Covid-19 en Israël : Netanyahou veut que des puces soient implantées dans le corps des enfants


La suggestion du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, d’implanter des puces dans le corps des enfants (écoliers) pour les aider à respecter la distanciation sociale dans les établissements scolaires en pleine guerre contre le Covid-19 inquiète les cyber experts qui dénoncent une mesure dangereuse.

La proposition qui embarrasse les cybers experts. Le premier ministre israélien a pris de court la communauté scientifique israélienne lundi à travers une proposition qui est loin de faire l’unanimité. En effet, Bibi(Netanyahou) veut que des puces électroniques sont implantées dans le corps des enfants dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Ses propos ont été tenus lors d’une conférence de presse ce lundi, comme le rapporte le média israélien Jerusalem Post. « J’ai parlé avec nos experts en technologie afin de trouver des mesures telles que l’implantation de capteurs (puces). Par exemple, chaque personne, chaque enfant, je veux que ce soit implanté chez les enfants, soit doté d’un capteur qui déclencherait une alarme lorsqu’on est très proche de lui, comme cela se fait avec les voitures », a déclaré Netanyahou.

« C’est de la fiction et c’est dangereux »

Immédiatement après ses propos, les cybers experts sont montés au créneau dénonçant une mesure dangereuse. « Ce serait difficile de le faire sur plus d’un million d’écoliers qui retournent à l’école pour s’assurer qu’un enfant se soit bien assis à un mètre de l’autre. C’est de la fiction et c’est dangereux », a déploré Einat Meron, cyber experte.

Au-delà de l’inefficacité de cette mesure, Einat Meron craint que les enfants deviennent des proies faciles des cybercriminels, tels que les pédophiles. « Si les informations concernant la localisation des enfants sont téléchargées sur le net, un pédophile doté de compétence en informatique pourrait s’accaparer de ces données, traquer les enfants à leur sortie de l’école, les suivre et publier ces informations sur d’autres sites », s’inquiète Meron.

Toujours selon Jerusalem Post, le Bureau du Premier ministre est entré en contact avec le média israélien Ynetnews expliquant que la proposition de Netanyahou est tout simplement de faire respecter la distanciation sociale. « C’est une action volontaire dont le but est d’aider les enfants à se tenir à distance », précise le bureau du Premier ministre.

Source: Le Courrier du Soir

Révélation: L’enzyme nommée Luciférase est à l’origine du fonctionnement du système d’administration du vaccin de Bill Gates


Bill Gates construit quelque chose que nous appelons le système de vaccination par micro-aiguille à point quantique implantable chez l’homme, et il est composé de plusieurs choses.

Je voudrais attirer votre attention sur un élément, les micro-aiguilles à points quantiques qui administreront les vaccins, et sur une substance biochimique très, très unique qui fait que tout fonctionne. Si vous êtes debout pendant que vous lisez ceci, vous devriez peut-être vous asseoir. Aujourd’hui, nous vous présentons la luciférase, une enzyme de bioluminescence dans un rayon infrarouge, qui est le produit chimique qui rendra la vaccination par points quantiques lisible grâce à une application spéciale pour appareil mobile.

C’est exact, l’enzyme qui va éclairer le système de vaccination par points quantiques humains implantables Bill Gates est appelée luciférase, c’est ce qui rend la vaccination lisible longtemps après que la victime ait été injectée. Luciférase.

Chaque jour qui passe, il devient plus clair et plus simple pour ceux d’entre nous qui sont des croyants de la bible que nous vivons dans une période très unique. Tellement unique, en fait, que nous pourrions bien être témoins de la constitution du royaume de l’Antéchrist et du système de la Marque de la Bête sous nos yeux. Veuillez noter que j’utilise le mot  » pourrait  » par excès de prudence lorsque j’écris des articles comme ceux-ci, mais lorsque je suis seul avec mes pensées, je suis complètement convaincu que c’est exactement là où nous sommes. 100%. Les sages doivent comprendre. Vous avez déjà entendu parler de Luciferase ?

Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu’au temps de la fin. Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés; les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l’intelligence comprendront. Daniel 12:9-10

Ces dernières semaines, nous vous avons présenté un projet de Bill Gates si complet qu’il est presque incroyable. Cette expression est un terme du vieil anglais qui signifie quelque chose de si incroyable qu’on ne peut presque pas y croire. Les camps de concentration nazis de l’Holocauste en sont un bon exemple. Lorsque les films de ce qui s’y est passé ont été mis en lumière, il était si étonnant qu’il était difficile de comprendre qu’une telle chose puisse arriver. Mais cela s’est produit. Et ce qui se passe actuellement, le système de l’Antéchrist, est tout aussi difficile à comprendre, mais nous y sommes.

Bill Gates est en train de construire quelque chose que nous appelons le système de vaccination par micro-aiguilles à points quantiques implantables chez l’homme, et il est composé de multiples choses. En son centre, nous avons le vaccin COVID-19 qu’il veut administrer à tous les humains sur terre, il y aura des micro-aiguilles à point quantique, une marque d’identification numérique de ID2020, et un dispositif implantable humain pour l’achat et la vente de monnaie cryptographique avec un numéro de brevet de #060606. L’identification numérique se présentera sous la forme d’un passeport d’immunité. Toutes ces choses, et toutes financées par un seul homme, Bill Gates, représentent au total pour le moins un étonnant précurseur du système du monde de la Marque de la Bête. C’est à tout le moins une estimation, poussée à sa fin logique, elle pourrait très bien être le véritable système de la Marque de la Bête.

Vous voulez voir ce que fait la Luciférase ? Jetez un coup d’œil.

Une dernière chose qui pourrait vous intéresser. Un membre de NTEB aux yeux perçants nommé Matt a pris notre phrase « Système d’administration de vaccins à micropoints quantiques implantables chez l’homme », et a supprimé le mot « humain » et devinez quoi ? La valeur numérique de cette phrase s’élève à 666, voyez par vous-même. Luciférase, souvenez-vous de ce mot.

Vidéos en anglais

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS

«Nous nous promènerons bientôt avec des puces électroniques dans le corps» : le coronavirus est une théorie du complot pour Marat Safin


L’ancien joueur de tennis Marat Safin a confié dans une interview récente que pour lui la pandémie de coronavirus qui touche la planète avait un but précis…

Joueur très technique mais au caractère assez curieux de temps en temps tout au long de sa carrière (1996-2009), le Russe a confié une théorie assez étrange. Pour le vainqueur de l’US Open 2000 et de l’Open d’Australie 2005, cette pandémie était prévue et aurait pour but l’implantation massive de puces électroniques dans la population.

«En 2015, Bill Gates avait annoncé que ce que nous devions redouter c’était une pandémie, pas une guerre nucléaire, a-t-il relaté à Sports.ru. Ils avaient même fait une simulation au forum économique de Davos. Bill Gates ne prédisait pas l’avenir, il le savait, c’est tout. Je pense qu’on ne nous dit pas tout à propos de cette pandémie, mais les gens croient tout ce qu’on leur raconte à la télé. (…) Certains pensent que la civilisation va s’éteindre. Je ne le pense pas. En revanche, nous nous promènerons bientôt avec des puces électroniques dans le corps.»

Marat Safin poursuit et pense même que certains «puissants économiques» sont derrière tout ça. «Je pense qu’il y a des gens bien plus puissants que les grands leaders mondiaux et ce sont eux les vrais maîtres du monde, les maîtres de l’argent, explique le Russe. Ils ont le pouvoir de renverser facilement l’ordre établi. Appelez ça un gouvernement de l’ombre, appelez-le comme vous voulez. Je pense que nous ne savons même pas qu’ils existent. Il y a des noms connus comme les Rothschild et les Rockefeller, mais il y a quelqu’un d’autre derrière eux.»

Source: CNEWS

En Suisse, quel avenir pour les implants RFID sous-cutanés ?


Une puce électronique qui sert de clé, de billet de train, de carte bancaire… En Suède, ils sont déjà plus de 4000 à s’en être fait greffer une. En Suisse, le secteur bancaire reste attentif mais prudent. Cependant la médecine s’y intéresse de plus près .

Peut-on imaginer pareille scène en Suisse? Vous prenez le train. Sans aucun billet, ni dans vos poches, ni sur votre smartphone. Pourtant, vous êtes en règle. Au moment du contrôle, vous tendez la main. Un scanner s’approche de votre peau, entre le pouce et l’index. Un coup d’œil à l’écran: «bon voyage». Un jeu d’enfant – auquel les Suisses ne participeront cependant pas de sitôt, selon une porte-parole des CFF.

En Suède, où la compagnie Statens Järnvägar (les CFF locaux) propose un service de billet sous forme de puce électronique greffée sous la peau, on s’y est rapidement accommodé: le voyageur bionique achète son ticket sur son smartphone puis effleure la puce, qui le télécharge. Stephan Ray, 45 ans, directeur de la communication des chemins de fer suédois, a sauté le pas en mars 2017. «Par curiosité et parce que la compagnie, qui est sans doute la plus connectée du monde, se lançait dans ce projet.» Il s’en sert aujourd’hui pour voyager, ouvrir la porte de son club de sport, déverrouiller son casier dans le vestiaire, ouvrir son bureau, stocker ses cartes de visite et son profil LinkedIn.

La Suède, laboratoire du futur pour le reste du continent?

On estime, en 2019, à 4000 le nombre de Suédois équipés d’une puce électronique. Un chiffre en constante évolution qui fait du royaume le leader du monde en matière d’hommes ou femmes «amélioré(e)s». On les surnomme les «Björn Ciborgs», en hommage à l’icône blonde au bandeau Fila qui remporta son dernier Roland-Garros l’année de naissance de Roger Federer. Pourquoi en Suède et pas ailleurs? Chercheur spécialisé en microbiologie et en sciences de la communication à l’Université de Lund, Ben Libberton estime que «les gens y sont très à l’aise avec les innovations, beaucoup moins méfiants qu’ailleurs».

Les nouvelles technologies sont à la Suède ce que l’horlogerie est à la Suisse. Skype a été créé par un Suédois (et un Danois) en 2003. Spotify; Soundcloud; Pirate Bay; les rois des jeux vidéo EA Digital Illusions, Mojang et King (l’inventeur de Candy Crush); la plateforme de paiement en ligne Klarna (estimée à 1 milliard de dollars): tous ces géants du numérique sont nés en Suède où il est désormais impossible de payer en espèces dans la plupart des boulangeries, bars, restaurants, boutiques de prêt-à-porter des grandes villes. Certaines boutiques à Stockholm ou Göteborg devraient permettre de payer en effleurant de la main un terminal dès l’automne.

« A l’heure actuelle, il n’existe pas de solution via une puce électronique dans le corps qui puisse être produite à grande échelle. »

René Gerig, responsable des cartes de crédit chez UBS

Fini le cash et les cartes bancaires? Qu’en pense UBS? «Nous avons abordé la question avec les sociétés qui produisent les puces équipant nos cartes de paiement», reconnaît René Gerig, responsable des cartes de crédit chez UBS. «A l’heure actuelle, il n’existe pas de solution via une puce électronique dans le corps qui puisse être produite à grande échelle. Il se pose aussi, et surtout, une question éthique, puisque nous parlons d’un éventuel moyen de paiement qui n’est pas anodin et plutôt invasif, avec l’introduction d’un objet dans le corps humain. Nous pensons qu’à court ou moyen terme, il est peu probable qu’une part importante de la population souhaite recourir à une telle solution pour régler ses achats, poursuit René Gerig. D’autant qu’il existe déjà de nombreuses façons dématérialisées de le faire en Suisse, avec les téléphones (Twint) ou les montres Swatch, Fitbit ou Garmin.»

«Vous imaginez le temps qu’on gagnerait ?»

A Zurich, un salon de tatouage, Mitico Bodycult, s’est lancé depuis 2014 dans l’implantation d’une micropuce qui, connectée à un smartphone, peut servir à stocker des informations. La question éthique soulevée par UBS, il ne se la pose guère. Pas plus que le Suédois Jowan Österlund. Allure de Viking, tatouages sur les bras, lobes d’oreilles laissés béants par des piercings, il est le créateur de Biohax, leader sur le marché de l’implantation de puces sous-cutanées, made in China. Il possède des clients en Suède bien sûr, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Mais a priori aucun (pour le moment) en Suisse. A ses yeux, la puce de la taille d’un grain de riz qu’il pose avec précaution ne comporte aucun risque.

Elle est surtout d’un avantage indéniable aux yeux de ce trentenaire pressé, qui ne prend jamais de vacances: «Toutes ces micro-actions que l’on fait des dizaines de fois par jour: chercher les clés de la maison, de la voiture, du cadenas du vélo ou du casier à la salle de sport; les cartes de crédit; le badge d’entrée dans l’entreprise, la carte de métro… Entrer son identifiant pour activer son ordinateur… Tout ceci, à l’échelle d’une vie, vous imaginez le temps que cela représente ? » 

Vous changez régulièrement votre passeport, de carte de crédit, voulez-vous aussi périodiquement subir une mini-intervention chirurgicale pour retirer une puce RFID ou un système NFC pour le remplacer par un plus moderne? Pas sûr…

Un porte-parole de Swatch Pay

Une population encore frileuse

A terme, Jowan Österlund voudrait que ces puces qu’il pose pour l’équivalent de 170 francs remplacent pièces, billets mais aussi cartes sans contact, téléphones et montres intelligentes. Son innovation sonnera-t-elle la fin du Swatch Pay? La perspective n’effraie guère les responsables de la société suisse, qui rappellent que «Swatch Pay est accepté par environ 75% des terminaux de paiement en Suisse».

Sa filiale EM Microelectronic-Marin fait pourtant partie des leaders mondiaux dans le domaine des puces posées sur les animaux. Mais de là à passer aux humains… «Oui, les animaux reçoivent depuis belle lurette des puces qui sont extrêmement fiables et la technologie est parfaitement rodée, analyse un porte-parole du groupe, qui souhaitait garder l’anonymat. On pourrait naturellement l’appliquer à l’être humain. Cependant, pour des paiements, des contrôles d’identité ou tout autre activité faisant appel à un niveau de sécurité élevé, nous ne sommes pas certains que l’implantation d’un «parasite sous-cutané» soit approprié ou voulu. Les technologies évoluent sans cesse. Vous changez régulièrement votre passeport, vous changez aussi votre carte de crédit, voulez-vous aussi périodiquement subir une mini-intervention chirurgicale pour retirer une puce RFID ou un système NFC pour le remplacer par un plus moderne? Pas sûr.»

Chaque année, Swatch Group produit plus d’un milliard de puces. L’entreprise l’assure: «Il n’est pas question d’en faire n’importe quoi, surtout sans respecter l’être humain.»

«Un minuscule laboratoire sous la peau»

C’est finalement en faveur d’une autre utilisation des puces que la Suisse marquera sans doute les esprits. A l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, les équipes de deux chercheurs, Giovanni de Micheli et Sandro Carrara, ont développé un prototype d’implant qui, une fois inséré sous la peau du patient, mesure le glucose ou le cholestérol et transmet les données en temps réel au médecin. Trois minuscules millimètres cubes dans lesquels les chercheurs ont réussi la prouesse de faire tenir une zone de mesure avec cinq capteurs, un émetteur radio et une alimentation par un patch collé sur la peau.

«Le prototype a été développé et testé aussi sur des souris, explique Sandro Carrara. Mais nous n’en sommes encore qu’au stade académique, pas encore industriel.» A terme, le chercheur se dit persuadé que les puces sont vouées à un avenir radieux: «Elles peuvent par exemple stimuler les patients atteints de la maladie de Parkinson.» Selon Sandro Carrara, elles peuvent aussi se révéler utiles en oncologie, pour régler les doses de médicaments à administrer au patient en temps réel.

«Il s’agirait en fait pour moi d’avoir un minuscule laboratoire sous la peau, capable d’éviter tout un tas d’examens. Le malade diabétique ne sera plus obligé de se piquer trois fois par jour pour mesurer son taux de glucose dans le sang. En clair, nous ferons venir l’hôpital aux patients au lieu de conduire ceux-ci à l’hôpital.»

Source : letemps.ch

Fini le cash et les cartes bancaires? Qu’en pense UBS? «Nous avons abordé la question avec les sociétés qui produisent les puces équipant nos cartes de paiement», reconnaît René Gerig, responsable des cartes de crédit chez UBS. «A l’heure actuelle, il n’existe pas de solution via une puce électronique dans le corps qui puisse être produite à grande échelle. Il se pose aussi, et surtout, une question éthique, puisque nous parlons d’un éventuel moyen de paiement qui n’est pas anodin et plutôt invasif, avec l’introduction d’un objet dans le corps humain. Nous pensons qu’à court ou moyen terme, il est peu probable qu’une part importante de la population souhaite recourir à une telle solution pour régler ses achats, poursuit René Gerig. D’autant qu’il existe déjà de nombreuses façons dématérialisées de le faire en Suisse, avec les téléphones (Twint) ou les montres Swatch, Fitbit ou Garmin.»

Source: La Lumière du Monde

Une nouvelle carte d’identité plus petite et biométrique d’ici à 2021


Dans la puce de cette nouvelle carte nationale d’identité seront stockés différentes informations, notamment deux empreintes digitales et une photo.

Après le permis de conduire, la carte nationale d’identité va elle aussi se transformer, rapporte BFMTV. Plus petite et munie d’une puce électronique, à l’image du permis, la nouvelle CNI devrait être distribuée en France dès le 2 août 2021. 

Comme expliqué par Édouard Philippe en juillet 2018, alors interrogé par le sénateur LR Cyril Pellevat, la France va bien adopter cette nouvelle carte. Selon le site Clubic, elle a pour principal avantage de mieux lutter contre la fraude aux papiers.  

Conformément au règlement européen

Un règlement a en effet été adopté le 20 juin 2019 par le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen et impose à l’UE de commencer à distribuer ces cartes à ces citoyens dès l’été 2021. Plusieurs pays comme l’Allemagne, l’Espagne ou le Portugal ont déjà entamé leur transition. 

Du côté de l’Hexagone, nos confrères assurent qu’il est difficile de savoir où en sont les travaux. Le site spécialisé NextInpact soulève par ailleurs que la Direction interministérielle du numérique en charge de la transformation numérique de l’État a déjà dans sa feuille de route pour 2019-2021 l’instauration de l’identification à certains services publics en ligne grâce aux cartes nationales d’identité biométriques. 

Source: L’Express

Big Pharma et Microsoft s’associent dans le cadre de l’alliance  » id2020  » qui combinera la vaccination et les puces implantables pour créer votre identité numérique


L’Alliance ID2020, comme on l’appelle, est un programme d’identité numérique qui vise à « tirer parti de l’immunisation » pour insérer de minuscules micropuces dans le corps des gens. En collaboration avec l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, également connue sous le nom de GAVI, le gouvernement du Bangladesh et divers autres  » partenaires gouvernementaux, universitaires et humanitaires « , l’Alliance ID2020 espère introduire cette marque de la bête afin de surveiller chaque être humain vivant sur Terre.

