genou en signe de protestation était un signe de force.  Ceux qui ont rendu l’Amérique formidable ont salué la prière, puis se sont levés pour se battre.

Le mode de vie américain est dans la balance et le moment est venu pour les Américains de se rappeler comment se tenir debout.  C’est le moment.  Soit nous nous levons maintenant, soit nous nous inclinons devant les forces des ténèbres.

Les Écritures nous disent de rester.  Éphésiens 6:11 Revêtez-vous de toute l’armure de Dieu, afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable.

Malheureusement, les chrétiens sont ceux qui ont le moins de chances de défendre leur position.

Les pasteurs des églises américaines ont mené la bataille à genoux.  Au lieu de se lever et de lutter contre le mal, ils sont fiers de trouver des moyens créatifs pour se plier aux caprices et aux manières de ceux qui servent le Prince des ténèbres.

En raison de la faiblesse des genoux, le mariage a été détruit, des enfants ont été massacrés dans l’utérus, la déviance sexuelle s’est glissée dans la chaire et le gouvernement s’est imposé en tant que médiateur entre la chaire et Le Tout-Puissant.  En conséquence, l’opinion de Dieu est redéfinie comme un discours de haine et ses principes sont foulés aux pieds par les terroristes en robe noire.  Ils sont allés jusqu’à obliger l’interdiction de son nom sur Facebook.

Le Christianisme est attaqué comme jamais dans l’histoire américaine.  Bien que l’on puisse avancer que l’Amérique n’a pas été fondée en tant que nation chrétienne, il ne fait aucun doute que c’est une nation fondée par des chrétiens. Aujourd’hui, les valeurs chrétiennes et les croyances chrétiennes sont rapidement bannies de tous les secteurs de la société américaine.

Jefferson nous aurait prévenus : « Si le peuple américain autorise un jour les banques privées à contrôler l’émission de leur monnaie, tout d’abord par l’inflation, puis par la déflation, les banques et les entreprises qui se développeront autour d’elles priveront le peuple de tous leurs biens jusqu’à ce que leurs enfants se réveillent sans-abri sur le continent que leurs pères ont conquis. »

À l’heure actuelle, plus de 20 millions d’Américains ont juré de défendre notre pays contre des ennemis nationaux.  Un ennemi domestique est quiconque se bat pour violer les droits énumérés dans la Constitution des États-Unis.  Aussi difficile que cela puisse être avalé, la plupart des ennemis nationaux de ce pays sont intégrés au « gouvernement » que des millions de jeunes hommes se sont battus pour défendre.

La principale raison pour laquelle les gens ne ripostent pas est la peur.  Ils ont peur de perdre leur emploi.  Peur de mettre quelqu’un en colère ; Craignant qu’ils puissent offenser quelqu’un ; Préoccupés par le fait que le gouvernement pourrait venir interpeller ; Peur que se tenir pour la vérité semble être « un jugement ».

Nous sommes en train de perdre notre pays, et maintenant, le moment est venu de se tenir debout !

Je suis arrivé en âge dans les derniers mois de la guerre du Vietnam.  Le projet de loterie a récemment été introduit et l’idée de la conscription forcée est devenue la voie de la pureté sexuelle.  En conséquence, je n’ai jamais fait mon tour de service dans l’armée.  Mais, comme tant de baby-boomers vieillissants, je suis rapidement confronté à la courte marche qui mène au coucher de soleil de ma vie.  Chaque jour, je prends de plus en plus conscience de la liberté en train de disparaître que je laisse à ma postérité.  Il est grand temps que des millions d’Américains comme moi s’engagent dans la bataille pour cette nation.

Comme jamais auparavant dans l’histoire américaine, je crains la direction que prend cette nation et je comprends que le seul espoir pour l’Amérique est une résurgence du Christianisme et des valeurs qui l’entourent.  Si nous perdons l’Amérique, nous risquons de plonger nos petits-enfants dans une période d’obscurité dont ils pourraient ne jamais se remettre.  Edmund Burke a déclaré : « La seule chose nécessaire pour que le mal triomphe est que les hommes de valeur ne fassent rien.  Personne n’a commis une plus grande erreur que celui qui n’a rien fait, car il ne pouvait que faire un peu. »  La Bible enseigne « C’est pourquoi, pour celui qui sait faire le bien et ne le fait pas, c’est un péché. »  Quel genre de grand-père permet que les chaînes soient étendu sur ses petits-enfants ?

Sortez du cabinet des chrétiens.  Nous n’avons qu’une seule chance de sauver cette nation.  Il est maintenant temps de se lever.

Source : News With Views 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG