Une douzaine de séismes enregistrés aux États-Unis en 24 heures


Onze tremblements de terre, tous d’une magnitude relativement faible, ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures à proximité du parc de Yellowstone, aux États-Unis.

L’Institut d’études géologiques des États-Unis (US Geological Survey) a enregistré le 29 mai 11 tremblements de terre dans une zone proche du parc national de Yellowstone, dans le nord-ouest de l’État du Wyoming.

La plus forte des secousses affichait une magnitude de 3,1 pour un épicentre situé à une profondeur de 4,8 kilomètres. Au cours des 30 derniers jours, la zone en question a été frappée par 34 tremblements de terre, rappelle l’institut.

Zone sismique

La région de Yellowstone est l’une des plus actives des États-Unis sismiquement. En effet, entre 700 et 3.000 tremblements de terre, généralement de très faible magnitude, y sont enregistrés chaque année. Autre caractéristique: les séismes à Yellowstone se produisent généralement en essaims: les secousses à un endroit donné sont réparties sur plusieurs jours, voire plusieurs mois ou années.

Le plus gros essaim de tremblements de terre s’est produit à Yellowstone en 1985: plus de 3.000 séismes ont été enregistrés en trois mois du côté nord-ouest du parc.

Ce phénomène est lié au transport de fluides volcaniques le long des nombreuses petites fractures dans les roches peu profondes, au-dessus du magma, selon un modèle similaire à celui trouvé dans les volcans du monde entier.

Source: Sputnik News

Un séisme de magnitude 6.8 frappe l’est de la Turquie, 14 morts


Le tremblement de terre a été ressenti en Israël, au Liban, en Irak et en Syrie.

Israeli soldiers take part in a drill simulating an earthquake at the Zikim Army Base south of the Israeli city of Ashkelon on January 15, 2020 (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)

Un séisme de magnitude 6.8 sur l’échelle de Richter a frappé vendredi l’est de la Turquie, ont annoncé les autorités, faisant au moins 14 morts selon un bilan provisoire. 

La terre a tremblé dans le district de Sivrice, dans la province d’Elazig, vers 20H55 locale (17H55 GMT), selon l’agence gouvernementale des situations de catastrophe. L’institut américain USGS a mesuré la secousse à 6,7.

Le ministre turc de l’Intérieur Suleyman Soylu a déclaré à l’agence officielle Anadolu: « Nous espérons qu’il n’y aura pas d’autres victimes. Pour l’instant, quatre personnes ont été tuées », dont deux à Elazig et deux dans la province voisine de Malatya. 

Selon lui, des immeubles se seraient écroulés dans la région. 

Le séisme a été ressenti dans plusieurs régions de l’Est de la Turquie, dont Tunceli, a indiqué la chaîne de télévision NTV, précisant que des équipes de sauveteurs avaient été mobilisées. 

Le tremblement de terre a également été ressenti dans les pays voisins: en Israël, en Syrie, en Irak et au Liban.

De nombreux habitants, en particulier dans la région du Gush Dan et de ses environs, ont signalé le séisme.

« Juste avant 20 heures, alors que j’étais allongé sur le canapé, j’ai commencé à sentir ma tête tourner. J’ai vite réalisé que c’était un tremblement de terre », a déclaré un habitant de Hod Hasharon à la chaîne Channel 12.

La Turquie, située sur plusieurs lignes de failles, est fréquemment touchée par des séismes. 

Source: i24 News

Porto Rico: un puissant séisme touche à nouveau l’île


Après avoir initialement calculé une magnitude de 6, l’institut de géophysique américain a revu à la baisse son estimation, à 5,9.

Un puissant séisme de magnitude 5,9 a frappé samedi matin Porto Rico, le dernier d’une série de tremblements de terre ayant touché ces derniers jours l’île caribéenne, indique l’institut de géophysique américain (USGS).
    
Le séisme s’est produit à environ 13 kilomètres au sud-est de Guanica, dans le sud de ce territoire américain, à 08h54 heure locale (12h54 GMT) selon les premières données de l’USGS. « Il n’y a pas de menace importante de tsunami », affirme, de son côté, le centre d’alerte au tsunami.

Des pannes de courant  

Après avoir initialement calculé une magnitude de 6, l’institut de géophysique américain a revu à la baisse son estimation, à 5,9. Selon l’USGS, plusieurs séismes de magnitude moins élevée ont eu lieu avant et après ce tremblement de terre. Les autorités locales ont indiqué sur Twitter que des pannes de courant étaient intervenues dans certains endroits de l’île à la suite de ce séisme. 
    
La gouverneure de ce territoire américain non incorporé aux Etats-Unis, Wanda Vasquez Garced, a assuré sur Twitter que les autorités travaillaient pour venir en aide aux personnes affectées dans le sud de l’île.

Plusieurs séismes ces derniers jours

Porto Rico a été touchée par de nombreux séismes ces derniers jours. Un puissant tremblement de terre de magnitude 6,4 a fait de nombreux dégâts mardi, tuant au moins une personne et faisant plusieurs blessés. Les autorités de l’île avaient décrété l’état d’urgence après ce séisme, au lendemain d’un autre tremblement de terre majeur, de magnitude 5,8.
    
Deux ans après le passage d’ouragans destructeurs Maria et Irma, Porto Rico peine à se relever des dévastations subies. Une étude, validée par les autorités portoricaines, estime à 3 000 le nombre de personnes tuées directement ou indirectement, les infrastructures de santé ayant été durablement mises hors service.

Source: BFM TV

Note de SENTINELLE SAPS: Depuis le début de l’année, on comptabilise pas moins de 1200 séismes dans la région.

Nouveau séisme à Strasbourg, le deuxième en 24 heures


n léger tremblement de terre a été ressenti à Strasbourg le 13 novembre au soir, comme l’indique le Réseau national de surveillance sismique (RéNaSS). La région a connu plusieurs secousses ces derniers jours.

Un tremblement de terre de magnitude 2,6 s’est produit près de Strasbourg dans la nuit du 13 au 14 novembre, a indiqué le Réseau national de surveillance sismique (RéNaSS). Une secousse avait déjà été ressentie la veille.

Mercredi 13 novembre, vers 23h42, un séisme de magnitude 2,6 a été enregistré à proximité de Strasbourg. La veille, le RéNass faisait déjà état, dans le courant de l’après-midi, d’une secousse de 3,1 à 6 km de Strasbourg. Il s’agit dans les deux cas d’«événements induits».

​Le séisme de mardi succédait quant à lui à un tremblement de terre ayant frappé la Drôme et l’Ardèche lundi 11 novembre. De magnitude 5,4, il avait fait quatre blessés.

Source: Sputnik News

Un tremblement de terre ressenti à Strasbourg


Une secousse de magnitude 3,3 touche l’Alsace au lendemain de celle qui a frappé l’Ardèche.

Après le tremblement de terre qui a touché la zone de Montélimar, dans la Drôme, ce lundi 11 novembre, c’est la ville de Strasbourg qui a tremblé ce mardi. Cette secousse a eu lieu à 14h38 et a atteint une magnitude de 3,3 sur l’échelle de Richter selon le Réseau national de surveillance sismique de Strasbourg (RéNaSS).

Ce léger tremblement de terre a été ressenti par plusieurs témoins sur place contactés par Le HuffPost. “Il y a eu un gros ‘boum’ et l’immeuble a vibré”, fait savoir un Strasbourgeois travaillant près de la place Kléber. “Le sol de la chambre a un peu vibré, pendant 3-4 secondes”, a réagi un habitant du quartier Koenigshoffen. ”Ça a vibré pendant bien 5 secondes et les verres sur la table ont tremblé”, fait savoir une Strasbourgeoise qui se trouvait en centre-ville.

Le centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) du Bas-Rhin a indiqué à l’AFP avoir reçu dans les minutes ayant suivi la secousse “une cinquantaine d’appels”, ayant entraîné vers 15h00 trois interventions des pompiers, notamment pour la fissure d’un bâtiment à Schiltigheim, au nord de Strasbourg, et pour la chute de briques d’une cheminée.

 La préfecture a fait savoir dans l’après-midi qu’aucun blessé n’était à déplorer.

Un événement “induit” ?

Selon le RéNaSS, Strasbourg se trouve à 5 km de l’épicentre de cet événement sismique défini comme “induit” par le réseau national de surveillance, c’est à dire qui aurait été déclenché directement ou indirectement par des activités humaines.

“Il est tout à fait possible que ce séisme ait été provoqué par des activités de géothermie” conduites au nord de Strasbourg, à Reichstett, a indiqué à l’AFP Jérôme Van der Woerd, chercheur à l’Institut de physique du globe de Strasbourg.

L’épicentre “est situé dans une zone de profondeur de 6 km, tout a fait en relation avec les zones de géothermie”, a-t-il noté, précisant que ce phénomène était “assez fréquent” lors de forages profonds avec injection de fluide.

Selon le chercheur, “il est impossible de dire si l’on aura des magnitudes plus fortes à l’avenir”.

L’entreprise de géothermie Fonroche a, pour sa part, contesté tout lien entre le séisme et son activité de forage.

“L’épisode sismique ressenti dans la région de Strasbourg n’a aucun lien avec le puits de géothermie situé au sein de l’Ecoparc Rhénan de Vendenheim-‐Reichstett exploité par Fonroche Géothermie” et qui est ”à l’arrêt depuis le 8 novembre au matin”, a-t-elle affirmé dans un communiqué.

“Les techniciens de Fonroche Géothermie présents sur le site ont à leur niveau identifié le séisme (…) comme distant d’au moins 5 km au sud du site de forage”, a fait valoir l’entreprise.
 
Source: Le HuffPost

Séisme dans la Drôme et l’Ardèche : le plus fort depuis 2003


Quatre personnes ont été blessées, dont l’une grièvement, dans un fort séisme survenu lundi 11 novembre près de Montélimar.

Quatre personnes ont été blessées, dont l’une grièvement, dans un fort séisme survenu lundi 11 novembre peu avant midi près de Montélimar (Drôme), et ressenti de Lyon à Montpellier sans toutefois provoquer de dégâts majeurs.

Selon les données du Bureau central sismologique Français, on n’a pas constaté de séisme aussi fort en France continentale depuis 2003 (dans les Vosges, ndlr). En 2011, un séisme de magnitude 5,5 avait été enregistré mais son épicentre se situait en mer, à 100 km au large d’Ajaccio.

Mustapha Meghraoui, physicien à l’Institut de physique du globe de Strasbourg, a précisé à l’AFP que «c’est un (séisme) rare (…) un séisme important pour la région», alertant sur la possibilité d’une forte réplique. «On n’exclut pas qu’il y ait une secousse peut-être aussi forte que celle de ce matin, c’est rare mais on ne l’exclut pas, il faut qu’on soit prudent et vigilant», a-t-il prévenu.

La secousse a également été ressentie jusqu’à Saint-Etienne, Grenoble, Lyon, et même dans le sud de la France, ont indiqué des témoins à l’AFP. Selon un bilan de la sécurité civile, une cinquantaine de bâtiments présentent des fissures dans la zone du Teil (le probable épicentre), et un bâtiment désaffecté s’est effondré en Ardèche. La même source précise qu’aucun impact n’a été relevé dans les centrales nucléaires voisines de Cruas et Tricastin.

Source: Le Figaro

Un séisme fait 5 morts et 120 blessés dans le Nord-Ouest de l’Iran


Cinq personnes ont été tuées et 120 blessées, par un séisme ayant frappé le nord-ouest de l’Iran dans la nuit de jeudi à vendredi, selon des informations de la télévision d’Etat iranienne.

L’épicentre de la secousse initiale, d’une magnitude de 5,9, a été localisé à 8 km de profondeur, dans la province de l’Azerbaïdjan-Oriental, à environ 120 kilomètres au sud-est de la ville de Tabriz, selon le centre sismologique de l’Institut de géophysique de l’Université de Téhéran. 

Elle a été suivie par cinq répliques de magnitudes comprises entre 4,0 et 4,8 entre 22h50 et 01h40 GMT (01h20 et 05h10 heure locale) dans la même région de Turkmantchaï, selon les données de ce même institut. 

Joint par la télévision au téléphone, le gouverneur de la province, Mohammad-Réza Pourmohammadi, a déclaré que 5 personnes avaient été tuées et que le séisme avait détruit « 30 maisons« . 

Selon la télévision d’Etat, on dénombre également 120 blessés. Un bilan précédent faisait état de 3 morts et 20 blessés. 

Des opérations de secours se déroulent dans 41 villages, mais les dégâts matériels, qui apparaissent limités, se concentrent essentiellement dans deux localités, a indiqué la télévision. 

La population dans ces zones rurales de montagnes est sortie de ses habitations après la première secousse. 

Vers 05h30 (02h00 GMT), l’agence iranienne Fars a rapporté que les gens commençaient à rentrer chez eux et que la situation semblait revenir à la normale après la panique initiale. 

Situé aux confins de plusieurs plaques tectoniques et traversé par plusieurs failles, l’Iran est une zone de forte activité sismique. 

Le dernier séisme majeur remonte à novembre 2017: un tremblement de terre de magnitude 7,3 dans la province de Kermanshah (Ouest) avait fait 620 morts. 

En 2003, un séisme de magnitude 6,6 dans la province de Kerman, dans le sud-est de l’Iran, avait ravagé l’ancienne ville de Bam -dont la célèbre citadelle en pisé- et tué au moins 31.000 personnes. 

Le séisme le plus meurtrier de ces 30 dernières années, d’une magnitude 7,4, avait fait 40.000 morts et laissé un demi-million de personnes sans-abri dans le nord du pays en 1990. 

Source: L’Express

La terre a tremblé à Chamonix, plus d’une centaine de séismes dans le canton suisse du Valais en moins de deux jours


La terre tremble à nouveau dans le canton suisse du Valais et les secousses s’enchainent. Depuis le début de la semaine, pas moins d’une centaine de secousses ont été ressenties autours de Sion. Aucuns dégâts recensés mais cette concentration est pour le moins inhabituelle.

Dans la nuit de mardi 5 à mercredi 6 novembre, la terre a tremblé dans la vallée de Chamonix. Selon le réseau national d’observation de la sismicité (RENASS), la secousse de magnitude 2.7 s’est produite vers 00h15 à Sallanches-Chamonix. Aucun dégât n’est à recenser. Dans le canton suisse du valais, les secousses s’enchainent depuis deux jours.

Le Valais tremble depuis le début de la semaine

Ce mercredi matin, la terre tremble à nouveau dans le canton suisse du Valais. Un premier séisme de 2,9 sur l’échelle de Richter a eu lieu à 05h02 à Zermatt. Deux heures plus tard, à 07h18, une secousse de magnitude 1.9 a été enregistrée à quelques kilomètres du col du Sanetsch. Deux tremblements de terre qui s’ajoutent à une longue liste recensée par le Service Sismologique Suisse depuis le début de la semaine. Plus de 100 secousses ont été enregistrées depuis deux jours dans cette région.

Parmi les 100 tremblements de terre, « 12 de ces secousses avaient une magnitude de 2.5 ou plus et ont été ressenties par la population, en particulier entre Sion et Sierre » indique le Service Sismologique Suisse à l’ETH de Zurich (SED) sur son site internet. Les quatre secousses les plus fortes, de magnitude située entre 3.0 et 3.3 ont été ressenties jusque dans l’Oberland Bernois, sans toutefois faire de dégâts.

Une concentration inhabituelle

En Suisse, ces essaims de séismes sont assez fréquents. Mais le SED indique qu’il est rare d’observer une telle concentration spatiale et temporelle de séismes ressentis en l’espace de quelques jours. Néanmoins, impossible de faire des prévisions pour les jours qui viennent. « Il faut compter avec une probabilité de 5 à 10 % que des séismes sensiblement plus forts se produisent dans les jours à venir » explique l’institution.

Le Valais est le canton suisse le plus exposé aux tremblements de terre. Les séismes de ces derniers jours se sont produits sur une zone de faille bien connue qui s’étire parallèlement à la vallée du Rhône au sud des Diablerets et du Wildhorn. C’est d’ailleurs à cet endroit précis que le 25 janvier 1946 s’était produit le dernier séisme ayant entrainé des dégâts importants en Suisse, de magnitude 5.8 sur l’échelle de Riechter. D’après les données du SED, un séisme comme celui-là se produit en moyenne tous les 100 ans.

Depuis le 1er janvier 2019, le SED a recensé par moins de 1308 séismes en Suisse.

Le séisme du 25 janvier 1946 en chiffres

La nuit est déjà tombée sur Sierre enneigée. Ce vendredi soir, il est 18h32 lorsque le sol a été secoué pendant quelques secondes. Les habitants se ruent dehors, par crainte de voir leurs habitations s’effondrer. Quelques toits s’écroulent, des routes sont coupées dues aux avalanches et aux chutes de pierre. Une coupure d’électricité d’une dizaine de minutes plonge le village de Sierre dans le noir complet.

Le séisme, de magnitude 5.8, a de lourdes conséquences : 4 morts, 3500 bâtiments endommagés.

Si une telle réplique venait à se produire au même endroit aujourd’hui, les conséquences seraient d’autant plus désastreuses que la densité de population a fortement augmenté depuis 70 ans. D’après le SED, l’amplitude des ondes sismiques pourrait être dix fois plus grande aujourd’hui, entraînant de fait beaucoup plus de victimes.

Source: France 3 Régions

Gaz de schiste : Londres suspend la fracturation hydraulique par crainte des séismes


Le gouvernement britannique a annoncé samedi suspendre la fracturation hydraulique destinée à extraire du sous-sol du gaz de schiste, en raison des risques de secousses sismiques.