Les grandes sociétés pharmaceutiques s’associent officiellement à l’industrie de la technologie pour jumeler l' » immunisation  » à la biométrie numérique, ce qui signifie que les humains seront bientôt dotés d’une puce électronique, suivis et contrôlés par une matrice d’identification mondiale.

Depuis des années, nous observons le fondateur de Microsoft, Bill Gates, aujourd’hui retraité de l’entreprise qu’il a fondée, utiliser ses milliards pour offrir des  » vaccinations gratuites  » aux habitants des pays du tiers monde. Aujourd’hui, Bill est devenu partenaire fondateur d’une autre entreprise, l’Alliance ID2020, dont l’objectif est de donner à chaque être humain sur Terre un identifiant numérique. Comment envisagent-ils de réaliser cet exploit ? En combinant les vaccinations obligatoires avec des puces implantables. C’est génial, n’est-ce pas ? « Et bientôt au théâtre près de chez vous », comme le dit l’adage.

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

Apocalypse 13:16-18

Vous savez maintenant ce que Bill Gates et son épouse Melinda ont vraiment fait au cours des dix dernières années, en voyageant dans des pays tiers et en vaccinant gratuitement les pauvres indigènes opprimés. Ces  » vaccinations gratuites  » étaient des recherches et un laboratoire d’essais vivants pour effectuer les expériences nécessaires à la formation de ID2020.

Et comme vous le verrez aujourd’hui, cet hybride impie de vaccinations et de puces implantables est déjà en cours au Bangladesh, bientôt à Boston. Une page du site Web de la Fondation Gates indique que Bill et Melinda ont jusqu’à présent investi plus de 2,5 milliards de dollars dans ce projet, sans qu’aucune fin ne soit en vue. L’homme qui a mis le monde derrière un ordinateur personnel peut-il maintenant mettre une puce de vaccination à puce électronique dans la population mondiale ? Bill Gates est absolument certain qu’il peut le faire et qu’il est en bonne voie d’atteindre cet objectif.

Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. .

2 Thessaloniciens 2:3,4

Nous vous mettons en garde à ce sujet depuis 10 ans, et c’est ce qui se passe maintenant. Êtes-vous prêt pour la suite ? J’espère que vous l’êtes. Continuez à chercher cette espérance bénie, et Dieu merci, elle précède le temps de la détresse de Jacob. Si seulement mon ami Carl Sanders, l’homme qui a été le premier à révéler les rouages de l’équipe qui a créé la puce RFID, avait vécu assez longtemps pour voir ce jour.

Les vaccins sont maintenant utilisés pour recueillir les identités biométriques de tout le monde ; Big Brother fusionne avec Big Pharma.

DE NATURAL NEWS : L’Alliance ID2020, comme on l’appelle, est un programme d’identité numérique qui vise à « tirer parti de l’immunisation » pour insérer de minuscules micropuces dans le corps des gens. En collaboration avec l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, également connue sous le nom de GAVI, le gouvernement du Bangladesh et divers autres  » partenaires gouvernementaux, universitaires et humanitaires « , l’Alliance ID2020 espère introduire cette marque de la bête afin de surveiller chaque être humain vivant sur Terre.

Tout comme les bovins sont marqués avec des marques auriculaires, cette alliance mondialiste veut que tous les humains soient « vaccinés » avec des puces de pistage numériques qui créeront un système de surveillance transparent pour le Nouvel Ordre Mondial afin de gérer les populations du monde avec facilité.

« NOUS METTONS EN ŒUVRE UNE APPROCHE PROSPECTIVE DE L’IDENTITÉ NUMÉRIQUE QUI DONNE AUX INDIVIDUS LE CONTRÔLE DE LEURS PROPRES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS, TOUT EN CONTINUANT À DÉVELOPPER LES SYSTÈMES ET PROGRAMMES EXISTANTS « , DÉCLARE ANIR CHOWDHURY, CONSEILLER POLITIQUE CHEZ A2I, LE  » PROGRAMME D’ACCÈS À L’INFORMATION  » DU GOUVERNEMENT DU BANGLADESH.

« Le gouvernement du Bangladesh reconnaît que la conception de systèmes d’identité numérique a des implications considérables pour l’accès des individus aux services et aux moyens d’existence, et nous sommes impatients d’être les premiers à adopter cette approche,  » ajoute-t-il.

Bien que les terrains d’essai du programme ID2020 se trouvent principalement dans le Tiers-Monde, le groupe dit qu’il travaille aussi maintenant avec les gouvernements ici aux États-Unis pour commencer à vacciner les gens par micropuce.

AUSTIN, AU TEXAS, PAR EXEMPLE, LA POPULATION SANS-ABRI EST MAINTENANT EXPLOITÉE COMME COBAYE COLLECTIF POUR LE PROGRAMME DE VACCINATION PAR MICROPUCE DE L’ID2020, QUI, SELON LE GROUPE, AIDERA À « AUTONOMISER » LES SANS-ABRI EN LEUR DONNANT SOI-DISANT « CONTRÔLE » SUR LEURS DONNÉES PERSONNELLES.

« La ville d’Austin, ID2020, et plusieurs autres partenaires collaborent avec les sans-abri et les prestataires de services qui s’engagent avec eux pour développer une plate-forme d’identité numérique basée sur une chaîne de blocs appelée MyPass pour permettre aux sans-abri de disposer de leurs propres données d’identité, » écrit Chris Burt pour BiometricUpdate.com.

ID2020 est également en train de vacciner des réfugiés avec ses deux premiers programmes pilotes, iRespond et Everest, au moyen d’une puce électronique. Selon les rapports, iRespond a  » amélioré la continuité des soins  » pour plus de 3 000 réfugiés recevant des traitements médicamenteux pour des maladies chroniques. Everest, d’autre part, a « aidé à fournir l’accès à des subventions énergétiques critiques et à une gamme de services supplémentaires avec des identités numériques sécurisées et centrées sur l’utilisateur, sans avoir recours à un téléphone intelligent », écrit Burt.

Tout cela prépare le public à un éventuel mandat de vaccination par micropuce, qui sera nécessaire pour chaque individu afin d’acheter et de vendre des biens. Chowdhury l’a ouvertement admis en déclarant que les systèmes d’identité numérique seront nécessaires pour  » l’accès des individus aux services et aux moyens de subsistance « .

En d’autres termes, la Bible a raison : Un système d’identification global est en cours d’élaboration et sera éventuellement nécessaire pour que les gens puissent fonctionner dans la société et, en fin de compte, survivre. Sans ces micropuces dans leur corps, les gens ne seront pas en mesure de travailler, encore moins de manger, et tout cela se passe sous nos yeux.

N’oubliez pas que l’ID2020 fait partie de ce que l’on appelle le « REAL ID », qui sera bientôt nécessaire pour ceux qui souhaitent voyager. REAL ID sera également utilisé comme méthode détournée pour mettre en œuvre des politiques de vaccination obligatoire pour les adultes.

Notre Manifeste | ID2020

Nous croyons que la capacité de prouver son identité est un droit humain fondamental et universel. Les partenaires de l’Alliance ID2020 définissent conjointement les exigences fonctionnelles, influençant le cours de l’innovation technique et offrant une voie vers l’interopérabilité technique, et donc la confiance et la reconnaissance.

L’Alliance ID2020 est un partenariat public-privé qui s’engage à améliorer la vie des utilisateurs grâce à une identité numérique centrée sur l’utilisateur, portable et protectrice de la vie privée. Le Sommet de cette année, convoqué par ID2020 Alliance, a réuni des leaders et des innovateurs dans le domaine pour discuter des exigences techniques et non techniques afin de produire une feuille de route collective qui nous mène vers une large adoption de la  » bonne  » identité numérique pour tous.

Source: NTEB

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Les Suédois se font poser des implants pour remplacer l’argent liquide et les cartes de crédit


En Suède, des milliers de personnes se font implanter des puces électroniques futuristes dans la peau pour effectuer leurs activités quotidiennes et remplacer les cartes de crédit et l’argent liquide.

Plus de 4 000 personnes ont déjà reçu entre les mains les puces de science-fiction, de la taille d’un grain de riz, et les pionniers prévoient que des millions de personnes se joindront bientôt à eux dans l’espoir de prendre le virage mondial.

« C’est très ‘Black Mirror' », a déclaré le scientifique suédois Ben Libberton à The Post à propos de la similitude avec la série télévisée qui met en avant des scénarios futuristes.

Tout comme les montres à microprocesseur, les puces aident les Suédois à surveiller leur état de santé et même à remplacer les cartes-clés pour leur permettre d’entrer dans les bureaux et les bâtiments.

Ils ont particulièrement bien compris, cependant, en permettant aux propriétaires de payer en magasin d’un simple coup de la main, ce qui est important dans un pays tourné vers l’avenir qui s’achemine vers l’élimination de l’argent comptant.

Les micropuces ont été mises au point par l’ancien performeur Jowan Österlund, qui appelle cette technologie un « moonshot » – et qui a déclaré au magazine Fortune qu’il avait été frappé par des investisseurs plein d’espoir « sur tous les continents sauf l’Antarctique ».

Le fondateur de Biohax International a déclaré au magazine :  » La technologie s’installera dans le corps « . « J’en suis sûr. »

Österlund insiste sur le fait que la technologie est sûre – mais cela n’a pas empêché les signaux d’alarme de sonner, certains craignant un lien avec un doublement de la cybercriminalité dans le pays au cours de la dernière décennie.