La ministre chargée des Entreprises et de l’Energie, Andrea Leadsom, a expliqué avoir pris cette décision à la suite d’un rapport du régulateur du secteur, The Oil and Gas Authority (OGA), ayant étudié l’activité sismique récente près d’un site où est pratiqué la fracturation hydraulique, à Preston New Road, dans le Lancashire (nord-ouest de l’Angleterre).

« Après avoir examiné le rapport de l’OGA (…), il est clair que nous ne pouvons pas exclure de nouvelles conséquences inacceptables pour la population locale », a déclaré dans un communiqué Mme Leadsom.

« Pour cette raison, j’ai conclu que nous devrions instaurer un moratoire sur la fracturation hydraulique en Angleterre avec effet immédiat », a-t-elle ajouté.

Le gouvernement a expliqué qu’il ne donnerait pas son consentement à de nouveaux projets de fracturation hydraulique « à moins que de nouvelles preuves convaincantes ne soient fournies ».

« Fiasco »

Le procédé de fracturation hydraulique consiste à créer des fissures souterraines et y infiltrer un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques pour permettre l’extraction de gaz ou pétrole capturé dans la roche.

La technique est controversée en raison de son impact environnemental et a provoqué une forte contestation de la part des populations concernées et des militants écologistes.

L’association Greenpeace s’est réjouie de l’annonce du gouvernement, tombée au début de la campagne pour les élections législatives du 12 décembre, saluant « le très grand mérite des militants de terrain partout dans le pays ».

« Le grand pari du gouvernement sur la fracturation hydraulique est un fiasco », a déclaré Rebecca Newsom, cheffe de programme au sein de l’ONG, citée dans un communiqué.

3 puits ouverts sur 20 espérés

Le Royaume-Uni avait soutenu cette expérience dans l’espoir de réduire sa dépendance envers le gaz, importé essentiellement de Norvège et du Qatar.

Le gouvernement conservateur avait escompté en 2016 que 20 puits puissent être ouverts d’ici mi-2020.

Or, à ce jour, seuls trois puits ont été forés, sans qu’aucune exploitation de gaz de schiste n’ait débuté et sans que les pouvoirs publics sachent quelles quantités pourraient être extraites à terme, a souligné récemment un rapport du National Audit Office (NAO), organe chargé de contrôler les dépenses publiques.

Le directeur exécutif de l’ONG environnementale Les Amis de la Terre, Craig Bennett, s’est félicité de ce moratoire qu’il a qualifié de « victoire immense pour les populations et pour l’environnement ».

« Pendant près d’une décennie, les populations locales partout dans le pays ont mené un combat de David contre Goliath contre cette industrie puissante », a-t-il souligné, espérant qu’une loi rende l’interdiction de la fracturation hydraulique permanente.

Source: L’OBS

Un séisme de magnitude 6,8 ressenti dans le centre et sud du Chili (USGS)


En dépit de la force des secousses, « on ne signale aucune victime, ni dégâts causés »

Un séisme de magnitude 6,8, enregistré dimanche dans l’océan Pacifique au large du Chili, a été ressenti dans six régions du centre et du sud du pays, sans faire de victimes ni dégâts matériels, selon le Bureau national des situations d’urgence (Onemi).

Le tremblement de terre s’est produit à 12H57 locales (15H57 GMT) à l’ouest/sud-ouest de la ville côtière de Constitucion, selon l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis (USGS), qui avait dans un premier temps évoqué un séisme de magnitude 7,2.

Le séisme a été principalement ressenti dans les régions de Maule et Biobio (sud), où les habitants sont descendus, effrayés, dans les rues pour se rendre dans des zones élevées de crainte d’un tsunami. Un tel risque a été écarté par l’Onemi.

En dépit de la force des secousses, « on ne signale aucune victime, ni dégâts causés aux infrastructures ou aux services de base », a annoncé l’Onemi.

Le gouverneur de la région de Biobio, Sergio Giacaman, a assuré que « tout est normal ». « Bien que cela a été fort, nous appelons au calme », a-t-il déclaré sur la chaîne 13.

Le séisme a été ressenti avec moins d’intensité dans les régions de Santiago et Valparaiso (centre). 

Le Chili, situé sur la ceinture de feu du Pacifique, un alignement de volcans qui enserrent l’essentiel de cet océan, est l’une des zones à la plus forte activité sismique du monde.

Source: i24 News