Libberton, un scientifique britannique basé en Suède, a fait l’éloge des effets bénéfiques potentiels « tout à fait excitants » sur la santé de mesures précises de la santé prises de l’intérieur du corps.

« Pensez si l’Apple Watch pouvait mesurer des choses comme la glycémie », a-t-il dit au Post.

Mais il craint aussi la masse de données hautement personnalisées et la façon dont elles pourraient être utilisées.

« Le problème, c’est à qui appartiennent ces données ? », a-t-il demandé. « Est-ce que je reçois une lettre de ma compagnie d’assurance disant que les primes augmentent avant que je ne sache que je suis malade ? Si j’utilise la puce pour acheter le déjeuner, aller au gym et aller travailler, est-ce que quelqu’un aura toutes ces informations à mon sujet ? Est-ce que c’est stocké et en sécurité ? »

Il ne s’agit pas seulement de la puce, mais de l’intégration avec d’autres systèmes et du partage des données.

Et il craint que les Suédois ne réfléchissent pas suffisamment aux dangers potentiels.

« Les gens ont montré qu’ils étaient heureux de renoncer à leur vie privée pour des raisons de commodité « , dit-il. « La puce est très pratique, alors pourrions-nous accepter que nos données soient partagées très largement avant de connaître les risques ? »

Cette tendance coïncide avec la marche de la Suède vers le sans numéraire, les billets et les pièces ne représentant que 1 % de l’économie du pays. Dans le même temps, le pays a connu une baisse spectaculaire de certains crimes – avec seulement deux vols de banque l’année dernière contre 110 en 2008.

Source: NY Post

Traduit par: SENTINELLE SAPS

D’ici 6 mois vous serez tous fichés en identification faciale, vocale ou digitale et personne ne vous en parle !


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents, Ho, rassurez-vous, il n’y a là, hélas, aucune « fake news ». Mais on vous expliquera quand ce sera nécessaire que c’est évidemment pour votre bien, pour votre sécurité on n’arrête pas le progrès.

Evidemment dans notre monde où l’hypocrisie atteint des sommets exquis de finesse et de raffinement, ce n’est pas l’Etat qui va vous ficher à ce point, non, ce sera votre banque.

Pourquoi? Parce que « l’Europe », la gentille et bienveillante Europe qui est suffisamment loin et désincarnée est globalement à l’abri des peuples. Elle a été conçue pour cela.

Elle a été conçue pour obliger les États à faire ce que les Etats n’auraient jamais pu accepter dans le cadre d’une souveraineté normale et d’une démocratie acceptable.

« C’est pas ma faute, c’est l’Europe qu’a dit »!

Et l’Europe que dit-elle? Qu’il faut en finir avec les mots de passe écrit sur des post-it sous le clavier, et qu’il faut passer à la vraie authentification dite « forte » en particulier pour les banques.

Ainsi on vous imposera de vous identifier avec une reconnaissance digitale, vocale ou faciale. Bienvenue dans votre enfer.

Alors personne ne vous en parle, c’est tout de même pas totalement exact car il y a cet article que je vais citer du Siècle Digital qui en parle (mais sans aller au bout de ce que signifie cette nouvelle norme c’est-à-dire un fichage massif de données biométriques de toute la population), ou encore cet article sur le très complotiste site d’une banque appelée Crédit Mutuel (c’est ironique évidemment).

Soutien à la mise en conformité

Voici le blablabla officiel…

« Les banques au sein de l’UE sont tenues de se conformer aux exigences d’authentification forte du client (Strong Customer Authentication, ou SCA) prévues dans la directive sur les services de paiement (DSP2) d’ici septembre 2019. Nous assisterons inévitablement, dans le cadre de leur mise en conformité, à un investissement accru des banques dans l’authentification forte et notamment dans la biométrie.

En outre, la capacité des plateformes en ligne à tirer parti des protocoles d’authentification forte devrait contribuer à faire de la SCA la règle plutôt que l’exception : La prise en charge d’une authentification forte standardisée dans l’ensemble des navigateurs web, ainsi que dans Windows 10 et Android, laisse envisager que l’authentification forte continuera à se déployer vers des millions de nouveaux utilisateurs d’Internet cette année ».

Ca va être vachement plus simple… Puisqu’on vous le dit!!

« En pratique, un utilisateur fait glisser un doigt, prononce une phrase, regarde un objectif, ou appuie sur le bouton d’un système d’authentification matériel pour se connecter, payer un article, ou utiliser un service en ligne. Cette vérification de l’utilisateur est utilisée comme un facteur initial, pour ensuite déverrouiller un deuxième facteur plus sûr : une clé cryptographique privée qui authentifie l’utilisateur au service. Comme les données biométriques et clés cryptographiques sont stockées sur des dispositifs locaux, et ne sont jamais envoyées sur le réseau – éliminant ainsi les secrets partagés – les identifiants des utilisateurs sont sécurisés, même si les fournisseurs de services sont piratés, ce qui empêche les violations de données à grande échelle ».

Et puis cela permettra une « nouvelle expérience utilisateur »…

Vous serez surtout totalement fiché et bio-maîtrisé dans tous les sens et vous allez, nous allons tous découvrir à quel point il est nécessaire et indispensable de préserver les espèces et le cash comme outil de liberté.

Épargnez-nous les stupides « quand on a rien à cacher on a rien à craindre », cela ne fonctionne plus vraiment.

Officiellement personne n’aura accès à vos « données » qui seront « bien gardées ». Les données seront en local (jusqu’au jour ou ce ne sera plus le cas), il n’y aura pas de bases de données de vos « iris » jusqu’au jour ou il y en aura, blablablabla). Bon en cas de problème, on pourra évidemment retrouver (dans votre téléphone, votre ordinateur) votre empreinte digitale (comme on va chercher vos empreintes dentaires chez le dentiste), vocale ou faciale, sur simple « réquisition » du parquet, de la police, de la gendarmerie, de la justice, du Préfet, de votre Maire, et un jour… de l’huissier ou de votre voisin. C’est sans limite. Il y a déjà les contes des milles et une nuits, mais aussi celui nettement plus véridique des 1000 et une failles de sécurité, sans oublier toutes les portes dérobées sympathiquement intégrées par au choix et rayez la mention inutile:

  • La Chine (Huawei qui en plus espionne…)
  • Les Américains (toujours gentils).
  • Les Russes (systématiquement méchants)
  • Les terroristes
  • Les Iraniens (quand on aura besoin de les bombarder pour récupérer leur pétrole).
  • La Corée du Nord (axe du mal)
  • etc, etc…

Ces systèmes sont en réalité d’une immense fragilité liée à une immense complexité, et ne fera qu’aggraver certains types de délinquance, puisqu’il « suffira » de prendre en otage votre gosse, éventuellement votre femme (si vous n’aviez pas l’intention de divorcer cela fonctionne) pour vous faire mettre la tête dans l’écran, ou le doigt sur le détecteur et vider votre compte en banque avec une authentification aussi forte que la force des trois molosses qui vous tiennent en joue.

Personnellement, je n’ai pas l’intention de me faire couper un doigt pour un achat sur Amazon…

Bienvenue en l’an 2019.

Bienvenue dans vos prisons numériques où vous serez totalement dépendant du système. Puis, ensuite viendra le système de contrôle social à la chinoise. Pour votre « sécurité », vous n’aurez plus aucune liberté, mais c’est bien évidemment pour votre bien.

Je ne résiste pas à l’envie de vous citer la Bible. L’Apocalypse pour être plus précis.

« Par ses manœuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front, et nul ne pourra rien acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom ».

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

JFK

Source: Insolentiae

Un homme s’est porté volontaire pour avoir une puce insérée sous sa peau en direct sur scène lors d’un salon cette semaine


Un homme s’est proposé volontairement pour insérer une puce sous sa peau lors d’une foire commerciale à Barcelone lundi. Un autre homme, qui avait déjà subi la procédure, a montré comment il pouvait effectuer un paiement avec son smartphone.


Josep Lago | AFP | Getty Images
Les gens défilent devant un stand 5G au Mobile World Congress (MWC), le plus grand salon mobile du monde, le 26 février 2018 à Barcelone.

Edgar Pons a déclaré avoir décidé de faire installer la puce d’identification par radiofréquence (RFID) car elle contenait des informations d’identification lui permettant d’ouvrir la porte de sa maison.

« C’est super, pour moi, très utile, car j’ai une maison automatique », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était également motivé par le fait qu’il pouvait « la retirer très facilement, simplement en effectuant une petite coupure et en la pressant ».

Au moment de la procédure, Alex Rodriguez Vitello, physicien, ingénieur, conservateur et explorateur de la société de technologie Alpha basée à Barcelone, a déclaré:

La puce a la taille d’un grain de sable ou deux et est recouverte d’un matériau biocompatible afin que notre corps ne se dégrade pas avec le temps.

Lors de la présentation au Mobile World Congress, organisée par la banque espagnole Sabadell, un homme nommé Pau, qui était déjà équipé d’une puce, a effectué un paiement en plaçant son smartphone sur la peau recouvrant la puce.

« Nous voyons maintenant ce que pourrait être l’avenir des paiements », a déclaré Anna Puigoriol, directrice des services financiers chez Sabadell.

Source: CNBC

Une puce électronique sous-cutanée qui remplace clés et cartes


Un implant électronique inséré sous la peau pour remplacer clés, cartes de visite et billets de train: en Suède, c’est une réalité pour quelques milliers de téméraires, avides de nouveautés et indifférents aux potentiels dangers d’une intrusion technologique de ce type dans le corps humain. Lire la suite